Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Arthur Conan Doyle (345)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par LydiaB, le 06/02/2013

    Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

    Lorsque le docteur Mortimer eut achevé sa lecture, il remonta ses lunettes sur son front et regarda Sherlock Holmes. Ce dernier bâilla, jeta le bout de sa cigarette dans le feu et demanda laconiquement :
    « Eh bien ?
    — Vous ne trouvez pas ce récit intéressant ?
    — Si ; pour un amateur de contes de fées. »

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la citation


  • Par Zu, le 02/08/2013

    Arthur Conan Doyle Arthur Conan Doyle

    Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité.

    Commenter     J’apprécie          1 37         Page de la citation


  • Par lecassin, le 23/12/2012

    Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

    C'était un chien, un chien énorme, noir comme du charbon, mais un chien comme jamais n'en avaient vu des yeux de mortel. Du feu s'échappait de sa gueule ouverte; ses yeux jetaient de la braise; son museau, ses pattes s'enveloppaient de traînées de flammes. Jamais aucun rêve délirant d'un cerveau dérangé ne créa vision plus sauvage, plus fantastique, plus infernale que cette bête qui dévalait du brouillard.

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la citation


  • Par ibon, le 19/02/2013

    Une étude en rouge de Arthur Conan Doyle

    Je considère que le cerveau de l'homme est, à l' origine, comme une petite mansarde vide et que vous devez y entasser tels meubles qu'il vous plaît. Le sot y entasse tous les fatras de toutes sortes qu'il rencontre, de sorte que le savoir qui pourrait lui être utile se trouve écrasé [...]
    (La science de la déduction)

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation


  • Par PiertyM, le 02/06/2014

    La grande ombre de Arthur Conan Doyle

    Je me rappelai aussi qu’ayant pris une anguille dans le ruisseau de Corriemuir, je la poursuivis, cette anguille à la main, avec tant d’acharnement qu’elle finit par se réfugier, à moitié folle d’épouvante, sous le tablier de ma mère, et que mon père m’asséna sur le trou de l’oreille un coup de bâton à bouillie qui m’envoya rouler, avec mon anguille, jusque sous le dressoir de la cuisine.
    Voilà donc ce qu’elle regrettait ?
    Eh bien, elle se résignerait à s’en passer, car ma main se sécherait avant que je sois capable de recommencer maintenant.
    Mais je compris alors pour la première fois, tout ce qu’il y a d’étrange dans la nature féminine, et je reconnus que l’homme ne doit point raisonner à ce propos, mais simplement se tenir sur ses gardes et tâcher de s’instruire.

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation


  • Par Nastasia-B, le 13/05/2014

    Le ruban moucheté de Arthur Conan Doyle

    Rien ne me plaisait plus que de coller à Holmes pendant ses enquêtes ; j'admirais la rapidité de sa logique : tellement prompte qu'elle rivalisait avec l'intuition ; elle déroulait toujours ses propositions en partant d'une base solide, grâce à quoi il débrouillait les problèmes les plus compliqués qui étaient soumis à sa sagacité d'analyste.

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation


  • Par nastie92, le 11/03/2014

    Arthur Conan Doyle Arthur Conan Doyle

    (Extrait de "Sur un baleinier dans les mers arctiques")

    Voici comment les choses se sont passées. Un après-midi à Edinburgh, alors que je me morfondais à potasser un de ces examens qui gâchent le vie des étudiants, vint à moi un certain Currie, un condisciple que je connaissais peu. L'incroyable question qu'il me posa chassa toute idée d'études loin de mes préoccupations.
    - Que dirais-tu, me dit-il, d'embarquer la semaine prochaine sur un navire baleinier ? Tu serais le chirurgien du bord pour deux livres dix par mois, plus trois shillings par tonne d'huile rapportée.
    - Comment sais-tu qu'il y a un poste pour moi ? demandai-je, bien sûr.
    - Parce que c'est de mon poste qu'il s'agit. Je viens de découvrir que je ne pouvais pas partir, et je cherche quelqu'un pour me remplacer.

    (Sir Arthur Conan Doyle partira donc pour une campagne de chasse de sept mois, à bord du baleinier "Hope".)

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation


  • Par LydiaB, le 12/03/2013

    Contes de terreur : L'Horreur du plein ciel - L'Entonnoir de cuir - De nouvelles catacombes - L'Affaire de Lady Sannox - Le Trou du Blue John - Le Chat brésilien de Arthur Conan Doyle

    – Je vais vous montrer le joyau de ma collection, me dit-il. Il n’y en a qu’un autre spécimen en Europe, maintenant que le petit de Rotterdam est mort. C’est un chat brésilien.
    – En quoi diffère-t-il d’un autre chat ?
    – Vous allez voir, me répondit-il en riant. Voudriez-vous faire glisser le guichet et regarder à l’intérieur ?
    J’obéis. J’avais vue sur une grande salle nue, dallée, qui avait de petites fenêtres à barreaux sur le mur d’en face. Au milieu de cette salle, une grosse bête de la taille d’un tigre, mais noire et luisante comme de l’ébène, était couchée dans un rayon de soleil. C’était tout simplement un chat gigantesque et très bien soigné. Pelotonné sur lui-même, il se chauffait béatement comme n’importe quel chat. Il était si gracieux, si musclé, et si gentiment, si paisiblement diabolique que je demeurai au guichet un bon moment à le contempler.
    – N’est-il pas splendide ? me demanda mon hôte avec enthousiasme.
    – Magnifique ! Je n’ai jamais vu un plus bel animal.
    – On l’appelle parfois un puma noir, mais en réalité il n’est pas un puma. De la tête à la queue il mesure trois mètres cinquante. Il y a quatre ans, il n’était qu’une petite boule de poils noirs d’où émergeaient deux yeux jaunes. On me l’a vendu tout de suite après sa naissance dans une région sauvage située près des sources du Rio Negro. Sa mère avait été abattue à coups de lance parce qu’elle avait tué une douzaine d’indigènes.
    – Ce sont donc des bêtes féroces ?
    – Les plus sanguinaires et les plus traîtres des animaux vivant sur cette terre ! Parlez d’un chat brésilien à un Indien des hauts plateaux, et vous le verrez sursauter… Les chats brésiliens préfèrent l’homme à n’importe quel gibier. Celui-ci n’a pas encore goûté au sang d’un être vivant ; mais le jour où il y goûtera, il deviendra une terreur. Actuellement il ne supporte personne d’autre que moi dans sa cage. Même Baldwin, le groom, n’ose pas l’approcher. Mais moi, je suis à la fois son père et sa mère…
    Tout en parlant il ouvrit brusquement la porte, à mon grand étonnement, et il se glissa à l’intérieur après l’avoir aussitôt refermée derrière lui. Au son de sa voix, le gros animal souple se leva, bailla, et alla frotter affectueusement sa tête ronde et noire contre la taille de son maître qui lui rendit ses caresses.

    (Extrait du "Chat brésilien")

    Commenter     J’apprécie          4 22         Page de la citation


  • Par Nastasia-B, le 18/05/2014

    Le ruban moucheté de Arthur Conan Doyle

    - Ah ! vous voulez vous débarrasser de moi ? grommela notre visiteur en marchant sur nous avec des moulinets de son stick. Je vous connais, espèce de coquin ! J'ai déjà entendu parler de vous : Holmes le touche-à-tout, hein ?
    Mon ami se borna à sourire.
    - Holmes la mouche du coche ?
    Son sourire s'élargit.
    - Holmes le maître Jacques de Scotland Yard...
    Holmes gloussa de joie :
    - Votre conversation est passionnante, docteur ! dit-il. Mais quand vous sortirez, fermez donc la porte s'il vous plaît, à cause des courants d'air.
    - Je partirai quand je voudrai ! N'ayez pas l'audace de vous mêler de mes affaires !

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation


  • Par Nastasia-B, le 14/05/2014

    Le ruban moucheté de Arthur Conan Doyle

    J'en étais arrivé, m'expliqua-t-il, à une conclusion entièrement erronée. Ce qui montre, mon cher Watson, combien il est périlleux de raisonner à partir de prémisses incomplètes.

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation


  • Par ladesiderienne, le 05/08/2014

    Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

    Plus un détail apparaît outré plus il mérite de retenir l'attention ! Le détail qui semble compliquer un cas devient, pour peu qu'il soit considéré et manié scientifiquement, celui qui permet au contraire de l'élucider le plus complètement.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation


  • Par belette2911, le 25/11/2012

    Sherlock Holmes, tome 2 de Arthur Conan Doyle

    Je suis un cerveau, Watson. Le reste de mon individu n'est que l'appendice de mon cerveau. Donc, c'est le cerveau que je dois servir, d'abord!

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation


  • Par Deuzenn, le 26/06/2012

    Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

    Le monde est plein de choses claires que personne ne remarque jamais.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation


  • Par lecassin, le 22/05/2013

    Le signe des quatre de Arthur Conan Doyle

    Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation


  • Par jadzia, le 18/02/2014

    Une étude en rouge de Arthur Conan Doyle

    Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Tout ce qui est, a déjà été.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation


  • Par PiertyM, le 01/08/2014

    Résurrection de Sherlock Holmes de Arthur Conan Doyle

    Ma théorie est que l’individu représente dans son développement la lignée de ses ancêtres, et que les brusques orientations vers le bien ou le mal sont dues à une influence maîtresse qui puise sa source dans l’hérédité : l’individu ne serait, somme toute, que l’abrégé de l’histoire de sa famille.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation


  • Par Enki, le 21/04/2014

    Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

    Et je dois dire que dans les récits que vous avez eu l’amabilité d'écrire à partir de mes modestes enquêtes, vous avez constamment sous-estimé vos possibilités. A supposer que vous ne soyez pas une lumière par vous-même, vous êtes un excellent conducteur de la lumière. Il est ainsi des gens qui, sans posséder eux-même aucun génie, ont le don de le stimuler chez les autres. Je reconnais, mon cher ami, que je vous dois beaucoup.

    Commenter     J’apprécie          1 14         Page de la citation


  • Par ibon, le 20/05/2013

    Le dernier problème, suivi de "La maison vide" de Arthur Conan Doyle

    - Je professe, Watson, une théorie selon laquelle l'individu représente dans son développement toute la série de ses ancêtres, ses brusques orientations vers le bien ou vers le mal traduisant une puissante influence qui trouve son origine dans son pedigree. L'individu devient, en quelque sorte, le résumé de l'histoire de sa propre famille.
    - Théorie assez fantaisiste !

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation


  • Par diborde, le 27/07/2010

    Le Vampire du Sussex de Arthur Conan Doyle

    - Mais pourquoi n'avez-vous pas mangé?
    - Parce que les facultés s'aiguisent quand vous les faites jeûner. Voyons, mon cher Watson, en tant que médecin vous admettez bien que ce que votre digestion fait gagner à votre sang est autant de perdu pour votre cerveau? Je suis un cerveau, Watson. Le reste de mon individu n'est que l'appendice de mon cerveau. Donc, c'est le cerveau que je dois servir d'abord!
    " La pierre de Mazarin"

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation


  • Par nanoucz, le 30/11/2009

    Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

    C'est le grand bourbier de Grimpen, déclara-t-il. Un faux pas là-dedans et c'est la mort assurée pour l'homme ou l'animal. Pas plus tard qu'hier j'ai vu un des poneys de la lande s'y aventurer. Il n'est jamais ressorti. Pendant un bon moment j'ai aperçu sa tête qui se tortillait au-dessus de la tourbière, avant de finir par se faire engloutir. Même en saison sèche la traversée n'est pas recommandée, mais après ces pluies d'automne l'endroit est comme qui dirait terrifiant. Et pourtant je sais comment m'y repérer pour en atteindre le centre, et en revenir vivant. Mon Dieu, voilà encore l'un de ces malheureux poneys !

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation





Faire découvrir Arthur Conan Doyle par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz