Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de François Place


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 5.00/5
    Par Nastasia-B, le 14/10/2013


    Le peintre et le guerrier Le peintre et le guerrier de François Place

    Ce livre est une ode à la patience et à l'effort.
    Ashikaga est un redoutable guerrier dans le Japon impérial moyenâgeux. Sa soif de conquêtes et son caractère irascible sont aussi légendaires l'un que l'autre. Il accumule les victoires, les territoires, les richesses et les morts sur son passage. Sa cruauté peut s'en donner à cœur joie, toujours dans l'immédiateté.
    Tous tremblent devant son sabre et c'est le cas des peintres du pays lorsque ce shogun les mandate pour lui faire la représentation d'un cheval, sauvage et fougueux comme lui peut l'être.
    Malgré l'appréciable récompense que promet Ashikaga, aucun des peintres ne semble à même de le satisfaire.
    Soudain, au milieu de l'orageuse colère du guerrier, quelqu'un soumet l'idée d'en parler à Sesshû, un vieux peintre oublié mais dont les talents semblent rares.
    Aussitôt dit, aussitôt fait, le shogun envoie ses hommes quérir le peintre et faire la demande.
    Celui-ci accepte moyennant une rondelette somme d'argent et un délai d'un an. Au bout d'un an, alors qu'Ashikaga demande son cheval, Sesshû lui fait savoir qu'il demande un an de délai supplémentaire et à nouveau la même somme d'argent.
    Ce petit manège dure encore un an si bien qu'excédé, Ashikaga décide d'aller lui-même se déplacer auprès du vieux fou de peintre, bien décidé à lui trancher la tête s'il n'exécute pas sur l'instant sa commande... Je vous laisse bien évidemment le soin de découvrir par vous-même la chute.
    Ce vieux peintre ne peut que nous faire penser, tant physiquement que par sa façon d'aborder son art au célèbre Hokusai, bien que ce dernier ne vécût pas au Moyen-Âge.
    C'est donc une magnifique allégorie sur l'acquisition d'un savoir ou d'une compétence et l'exercice et la patience qu'ils nécessitent. C'est précisément de cette patience dont les enfants ne possèdent pas le tout premier atome, aujourd'hui moins que jamais, aujourd'hui où nous sommes entrés dans l'ère de l'immédiateté, c'est précisément disais-je de ce genre d'ouvrage dont nous avons besoin pour leur signifier qu'on obtient jamais tout, tout de suite et sans effort.
    Bref, une pensée essentielle, servie avec des illustrations qui miment parfaitement le style japonisant. Donc une fort belle réalisation, mais, bien évidemment, ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, bien peu de chose.

    Critique de qualité ? (59 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par Dionysos89, le 01/06/2013


    Concours de nouvelles 2012 des Etonnants Voyageurs : Dans la poussière des chemins Concours de nouvelles 2012 des Etonnants Voyageurs : Dans la poussière des chemins de François Place

    Cela commence à se savoir : quand on m’offre un livre, je ne refuse que très (très) rarement de découvrir une nouvelle littérature, de nouvelles idées, un nouveau format, etc. Ainsi, lors du dernier festival des Etonnants Voyageurs de Saint-Malo en ce mois de mai 2013, était offert le recueil du concours de nouvelles de l’année précédente, concours ouvert aux élèves des collèges et lycées de France de 11 à 18 ans.

    Nous avons là les cinq nouvelles lauréates du concours, ainsi que la dizaine de finalistes. Les premières ont été revues et corrigées via un atelier d’écriture avec les auteurs partenaires, les secondes sont, elles, dans leur état initial. Nous n’allons évidemment pas détailler chaque nouvelle, mais nous pouvons déjà affirmer que le niveau d’ensemble est vraiment homogène. Ces contributions avaient comme consigne de créer une suite à un des deux sujets présentés : un sage assiégé dans la montagne qui envoie un mystérieux manuscrit par messager, d’un côté ; une Amazone dans le désert qui tente d’échanger avec un jeune marchand un collier orné d’un serpent, de l’autre (en gros, évidemment, je schématise). "Dans la poussière des chemins" nous invite au voyage par l'intermédiaire de l'imaginaire de ces jeunes élèves.
    L’ambiance de ce recueil-anthologie est parfaitement lancée par la préface, elle aussi sous forme de nouvelle, par François Place, l’auteur sollicité pour parrainer ce concours ; celle-ci est particulièrement drôle et tenace. La qualité des différentes nouvelles n’est pas à remettre en jeu, et les jurés du concours ont dû faire des choix draconiens pour les départager. La toute première a, par contre, elle, le mérite de glisser un cliffhanger intéressant par rapport aux fins plus classiques de toutes les autres nouvelles.

    Plus que les textes en eux-mêmes, il nous faut donc saluer l’initiative qui a le valeureux mérite de faire travailler des élèves de toute la France dans le but de créer des textes inédits en puisant des mots et des idées au fond de leur imaginaire. Voilà bien l’esprit des Étonnants Voyageurs !

    Critique de qualité ? (31 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par orbe, le 18/03/2013


    Le secret d'Orbae Le secret d'Orbae de François Place

    Carnet de voyage imaginaire, quête de l'impossible. Cornélius, fils de marchand découvre un tissu merveilleux. Il va passer sa vie à tenter de trouver son origine et la montagne bleue qui est son seul repère. Mais sa liberté est en permanence entravée, par sa famille, par les codes sociaux, par la politique...Son périple afin de retrouver l'Imprononçable sera ponctué par les sens, et par la nécessité de cartographier les lieux traversés. Animaux merveilleux, légendes, coutumes exotiques marqueront les différentes étapes de son voyage. Arrivera-t-il à trouver la "toile à nuage" ou bien sera-t-il riche d'autres connaissances?

    La beauté du récit tient par la densité du monde imaginé par François Place. Peu à peu se dessine devant nous un monde fait de couleurs, d'odeurs, de bruits, d'êtres bien distincts telle une carte vivante d'un nouveau monde. Les noms eux-même appellent au voyage, à l'imagination : foires capricieuses dont il est impossible de connaître le lieu exact à l'avance, oiseaux-marcheurs, arbres-tueurs, carte mère, éveilleuse de pierre...Il est question de vie et de mort et d'une quête éternelle qui ne tient qu'à nous de prolonger !


    Lien : http://0z.fr/D4Psd

    Critique de qualité ? (18 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par orbe, le 06/04/2014


    Angel, l'Indien blanc Angel, l'Indien blanc de François Place

    Né d'une mère blanche et d'un indien, Angel s'enfuit au bord d'un bateau afin de fuire sa condition d'esclave. Le trois-mâts a pour projet d'explorer la côte antarctique. Séparé de l'équipage, Angel et un savant vont partager pendant de longs mois la vie quotidienne d'une peuplade primitive tout en cherchant un moyen de rejoindre l'équipage. Une épopée fondatrice et dangereuse...

    Un récit qui nous amène vers les limites du monde, là où la place de l'homme est plus que jamais mis en balance avec les forces de la nature. Plusieurs visions s'offrent au lecteur : celle du savant qui cherche des explications, celle du jeune garçon qui a un rapport plus immédiat avec son milieu et celle de la poésie qu'apporte le langage avec "les gens-de-l'eau", les "Jours blancs" ou encore la "fleur des mers" et les baleines tueueses.... Laissons nous porter...


    Lien : http://cdilumiere.over-blog.com/2014/04/angel-l-indien-blanc-francois-place-c...

    Critique de qualité ? (17 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par MarieC, le 18/12/2012


    Les derniers géants Les derniers géants de François Place

    Un livre magnifique, tant par ses illustrations, aquarelles finement illuminées sous des cieux ou des mers immenses, que par son texte, à la fois très "dix neuvième" dans son écriture, et très contemporain dans son thème. Un érudit anglais du dix-neuvième siècle, vivant entouré de ses livres et des objets de son cabinet de curiosité, décide de partir à la recherche du pays des géants, d'ou proviendrait une dent qu'il a acheté à un marin. S'ensuit un voyage d'exploration digne de Livingstone ou des héros de Jules Verne, raconté dans le style compassé accordé au personnage. Après moultes aventures, le narrateur parvient au pays des géants, curieux univers peuplé de créatures qui chantent pour les étoiles et qui refletent le monde sur leur peau... Mais hélas, le narrateur ne peut y tenir, il rentre chez lui et raconte sa mystérieuse découverte, sonnant le glas de cet univers onirique. Entre poésie et réalisme, aventure et drame, un bijoux de la littérature jeunesse.

    Critique de qualité ? (13 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 04/12/2012


    Le vieux fou de dessin Le vieux fou de dessin de François Place

    "Par la seule magie de son dessin,le maître a fixé pour l'éternité les deux éléments les plus fluides de l'univers:l'eau et le temps.."
    Le Maître, c'est Katsushika Hokusaï, "le maître des estampes, l'inventeur des mangas" dés le XIX° siècle que va rencontrer le jeune Tojiro, alors qu'il vend des gâteaux. Le vieux fou de dessin, conte le l'amitié pétillante entre cet orphelin "vif et joyeux" surnommé "moineau"et l'artiste réputé, "bougon" et vieillissant qui l'engage comme commis et l'éduque. Mais surtout ce roman jeunesse parle des célèbres estampes de Katsushika Hokusaï et de ses thèmes surprenants,comiques et poétiques (entre guerriers, nature,fantômes,esprits...). Le jeune lecteur y apprendra ce qu'est une estampe, comment créer un livre,une reproduction,graver le bois, quels sont les métiers du livre,ce qu'est un atelier, comment faire de l'encre...et qu'une création se fait avec la main, les yeux et le coeur.
    Il admirera quelques oeuvres connues: La Vague (entre autres) et appréciera le mouvement étudié,le trait de pinceau concis,le sens architectural et la précision botaniste du maître de l'estampe.
    C'est une véritable visite d'Edo (ancienne Tokyo) et de son "théâtre permanent" que nous offre François Place, connu pour ses illustrations (ex: Siam) ou ses livres jeunesse éducatifs (tels que Jeanne d'Arc ou Comment vivaient les Romains) basés sur des faits véridiques comme la vie de Katsushika Hokusaï, cet artiste et "représentant du monde flottant".
    François Place a obtenu le grand prix de la foire de Bologne ainsi qu'un prix spécial des Librairies Sorcières.
    Petit plus:un glossaire explicatif à la fin.
    Dépaysement garanti pour grands et petits!
    Dans le même genre mais pour adultes j'ai beaucoup aimé Hokusaï: Manga de Jocelyn Bouquillard, coécrit avec Christophe Marquet qui enseigne les astuces de cet artiste, ainsi que (du même auteur) Hokusaï: Les trente-six vues du Mont Fuji.

    Critique de qualité ? (12 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par IreneAdler, le 25/09/2013


    Le sourire de la montagne Le sourire de la montagne de François Place

    Qui donc veut faire sourire la montagne ? Un roi, dont le royaume se niche aux pieds des montagnes, point de passage pour se rendre au pays de la Soie. Il décide un jour, après un voyage, de donner à son peuple un dieu bienveillant, pour contrer les dieux méchants de la montagne.
    Un très bel album, aux illustrations soignées et douces (aaah l'aquarelle). Une fable sur la tolérance, religieuse et humaine. Qui rappelle que les religions sont ce que nous en faisons, nous qui les créons et les interprétons. Le roi est tolérant et bon, mais ceux qui prendront sa suite ? L'héritage que nous laissons n'est pas toujours utilisé au mieux. Mais si là maintenant nous pouvons offrir une vie meilleure à ceux qui nous entourent, pourquoi se priver ?

    Critique de qualité ? (11 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par kanarmor, le 14/06/2014


    Les Deux Royaumes de Nilandâr Les Deux Royaumes de Nilandâr de François Place

    Dans le royaume de Nilandâr règnent la paix et la prospérité. Le vieux roi marie ses deux fils aux filles d'un roi ami en une fête somptueuse.
    L'un des couples donne naissance à un fils, Nandjadîn, alors que l'autre reste stérile. L'enfant grandissant, la jalousie grandit dans le cœur du prince sans enfant et va provoquer la ruine du royaume...
    Devenu un jeune adulte, Nandjadîn revient en secret de son exil et va renverser le tyran, son oncle.
    C'est le dessin de François Place qui donne tout son intérêt à cette histoire à la trame assez classique. Précision du trait, beauté de la composition d'inspiration indienne, couleurs chatoyantes...
    Un véritable plaisir pour les yeux.

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par kanarmor, le 28/05/2014


    Le Pays de Jade Le Pays de Jade de François Place

    Han Tao, jeune astrologue au service de l'empereur, est envoyé en mission par son maître. Il doit découvrir pourquoi les deux grands maîtres astrologues ne parviennent plus à prévoir le temps ; l'empereur veut pouvoir profiter d'un camp d'été épargné par la pluie, ce qui n'est plus le cas. En cas d'échec, les trois astrologues auront la tête coupée...
    Han Tao part en quête, et d'étapes en étapes, va découvrir l'origine du mal.
    Un conte joliment mené, l'atmosphère orientale est délicatement reproduite et les mots nous emportent.
    Seul point négatif pour moi : ces petits paragraphes de liaison que j'ai trouvé particulièrement agaçants et maladroits, du genre « laissons-les dormir sur leurs couches dorées et transportons-nous en silence au jour suivant... » qui ponctuent tout le parcours.
    Les dessins de François Place sont toujours magnifiques et sont un régal pour les yeux.

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Nadael, le 30/04/2014


    Angel, l'Indien blanc Angel, l'Indien blanc de François Place

    Dès les premières lignes du roman, Angel l'indien blanc lève le voile sur l'origine de son nom. Nous sommes au XVIII ème siècle. Avant qu'il vienne au monde, sa mère, une française, traverse les Pyrénées pour entrer au service d'une famille aisée espagnole qui migre rapidement en Amérique. Là, la jeune femme se fait enlever par une tribu indienne, et devient une esclave. Violée, elle donnera naissance à un garçon. Un jour, les soldats américains découvre la tribu et l'abat sur le champ. Le teint clair d'Angel le sauvera de la barbarie... mais sa vie ne sera pas plus douce. Vendu à un marchand de Buenos Aires, l'enfant est brutalisé et humilié. Un des jeux favoris du méchant homme est de jeter Angel dans l'eau pour montrer au gens de passage que les indiens ne savent pas nager...
    Les années passent et voilà qu'Angel voit entrer dans la baie de Buenos Aires Le Neptune, majestueux vaisseau aux gigantesques voiles blanches, le jeune homme y voit son salut, sa liberté. Il monte clandestinement à bord et part ainsi pour le Grand Sud, en Terres Australes.
    Découvert par le capitaine qui le gardera comme matelot, Angel entame un voyage époustouflant, qui le changera à jamais. Avec ses compagnons de voyage, matelots et érudits scientifiques, il lui faudra lutter contre le froid et combattre les tempêtes, naviguer dans des eaux troubles et dangereuses, chasser et sauver sa peau. Il sera fait prisonnier par les Woanoas, le peuple des hommes à deux bouches... La vie à leur côté ouvrira des portes insoupçonnées à Angel, le bien nommé.
    François Place est un conteur merveilleux. Dans ce roman, nous embarquons littéralement avec Angel sur Le Neptune pour un voyage étonnant aux confins des Terres australes. Nous suivons ses aventures trépidantes et extraordinaires dans des paysages étonnants, au contact d'habitants presqu'irréels. Car la frontière entre la réalité et le fantastique est mince et l'imaginaire si grand.


    Lien : http://lesmotsdelafin.wordpress.com/2014/04/30/angel-lindien-blanc-francois-p...

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 07/10/2011


    Les derniers géants Les derniers géants de François Place

    L’explorateur Archibald Leopold Ruthmore fait l’acquisition d’une dent de géant couverte d’inscriptions. Parmi elles, il distingue une carte qui mène au pays des Géants, quelque part au bout du Fleuve Noir. Il quitte l’Angleterre pour un périple de plusieurs mois à travers les jungles et les déserts. Quand il arrive enfin au pays des Géants, il découvre un cercle restreint de ces créatures légendaires. Les Géants parlent au ciel dans une langue étrange et leur peau se tatoue elle-même de toutes les expériences qu’ils rencontrent.
    « Ils étaient neuf, cinq Géants et quatre Géantes. Enluminés de la tête aux pieds, y compris sur la langue et les dents, d’un embrouillamini délirant de tracés, de volutes, d’entrelacs, de spirales et de pointillés d’une extrême complexité. A la longue, on pouvait discerner, émergeant de ce labyrinthe fantasque, des images reconnaissables : arbres, plantes, animaux, fleurs, rivières, océans, un véritable chant de la terre dont la partition dessinée répondait à la musique de leurs nocturnes invocations célestes. » (p. 44)
    Archibald Leopold Ruthmore, Anglais en haut-de-forme, ne peut pas vivre pour toujours auprès de ces placides et gigantesques créatures. Il rentre à Londres et publie un ouvrage sur sa fabuleuse rencontre. Mais il est des savoirs qu’il ne faut pas partager. « Neuf Géants rêveurs d’étoiles et un petit homme aveuglé par son désir de gloire, c’était toute notre histoire. » (p. 76)
    Cet album illustré de très fines et délicates aquarelles a reçu de nombreux prix. Cette touchante histoire renvoie les hommes à leurs légendes et au danger qu’il y a à vouloir prouver l’existence des mystères. Les Géants n’ont plus leur place depuis des siècles dans ce monde, mais leur vie recluse et secrète ne gênaient personne. C’est encore la main criminelle de l’homme qui est la cause du drame. Voilà un très beau conte, à lire tant pour la sagesse de l’histoire que pour la beauté des illustrations.

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par vllc, le 02/04/2011


    Le vieux fou de dessin Le vieux fou de dessin de François Place

    Il ne s'agit pas d'une critique sur ce livre destiné à un public jeunesse mais plutôt de souvenirs personnels : j'ai découvert les estampes d'Hokusaï par le biais des impressionnistes que ce "fou de dessin" a fortement influencés ! La maison de Claude Monet à Giverny est tapissée d'estampes japonaises de ces grands maîtres de l'estampe que sont Hokusaï ou encore Hiroshige.
    Ce livre, à travers cette fiction empreinte de beaucoup de tendresse, a le mérite de faire connaître à un jeune public la vie d'artiste d'Hokusaï.


    Lien : http://expositions.bnf.fr/japonaises/arret/07.htm

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par breizhcyrano, le 25/08/2014


    La douane volante La douane volante de François Place

    Gwen le Tousseux, orphelin à la santé fragile est l’élève du vieux Braz, le rebouteux du village. Avec lui il apprendra à décrire les nuages, à soigner avec les plantes, à ressentir le Fluide mais aussi à subir l’ingratitude, la jalousie, la moquerie. La connerie humaine comme disait le vieux Braz. Mais un jour, alors que le rebouteux a déjà été emporté par une vilaine toux, l’homme en noir emmène à son tour Gwen dans l’au-delà. A son réveil, il se trouve dans un monde entouré par les marais, ou il devra échapper à la maladie, aux jardins de Fer et surtout, à la Douane volante.

    Ce roman remet en question deux grandes énigmes: le temps et la mort.
    Il nous pousse à réfléchir sur les valeurs humaines et sur les notions de liberté. L’auteur à réussit un coup de maitre en écrivant ce livre et je le remercie que l’histoire se passe en partie en Bretagne. Un roman que je conseille à tous!

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Grignotin, le 24/04/2014


    Angel, l'Indien blanc Angel, l'Indien blanc de François Place

    «  Corvadoro s'effaça brusquement devant moi en plongeant le buste. Je ne l'avais jamais vu faire ce geste.
    « Cela s'appelle une révérence..Ne vous méprenez pas, Angel, ce n'est pas devant vous que je m'incline, c'est devant votre destin ! » »
    Le riche boiteux savait bien de quoi il parle.
    Détenu contre son gré avec l'adolescent depuis des jours par un peuple d'indigènes dans l’Antarctique, l'explorateur eut le temps de constater que ce jeune métis devait manifestement sa survie à quelques protections, d'autres anges gardiens plus célestes.
    Anges de sa culture blanche, anges de sa culture indienne, qui peut dire ceux qui choisirent de le reconnaître ?
    Angel est un oiseau singulier, d'exception.
    Élevé seul par sa mère chez les indiens du continent américain, ceux qui la ravirent à son peuple, Angel finit par saisir sa liberté à l'arraché, sauver sa peau de plumes bigarrées .
    Engagé par la force des événements sur un bateau vers les terres d’Antarctique, Angel fait la connaissance de ses « frères » des sols de glaces, les « Woatoa », des indiens à deux bouches.
    Si les hommes des terres civilisées le jetèrent d'un bateau,
    ces guerriers à plumes grises le firent basculer d'un glacier, le jeune métis apprit à agiter les bras pour nager en eaux troubles, pour un peu le jeune héros pourrait voler comme un vrai phénix.
    Oui, le monde s'incline devant l'incroyable destin d'Angel l'indien blanc.


    : C'est le retour de notre maître des terres imaginaires, de la poésie du voyage, du souffle de l'aventure au bout du monde, j'ai nommé François Place !
    Le cap est donné cette fois vers le pôle Sud de notre belle planète et l'auteur y place- dans les deux sens du terme- sa magie, son intrigue.
    Il brosse le destin d'un jeune garçon qui est à la croisée des civilisations, des cultures, qui ne trouve sa place- pas de jeu de mot!- nulle part et va se battre pour la gagner.
    Avec courage et ténacité, investi de l'éducation et l'amour de sa mère comme d'une boussole, il va survire à l'enfer des hommes et leur brutalité, il est jeté dans la vie et se relèvera à chaque fois comme un jeune phénix. Au fil du récit, il change, se durcit, prend de l'aplomb et affiche, non pas sa différence mais le droit d'être, face à ceux qui le bouscule.
    Il réside néanmoins des hommes de bonne volonté, de cœur, Angel prouve sa valeur sur le bateau « Neptune » en tant que marin, met à profit sa formation d'indien et se rend indispensable.
    Accompagnant un riche explorateur, un savant, un artiste naturaliste et quelques hommes d'équipage, Angel débarque en terres inconnues et s'aventure dans un brouillard peuplé d'une faune aquatique cornée redoutable. Les habitants de ces contrées gelées ne le se seront pas moins, pourtant, Angel adoptera les rites et coutumes, et se montrera leur égal, luttant sur leur terrain.
    Il gagnera d'ailleurs leur respect, il sera celui qui survit au saut de l'ange, celui qui rivalise avec le peuple de l'eau.
    François Place prouve de nouveau un vrai talent pour raconter les histoires et donner le goût de l'aventure. Nous pourrions fermer les yeux, nous laisser porter par les images décrites, par le récit porté par une voix. Nous sommes dans la peau d'explorateurs qui entrons dans la découverte d'autres civilisations, avec les suppositions à partir de ce que nous connaissons, l'excitation à l 'appréhension de nouvelles richesses du monde, des similitudes et disparités des us et coutumes.
    C'est fascinant.
    Une belle histoire d'horizon qui donne envie de lever la voile au fil des pages, prendre le harpon.
    Un récit également sur la différence et sur le courage.
    L'histoire s'écrit au fur et à mesure que l'on écrit son destin.

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Didili, le 18/11/2012


    Le vieux fou de dessin Le vieux fou de dessin de François Place

    Lecture d'album, pour une fois même si ce n'est fréquent, j'apprécie beaucoup les albums et celui-ci est très agréable même pour un adulte.

    On découvre le grand maitre Hokusai à travers le jeune Tojiro qui devient son élève, celui à qui il va transmettre son art. Avec lui nous nous ouvrons à la culture de l'estampe.

    Ce livre est un joli mélange d'histoire, de culture, de poésie, d'humour et de sagesse. Il nous apprend tout en nous distrayant.

    Les copies des estampes originales de Hokusai sont là elles aussi et apportent à cet album une belle dimension esthétique.

    "Apprends à regarder en silence, si tu ne veux pas que le bruit chasse devant tes yeux, la beauté des choses fragiles. "

    On sent chez François Place une véritable admiration pour cet art séculaire japonais et je le comprend car je suis moi aussi totalement conquise.

    Je me rends compte d'ailleurs que le dessin est aussi important pour moi et je trouve que je ne lui accorde pas assez de temps, je gagnerais en zénitude peut être à plus le pratiquer...

    Hokusai, a consacré sa vie au dessin pour notre plus grand bonheur et sa quête est éternelle.

    " A cent ans, j'aurais définitivement atteint un niveau merveilleux, et, à cent dix ans, chaque point et chaque ligne de mes dessins aura sa vie propre. Je voudrais demander à ceux qui me survivront de constater que je n'ai pas parlé sans raison. "

    Cet album met en avant la notion d'apprentissage.
    Cette histoire accorde une valeur très importante à la transmission
    des savoirs grâce à l'expérience de nos ainés.

    Une belle leçon à retenir.

    Un livre à consulter et à méditer.

    Dessinons, soyons fous !



    Lien : http://imagimots.blogspot.fr/2012/11/le-vieux-fou-de-dessin-francois-place.html

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par Lagagne, le 25/02/2011


    La douane volante La douane volante de François Place

    Ce roman est le parcours de Gwen, adolescent breton qui, suite à ce qu'il croit être la mort, est emmené au pays des 12 Provinces, territoire sous la coupe de la douane volante.
    D'abord Tousseux, puis Rebouteux, Gwen va grandir, évoluer dans un monde qui n'est pas le sien, au contact des douaniers, des contrebandiers, des médecins, des chiffonniers...
    J'ai passé un agréable moment de lecture. L'auteur nous épargne l'histoire d'amour à l'eau de rose, histoire à laquelle on a rarement la chance d'échapper ! L'évolution du caractère de certains personnages ne m'a pas toujours plu (je pense à Jorn principalement). Et j'aurai aimé en savoir plus sur le pourquoi du comment du passage entre les deux mondes... Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai vraiment l'impression d'être passée à côté de quelque chose pendant ma lecture...

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 11/10/2011


    Grand Ours Grand Ours de François Place

    Dans les premiers âges du monde, le règne animal suivait la loi logique du fort et du faible. Puis vinrent « ceux qui marchent debout », ceux qui affûtaient des armes pour se nourrir et s’habiller. Parmi eux naquit Kaor, promis à un grand destin sous la tutelle de Grand Ours, un puissant esprit animal. « Moi, Grand Ours, j’ai décidé de l’aider à grandir, en veillant sur ses rêves. Je l’ai protégé pour qu’il soit un vrai marche-debout. »
    Mais Kaor ne sera pas un chasseur, il ne suivra pas les hommes qui lancent le bâton qui tue. Kaor sera celui qui guide vers les troupeaux, celui qui connaît les plantes qui guérissent, celui qui fait vivre autrement qu’en tuant.
    François Place dessine une très belle légende préhistorique. Aux côtés de Kaor, on se lance dans la chasse à l’ours et dans la découverte de mystérieuses grottes peintes. Et, alors que résonne la voie de Grand Ours, c’est tout l’univers qui semble nous inviter à lire les vrais signes du monde.
    Les illustrations, entre croquis, aquarelles et fusains, ressuscitent la beauté sauvage de l’époque préhistorique, la rudesse d’une vie ancrée dans la nature et le courage éternel des hommes qui acceptent de suivre leur destin.
    On est loin des loufoqueries bizarroïdes de l’Âge de glace, mais voilà un joli conte à partager en famille.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par emmyne, le 28/05/2011


    La douane volante La douane volante de François Place

    Ce premier roman signé François Place confirme que le talent de sa plume vaut celui de son pinceau. On y retrouve la finesse, la magie de créer et rendre des atmosphères, de donner vie aux personnages.
    La Douane Volante est un roman d'aventures et un roman fantastique. C'est un récit peuplé de légendes bretonnes ( l'Ankou, mais aussi les Kraken...), un récit consacré à la médecine; la médecine de Molière, celle des docteurs pédants vêtus de noir et de collerettes blanches, celle des herbes et des fluides, des elixirs et des onguents, celle des formules latines et des superstitions.

    Le jeune héros de quatorze ans Gwen, surnommé le Tousseux du fait de ses problèmes respiratoires et sa faible santé, est accueilli quelques temps par le rebouteux de son village breton, le vieux Braz, qui lui enseigne les rudiments de la science des plantes et lui révèle son don de guérisseur. Au décès de celui-ci, Gwen meurt d'abandon à petit feu, rejetté par une population qui n'ouvre sa porte au " sorcier " que lorsqu'elle en a besoin. Un soir, battu, volé, Gwen sombre et croit voir la Mort à sa porte. L'Ankou, son messager, l'emporte sur sa charrette noire. Gwen reprend conscience dans un autre monde, un monde étranger et étrange, bien loin de sa Bretagne, un lieu dont les mots et les canaux rappellent une Hollande ancienne. Ce pays est dominé par les membres de l'impitoyable Douane Volante, à la fois gouvernement et armée. Durant les quatre années de guerre sur sa terre natale, le jeune homme va demeurer dans ce monde sous la tutelle de l'officier Jorn, y vivre découvertes et mésaventures, tentant de s'échapper, développant son don, adoptant un drôle d'oiseau aussi teigneux qu'attachant, devenant médecin jusqu'à une terrible épidémie de peste et la tentation, la pratique de l'alchimie.

    Ce roman réussit le pari d'être à la fois dense et fluide, réaliste et mystérieux, classique par les épreuves initiatiques soumises à Gwen et original par le thème de la médecine et le choix des Pays-Bas.

    Ce texte, parfois cruel, de François Place est impressionnant. On y retrouve l'atmosphère particulière des peintre hollandais du XVIIème, les ambiances souvent sombres, humides et froides, les touches de lumières, la mélancolie, la chaleur pudique des hommes et la tendresse des femmes aussi, dans les portraits, les scènes de rue, les paysages. L'auteur raconte s'être inspiré des tableaux de Jan Van Goyen, de l'un d'eux sur lequel apparait " une sorte de porte édifiée dans un chemin creux, flanquée d'une palissade et surmontée de poteaux plantés de travers. On peut distinguer une guérite sur le talus. [...] c'est ce modèle qui m'a servi pour imaginer une barrière de la Douane Volante. J'avais envie de me rendre à cet endroit, de passer la porte, de me mêler à ces personnages qui vivent au ras de l'horizon, avec toujours un grand ciel au-dessus, et des villages penchés sur l'eau calme des canaux.". Avec en filigrane, l'Europe du début du XXème siècle, sa guerre.



    Lien : http://www.lire-et-merveilles.fr/litterature-jeunesse/romans-adolescents/la-d...

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Missbouquin, le 13/05/2014


    Angel, l'Indien blanc Angel, l'Indien blanc de François Place

    Angel est un métis, mi-Indien mi-Blanc, fruit de l’enlèvement de sa mère par des Indiens, au XVIIIe siècle, dans l’Amérique des colons. Après bien des péripéties au cours desquelles il lutte pour sa survie, il finit par devenir marin sur un bateau partant à la découverte des terres australes du Sud. Il fait le voyage aux côtés de prestigieux savants européens avec lesquels il arrive à communiquer grâce au français inculqué par sa mère. Alors que le bateau touche à des terres inconnues, Angel se retrouve prisonnier d’une étrange tribu à deux bouches, qui le garde, lui et un autre savant, en otage en attendant que leur bateau ramène une rançon. Les deux otages font devoir apprendre à survivre et à se faire accepter …

    Beau roman dépaysant pour la jeunesse, le nouveau texte de François Place m’a fait voyager, le temps d’un instant, au fin fonds de ces terres mystérieuses, prises dans les glaces. "C’est un pays compliqué, vous ne trouvez pas ? Il vaut mieux avoir le sang chaud si on ne veut pas y crever de froid, mais il vaut mieux garder la tête froide si on veut éviter l’échauffement du cerveau : car c’est tout ce qu’on gagnerait à trop écouter ses mystères."

    On s’attache rapidement à ce jeune garçon qui tente de se débrouiller dans le monde et fait preuve d’une capacité d’adaptation remarquable, à l’aise aussi bien dans ses terres indiennes qu’auprès des autochtones de l’Antarctique. A la croisée des civilisations et des cultures, la diversité qui est la sienne va lui permettre de relever toutes sortes de défis, et de changer son destin.

    Un belle histoire qui donne le goût de l’aventure, tout en nous faisant goûter aux beautés de ce monde, avec lesquelles les tribus sauvages sont plus en phase que nous. Un monde dans lequel la frontière entre réalité et magie peut être mince …


    Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com/2014/05/12/deux-beaux-romans-jeunesse-pou...

    Critique de qualité ? (6 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par marinepx, le 25/05/2013


    Le vieux fou de dessin Le vieux fou de dessin de François Place

    Petit roman didactique qui nous apprend à connaître le célèbre peintre, dessinateur et graveur Hokusai surnommé "le vieux fou de la peinture". Ce surnom nous éclaire bien quand au choix du titre...
    Tojiro va devenir l'apprenti du grand peintre. Nous allons tout comme Tojiro découvrir la vie, les oeuvres et les méthodes de travail de Hokusai.
    François PLace nous livre de très belles illustrations. J'ai particulièrement apprécié la double page explicative sur la gravure. J'ai enfin compris grâce à l'illustration simple et précise de F Place comment se faisait une gravure.

    Un livre à mettre dans les mains des petits comme des grands qu'ils soient ou non amoureux d'art.

    Critique de qualité ? (6 l'ont appréciée)




Faire découvrir François Place par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz