Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Gustave Flaubert (903)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par mathilde08, le 29/04/2012

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Ils s'en revinrent à Yonville en suivant le bord de l'eau. Dans la saison chaude, la berge plus élargie découvrait jusqu'à leur base les murs des jardins, qui avaient un escalier de quelques marches descendant à la rivière. Elle coulait sans bruit, rapide et froide à l’œil ; de grandes herbes minces s'y courbaient ensemble, selon le courant qui les poussaient, et comme des chevelures vertes abandonnées s’étalaient dans sa limpidité. Quelquefois, à la pointe des joncs ou sur la feuille des nénuphars, un insecte à pattes fines marchait ou se posait. Le soleil traversait d'un rayon les petits globules bleus des ondes qui se succédaient en se crevant ; les vieux saules ébranchés miraient dans l'eau leur écorce grise ; au-delà, tout alentour, la prairie semblait vide. C'était l'heure du dîner dans les fermes, et la jeune femme et son compagnon n'entendaient en marchant que la cadence de leurs pas sur la terre du sentier, les paroles qu'ils se disaient, et le frôlement de la robe d'Emma qui bruissait tout autour d'elle.
    Les murs des jardins, garnis à leur chaperon de morceaux de bouteilles, étaient chauds comme le vitrage d'une serre. Dans les briques, des ravenelles avaient poussé ; et, du bord de son ombrelles déployée, Mme Bovary, tout en passant, faisait s'égrener en poussière jaune un peu de leurs fleurs flétries, ou bien quelque branche des chèvrefeuilles et des clématites qui pendaient en dehors traînait un moment sur la soie, en s'accrochant aux effilés.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Kittiwake, le 24/04/2012

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Et Emma cherchait à savoir ce que l'on entendait au juste dans la vie par les mots de félicité, de passion et d'ivresse, qui lui avaient paru si beaux dans les livres

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par brigetoun, le 01/04/2012

    Mémoires d'un fou de Gustave Flaubert

    Oh, ce n'était point la science qu'il aimait, c'était sa forme et son expression. Il aimait un livre, parce que c'était un livre ; il aimait son odeur, sa forme, son titre. Ce qu'il aimait dans un manuscrit, c'était sa vieille date illisible, les lettres gothiques, bizarres et étranges, les lourdes dorures qui chargeaient les dessins ; c'étaient ces pages couvertes de poussière dont il aspirait avec délice le parfum suave et tendre. C'était ce joli mot finis, entouré de deux amours, portés sur un ruban, s'appuyant sur une fontaine, gravé sur une tombe, ou reposant dans une corbeille, entre les roses et les pommes d'or et les bouquets bleus.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par cathcor, le 28/02/2012

    Correspondance de Gustave Flaubert

    Oui, mon vieux,tu as raison! Nous payons le long mensonge où nous avons vécu, car tout était faux: fausse armée, fausse politique, fausse littérature, faux crédit et même fausses putains- Dire la vérité, c'était être immoral!

    A Maxime Du Camp, 29 septembre 1870



    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par MonsieurChat, le 17/02/2012

    Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert

    Les puces se jettent, partout où elles sont, sur les couleurs blanches. Cet instinct leur a été donné afin que nous puissions les attraper plus aisément.
    (Bernardin de Saint-Pierre. Harmonies de la Nature.)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Seiren, le 01/12/2011

    Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert

    Poète : Synonyme de rêveur et nigaud.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Elvira, le 10/08/2011

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    La lune, toute ronde et couleur de pourpre, se levait à ras de terre, au fond de la prairie. Elle montait vite entre les branches des peupliers, qui la cachaient de place en place, comme un rideau noir, troué. Puis elle parut, éclatante de blancheur, dans le ciel vide qu’elle éclairait ; et alors, se ralentissant, elle laissa tomber sur la rivière une grande tache, qui faisait une infinité d’étoiles, et cette lueur d’argent semblait s’y tordre jusqu’au fond à la manière d’un serpent sans tête couvert d’écailles lumineuses. Cela ressemblait aussi à quelque monstrueux candélabre, d’où ruisselaient, tout du long, des gouttes de diamant en fusion. La nuit douce s’étalait autour d’eux ; des nappes d’ombre emplissaient les feuillages.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par ivredelivres, le 18/05/2011

    Correspondance de Gustave Flaubert

    George Sand à Flaubert
    L'art n'est pas seulement de la peinture. La vraie peinture est, d'ailleurs, pleine de l'âme qui pousse la brosse. L'art n'est pas seulement de la critique et de la satire. Critique et satire ne peignent qu'une face du vrai. Je veux voir l'homme tel qu'il est. Il n'est pas bon ou mauvais. Il est bon et mauvais. Mais il est quelque chose encore, la nuance, la nuance qui est pour moi le but de l'art. Etant bon et mauvais, il a une force intérieure qui le conduit à être très mauvais et peu bon, ou très bon et peu mauvais.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par valetudinaire, le 31/03/2011

    L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    Elle lisait un mince volume à couverture grise. Les deux coins de sa bouche se relevaient par moments, et un éclair de plaisir illuminait son front. Il jalousa celui qui avait inventé de ces choses dont elle paraissait occupée. Plus il la contemplait, plus il sentait entre elle et lui se creuser des abîmes. Il songeait qu'il faudrait la quitter tout à l'heure, irrévocablement, sans en avoir arraché une parole, sans lui laisser même un souvenir !

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Megh, le 28/03/2011

    Mémoires d'un fou de Gustave Flaubert

    Enfant, j'aimais ce qui se voit; adolescent, ce qui se sent; homme, je n'aimais plus rien.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par irondhell, le 13/02/2011

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Ce roman est intéressant à analyser, mais à lire, il est plutôt laborieux car ennuyeux. Je me suis sentie très seule en le lisant, ne sachant que penser de ce livre: est-il prodigieusement bien mené ou parfaitement insipide ?
    C'est lorsque j'ai appris que Flaubert avait voulu écrire un roman qui ne tenait que par "la force du style" que j'ai compris tout l'intérêt de l'oeuvre. Je conseille donc de le lire avec un profil d'oeuvre, afin de mieux cibler le but de ce roman.

    Commenter     J’apprécie          1 4         Page de la citation


  • Par hema6, le 12/02/2011

    L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    La jeunesse a l'esprit tragique et n'admet pas les nuances.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par hema6, le 11/02/2011

    L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    Il y a des hommes n'ayant pour mission parmi les autres que de servir d'intermédiaires ; on les franchit comme des ponts et l'on va plus loin.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par brigetoun, le 07/02/2011

    Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert

    Des habitudes qu’ils avaient tolérées les faisaient souffrir. Pécuchet devenait incommode avec sa manie de poser sur la nappe son mouchoir. Bouvard ne quittait plus la pipe, et causait en se dandinant. Des contestations s’élevaient, à propos des plats ou de la qualité du beurre. Dans leur tête-à-tête ils pensaient à des choses différentes.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par brigetoun, le 07/02/2011

    Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert

    Pécuchet fit creuser devant la cuisine, un large trou, et le disposa en trois compartiments, où il fabriquerait des composts qui feraient pousser un tas de choses dont les détritus amèneraient d’autres récoltes, procurant d’autres engrais, tout cela indéfiniment ; – et il rêvait au bord de la fosse, apercevant dans l’avenir, des montagnes de fruits, des débordements de fleurs, des avalanches de légumes. Mais le fumier de cheval si utile pour les couches lui manquait.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par DrJackal, le 17/01/2011

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par sophie9206, le 05/01/2011

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Nous avions l'habitude, en entrant en classe, de jeter nos casquettes par terre, afin d'avoir ensuite nos mains plus libres ; il fallait, dès le seuil de la porte, les lancer sous le banc, de façon à frapper contre la muraille en faisant beaucoup de poussière ; c'était là le genre.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par TheBee, le 27/05/2010

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    A la ville, avec le bruit des rues, le bourdonnement des théâtres et les clartés du bal, elles avaient des existences où le coeur se dilate, où les sens s'épanouissent. Mais elle, sa vie était froide comme un grenier dont la lucarne est au nord, et l'ennui, araignée silencieuse, filait sa toie dans l'ombre à tous les coins de son coeur.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Elisanne, le 12/05/2010

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Comment vais-je signer, maintenant ? se dit-il.
    Votre tout dévoué… Non. Votre ami ?…Oui, c’est cela.

    Il relut la lettre. Elle lui parut bonne.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par brigetoun, le 29/11/2009

    Correspondance de Gustave Flaubert

    Vous me dites que je fais trop attention à la forme. Hélas ! c'est comme le corps et l'âme ; la forme et l'idée, pour moi, c'est tout un et je ne sais pas ce qu'est l'une sans l'autre. Plus une idée est belle, plus la phrase est sonore ; soyez-en sure. La précision de la pensée fait (et est elle-même) celle du mot

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation





Faire découvrir Gustave Flaubert par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz

    L'Éducation Sentimentale

    Fumichon, concernant la propriété, évoque les arguments d'un homme politique dont Flaubert parle en ces terme dans une lettre à George Sand: "Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois! Non! Rien ne peut donner l'idée du vomissement que m'inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la Bourgeoisie!". De qui s'agit-il?

    •   Benjamin Constant
    •   Adolphe Thiers
    •   Proudhon
    •   Frédéric Bastiat
    •   Turgot

    8 questions - 100 lecteurs ont répondu
    Thème : L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    Créer un quiz sur cet auteur.