Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Georges Bernanos (295)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Jooh, le 15/04/2014

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    L'avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne suit pas l'avenir, on le fait.

    Commenter     J’apprécie          0 50         Page de la citation


  • Par Gwen21, le 26/03/2013

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    Etre capable de trouver sa joie dans la joie de l'autre ; voilà le secret du bonheur.

    Commenter     J’apprécie          0 45         Page de la citation


  • Par Mimimelie, le 03/09/2014

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    Les imbéciles ne prêtent attention qu'à ce qui leur fait peur.

    Commenter     J’apprécie          1 39         Page de la citation


  • Par aleatoire, le 06/08/2011

    Journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos

    Je crois, je suis sûr que beaucoup d'hommes n'engagent jamais leur être, leur sincérité profonde.Ils vivent à la surface d'eux-mêmes, et le sol humain est si riche que cette mince couche superficielle suffit pour une maigre moisson qui donne l'illusion d'une véritable destinée.

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la citation


  • Par Silena, le 24/02/2014

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    Ce que la voix peut cacher, le regard le livre.

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation


  • Par Nastasia-B, le 20/08/2012

    Sous le soleil de Satan de Georges Bernanos

    Pourquoi pas ? Dans la confession, l'expérience du péché est-elle jamais complète ? N'y a-t-il pas, dans la honte et dans l'aveu, même incomplet, déloyal, une sensation âpre et forte qui ressemble au remords, un remède un peu rude et singulier à l'affadissement du vice ? Et d'ailleurs les maniaques de la libre pensée sont bien sots de dédaigner à l'église une méthode de psychothérapie qu'ils jugent excellente et nouvelle chez un neurologiste de renom. Ce professeur, dans sa clinique, fait-il autre chose qu'un simple prêtre au confessionnal: provoquer, déclencher la confidence pour suggestionner ensuite, à loisir, un malade apaisé, détendu ? Combien de choses pourrissent dans le cœur, dont le seul effort délivre !

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation


  • Par colimasson, le 04/08/2015

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    On a tort de raisonner comme si l’Eglise visible et l’Eglise invisible étaient en réalité deux Eglises, alors que l’Eglise visible est ce que nous pouvons voir de l’Eglise invisible, et cette part visible de l’Eglise invisible varie avec chacun de nous.

    Commenter     J’apprécie          11 25         Page de la citation


  • Par PiertyM, le 15/01/2015

    Dialogues des carmelites de Georges Bernanos

    La véritable humilité est d'abord une décence, un équilibre.

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation


  • Par Nastasia-B, le 25/06/2012

    Sous le soleil de Satan de Georges Bernanos

    Chacun de nous — ah! puissiez-vous retenir ces paroles d'un vieil ami ! — est tour à tour, de quelque manière, un criminel ou un saint, tantôt porté vers le bien, non par une judicieuse approximation de ses avantages, mais clairement et singulièrement par un élan de tout l'être, une effusion d'amour qui fait de la souffrance et du renoncement l'objet même du désir, tantôt tourmenté du goût mystérieux de l'avilissement, de la délectation au goût de cendre, le vertige de l'animalité, son incompréhensible nostalgie. Hé ! Qu'importe l'expérience accumulée depuis des siècles, de la vie morale. Qu'importe l'exemple de tant de misérables pécheurs, et de leur détresse! Oui, mon enfant, souvenez-vous. Le mal, comme le bien, est aimé pour lui-même, et servi.

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation


  • Par mila0707, le 06/02/2013

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    Si je recommençais ma vie,
    je tâcherais de faire mes rêves encore plus grands ;
    parce que la vie est infiniment plus belle et plus grande
    que je n'avais cru,
    même en rêve.

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation


  • Par maliberte, le 06/08/2015

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    Je pense depuis longtemps déjà que si un jour les methodes de destruction de plus en plus efficaces finissent par rayer notre espèce de la planète, ce ne sera pas la cruauté qui sera la cause de notre extinction, et moins encore, bien entendu,l'indignation qu'éveille la cruauté, ni même les représailles de la vengeance qu'elle s'attire...mais la docilité, l'absence de responsabilité de l'homme moderne, son acceptation vile et servile du moindre décret public. Les horreurs auxquelles nous avons assisté, les horreurs encore plus abominables auxquelles nous allons maintenant assister ne signalent pas que les rebelles, les insubordonnés, les réfractaires sont de plus en plus nombreux dans le monde, mais plutôt qu'il y a de plus en plus d'hommes obéissants et dociles.

    Commenter     J’apprécie          1 18         Page de la citation


  • Par Cioran, le 28/06/2015

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    L'optimisme est un faux espoir à l'usage des lâches et des imbéciles.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation


  • Par maliberte, le 20/03/2015

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    L'espérance est un risque à courir.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation


  • Par steka, le 16/08/2013

    Georges Bernanos Georges Bernanos

    Quand je n'aurai plus qu'une paire de fesses pour penser, j'irai l'asseoir à l'Académie.
    (Palma, 20 janvier 1935)

    Commenter     J’apprécie          3 17         Page de la citation


  • Par aleatoire, le 06/08/2011

    Journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos

    Il y a certains silences qui vous attirent, vous fascinent, on a envie de jeter n'importe quoi dedans, des paroles...

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation


  • Par patrick75, le 06/05/2013

    Journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos

    Les machines n'arrêtent pas de tourner, les chômeurs de se multiplier, en sorte qu'elles ont l'air de fabriquer seulement des chômeurs, les machines, vois-tu-ça ?

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation


  • Par colimasson, le 20/06/2014

    Sous le soleil de Satan de Georges Bernanos

    Il voyait. Il voyait de ses yeux de chair ce qui reste caché au plus pénétrant […] : une conscience humaine. Certes, notre propre nature nous est, partiellement, donnée ; nous nous connaissons sans doute un peu plus clairement qu’autrui, mais chacun doit descendre en soi-même et à mesure qu’il descend les ténèbres s’épaississent jusqu’au tuf obscur, au moi profond, où s’agitent les ombres des ancêtres, où mugit l’instinct, ainsi qu’une eau sous la terre. Et voilà… et voilà que ce misérable prêtre se trouvait soudain transporté au plus intime d’un autre être, sans doute à ce point même où porte le regard du juge. […]
    Cette âme tout à coup découverte l’emplissait de respect et d’amour. C’était une âme simple et sans histoire, attentive, quotidienne, occupée de pauvres soucis. Mais une humilité souveraine, ainsi qu’une lumière céleste, le baignait de son reflet.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation


  • Par aleatoire, le 06/08/2011

    Journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos

    le bonheur !... la forme charnelle de l'espérance

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation


  • Par nadejda, le 08/11/2014

    Les grands cimetières sous la lune de Georges Bernanos

    Ça vous embête de m’écouter parler si longtemps des imbéciles ? Eh bien, il m’en coûte, à moi, d’en parler ! Mais il faut d’abord que je vous persuade d’une chose : c’est que vous n’aurez pas raison des imbéciles par le fer ou par le feu. Car je répète qu’ils n’ont inventé ni le fer, ni le feu, ni les gaz mais ils utilisent parfaitement tout ce qui les dispensent de penser par eux-mêmes. Ils aimeront mieux tuer que penser, voilà le malheur ! Et justement vous les fournissez de mécaniques ! La mécanique est faite pour eux. En attendant la machine à penser qu’ils attendent, qu’ils exigent, qui va venir, ils se contenteront très bien de la machine à tuer, elle leur va comme un gant. Nous avons industrialisé la guerre pour la mettre à leur portée. Elle est à leur portée, en effet. p 19 (Points seuil)

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation


  • Par colimasson, le 21/05/2014

    Sous le soleil de Satan de Georges Bernanos

    A seize ans, Germaine savait aimer (non point rêver d’amour, qui n’est qu’un jeu de société)… Germaine savait aimer, c’est-à-dire qu’elle nourrissait en elle, comme un beau fruit mûrissant, la curiosité du plaisir et du risque, la confiance intrépide de celles qui jouent toute leur chance en un coup, affrontent un monde inconnu, recommencent à chaque génération l’histoire du vieil univers.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation





Faire découvrir Georges Bernanos par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz