Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Gustave Flaubert (693)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par chartel, le 01/11/2009

    La Tentation de Saint Antoine de Gustave Flaubert

    Comme l’existence provient de la corruption, la corruption du désir, le désir de la sensation, la sensation du contact, j’ai fui toute action, tout contact ; et – sans plus bouger que la stèle d’un tombeau, exhalant mon haleine par mes deux narines, fixant mon regard sur mon nez, et considérant l’éther dans mon esprit, le monde dans mes membres, la lune dans mon cœur, - je songeais à l’essence de la grande Âme d’où s’échappent continuellement, comme des étincelles de feu, les principes de la vie.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par dede, le 12/11/2008

    Correspondance de Gustave Flaubert

    On ne fait rien de grand sans le fanatisme.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par dede, le 12/11/2008

    Le dictionnaire des idées reçues : Et le catalogue des idées chic de Gustave Flaubert

    Evidence: Vous aveugle, quand elle ne crève pas les yeux.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Bruno_Cm, le 10/08/2014

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    ... chaque notaire porte en soi les débris d'un poète.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Bruno_Cm, le 10/08/2014

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Alors un attendrissement la saisit : elle se sentit molle et tout abandonnée comme un duvet d'oiseau qui tournoie dans la tempête ; ...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Mar-Khe, le 21/07/2014

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Quelle meilleure chose, en effet, que d'être le soir au coin du feu avec un livre, pendant que le vent bat les carreaux, que la lampe brûle.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Mar-Khe, le 21/07/2014

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Le dénigrement de ceux que nous aimons toujours nous en détache quelque peu. Il ne faut pas toucher aux idoles : la dorure en reste aux mains.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par jojobegood, le 24/06/2014

    L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    Les affections profondes ressemblent aux honnêtes femmes; elles ont peur d'être découvertes, et passent dans la vie les yeux baissés.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par MelleFifi, le 23/06/2014

    L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    À droite et à gauche des plaines vertes s’étendaient ; le convoi roulait ; les maisonnettes des stations glissaient comme des décors, et la fumée de la locomotive versait toujours du même côté ses gros flocons qui dansaient sur l’herbe quelque temps, puis se dispersaient.
    Frédéric, seul sur sa banquette, regardait cela, par ennui, perdu dans cette langueur que donne l’excès même de l’impatience. Des grues, des magasins, parurent. C’était Creil.
    La ville, construite au versant de deux collines basses (dont la première est nue et la seconde couronnée par un bois), avec la tour de son église, ses maisons inégales et son pont de pierre, lui semblait avoir quelque chose de gai, de discret et de bon. Un grand bateau plat descendait au fil de l’eau, qui clapotait fouettée par le vent ; des poules, au pied du calvaire, picoraient dans la paille ; une femme passa, portant du linge mouillé sur la tête.
    Après le pont, il se trouva dans une île, où l’on voit sur la droite les ruines d’une abbaye. Un moulin tournait, barrant dans toute sa largeur le second bras de l’Oise, que surplombe la manufacture. L’importance de cette construction étonna grandement Frédéric. Il en conçut plus de respect pour Arnoux. Trois pas plus loin, il prit une ruelle, terminée au fond par une grille.
    Il était entré. La concierge le rappela en lui criant :
    - Avez-vous une permission ?
    - Pourquoi ?
    - Pour visiter l’établissement !
    Frédéric d’un ton brutal, dit qu’il venait voir M. Arnoux.
    Qu’est-ce que c’est que M. Arnoux ?
    - Le chef, le maître, le propriétaire, enfin !
    Non, monsieur, c’est ici la fabrique de MM. Lebœuf et Milliet !
    La bonne femme plaisantait sans doute. Des ouvriers arrivaient ; il en aborda deux ou trois ; leur réponse fut la même.
    Frédéric sortit de la cour, en chancelant comme un homme ivre ; et il avait l’air tellement ahuri que, sur le pont de la Boucherie, un bourgeois en train de fumer sa pipe demanda s’il cherchait quelque chose. Celui-là connaissait la manufacture d’Arnoux. Elle était située à Montataire.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par BookFan, le 02/05/2014

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par gelinasguy14, le 18/02/2014

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Aux narines: Par cette onction sainte et par sa grande miséricorde, que le Seigneur vous pardonne tous les péchés que vous avez commis part l'odorat.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par PiertyM, le 28/01/2014

    Rage et impuissance de Gustave Flaubert

    Il pleurait de rage, il s’arrachait les cheveux, criait après la vie, lui si plein de force et de santé.
    Que de larmes il versa sur ses mains. Que de cris il jeta dans sa tombe, que de coups de colère. Il frappa son cercueil. Il prit son linceul, le déchira avec ses ongles, le mit en pièces avec ses dents, – il lui fallait quelque chose à broyer, à anéantir sous ses mains, lui qui se sentait si impitoyablement écrasé sous celles de la fatalité.
    Enfin il s’arrêta dans son désespoir, s’étendit sur sa planche, ferma les yeux et pensa à Dieu.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par THoniger, le 13/01/2014

    Lettres à Louise Colet de Gustave Flaubert

    L'obligation où l'on est de vivre sur un coin de terre marqué en rouge ou en bleu sur la carte, et de détester les autres coins en vert ou en noir, m'a paru toujours étroite, bornée, et d'une stupidité finie.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Sachenka, le 12/01/2014

    Mémoires d'un fou de Gustave Flaubert

    Parmi tous les rêves du passé, les souvenirs d'autrefois et mes réminiscences de jeunesse, j'en ai conservé un bien petit nombre, avec quoi je m'amuse aux heures d'ennui.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par FANTASY-EDITIONS, le 06/01/2014

    Gustave Flaubert Gustave Flaubert

    « Demande-toi à chaque phrase ce qu’il y a dedans. »
    (À Ernest Feydeau, 28 décembre 1858)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par FANTASY-EDITIONS, le 06/01/2014

    Gustave Flaubert Gustave Flaubert

    « Il faut avoir, avant tout, du sang dans les phrases, et non de la lymphe, et quand je dis du sang, c’est du cœur. Il faut que cela batte, que cela palpite, que cela émeuve. Il faut faire saigner les arbres et tressaillir les granits. On peut mettre un immense amour dans l’histoire d’un brin d’herbe. »
    (À Louise Colet, 22 avril 1854)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par FANTASY-EDITIONS, le 06/01/2014

    Gustave Flaubert Gustave Flaubert

    « Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme les feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leur ressemblance. »
    (À Louise Colet, 7 avril 1854)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par FANTASY-EDITIONS, le 06/01/2014

    Gustave Flaubert Gustave Flaubert

    « Ma main courrait le papier avec frénésie, désolé d’avoir besoin d’écrire pour fixer ma phrase, et regrettant qu’aussitôt née l’idée n’eût pas sa forme toute faite et qu’il fallut attendre pour la pétrir et la tailler. »
    (La première Éducation sentimentale, 1845.)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par FANTASY-EDITIONS, le 06/01/2014

    Gustave Flaubert Gustave Flaubert

    « J’aime les phrases nettes et qui se tiennent droites, debout tout en courant, ce qui est presque une impossibilité. »
    (À Louise Colet, 13 juin 1852.)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par FANTASY-EDITIONS, le 06/01/2014

    Gustave Flaubert Gustave Flaubert

    « Je commence à voir un peu mes personnages. Je crois qu’ils ne sont plus maintenant à l’état de mannequins, décorés d’un nom quelconque. Pour qu’on dise d’un personnage antique : “C’est vrai”, il faut qu’il soit doué d’une triple vie, car le modèle, le type, qui l’a vu ? »

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation





Faire découvrir Gustave Flaubert par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz

    L'Éducation Sentimentale

    Fumichon, concernant la propriété, évoque les arguments d'un homme politique dont Flaubert parle en ces terme dans une lettre à George Sand: "Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois! Non! Rien ne peut donner l'idée du vomissement que m'inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la Bourgeoisie!". De qui s'agit-il?

    •   Benjamin Constant
    •   Adolphe Thiers
    •   Proudhon
    •   Frédéric Bastiat
    •   Turgot

    8 questions - 85 lecteurs ont répondu
    Thème : L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    Créer un quiz sur cet auteur.