Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de Anne Perry


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 25/09/2014


    L'étrangleur de Cater Street L'étrangleur de Cater Street de Anne Perry

    Cette enquête policière est la toute première mettant en scène l'inspecteur Pitt et Charlotte Ellison, qui deviendra sa femme et partenaire tout au long des trente et quelques enquêtes suivantes.
    L'histoire se déroule à Londres à l'époque victorienne et l'inspecteur Pitt est souvent amené à enquêter au sein de la bourgeoisie.
    Ici, des femmes sont étranglées dans Cater street, une rue dans laquelle vivent des notables.

    L'ambiance est particulièrement bien décrite, on ressent vraiment le froid mordant, la pluie, le soir qui tombe, les gouttes de pluie qui s'insinuent dans la nuque, on entend des bruits de pas derrière nous sans voir qui que ce soit, on n'ose sortir dès que le nuit tombe, même pour se rendre chez un voisin.
    Bref, j'ai adoré cette atmosphère très british où l'on est content de rentrer se blottir dans un fauteuil devant la cheminée, tout en brodant, en lisant le journal (les hommes seulement, car cela n'est pas considéré comme une lecture digne des femmes !) et en buvant un thé bien chaud ou un verre de porto au besoin.

    A cette époque, et dans les milieux aisés, les femmes n'avaient pas beaucoup de droits et elles passaient donc tout leur temps à papoter, à se rendre visite les unes aux autres, elles s'occupaient des pauvres en leur tricotant des mitaines, en leur recopiant des recettes ou en apportant du réconfort aux malades et aux démunis...bref, elles n'avaient quand même pas grand chose de constructif à faire et elles adoraient donc cancaner et répandre des rumeurs, ce qui bien souvent, servira à aider à la résolution d'affaires criminelles.
    Un roman très agréable qui permet de comprendre comment l'inspecteur et son épouse se sont rencontrés et de mieux comprendre les différences de classes.

    Critique de qualité ? (43 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 30/08/2014


    Mort a Devil's Acre Mort a Devil's Acre de Anne Perry

    Cette enquête de l'inspecteur Pitt se déroule trois ans après " Le mystère de Callander square" et nous permet de retourner dans la famille du général Ballantyne.
    Il n'est pas nécessaire d'avoir lu cette précédente enquête pour suivre celle-ci, mais des faits qui se sont déroulés il y a 3 ans trouvent une suite dans ce volume et certains détails ne nous sont pas donnés ici, ce qui fait, que si on n'a pas lu l'enquête précédente, certains faits demeurent un peu obscurs au lecteur.

    L'inspecteur Pitt doit élucider plusieurs meurtres particulièrement effroyables : des hommes ont été assassinés et mutilés dans un quartier sordide, connu pour ses maisons closes.
    Comme d'habitude, Thomas Pitt va devoir faire preuve de beaucoup de diplomatie pour parvenir à découvrir les secrets de la bonne société, et ce, sans s'attirer trop d'ennuis.

    L'auteur a choisi cette fois-ci de nous faire découvrir les dessous des maisons de passes, que ce soit celles où on y trouve des femmes de toutes conditions, car il semblerait que certaines femmes aisées qui s'ennuient dans leurs foyers choisissent librement de venir offrir leur service, des hommes, voire même des enfants.
    L'univers des gens riches est une fois encore bien décrit et on découvre aussi le quotidien des souteneurs, maquerelles et autres professionnels de cet univers dédié aux plaisirs divers.

    Critique de qualité ? (36 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1, le 04/01/2014


    Le spectacle de Noël Le spectacle de Noël de Anne Perry

    Le spectacle de Noël est un gros coup de cœur pour moi et je crois que je vais me pencher davantage sur les livres d'Anne Perry a l'avenir.

    Au départ, j'avais envie de prolonger la magie de Noël. Cette année je me suis trouvée un petit boulot pour les fêtes et donc noël est passé a une vitesse folle. Alors je me suis dis que j'allais rattraper mes lecture en janvier.
    Ce livre était sous le sapin et j'ai vraiment craqué dessus. Les éditions 10/18 lui ont fait une magnifique couverture "dure" et non souple comme on peut trouver sur tous les livres au format poche.

    Des les premières pages, je me suis un peu perdue dans la multitude de personnages mais très vite on s'y retrouve. L’héroïne, Caroline, est vraiment très attachante et elle mène son enquête avec brio.
    Mais l’enquête justement ne repose que sur les 60 dernières pages. Avant l'auteure a choisi d'installer le décor. Petit a petit l'ambiance devient pesante.


    Nous sommes plongés dans un manoir, complétement isolé a cause du mauvais temps et du froid. Une troupe de théâtre est la pour répéter une adaptation de Dracula sur scène. Alors pour certains lecteurs, ce début peut paraitre long mais moi j'ai beaucoup apprécié car on découvre le travail qui se trame derrière une pièce de théâtre. Comment les comédiens répètent, comment on crée un décor, comment on joue avec la lumière, comment on interprète un personnage....

    Le suspense est vraiment bien mené, l'ambiance de huis-clos, le manoir... Et puis surtout Anne Perry a réussi a me faire tourner en rond, me mener sur de fausses pistes. A mes yeux tous avaient un mobile et pourtant le coupable est celui que je n'ai jamais soupçonné une seconde. Je crois que je ferais une mauvaise enquêtrice.

    En tout cas j'ai passé un excellent moment et je vous recommande a tous de vous plongez dans cette lecture .


    Lien : http://missmolko1.blogspot.ie/2014/01/le-spectacle-de-noel.html

    Critique de qualité ? (33 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 20/08/2014


    L'Incendiaire de Highgate L'Incendiaire de Highgate de Anne Perry

    Un incendie qui ravage une maison pendant la nuit, l'épouse d'un honorable médecin qui périt dans les flammes, et personne n'a rien vu ni entendu comme d'habitude....voilà le point de départ de ce roman policier victorien.

    L'inspecteur Pitt, personnage récurrent de presque 30 romans, est chargé de l'enquête, et sa mission va essentiellement consister à aller interroger avec tact et subtilité tous les nobles qui habitent le quartier.
    Il sera secondé par son épouse, elle-même issue de la bonne société, et qui maîtrise mieux que lui l'art de soutirer des renseignements à ceux qui ne veulent rien dévoiler.

    Cette enquête nous entraîne dans les bas-fonds de Londres, dans les quartiers miséreux, où les maisons de passe sont accolées aux masures des indigents, où les ivrognes dorment dans les rues jonchées de détritus et où tous les exclus se retrouvent cantonnés dans la crasse, le bruit et les odeurs pestilentielles.
    Un roman qui montre bien les moeurs de l'époque et nous fait un état des lieux des conditions de vies des plus démunis.

    Critique de qualité ? (30 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 15/08/2014


    Le Mystère de Callander Square Le Mystère de Callander Square de Anne Perry

    Les enquêtes de l'inspecteur Pitt se déroulent en Angleterre à l'époque victorienne.
    Lorsque deux jardiniers découvrent des cadavres de nourrissons dans le parc d'un quartier huppé, c'est aussitôt l'émoi dans la communauté.
    En effet, dans ce quartier vivent par exemple un médecin renommé, un général ou encore un banquier, et tout un tas d'autres personnes issues de la bonne société.

    Comment dans ce cas pénétrer au coeur des secrets les plus honteux de tout ce beau monde ?
    En allant questionner le petit personnel pardi !
    Car c'est bien connu, les femmes de chambre, les majordomes, les cuisinières et autres valets sont tous au courant de ce qui se trame en société.
    C'est en cuisine ou dans les couloirs que les petites cachotteries et les scandales sont révélés et échangés.

    Cette enquête tient bien la route, la description du quotidien de ces dames, entre petites causeries innocentes et échanges de potins croustillants, est très drôle, et le suspense nous tient en haleine jusqu'au bout.

    Critique de qualité ? (30 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par missmolko1, le 11/08/2014


    Nouveaux contes de Noël Nouveaux contes de Noël de Anne Perry

    Avoir envie de lire des contes de Noel en plein mois d’août, ce sont des choses qui arrivent et j'ai apprécié cette lecture. J'ai adoré les deux premières histoires mais les deux dernières ne m'ont pas convaincu.

    La promesse de noël est une très bonne nouvelle policière ou l'intrigue est vraiment très bien menée. Le climat hostile et cette île isolée renforce la tension présente par le meurtre d'une jeune fille. J'ai beaucoup aimé le personnage de Runcorn et aussi celui de Melisande. Mon seul bémol est que le début de l'histoire est plutôt lent. L'auteure prend son temps pour installer l'histoire puis soudainement tout s’emballe et l'on passe de rebondissements en rebondissements.

    Mon coup de cœur se porte sur la révélation de Noel, forcement, l'intrigue se déroule dans mon pays, dans la région du Connemara. J'ai vraiment aimé comment l'auteure parle de l'Irlande car c'est juste parfait. L'Irlande est exactement comme elle l'a décrite. Plein d'histoire et de légendes, avec un climat pas toujours facile mais des gens tellement chaleureux et accueillant. Bref rien que pour ça je ne peux que vous recommander la lecture du recueil. Et puis l'intrigue est vraiment originale et prenante.

    Les deux nouvelles suivantes comme je le disais plus haut m'ont beaucoup moins plu.
    La troisième m'a vraiment fait penser a un roman de Dickens, nous voici embarqué dans Londres ou les enfants vivent dans la misère. On a plus affaire a un conte qu'une histoire policière d'ailleurs. Je vous rassure, elle reste plaisante a lire. C'est juste que je l'ai trouvé un poil moins réussite que les deux nouvelles précédentes.
    Enfin la dernière ne m'a pas convaincu du tout et je me suis ennuyée. J'ai trouvé cette nouvelle peu crédible, enfin je ne vous en dit pas plus et je vous laisse juger par vous même.

    Bref ce recueil est vraiment très agréable, mon envie de Noel est comblée, je vais pouvoir attendre quelques mois maintenant..Derrière chose a rajouter la couverture de chez 10/18 est ravissante et nous met parfaitement dans l'ambiance.


    Lien : http://missmolko1.blogspot.ie/2014/08/nouveaux-contes-de-noel.html

    Critique de qualité ? (30 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 20/07/2014


    Brunswick Gardens Brunswick Gardens de Anne Perry

    Les enquêtes d'Anne Perry sont toutes fortement ancrées dans leur époque (fin 19ème siècle) et se déroulent pour la plupart dans les couches les plus hautes de la société.

    Ici, un meurtre a été commis au sein de la maisonnée d'un pasteur très apprécié de sa congrégation.
    La victime était une jeune femme, traductrice de langues anciennes, mais aussi féministe et darwiniste...de quoi se faire bien des ennemis !

    Les techniques policières étant relativement limitées à cette époque, c'est l'état psychologique de chacun qui sera étudié et décortiqué à la loupe afin de comprendre ce qui a bien pu se passer et qui avait un mobile pour assassiner cette femme.
    Le commissaire Pitt sera en cela grandement aidé de son épouse, plus à même de percer les secrets et passions de chacun.

    Une enquête de bonne facture, qui mêle la religion à la science mais aussi le rôle des femmes au sein de la société anglaise du 19ème encore très conservatrice.

    Critique de qualité ? (30 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 30/09/2014


    Pentecost Alley Pentecost Alley de Anne Perry

    Chaque enquête de l'inspecteur Thomas Pitt porte le nom du lieu où un cadavre a été trouvé, ici, il s'agit d'une prostituée qui a été torturée et assassinée dans une maison de passe d'un quartier sordide.

    L'histoire se déroule à Londres en 1890, deux ans après les meurtres de Jack l'Eventreur, et l'inspecteur Pitt, secondé par son épouse Charlotte, qui a la facheuse habitude de fourrer son nez où il ne faudrait pas, vont avoir bien du mal à déméler les fils de cette enquête qui les ramène innexorablement vers une grande et honorable famille avec beaucoup de pouvoir et d'influence, les FitzJames.

    L'atmosphère des quartiers mal famés est encore une fois bien décrite et on ressent bien la pression que subit l'inspecteur face à une famille qui fait tout pour protéger l'un des siens.
    J'ai bien aimé les différents rebondissements et coups de théatre qui ont lieu jusqu'à la fin, l'enquête semblant presque trop simple au départ et s'avérant en réalité bien complexe et tortueuse, à l'image des ruelles boueuses de Pentecost Alley.

    Critique de qualité ? (28 l'ont appréciée)


    • Livres 2.00/5
    Par SMadJ, le 08/08/2013


    Faute de preuves Faute de preuves de Anne Perry

    - Élève Coben ! Au tableau !
    - Mais pourquoi moi, monsieur ?
    - Vu la copie que vous venez de rendre, je ne ferais pas le malin à votre place, élève Coben !
    - Mais monsieur SMadJ...
    - Y a pas de monsieur SMadJ qui tienne ! Non mais de qui se moque-t'on ?!
    - Mais qu'est-ce que j'ai fait de mal m'sieu ?
    - Je suis vraiment très mécontent de votre copie élève Coben. Je n'ai jamais vu un tel ramassis de clichés et de situations éculés (oui ma brave dame éculé on vous dit !) qui sentent le remplissage. Oui, comme une odeur de fainéantise même. Parce que franchement, il y avait matière avec votre contenu à faire un bon bouquin. Regardez, le début est astucieux avec un changement de personnage principal juste après le prologue.
    Ce qui a l'avantage de nous égarer un peu le temps de comprendre le tour de passe passe. Mais la suite redescends le tout d'un cran très vite. C'est long, c'est fade et c'est inodore. C'est pas "Faute de preuves" qu'il fallait appeler votre bouquin mais "Faute de bonnes idées" !
    - Mais j'ai essayé de faire de mon mieux m'sieu !
    - Non, vous avez cédé aux sirènes de la facilité. Un fainéant je vous dis.
    Et puis où êtes vous allés pêcher une héroïne aussi cruche et aussi peu crédible ? Une présentatrice de télé réalité de bas etage qui serait plus efficace que tous les Experts, Shérifs, agents du FBI et policiers réunis ? Alors qu'au début du récit, on pourrait la prendre pour une membre neuneu du Tea Party, prête à tout pour faire condamner des gens, même innocents, sans l'ombre d'une vraie preuve sous prétexte d'audimat et d'incitation à la haine et la violence aveugle, elle deviendrait ensuite la plus humble des Socio-démocrates ? Non mais on croit rêver ! Ah et puis utiliser la chasse à la pédophilie pour rendre le propos plus justifiable et l'héroïne plus sympa pour faire larmoyer dans les chaumières, si vous appelez pas ça du cliché, je ne vous aurai rien appris cette année ! Et le cours sur la subtilité que diable ?
    Miss Monde avec une tête de Miss Marple ? Vous étiez en plein fantasme pré-pubère, élève Coben !
    - C'était pour que mes lectrices s'identifient et que mes lecteurs fantasment aussi...
    - Allez, suffit l'insolent, vous me copierez cent fois "je suis désolé d'avoir fait perdre leur temps à mes amis lecteurs qui me font la grâce de m'aider à m'enrichir à chaque nouveau bouquin paru"
    - Oh ça va être long à écrire, ça monsieur...
    - Hé bien ce sera toujours moins long que de lire votre bouquin, élève Coben. C'est pas cher payé !
    - Je ferai mieux la prochaine fois m'sieu.
    - Y a intérêt bonhomme !
    2/5

    Critique de qualité ? (28 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 10/11/2014


    Silence à Hanover Close Silence à Hanover Close de Anne Perry

    Cette enquête de l'inspecteur Pitt est assez particulière et savoureuse.
    Comme dans tous les romans de cette série, l'inspecteur Pitt doit résoudre un crime mais ici, ce sera encore plus difficile que d'ordinaire car le meurtre remonte à trois ans déjà et les pistes sont franchement maigres.
    Sa femme Charlotte et la soeur de celle-ci lui donneront un sérieux coup de main dans cette affaire, au point de risquer leur propres vies.

    L'ambiance victorienne est encore une fois merveilleusement bien décrite, l'histoire nous entraîne dans les coulisses de la politique étrangère, de l'espionnage, des amours contrariés, et surtout nous pénétrons le monde des domestiques.
    Nous découvrons le travail et le quotidien des majordomes, caméristes, gouvernantes, valets de pied, filles de cuisine, etc...
    L'auteur nous dévoile leurs tâches, leurs conditions de vie, leurs rêves, leurs secrets et nous apprend que bien souvent, ils en savent beaucoup plus sur leurs maîtres que ceux-ci ne l'imaginent.

    Critique de qualité ? (27 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par belette2911, le 09/04/2013


    Resurrection row Resurrection row de Anne Perry

    Mais qu'est-ce qui leur prend, à ces cadavres en putréfaction, de sortir de leurs tombes ? La terre ne leur conviendrait-elle pas ? Ils ont oublié d'éteindre le gaz ? Le voisinage est-il à ce point trop silencieux pour que l'un d'eux ait soudain l'envie irrépressible de se faire conducteur de cab ?

    Y aurait-il des Vampires à Londres ? Des zombies à Leicester Square ? Avouez qu'il y a de quoi tomber en pâmoison devant ce conducteur plus que faisandé. L'argent n'a pas d'odeur, mais lui, oui !

    Allez hop, on le refiche dans sa boi-boite, cet aristocrate cavaleur (mais sans pieu dans le cœur) et il réintègre sa demeure. Avec les asticots, l'aristo !

    Mais voilà ti pas que le dimanche, notre brave Lord Augustus - qui s'était déjà retrouvé sur le cab et qui fut ré-enterré dans la boi-boite - nous rejoue la fille de l'air ! Notre brave cadavre puant est retrouvé assis à l’Église, ce qui fera hurler sa veuve.

    Ce n'est donc pas un vampire... puisqu'il est dans un lieu saint.

    STOP ! Lecteur cartésien, ne t'en va point, nous sommes dans un polar victorien, et chez Anne Perry, pas de zombies.

    Non, c'est juste qu'un petit malin s'amuse à déterrer les cadavres et fait tourner la police en bourrique.

    Pitt en est à se demander si la mort de Lord Augustus Fitzroy-Hammond ne serait pas suspecte et que quelqu'un veuille attirer l'attention dessus.

    Diable, on l'a tout de même extirpé deux fois de son repos éternel ! Faut pas pousser bobonne dans les orties, tout de même, surtout lorsqu'elle est en string.

    C'est bougrement louche, toutes ces "sorties" du père Augustus qui n'a même pas le droit de se transformer en humus en toute tranquillité.

    Mais voilà que l'invasion des cadavres cavaleurs commence et que ça se déterre un peu partout ! Pitt en perd son latin.

    Avec Anne Perry, pas besoin d'attendre la page 200 pour avoir son lot de cadavres ou de sang.

    Directement, elle vous plonge dans le sujet comme on plonge un petit gâteau dans son thé : des cadavres qui puent et un plus frais ensuite.

    Tous n'ont pas dépassé leur date de péremption... Un peu de fraîcheur dans les cadavres, ça fait du bien.

    Dans cette enquête, l'inspecteur Pitt est plus présent et j'ai adoré retrouver cette chère tante Vespasia, qui n'a jamais sa langue en poche (et qui a dû la balader ailleurs dans sa jeunesse).

    Cette chère dame adore le franc-parler de Charlotte, sœur d'Emily, sa nièce par alliance. Même notre inspecteur dégingandé, elle l'apprécie.

    Ce qui a de bien avec Anne Perry c'est que, contrairement à Conan Doyle, elle nous plonge VRAIMENT dans le Londres de la reine Victoria et sans complaisance.

    La misère, vous la côtoyez ! Les femmes qui travaillent comme des malades et doivent encore faire le trottoir pour payer leur loyer, elle ne vous le cache pas.

    Les enfants exploités dans les hospices, elle vous en parle. Les lois mal faites et que les aristos trouvent très bien puisqu'elles privent les pauvres des droits essentiels, elle vous fiche le nez dedans.

    De plus, l'auteur ne se prive pas de mêler le sexe glauque dans les enquêtes de l'inspecteur Pitt : prostitution, proxénétisme, homosexualité (consentie ou pas), pédophilie, TOUS les sujets sont abordés dans ses différents romans, y compris les débuts de la pornographie photo.

    300 pages durant lesquelles on ne s'ennuie pas, découvrant tout un arrière-plan (et train) de la ville de Londres très très sombre.

    Au final ? Bluffée !


    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/1-romans-policiers-victoriens-ou-classi...

    Critique de qualité ? (27 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par belette2911, le 07/04/2013


    Rutland place Rutland place de Anne Perry

    Bien que l'héroïne se prénomme Charlotte, nous sommes loin de l'univers enchanteur du dessin animé "Charlotte Aux Fraises".

    Retrouver Charlotte et son mari, l'inspecteur Thomas Pitt est synonyme d'une plongée dans le Londres assez glauque de l'époque victorienne où la femme dans le milieu aristocratique avait souvent le rôle de "sois belle et par pitié, tais-toi, ne parle que de chiffons avec les autres pendant que nous, les hommes, allons au club, à la City et aux putes".

    Non, non, ce temps là n'est pas tout à fait révolu de nos jours... Ma lecture du livre "LA Banque : comment Goldman Sachs dirige le monde" m'en a apporté la preuve, les épouses des dirigeants, des associés et des employés étant priées de jouer le même rôle que ces pauvres dames anglaises de l'époque victorienne.

    Mais revenons à notre tasse de thé. Grâce à Charlotte et à la disparition d'un objet appartenant à sa mère (et auquel elle tient plus que tout), nous allons nous glisser dans les salons feutrés pendant l'heure du thé et grignoter des petits biscuits tout en nous enrichissant de leurs mœurs particulières.

    Ce qui, au départ, avait l'air d'une banale histoire de disparition d'objets disparates, débouchera tout de même sur une mort brutale. Un cadavre, c'est le minimum syndical d'un roman policier !

    Ne faisant que 310 pages, l'enquête est rapide et on a terminé l'affaire avant même d'avoir pu esquisser un bâillement poli durant les visites dans le beau monde de Rutland Place.

    L'auteur s'amuse à nous lancer sur différentes pistes, à énoncer des hypothèses, des mystères et à les résoudre au fur et à mesure de l'avancée du livre, comme d'habitude.

    Une fois de plus, bien que j'ai eu une pensée mal placée au sujet de deux personnage, j'étais encore en-deçà, la preuve que mon esprit n'est pas aussi noir et tordu qu'on pourrait le penser.

    Ce fut une lecture rafraîchissante après une précédente qui était éprouvante, une immersion dans les arcanes de la société "aristocrato-bourgeoise" après celles de LA banque (Goldman Sachs), mais le dégoût de cette société dite "bien pensante et en col blanc" est bel et bien présent au final.

    Ils dirigent le monde et la destinée des autres, se moquant bien au passage des petites gens qui crèvent, quelque soit l'époque ou le lieu.

    Pourrait-on faire un grand trou et les foutre tous dedans autant qu'ils sont ? Non ? Dommage...

    Ce titre laisse plus de place à Charlotte et à sa mère, au détriment de Pitt, ce qui est un peu dommage (juste un peu) mais c'était très plaisant à lire, une scène du livre est mémorable et en plus, je me suis laissée dupée par l'auteur avec grand plaisir.

    Par contre, je ne sais pas ce que fument l'imprimeur, le traducteur ou autre parce qu'il y a une faute énorme au nom de famille du père de Charlotte : "Allison" (coquille) au lieu de "Ellison".


    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/1-romans-policiers-victoriens-ou-classi...

    Critique de qualité ? (27 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par LePamplemousse, le 27/01/2014


    La promesse de Noël La promesse de Noël de Anne Perry

    Encore une fois Anne Perry nous convie à une balade rafraichissante.
    Elle nous emmène sur une île isolée au large du pays de Galles pendant les jours qui précèdent Noël. Le policier Runcorn y passe ses vacances et il va devoir donner un coup de main aux policiers locaux afin de résoudre un crime odieux : en effet, la jeune soeur du pasteur a été assassinée de façon horrible.
    Le roman est court et l'enquête est efficace, elle repose entièrement sur des discussions avec les uns et les autres et Runcorn devra veiller à dénicher des secrets sans trop froisser la susceptibilité des habitants, lesquels sont peu bavards...
    J'ai bien aimé la personnalité de Runcorn, un policier intègre mais pas toujours très doué avec les notions de tact et de diplomatie.
    L'ambiance isolée, venteuse, glacée et un peu hors du temps confère un charme fou à cette enquête.

    Critique de qualité ? (26 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 06/11/2014


    Rutland place Rutland place de Anne Perry

    Dans cette cinquième enquête de la série, l’inspecteur Pitt va avoir besoin de toute sa diplomatie habituelle, car l’affaire est compliquée et nécessite beaucoup de discrétion.
    En effet, un décès est survenu dans le quartier dans lequel réside sa belle-famille et la cause de la mort est incertaine.

    Entre secrets inavouables, petites mesquineries, disparitions suspectes d’objets dans le voisinage et peut-être un meurtre, Charlotte, la femme de l’inspecteur Pitt va avoir de quoi s’occuper, elle qui adore fourrer son nez dans les affaires des autres !
    J’ai beaucoup aimé ce volume car il laisse une place importante aux relations entre Charlotte et sa famille, surtout sa mère et sa sœur Emily.

    L’époque victorienne est encore une fois bien décrite, tant au niveau des occupations quotidiennes de chacun (les hommes passent leur journée à leur club et les femmes se rendent mutuellement visite pour boire du thé et échanger des potins) que de la place des femmes dans la société.

    Critique de qualité ? (25 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par LePamplemousse, le 28/09/2014


    L'Egorgeur de Westminster Bridge L'Egorgeur de Westminster Bridge de Anne Perry

    Cette enquête de l’inspecteur Pitt nous entraîne dans les milieux politiques.
    L’histoire se déroule à Londres dans les années 1880 et un parlementaire est retrouvé assassiné de façon horrible, égorgé et accroché à un lampadaire.
    L’inspecteur devra une fois de plus découvrir qui a pu faire une chose aussi atroce, et cela sera d’autant plus compliqué qu’il est très difficile de pénétrer dans les grandes maisons bourgeoises, et que les milieux politiques sont tout aussi difficiles d’accès.

    Dans cette enquête, sa femme Charlotte sera également bien présente, elle tentera de pénétrer dans l’univers de suffragettes, ces femmes qui luttaient pour obtenir le droit de vote, à une époque où les droits des femmes étaient très réduits.
    En effet, elles ne pouvaient pas être propriétaires d’un bien immobilier, elles n’avaient aucun droit sur leurs enfants, aucun pouvoir de décision légalement…et celles qui tentaient d’obtenir davantage de droits étaient très mal perçues, voire carrément rejetées par la bonne société.

    Cette enquête n’est pas ma préférée car, hormis les passages sur les suffragettes, les passages qui se déroulent au Parlement ou avec des hommes politiques m’ont semblé un peu ennuyeux.

    Critique de qualité ? (25 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par LePamplemousse, le 10/10/2014


    Resurrection row Resurrection row de Anne Perry

    Ce volume des aventures policières de l'inspecteur Pitt est original mais ce n'est pas un des meilleurs, tout simplement parce que la résolution de l'affaire est totalement improbable et même carrément tirée par les cheveux.
    Un homme est retrouvé mort en plein centre ville, le problème vient du fait que cet homme a déjà été enterré plusieurs semaines plus tôt !
    Pourquoi a t'on déterré un cadavre ?
    Sa mort était-elle suspecte ?
    Dans ce roman, l'inspecteur Pitt sera confronté comme souvent à des personnes issues de la haute bourgeoisie et il n'obiendra que de piètres résultats dans son enquête.
    Heureusement que son épouse et sa soeur ont l'habitude de se mêler de tout car ce sont elles qui lui apporteront des réponses face à ce mystère qui semble insoluble.
    J'ai trouvé qu'il y avait de nombreuses longueurs dans ce tome et la fin est vraiment peu crédible.

    Critique de qualité ? (24 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 07/10/2014


    Le Crime de Paragon Walk Le Crime de Paragon Walk de Anne Perry

    Cette troisième enquête de l'inspecteur Pitt et de son épouse Charlotte se déroule, comme très souvent, au sein d'un quartier très huppé de Londres, dans les années 1880.
    Une jeune fille de très bonne famille, Fanny Nash, âgée d'à peine 17 ans, a été violentée (il faut comprendre "violée" mais cela était trop choquant et vulgaire à l'époque pour le dire ainsi) et assassinée.
    Cela jette l'opprobe sur toute la rue car il est totalement inenvisageable que le coupable soit un habitant du quartier, il ne peut s'agir que d'un domestique saoûl ou d'un fou.
    L'inspecteur ira de maison en maison afin d'interroger tout le monde mais n'obtiendra que de piètre résultat car la bonne société ne souhaite pas divulguer quoi que ce soit qui les concerne.
    Heureusement que son épouse et la soeur de celle-ci ont des relations dans le grand monde, en se faisant recevoir chez les uns, en allant à des soirées ou en échangeant des ragots, elles aideront l'inspecteur à y voir plus clair.
    Ce volume a le mérite de parler du viol et montre bien qu'à l'époque, toute la faute retombait sur la victime et faisait retomber la honte sur toute sa famille.

    Critique de qualité ? (24 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 01/10/2014


    Le cadavre de Bluegate Fields Le cadavre de Bluegate Fields de Anne Perry

    Les enquêtes de l'inspecteur Pitt se succèdent et se ressemblent mais j'avoue que je ne m'en lasse pas.
    Le cadavre d'un jeune homme est retrouvé dans les égoûts mais à la surprise générale, il ne s'agit pas d'un pauvre gamin des rues, mais du fils aîné d'un aristocrate des beaux quartiers.

    L'inspecteur et son épouse Charlotte vont donc unir leur force pour tenter de découvrir qui a assassiné le garçon mais comme bien souvent, beaucoup de batons leur seront mis dans les roues et ils vont avoir bien du mal à trouver le coupable de ce crime atroce.

    La haute bourgeoisie est bien décrite, on comprend que les pires choses pouvaient s'y passer sans que quiconque n'y trouve rien à redire car la peur du scandale était considérée comme le pire des fléaux.
    Pas facile donc de poser des questions à un Lord, à une Lady ou même à leur personnel car les secrets les plus inavouables étaient préférables à la révélation publique d'un fait les concernant.

    Ce n'est pas la meilleure enquête à mon avis car on n'y apprend pas grand chose de nouveau concernant la vie personnelle de l'inspecteur et de son épouse.

    Critique de qualité ? (24 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 28/08/2014


    Meurtres à Cardington Crescent Meurtres à Cardington Crescent de Anne Perry

    L'inspecteur Thomas Pitt est encore une fois chargé d'une enquête difficile puisque sa belle-soeur, la soeur de sa femme, est soupçonnée du meurtre de son époux.
    Pénétrer dans les secrets familiaux est extrêmement périlleux et la carrière de Pitt pourrait bien en pâtir s'il n'avait, une fois encore, recours à l'intelligence et au courage de Charlotte, sa femme, pour l'aider à y voir plus clair.

    L'époque victorienne est merveilleusement bien décrite, on voit bien que les femmes n'avaient malheureusement pas leur mot à dire concernant leur propre existence, elles ne pouvaient pas choisir leur époux, ne pouvaient pas voter, ne disposait pas de leur propre argent, ne pouvaient prendre aucune décision hormis celles concernant la maison ou les enfants, elles étaient considérées comme fragiles et pas très intelligentes, juste bonnes à donner des ordres aux domestiques et à faire des héritiers.

    L'enquête est un peu longue, les mêmes faits et les mêmes arguments sont répétés en boucle pendant pas mal de pages et la fin est finalement un peu brusque et sans trop de surprise.
    Ce n'est pas la meilleure des enquêtes de l'inspecteur Pitt mais elle nous fait découvrir un peu mieux la condition des femmes de la haute société à l'époque victorienne.

    Critique de qualité ? (22 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par belette2911, le 03/07/2014


    Ashworth Hall Ashworth Hall de Anne Perry

    Qui a commencé entre les O’Timmins et les O’Hara ? Nous ne le saurons jamais avec certitude, mais entre les Irlandais catholiques et les Irlandais Protestants, l’entente n’est pas au beau fixe…Un peu comme dans "Les rivaux de Painful Gulch" de Morris… L’humour en moins, bien entendu. Quant à leur entente avec les Anglais… Là, c’est tout aussi pire ! Toutes ces querelles sont comme des pelotes de laine dont on ne sait plus trop où se trouve le bout.

    Au XIXème, déjà, les dissensions politiques et religieuses entre catho et protestants en Irlande n’en finissaient pas d’empoisonner le gouvernement britannique car la guerre civile menaçait de se déclarer entre les deux factions.

    Que faire ? Tenter d’apaiser les tensions à l’aide d’une secrète réunion entre protestants et catholiques irlandais, sans omettre dans le lot des modérés et un médiateur. Le médiateur ayant déjà reçu des menaces de morts, il faut le protéger discrètement…

    Par qui ? Par le commissaire Pitt, pardi ! Où ? Dans le superbe manoir d’Ashworth Hall, demeure d’Emily, la sœur de sa femme Charlotte. Comment ? En toute discrétion, je vous prie ! Les déguisements "robes de soirées" et "smoking" seront de rigueur.

    Voilà Pitt déguisé en bodyguard… Kevin Costner était bien plus efficace dans le rôle car le médiateur Greville s’est noyé dans sa baignoire, le tout à l’insu de son plein gré ! Un meurtre, oui, c’est bien cela. Ah c’est bête, comment on va faire, maintenant, pour la réunion, hein ?

    Pour une fois, nous n’arpenterons pas les ruelles de Londres, nous ne prendrons pas le thé chez les ladys car nous sommes dans un huis-clos !

    Le meurtre a eu lieu et la directive est "Que personne ne sorte". Pitt, aidé de son second, Tellman (au départ, déguisé en valet peu coopératif), doit résoudre ce meurtre dans les plus brefs délais avant que l’ambiance ne tourne à l’explosion (dans tous les sens du terme).

    Ici, pas de ladys dans le sens premier du terme – vous savez, celles qui boivent du thé – mais des irlandaises catho ou protestantes qui se regardent en chiens de faïence. Pas évident, dès lors, de trouver un sujet de conversation qui ne soit pas sujet à controverses ou à disputes. Hormis parler de la pluie et du beau temps, ou chiffons, il ne reste pas grand-chose comme sujets de discussion à l’hôtesse et à sa sœur Charlotte.

    Entre leurs maris ou leurs frères, l’ambiance n’est pas mieux, je dirais même qu’elle est plus tendue que le "matériel" d’un acteur porno sur le point d’entrer dans… heu, en action !

    Chacun se renvoie la faute, certains se vautrent dans le statut de victimes, d’autres dans les lits qui ne sont pas les leur et on se demande s’ils ont vraiment le désir d’arranger leurs différents où s’ils ne préfèrent pas mieux que tout continue, afin d’avoir encore une cause pour laquelle mourir ou des légendes fausses à raconter.

    Cela m’a changé de mes habituels "Charlotte Pitt" de rester à l’intérieur d’un manoir et de voir les gens prêts à se sauter à la gorge au nom d’une cause.

    Le côté politique m’a bien plu et j’ai appris des choses durant ma lecture en suivant les flèches décochées par chaque camp. Entre nous, vu leur comportement, ils donnaient envie de pleurer, vu leur incommensurable bêtise.

    Conseil, si vous le lisez, faites comme moi : prenez des notes lors de la présentation des personnages afin de vous y retrouver dans les noms des Irlandais catho ou protestants ! Sans cela, vous risquez d’être perdu et de ne pas profiter aussi bien du récit.

    Bien que j’ai deviné de suite qui était plus louche que les autres, bien que je ne me sois pas trompée dans les noms des coupables, non seulement ça n’a pas gâché mon plaisir, mais je dois confesser que j’avais tout de même fait une petite erreur de jugement…

    Un roman court, différent des autres, mais qui se lit tout seul, le tout dans une ambiance assez houleuse additionnée d’un huis-clos explosif !

    ♫ J’ai voulu planter un oranger
    Là où la chanson n’en verra jamais ♪
    Là où les arbres n’ont jamais donné ♫
    ♪ Que des grenades dégoupillées ♫


    Lien : http://thecanniballecteur.wordpress.com/2014/07/03/ashworth-hall-anne-perry/

    Critique de qualité ? (22 l'ont appréciée)




Faire découvrir Anne Perry par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz