Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Clement Rosset (32)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Cioran, le 09/09/2014

    Clement Rosset Clement Rosset

    L'ivrognerie peut être invoquée comme une des voies d'accès possible de l'expérience ontologique, au sentiment de l'être ; car l'ivrogne voit qu'il y a la rose, et qu'elle est sans pourquoi.

    Commenter     J’apprécie          7 13         Page de la citation


  • Par hupomnemata, le 25/12/2009

    Le réel et son double de Clement Rosset

    S'il est vrai que l'événement a surpris l'attente alors même qu'il la comblait, c'est que l'attente est coupable, et l'événement innocent. La duperie n'est donc pas du côté de l'événement, mais du coté de l'attente. L'analyse de l'attente déçue révèle qu'il se crée en effet, parallèlement à la perception du fait, une idée spontanée selon laquelle l'événement, en se réalisant, a éliminé une autre version de l'événement, celle-là même à laquelle précisement on s'attendait.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par Outis, le 19/09/2007

    Loin de moi. Etude sur l'identité de Clement Rosset

    Cette imitation de l’autre peut aussi – et c’est le cas le plus courant – persister jusqu’à l’âge adulte. L’autre qui m’a formé est comme le Dieu de Descartes qui doit sans cesse continuer à créer le monde, si l’on en croit la théorie cartésienne de la « création continue » : s’il cesse d’agir, le monde cesse d’exister. De même l’autre dont je m’inspire doit continuer à m’influencer à tout instant : si son influence cesse, je cesse d’être moi. A moins naturellement – et c’est encore une fois le cas le plus fréquent – que son influence ne cesse au profit d’un autre : auquel cas mon moi ne cesse pas d’être, mais se trouve plus ou moins considérablement modifié. Mais qu’il change ou non, mon moi ou ce que je prends pour tel ne cessera pas d’être un moi d’emprunt. Incapable d’exister par moi-même, j’emprunte son identité à un autre dont j’adopte le moi et en quelque sorte me « paye la tête », encore que dans un sens très différent, et même diamétralement opposé, de celui de l’expression usuelle.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par ivredelivres, le 31/05/2011

    Le force majeure de Clement Rosset

    Toute joie parfaite consiste en la joie de vivre, et en elle seule.


    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par lanard, le 02/09/2010

    Le principe de cruauté de Clement Rosset

    P. 46 : L'adoration d'une vérité se double ainsi toujours d'un indifférence à l'égard du contenu de cette vérité même. Il arrive même parfois à de tels fanatiques, lorsqu'ils en viennent à douter de leur idole ou de leurs idoles successives, de ne trouver d'apaisement que dans une dévotion envers une cause humble mais indiscutable, par exemple la vérité arithmétique. Celui qui a cru en tout mais aussi douté de tout peut très bien faire, en fin de carrière, un excellent expert-comptable : l'établissement d'additions justes et de comptes exacts lui offrant enfin l'occasion d'une indubitable et interminable jouissance du vrai. Ainsi Bouvard et Pécuchet, après avoir tâté de tout, devaient-ils en revenir, selon le projet de Flaubert, à leur projet initial de copistes scrupuleux et irréprochables.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par lanard, le 02/09/2010

    Le principe de cruauté de Clement Rosset

    P. 55 Je terminerai par une remarque qui concerne l'amour (au sens usuel) mais n'a rien à voir avec la thèse générale du livre. L'amour est sans doute l'expérience la plus gratifiante qui soit ; il n'est cependant jamais, et ce contrairement à un préjugé tenace, l'occasion d'une véritable "découverte". Je veux dire qu'on y expérimente quelque chose dont ont on possédait toujours et déjà la notion, - ce qui explique le fait apparemment paradoxal que tant de penseurs aient pu parler aussi profondément de l'amour (tels Schopenhauer, Kierkegaard ou Nietzsche) sans en avoir connu l'expérience réelle. Il en va de l'amour comme des cent thalers évoqués par Kant dans la Critique de la raison pure : ceux qui sont dans ma poche ont l'inestimable avantage d'exister et d'être à moi, mais ne diffèrent aucunement de l'idée que je me faisais au préalable de ces même cent thalers. C'est aussi un peu ce qu'exprime Freud lorsqu'il remarque que la prétendue découverte de l'amour adulte et l'amour infantile de la mère, n'est jamais que l'occasion d'une retrouvaille.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par lanard, le 02/09/2010

    Le principe de cruauté de Clement Rosset


    P. 42 On sait que l'ordinaire surestimation des fonctions intellectuelles est telle que les hommes, qui redoutent pour la plupart et dans leur folie d'être considérés comme impuissants en matière sexuelle, redoutent au moins autant d'être tenus pour des imbéciles : comme si c'était perdre tout honneur et se voir presque rayé de la carte de l'existence que d'avouer un défaut d'intelligence. Descartes illustre très bien, quoique apparemment sans y voir de malice, cette revendication universelle d'intelligence, aussi opiniâtre qu'absurde, dans la tout première phrase du Discours de la méthode : "Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils n'ont." Je soupçonne fort, pour ma part, cette inflation des valeurs purement intellectuelles, manifeste dans toutes les entreprises de séparation radicale du corps et de l'esprit, d'être principalement attribuable à un fantasme mégalomane issu du souci - dont les psychiatres font aujourd'hui le centre nerveux de la névrose obsessionnelle - de couper les ponts entre la nature de l'homme et la nature de toute chose, qu'il s'agisse de l'animal ou de la matière inanimée.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Schopenhauer, philosophe de l'absurde de Clement Rosset

    L’homme du remords croit qu’il « aurait pu » agir autrement, qu’il lui aurait été possible d’éviter l’acte qui hante sa conscience - alors qu’en réalité, dit Schopenhauer, c’est une voix sourde qui lui dit : « Tu devais être un autre homme !» De même, lorsqu’il hésite sur la conduite à tenir, il s’imagine avoir devant lui mille possibilités offertes ; mais c’est seulement parce qu’il ne sait pas encore l’homme qu’il est - et il ne l’apprendra qu’en agissant. Il sera toujours trop tard pour la liberté.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par MonsieurTouki, le 26/01/2013

    L'Invisible de Clement Rosset

    La vision de l'invisible, ou plutôt la suggestion d'une telle vision, peut constituer non pas la matière d'une illusion, mais la matière d'une création d'ordre poétique.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Schopenhauer, philosophe de l'absurde de Clement Rosset

    Là est le vrai lieu de l’angoisse : non point dans l’impossibilité d’assouvir, mais dans l’absurdité de vouloir.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Schopenhauer, philosophe de l'absurde de Clement Rosset

    L’absurde est que tout soit à la fois nécessaire et privé de nécessité, que la nécessité qui gouverne le monde soit elle-même privée de nécessité, de cause pour l’expliciter et la justifier du même coup. Fondement de tout, la nécessité est en même temps dénuée de tout fondement.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Schopenhauer, philosophe de l'absurde de Clement Rosset

    Le « parleur » sait ce qu’il dit, mais ignore pourquoi il parle.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Schopenhauer, philosophe de l'absurde de Clement Rosset

    Pourquoi y a-t-il de l’être et non pas rien ? Pourquoi cet être a-t-il des tendances ? Questions absurdes, mais surtout questions déplacées dans un monde où la causalité n’est que mirage : le monde est muet.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Le démon de la tautologie de Clement Rosset

    Ce serait alléger sans doute la cruauté de la réalité, notamment les cruautés perpétrées par les hommes, que de pouvoir en dénoncer, chaque fois que l'occasion s'en présente, le caractère immoral. Mais il faut pour cela un critère, objectif et universel, de ce qui est bien et de ce qui est mal (ou de ce qui est juste et de ce qui est répréhensible) ; bref, un introuvable « fondement » de la morale, inlassablement et vainement recherché depuis Rousseau jusqu’à nos jours.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par MonsieurTouki, le 26/01/2013

    L'Invisible de Clement Rosset

    Il est une personne qu'on ne reconnaît jamais parce qu'elle est constamment invisible, et c'est évidemment soi-même.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par lanard, le 02/09/2010

    Le principe de cruauté de Clement Rosset

    P. 31 cette citation de Samuel Butler (passage de Ainsi va toute chair) : "Un très petit nombre d'hommes attachent de l'importance à la vérité, ou pensent qu'il est plus noble et meilleur de croire le vrai que de croire le faux en dépit du fait qu'à première vue il peut sembler plus profitable de croire le faux. Et pourtant c'est de ce petit nombre d'hommes seulement qu'on peut dire qu'ils croient à quelque chose ; les autres ne sont que des incroyants honteux".

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par lanard, le 02/09/2010

    Le principe de cruauté de Clement Rosset

    P. 43 Il existe ainsi une espèce de nombreux faux sages qui n'accèdent à la paix de l' âme que par le fait d'une sorte d'anesthésie générale à l'égard de la réalité, d'une insensibilité au réel qui les rend incapables de craindre comme de désirer ; tel par exemple Paul Valéry, qui en convient lui-même : "Je confesse que j'ai fait une idole de mon esprit, mais je n'en ai point trouvé d'autre." On ne saurait mieux dire que l'intérêt porté à la seule intelligence est la traduction d'une incapacité à s'intéresser à quoi que ce soit, - incapacité dont Bouvard et Pécuchet font, avant Valéry, la dure expérience, propre à rappeler, encore une fois, le lien subtil mais tenace, qui rapproche, bon gré mal gré, l'intelligence pure de la bêtise absolue.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par kalesse, le 09/05/2014

    Loin de moi. Etude sur l'identité de Clement Rosset

    Ce manque d'autonomie du désir recouvre bien évidemment un manque d'autonomie tout court : si le moi est incapable de désirer par lui-même, c'est tout simplement qu'il n'y a pas de moi, c'est-à-dire un être libre de ses choix, des ses décisions et de ses désirs

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par Lestempsmodernes, le 18/02/2014

    Le réel et son double de Clement Rosset

    La pensée métaphysique se fonde sur un refus presque instinctif de l'immédiat, comme si on doutait de celui-ci qui apparaît comme truqué.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par Wertheimer05, le 12/01/2014

    Schopenhauer, philosophe de l'absurde de Clement Rosset

    Aux choses il faut des causes, à l’homme des motifs, qui ne font qu’exprimer sa volonté, laquelle devient par conséquent la condition de son action, non la marque de sa liberté.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation





Faire découvrir Clement Rosset par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz