Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de Céline Minard


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 4.00/5
    Par trust_me, le 26/09/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Des cow-boys, des indiens, des voleurs de chevaux, des chariots dans la plaine, des danseuses de saloon… Brad, Josh, Jeffrey, Elie, Zébulon, Sally et les autres. Une multitude de personnages convergeant volontairement ou pas vers une ville champignon sortie de nulle part : « Une rue longue d’environ 600 mètres, bordée de part et d’autre de tentes et de baraques en planches plus ou moins solides. » La naissance d’un monde neuf ou chacun aura sa chance, quel que soit son turbulent passé.

    Tous les clichés possibles s’empilent (attaque de la diligence, saloon tenu par une maquerelle, chinois blanchisseurs…) et pourtant l’image mythique du western ne cesse d’être bousculée. Céline Minard a à l’évidence pris beaucoup de plaisir à tricoter cet univers à la fois décalé et respectueux des codes du genre. Et c’est surtout parce qu’elle maîtrise à la perfection ces codes qu’elle peut se permettre de les chahuter comme bon lui semble. Elle est tellement à l’aise dans cet environnement si cloisonné que l’on a parfois envie de hurler : « Dorothy M. Johnson, sors de ce corps ! ». Il suffit de voir la facilité déconcertante avec laquelle elle parvient à installer une ambiance « typiquement western » : son saloon a l’odeur du tabac froid et du whisky bon marché, sa prairie verdoyante résonne du bruit des sabots des chevaux indiens et quand on s’assoit sur le fauteuil du barbier, on sent la douceur de la mousse à raser et la pression du coupe-chou sur notre carotide. Une écriture descriptive à la précision diabolique qui plonge le lecteur en pleine immersion. Que ce soit dans les passages contemplatifs où lors de scènes d’action trépidantes, tout sonne terriblement juste. Même le final, nerveux à souhait, que l’on attend crépusculaire et tragique, se termine sur une pirouette inattendue.

    Du souffle, un hymne poétique à la nature sauvage, des personnages incarnés et des destins croisés… pas de doute, Céline Minard est bien une virtuose.


    Lien : http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2013/09/faillir-etre-flingue-celine-min...

    Critique de qualité ? (34 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par tynn, le 12/07/2014


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Une curiosité que ce livre...

    Céline Minard aurait-elle été sqaw-chamane ou danseuse de bastringue dans l'ouest au cours d'une autre vie, pour si bien transporter le lecteur dans les grands espaces américains, sur les pas des cowboys, prospecteurs, émigrants et indiens de tous poils?

    On peut parler ici de mythe fondateur d'une nation, par une épopée vers des terres vierges, dans une nature omniprésente, avec faune et flore généreuses ou dangereuses, un voyage qui se décline entre violence humaine et sérénité.

    Plaines desséchées et caillouteuses, mirages sur prairies moites de chaleur, paysages à l'infini parcourus à cheval ou à pied interminablement, nuits à la belle étoile enroulés autour d'un fusil, survie par la chasse ou la recherche de l'eau, combat contre les éléments déchaînés en étant simplement des hommes fragiles mais teigneux. Tout est à dompter, à conquérir, en sauvant sa peau, nécessairement!
    Avec l'esprit d'entreprise typiquement américain, partant de rien pour construire ou reconstruire une vie...

    Une aventure humaine d'une autre époque racontée avec un réalisme lyrique : attaques de tribus indiennes ou de diligence , transhumance de chariots brinqueballants, vols de chevaux, bagarres de saloons, commerce avec les indiens, villes éphémères faites de bois ou de toiles...(le réveil d'un troupeau de moutons laineux est à lui seul une pépite )

    Le quotidien de l'Ouest se décline, brutal, dans les vies entremêlées de personnages variés, dans leurs savoir-faire en débrouillardise et autonomie, dans leurs talents de pisteurs, de fermiers, de cavaliers en communion avec leurs montures, dans les rapports rugueux et suspicieux où la confiance est une denrée rare. Tout un monde disparu mêlant blancs, chinois et indiens, décrit avec minutie et précision du détail, dramaturgie et poésie, violence et humour.

    Si on m'avait dit qu'un plaisir littéraire viendrait d'un western, je n'y aurais pas cru!
    Et pourtant, ce fut une belle surprise.

    Critique de qualité ? (29 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par ivredelivres, le 12/12/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    J’avoue j’ai toujours eu un faible pour les westerns, les bons évidement, mais moi que voulez-vous quand j’entends Dean Martin dans Rio bravo je fonds totalement et je peux rester coller à l’écran pour voir Redford Jeremiah avancer dans les neiges du grand ouest américain.
    Une faiblesse bien sûr mais qui ne m’a pas quitté, alors voyez un peu ma joie et mon excitation après les dix premières pages du roman de Céline Minard.

    Je fais acte de contrition, je râle fréquemment contre le peu d’imagination et de souffle des écrivains français, et bien là chapeau bas (de cow-boy) Madame Minard.
    Bon je vous la fait courte car vous avez dû déjà lire cela dix fois.
    Nous voilà dans une grande plaine mais avec juste les montagnes à main droite, genre le Wyoming ou le Montana.
    Des migrants avancent péniblement, chariots, hommes et bêtes, bien portants et mourants, à quelques pas de là des indiens, des hommes en fuite, des voleurs, des grigous et d’autres au grand coeur.

    Pour faire bonne mesure il y a la quête de nourriture, la chasse, la recherche d’un abri pour la nuit, la traversée des rivières..........
    Si vous êtes comme moi ces mots là ont dû faire apparaitre des images oubliées, de piste suivi par les troupeaux, de campements sous la lune, de danger dans l’ombre.
    Allons un peu plus avant, une ville vient de se créer, sa quincaillerie, son saloon au piano mécanique, ses filles et la tenancière derrière le bar. Il y a le barbier qui fait la peau douce, et celui qui loue tout (ouais ça existait déjà).
    Que ce passe t-il lorsque les uns rencontrent les autres, des duels au pistolet ? des verres de whisky échangés ? ou des plaies recousues ........
    Voilà je n’irai pas plus loin, si vous hésitez à lire ce livre, regardez Règlement de compte à OK Corral ou alors Eldorado et ouvrez le livre, vous y êtes ..........



    Lien : http://asautsetagambades.hautetfort.com/archive/2013/11/17/fallir-etre-flingu...

    Critique de qualité ? (25 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par chriskorchi, le 15/06/2014


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    J’ai beaucoup entendu parlé de ce roman avant de le lire, je n’en avais entendu que du bien et je comprends pourquoi, l’auteur maîtrise sa plume et a dû bien s’amuser à jouer avec les clichés du western. J’ai été embarquée dès les premières lignes et je n’ai pas décroché. Une aventure incroyable et des personnages qui le sont tout autant, un rythme, une atmosphère c’est un roman très réussi et surprenant.

    Un récit sur la vie sauvage avec la nature hostile et très bien décrite, les animaux sauvages et magnifique, les cow-boys, les indiens et leurs chamanes, c’est aussi un récit sur les rapports humains, sur la construction d’une ville nouvelle. Tout ça avec de l’humour et de la dérision. On s’attache aux nombreux personnages venus d’horizons différents tous portés par l’espoir d’une vie meilleure. Il y a des scènes captivantes et des descriptions de paysages incroyables. J’ai vraiment adoré l’esthétique de ce roman de grands espaces.

    Le final est totalement inattendu et confirme la virtuosité de l’auteur que je découvre avec ce roman, j’ai d’ailleurs grandement envie de découvrir d’autres livres de Céline Minière.

    VERDICT

    Pour les férus d’aventures, de grands espaces et de far-west n’hésitez même pas vous serez sous le charme. A offrir , à faire découvrir… Coup de coeur.

    Critique de qualité ? (18 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Cath36, le 19/01/2014


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Dans ce livre Céline Minard reprend tous les stéréotypes du western dit spaghetti à sa manière et en fait une sorte d'histoire hors du temps, entre le mythe et le récit colporté. Elle décrit des vies bien concrètes dans un style atypique, à la fois réaliste et poétique, et construit son texte comme on déroule un rouleau de papier, déchiffrant et lisant à la fois les évènements qui surviennent. Elle donne ainsi à son récit une sorte de mystique quelque peu étrange qui redonne à un genre un peu vieilli le caractère original de son passé. J'ai été prise dés le début par le charme de son écriture et me suis laissée portée jusqu'à la fin par ce côté a-typique qui redonne de la couleur aux mots et aux situations, peut-être un peu trop léger parfois par rapport à certaines situations décrites mais qui nous replonge en plein dans la légende de l'ouest. On en redemanderait !

    Critique de qualité ? (18 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par JaneEyre, le 05/02/2014


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    "Faillir être flingué" : un sacré programme! Rien qu'au titre, j'imaginais des cow-boys et autres chasseurs de primes, chapeau sur la tête, flingues à la ceinture, prêts à en découdre les uns avec les autres! J'ai été en partie satisfaite, mais pas tout à fait.

    En entamant le livre, j'étais un brin désappointée: on suit en parallèle plusieurs personnages, qui parfois n'ont pas encore de noms ni d'histoire propre. J'ai eu beaucoup de mal à les différencier, à comprendre où ils se trouvaient les uns par rapport aux autres... J'étais déroutée, et je souffrais d'un léger ennui... Car nos personnages se contentent d'avancer dans la nature de traverser des étendues de terres inexplorées. Je trouvais que ça manquait un peu d'action, ou au moins de péripéties...

    Ceci dit les chapitres sont courts (ce que je trouve appréciable) et l'écriture est vraiment agréable. D'ailleurs, je pense que le style est un des grands points fort de ce roman!

    Bref, passé ces débuts un peu difficile, nos héros finissent par se rencontrer, et par s'installer dans une ville. Une ville de western: un saloon, un barbier et quelques tentes, un élevage de moutons. Une ville à peine née, au milieu de nulle part. Là, les choses décollent: on en apprend plus sur nos personnages, on suit les étapes de leur installation, on les voit affronter les problèmes qui se dressent devant eux.

    J'ai passé un bon moment de lecture, et même si certains tiqueront sur la reprise de nombreux clichés du genre, moi j'ai été satisfaite! Si vous aimez les chevaux, les brigands de grand chemin, les diligences attaquées, les indiens, les parties de poker au coin du feu et les grandes rasades de whisky, vous serez heureux!

    Maintenant, la chose qui m'a embêtée (et ce pourquoi je ne met pas 4 étoiles): c'est quand même relativement gentil. Je veux dire on est dans le grand ouest! Ça aurait mérité un peu plus de poussière, de sang! Ça m'a semblé un peu idéalisé, une peu doux... Du coup, ça perd un peu en crédibilité et en réalisme à mon goût. Nos héros ne souffrent pas assez (hé oui je préfère quand mes personnages en prennent un peu pour leur grade, au moins je sais ce qu'ils ont dans le ventre!)...

    Ce dernier point mis à part, j'ai passé un bon moment. L'écriture est vraiment belle.

    Critique de qualité ? (17 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Readingintherain, le 11/11/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Josette Vial a dit de ce roman que s’il ne fallait en lire qu’un seul de la rentrée 2013, c’était celui-là. Ça vous pose un bouquin, tout de même, et forcément du coup je l’ai pris alors que bon, personnellement, je n’avais jamais été très attirée par Céline Minard. En plus c’était un western, avec Lonesome Dove dans mon rétroviseur je me suis dit « allez je me lance, les histoires de cowboys en ce moment c’est mon trip ». Et, effectivement, c’est une histoire de cowboys. Mais pas que.

    Au début, c’est un peu le bordel. C’est toute une bande de personnages à qui il arrive des trucs et qui convergent vers une petite ville. Mais à la fin, c’est un groupe de héros absolument géniaux qui utilisent leurs différences pour lutter ensemble. Contre quoi ? Faut pas rêver, je ne vais pas tout vous raconter, il va falloir le lire pour mieux comprendre mais je vous le conseille absolument. Sans être aussi dithyrambique que Mme Vial, c’est tout de même un pu** de bon bouquin.


    Lien : http://www.readingintherain.com/2013/11/faillir-etre-flingue-c-minard/

    Critique de qualité ? (12 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Charybde7, le 16/10/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    À partir d’un chariot tracté par des bœufs qui avance dans l’immensité de la plaine, puis d’une galerie de personnages, hommes et femmes, plus vivants que nature, Céline Minard construit un roman palpitant, successivement rapide comme une balle et puis lent comme l’avancée des bœufs, mais porté par un souffle continu. La nature sauvage, les coyotes, bisons, faucons pèlerins et hordes de chevaux, des héros qui ont le colt à portée de la main, le saloon et ses prostituées, les premiers immigrants chinois blanchisseurs de linge, poursuites et vengeances, le courage, et l’homme qui sans cesse manque d’être flingué, tous les ingrédients des meilleurs westerns sont dans ce récit.

    «Ils roulèrent dans la poussière chacun de leur côté pour garder une distance d’attaque praticable. Ils se relevèrent en même temps. Et se tinrent face à face, à dix pas l’un de l’autre, à saigner silencieusement. Ils soufflaient. Zébulon, à nouveau, avait les bras légèrement écartés du corps. Ils prirent conscience ensemble du fait que lui n’était pas désarmé. Et c’est à cet instant que Bird prouva aux yeux de Zeb que le cheval lui appartenait. Parce qu’il ne se détourna pas, parce qu’il ne jeta même pas un regard à son arme appuyée contre l’auvent du saloon, parce qu’il se prépara à recevoir trois grammes d’acier dans le cœur pour avoir voulu récupérer un cheval qu’on lui avait volé et parce que cela n’était qu’une injustice parmi d’autres qu’il avait connues. Vraisemblablement la dernière ce qui était un soulagement.»

    Autour du saloon tenu d’une main de fer par Sally se rejoignent des pionniers pères et fils, des hommes qui se volent successivement le même cheval, un cowboy qui rêve de monter un établissement de bains de luxe, Quibble et ses acolytes, la bande des vrais méchants, Eau-qui-court-sur-la-plaine la grande chamane indienne et Dakota l’habile chef indien, tous ces hommes qui avancent à coup de péripéties, en frôlant la mort, pour construire une communauté et un nouveau monde.

    Et les personnages, en particulier les pionniers blancs, montrent aussi leur envers, pas uniquement la dureté de leur cuir, mais aussi leur conscience, leur humour et leurs émotions ; et quand par moments, comme dans la scène de fusillade finale, au sommet de l’intensité, le mouvement ralentit, on se sent immergé dans le grand Ouest pionnier avec une acuité décuplée.

    «Mais, par-dessus tout, sauf pour ceux qui s’étaient faits coureurs et trappeurs, ce que les Blancs redoutaient tous ensemble, c’était le souffle de la vie sauvage, crue, impitoyable, désentravée. Ils la désiraient autant qu’ils la détestaient.»

    Critique de qualité ? (12 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Bilonico, le 19/03/2014


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Un roman qui monte en puissance pour nous laisser entre-percevoir la beauté et la brutalité de l'Ouest américain, entre les Blancs en quête de rédemption ou de vies nouvelles et animés par le syndrome de la frontière et les Indiens ni meilleurs ni plus mauvais que les précédents, partagés entre le culte des ancêtres et de la nature et les attraits de la modernité.
    Une écriture en retenue qui colle au sujet et apporte un supplément d'âme à l'histoire.
    Très plaisant.

    Critique de qualité ? (10 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par MarianneDesroziers, le 19/09/2011


    So Long, Luise So Long, Luise de Céline Minard

    Au soir de sa vie, une femme écrivain, à la carrière couronnée de succès et de prix littéraires, fait le bilan de sa vie, s’adressant à Luise, sa compagne, sa « douce », dans un livre testament.
    Céline Minard signe ici peut-être son meilleur roman à ce jour. Il y est question de littérature, d’arts, de création, et aussi d’une belle histoire d’amour qui dure depuis cinquante ans. La langue y est riche et féconde, truculente, presque rabelaisienne, ne cédant pas une once de terrain aux modes littéraires ou à l’air du temps. La sensualité est très présente dans l’écriture de Céline Minard qui ne s’embarrasse pas de superflu, d’effets de manches ou de fausse pudeur pour dire les choses du corps et le célébrer.

    La suite sr le blog : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2011/09/so-long-luise-de-celine-minard-denoel.html


    Lien : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2011/09/so-long-luise-de-celine-m...

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par traversay, le 11/12/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Faillir être largué. Mais oui, parce que le début du roman de Céline Minard désoriente avec la présentation successive d'un chariot de personnages dont on ne sait encore quel sera leur lien. Le démarrage de Faillir être flingué l'apparente à un roman choral. Complètement à l'ouest. Règlements de compte à OK choral ? Euh, si on veut. C'est fruste, c'est sauvage, c'est un peu avant la période que se sont appropriés les westerns dits classiques (De John Ford à Clint Eastwood en passant par Anthony Mann). Céline Minard, et c'est aussi éventuellement une raison pour trouver le roman parfois abrupt d'accès; apprécie beaucoup les longues descriptions de la nature, un côté contemplatif qui a tendance à un peu trop durer. Mais enfin, tout ceci finit par converger vers la ville et la création d'activités commerciales, artisanales et de services. Soit le vrai sujet de Faillir être flingué : comment une communauté nait et se développe avec un esprit d'entreprenariat. Les dialogues du livre sont particulièrement malicieux et ne manquent pas de piquant. Une pincée d'humour qui humanise peu à peu à ce roman à partir du moment où le puzzle se met en place, quand les nomades deviennent sédentaires, quand les "colons" s'installent pour de bon. Original, Faillir être flingué l'est surtout par sa sa forme, dès qu'il s'agit de malaxer les clichés du western, avec sa construction évidée, peut-être un poil trop sophistiquée. Son style, fort brillant, est un atout indéniable tout en constituant également la limite du livre qui est à la lisière du récit exagérément pensé et structuré. Trop de maîtrise, pas assez de spontanéité, serait-on tenté de dire, mais ce serait un tantinet injuste pour le qualité intrinsèque de ce roman intelligent et narquois comme l'oeil du coyote qui observerait tout ce petit monde s'agiter de sa tanière.

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 0.00/5
    Par keisha, le 21/10/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Petite mise en bouche:
    "Sally le regarda dans les yeux et lui déclara d'une voix grave et chaude qui pouvait augurer du pire comme du meilleur:
    - Et pourquoi pas, tu commences à m'intéresser, cow boy."

    "- Qui est venu ici avec le hongre pommelé qui est attaché dehors? (...)
    - Et pourquoi, c'est le tien?
    - Précisément, répondit Bird dont la main droite se crispa involontairement sur la crosse du fusil."

    Quel régal! L'ouest est là, sous nos yeux, tel qu'il a dû exister peut-être, en tout cas tel qu'on l'imagine! Rien ne manque : les chariots bâchés dans la prairie, les trappeurs, les fourrures, les bandits (méchants), les aventuriers, les indiens, les loges médecine, les huttes de sudation, les chamans, et comme les passages précédents l'indiquent, le saloon avec les "petites pêches" tenu de main de maître par Sally. Sans oublier une violoncelliste, des éleveurs, un barbier et des blanchisseurs chinois.
    Tout ce monde navigue dans les hautes herbes de la prairie, pour converger vers une ville nouvelle au milieu de pas grand chose.

    Ouaip, les premiers courts chapitres peuvent déconcerter, avec tous ces personnages qui se croisent. Les chevaux (et les bottes) changent de propriétaires... (un jeu de chaises musicales?). Mais rapidement les fils se nouent et je n'ai pu qu'admirer comment tous les petits détails se sont casés quelque part, pour terminer par une histoire parfois dramatique, souvent amusante, jusqu'à frôler le loufoque. Superbe!!!


    Lien : http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2013/10/faillir-etre-flingue.html

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Athouni, le 23/09/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Céline Minard doit aimer les littératures de genre et plus encore quand elle peut s’affranchir de ses codes. Dans son nouveau roman, « Faillir être flingué », c’est le western qu’elle s’approprie. Cela donne un western contemplatif, chiche en action mais riche d’une galerie de personnages inattendus. Du cowboy – tel que produit par l’imaginaire collectif – il n’y a finalement peu de trace. Il y a certes des cowboys mais on a plutôt envie de les appeler vachers. Pas assez d’Ennio Morricone ou de Clint Eastwood en eux. Et puis, il y a les personnages originaux, Gifford en tête qui ne ressemble à rien de connu : un homme vêtu d’un simple pagne qui croque la nature sur des feuilles de papier… Il y en d’autres, aucun ne correspondant parfaitement aux attendus du western – même si quelques-uns s’en approchent (Bird, Zebulon).

    Le roman est construit autour d’une dizaine de personnages qui se croisent et se rencontrent avant que naisse entre eux, une amitié solide. Singulièrement, aucun d’eux n’a d’image négative. Les « méchants » occupent une place périphérique dans ce roman où il n’y a d’ailleurs aucun duel. C’est d’ailleurs l’originalité de ce livre qui évoque plus la contemplation de la nature, le quotidien des travaux agricoles ou l’installation en ville d’un nouveau commerce.

    Un autre aspect frappant est la sédentarisation des personnages qui s’implantent presque tous en ville. Céline Minard place son roman à ce moment charnière qui sonne comme la fin des grands espaces et de la conquête de l’ouest avec la naissance de l’urbanité et de la sédentarisation. Et c’est peut-être à rapprocher de l’histoire de Zébulon dont le père, milicien puis sherrif, incarnerait ce cowboy mythique, incarnation de la Loi, juge et bourreau. Un cowboy qui semble appartenir à un temps désormais révolu…

    Ce roman est une réussite à saluer. Une littérature de genre qui parvient à se réinventer. Du tout bon en somme.

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par nathalie_MarketMarcel, le 02/12/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    C’est un roman que j’ai lu lentement. Tout d’abord, au début, on ne voit pas très bien où Minard veut en venir. Et j’ai eu tendance à confondre toutes ces virilités à cheval et à chapeau. Ensuite on comprend qu’elle décrit la lente et aléatoire mise en place d’une ville. Malgré les bagarres ou les attaques, c’est bel et bien la naissance d’une ville et d’une civilisation qui est racontée, comme s’il s’agissait d’un mouvement inéluctable.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 1.00/5
    Par yv1, le 23/10/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Je n'entends que du bien de ce roman-western écrit par une Française qui s'empare des codes du roman masculin et états-unien par excellence pour y placer une héroïne indienne. Et bien malgré tout cela, je coince, et ce, dès le début. Jamais oh grand jamais je n'ai réussi à entrer dans le bouquin. Je m'y ennuie profondément et surtout, je capte que dalle ! Allez savoir pourquoi ? Bon, allez, je vais discrétement, le remettre sur les rayons de la bibliothèque, il y aura bien quelqu'un à qui il conviendra mieux qu'à moi. Y'a pas de mal puisque je n'en ai quasiment rien lu. I am a poor lonesome reader...


    Lien : http://lyvres.over-blog.com/

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Lagagne, le 19/10/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    J'ai eu un peu de mal au départ à bien cerner les nombreux personnages, tout se percutait dans ma tête. Mais petit à petit, tous ont pris vie sous mes yeux, comme a pris vie cette ville sortie de nulle part.
    Je ne pensais pas aimer les western, et pourtant là j'ai pris un grand plaisir à lire tous les clichés du genre : saloon, maquerelle, flingues dans toutes les poches, attaques d'Indiens, scalp des ennemis, chinois blanchisseurs, cow-boy à la gachette facile...
    Céline Minard nous montre ici un réel talent pour donner vie à des contextes surprenants en littérature. J'avais adoré "Bastard Battle" qui mêlait moyen-âge champenois et ninja, le voyage dans le grand ouest américain m'a tout autant transporté.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par spleen, le 19/09/2013


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    Imprégnée d'une forte addiction aux films de Westerns , la lecture de ce roman dans les plaines du Far West s'est rapidement enrichie par les images et le son , manquait l'odeur, quoique ... avec Zebulon dont l'extase suprême est le bain, on peut imaginer les parfums qui flottent dans le saloon de Sally !
    Tranches de vie des hommes de l'Ouest, cow-boys, trappeurs, chasseurs de prime ou indiens racontés par petits chapîtres et qui se rejoignent pour faire vivre un nouveau village .
    Parties de poker où on perd son cheval, voleurs de chevaux ou brigand de grand chemin, c'est dans un petit livre un condensé de tout ce qu'on s'attend à rencontrer.
    Les méchants , bien sûr, également présents, quoique on a vu plus retors ,resserrent les liens de la petite communauté qui se serrent les coudes pour les affronter...
    Les indiens et les chinois prennent le thé ensemble, non , je plaisante !
    Quelques minois féminins , parité oblige, une petite chinoise, une indienne chamane, une contrebassiste et des putes bien sûr ...
    Les paysages ne sont pas non plus oubliés et l'on aimerait accompagner Brad lorsqu'il trouve sa clairière , la Nature dans toute sa splendeur .

    Céline Minard a une jolie plume, vive , elle apporte dans le paysage des écrivains français une touche originale, non nombriliste ni vulgaire.

    Un plaisir de lecture avec pour moi un petit bémol qui ne fait pas de ce livre un coup de cœur, une intrigue un peu mince comme le livre , mais quand on veut que ça dure plus longtemps, c'est qu'on aime ...

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 2.00/5
    Par Lagagne, le 05/03/2013


    Le Dernier Monde Le Dernier Monde de Céline Minard

    Alors oui l'idée est originale et m'avait complètement emballé. Mais je dois avouer qu'avec la lecture l'enthousiasme est retombé comme un soufflé...
    Alors c'est bien écrit...mais ça m'a pompé toute mon énergie. C'est lourd, compliqué, à la limite de l'indigestion pour moi...
    Désolée mais j'abandonne. Trop c'est trop. Félicitations aux courageux.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par brigittelascombe, le 30/11/2011


    So Long, Luise So Long, Luise de Céline Minard

    "Ma douce","sweet heart", "ma très chère femme","ma belle"...
    Point de Poèmes à Lou, ni d' Apollinaire, mais une longue lettre d'amour testamentaire très poétique d'une femme écrivain à Luise, peintre qui a partagé sa vie cinquante ans durant.
    Désir,érotisme, passion et connivence d'une artiste à une autre, entre plume et pinceau."L'air entre nous grésille".
    "Aléa jacta est!" Que de jeux de mots entre "actions jactées" et "exercices de la jactance", surtout lorsque l'on est bilingue et auteur d'une oeuvre prolifique de 18 volumes et d'un bestseller "First days" salué par les grands.
    Souvenirs d'enfance,de première fois,d'amis,de relations,de voyages entre Irlande "évasion fiscale",High-lands, Suisse et jardin digne de la Sido de Colette.
    Et soudain, ça et là apparaissent quelques Pictes de contes écossais, des gnomes allemands, des pixies issus de mondes parrallèles, des fées; doux délire des mots couchés sur le papier qui transforment le récit en une fête merveilleuse mi-paradis perdu du Grand Meaulnes, mi-Fantasia où les faunes dansent sur La Symphonie pastorale de Beethoven (enfin voilà mon ressenti car j'avoue avoir été un peu perdue).
    Nous avions pénétré sans doute dans l'imagination fertile des terres inconnues d'un célèbre écrivain!
    Céline Minard, très littéraire, est connue pour son originalité. Elle est l'auteur entre autres, de Le dernier monde, Bastard Battle et Olimpia.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par famillemartinet, le 24/07/2014


    Faillir être flingué Faillir être flingué de Céline Minard

    malgré un début de récit un peu âpre qui présente successivement les différents protagonistes sans qu'on sache de quelle manière ils sont ou vont être liés les uns aux autres,je me suis retrouver complétement embarquer par ce western lumineux (en opposition avec la vague crépusculaire). Habité par une galerie de personnages,aussi intéressants et passionnants, haute en couleurs l'histoire revisite le mythe fondateur du genre avec pour essence l'idée de ce que cela aurait pu être à travers la naissance d'une communauté,de liens,d'échanges,d'amitiés.
    j'en ai terminé les 150 dernières pages avec un énorme sourire aux lèvres

    Critique de qualité ? (6 l'ont appréciée)




Faire découvrir Céline Minard par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz