Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de Kevin J. Anderson


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 12/12/2013


    Après Dune, tome 1 : Les chasseurs de Dune Après Dune, tome 1 : Les chasseurs de Dune de Kevin J. Anderson

    Entendons nous bien ! Les romans sur l'univers de Dune de HERBERT fils n'ont pas la valeur, la force ou la complexité de ceux de son père. La série originelle est unique et inégalable, mais ce n'est pas pour autant qu'il faille jeter tout le reste aux orties, le bébé avec l'eau du bain.
    Le cycle des « avant-dune » était particulièrement bien tourné, le cycle « la genèse » trop commercial avait fait baisser le niveau, ce cycle (après dune), tout du moins ce premier épisode, remonte le niveau.

    Ce roman fait directement suite à la maison des mères qui doit donc être impérativement lu avant (ainsi que tout le cycle de HERBERT père d'ailleurs). On peut éventuellement faire l'impasse sur les livres précédents de Brian HERBERT (le fils), bien qu'il fasse appel, dans ce roman à des personnages et notions développées notamment dans le cycle « la genèse ».

    Cet opus débute trois ans après la maison des mères et se déroule sur une quinzaine d'années.
    Idaho, Sheena, et Teg se sont enfuis à bord du non-vaisseau laissant Murbella à la tête à la fois des révérendes mères du bene gesserit et des Honorées Matriarches dans un « Ordre nouveau ».
    Dune a été totalement détruite et les premières pages du roman nous résument les grandes lignes des hérétiques de dune et de la maison des mères.
    L'histoire se partage entre trois courants :
    L'assimilation progressive des Honorées Matriarches dans l'Ordre Nouveau de Murbella et le combat contre celles rétives au changement,
    La vie et l'histoire du non-vaisseau d'Idaho qui cherche toujours à échapper à ses ennemis.
    Les danseurs visages revenus de la dispersion et leurs manœuvres diaboliques.

    L'histoire est intéressante, rythmée, avec de l'action et l'on ne s'ennuie pas. Les personnages sont très bien dessinés, notamment grâce à leur existence dans les romans précédents, le style de Brian HERBERT et Kevin J. ANDERSON est très fluide, beaucoup plus facile d'accès que celui de Franck HERBERT.
    La réintroduction des personnages des tomes précédents se déroulant sur plusieurs milliers d'années reste cohérente avec l'univers de Dune ; (En effet les capsules anentropiques contenant le matériel génétique des grandes figures historiques de Dune ont été inventées par HERBERT père dans la maison des mères et s'il avait vécu pour faire un autre tome, ne s'en serait-il pas servi??)

    Un bémol, tout de même, l'auteur oublie un peu trop le côté, politique, retors et machiavélique des bene gesserit pour en faire une communauté plus tournée vers l'action. Il leur manque un peu de complexité.

    Conclusion : Un très bon roman d'aventure dans l'univers de Dune, qui apporte des réponses au cycle de HERBERT père et qui se poursuit par le triomphe de Dune.
    Ne lisez pas la brève chronologie de l'univers de Dune présent à la fin de ce tome pour conserver un peu de mystère à ce roman.

    Critique de qualité ? (75 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par fnitter, le 28/05/2014


    La Saga des Sept Soleils, tome 6 : Un essaim d'acier La Saga des Sept Soleils, tome 6 : Un essaim d'acier de Kevin J. Anderson

    Il est temps d'en finir.
    Sixième et avant dernier tome de la saga des sept soleils (ben oui, s'il avait fallu à l'auteur un livre de plus pour finir son histoire, cela se serait appelé la saga des huit soleils... Mais d'un autre côté le 7 est un chiffre magique dans plusieurs sociétés...

    Je digresse, je digresse, oui, parce qu'encore une fois, je n'ai plus grand chose à dire sur cette série.
    Dans ce tome, Après la fin des hydrogues, le retour des Kikliss, qui seront les grands méchants pour cette fois. On laissera les Faeros pour la confrontation finale de l'ultime opus.
    La hanse a explosé politiquement avec la naissance d'une confédération regroupant Théroc, les vagabonds et tous ceux qui veulent y adhérer sous la bienveillante direction du roi Peter et la confrontation, guerre civile, est inévitable.

    146 chapitres pour 555 pages. Et à chaque nouveau chapitre on change de personnage et de fil d'histoire. Et après 6 livres à ce régime là, mes sentiments ont plusieurs fois changé de camp, mitigés et contradictoires. Ce qui a pu m'agacer un temps me plaît au suivant. On alterne entre le décousu, l'intérêt sans cesse renouvelé et savamment entretenu, le décrochage et l'absence de lassitude. Bon certains fils sont plus intéressants que d'autres et ces si courts chapitres nous permettent de ne pas trop nous appesantir.
    En fait, je comparerais cette série à une bonne vieille paire de charentaises. Vieilles et fatiguées, mais on est tellement bien dedans le soir après le boulot.

    Ça ronronne, ça déroule, on prend plaisir à retrouver nos personnages préférés. On n'est pas beaucoup plus avancé après la lecture qu'avant, mais on a pris malgré tout du plaisir à lire l'histoire...
    Il est quand même temps d'en finir avec Mondes en Cendres.

    Critique de qualité ? (73 l'ont appréciée)


    • Livres 2.00/5
    Par fnitter, le 07/04/2014


    Légendes de Dune, tome 2 : Le Souffle de Dune Légendes de Dune, tome 2 : Le Souffle de Dune de Kevin J. Anderson

    Franchement dispensable.

    Après la série Avant Dune (et son premier tome La Maison des Atréides) d'excellente facture, la série de la genèse (avec La guerre des machines) très moyenne et la série Après Dune (avec Les chasseurs de Dune) (avec un excellent premier tome et un second raté), Herbert fils et son éternel acolyte dans cette aventure K.J Anderson nous offrent le second tome d'une nouvelle série dans l'univers de Dune, commencée par Paul le prophète.

    Après avoir abordé quelques épisodes entre Dune et Le messie de dune, cet opus s'intéresse à ce qui se passe en partie entre le messie de Dune et Les enfants de Dune.
    Construit sur le même modèle que le premier tome avec des flash back dans la jeunesse de Paul, il va s'intéresser à Alia, pas encore possédée par le baron Harkonnen, Jessica, Irulan et aura pour fil rouge Bronso d'Ix, le grand détracteur de Muad'Dib.

    Mais autant le premier tome m'a séduit, se rapprochant presque de l’œuvre du père, autant ce second livre m'a profondément ennuyé.
    Une histoire molle, sans rythme, sans action dans laquelle on n'apprend rien de nouveau.
    Le soulèvement de Caladan est expédié, alors qu'un développement plus complet aurait ajouté une valeur indéniable au livre.
    Les justifications de Paul sur son Jihad ne sont pas une surprise. On connaît ses raisons à la la lecture des enfants de Dune et de L'Empereur-dieu de Dune.
    La complexité politique qui donne du corps aux œuvres du père et à certaines du fils dans cet univers est totalement absente de ce tome.
    Alia n'est pas très crédible et parait bien falotte.

    Bref, une suite ratée.

    Critique de qualité ? (73 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 30/07/2014


    La Saga des Sept Soleils, tome 7 : Mondes en cendres La Saga des Sept Soleils, tome 7 : Mondes en cendres de Kevin J. Anderson

    C'est la fin.
    Oui enfin, la fin. Après six tomes en dents de scie, nous pouvons enfin clore le chapitre de la saga des sept soleils.

    L'ultime bataille entre faeros, hydrogues (non non, ils ne sont pas morts), verdanis, wentals, kikliss, robots kikliss, ildirans et humains (de la hanse et de la confédération) se déroule dans cet ultime opus. Trahisons (ou prises de conscience) en cascade, retournements de situation à la pelle. Au moins, un épisode digne de l'ampleur de l’œuvre.

    Oui, c'est parfois téléphoné, oui c'est naïf, des incohérences, des deus ex machina à foison. Des armes ultimes développées en vingt quatre heures par un homme seul, capables d'éradiquer une espèce pluri-millénaire présente dans toute la galaxie, dignes des pires space opera d'avant guerre.
    Mais au final, il me restera de cette saga un agréable souvenir, des heures d'une lecture agréable qui ne donne pas mal à la tête.

    Bref : Il faut donner sa chance à cette saga.

    Critique de qualité ? (72 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 13/08/2014


    La Saga des Sept Soleils : Intégrale La Saga des Sept Soleils : Intégrale de Kevin J. Anderson

    Très grosse intégrale qui regroupe sept tomes :

    L'empire caché :
    Très rapidement le décor est posé; Un empire humain ambitieux, orgueilleux et avide de puissance organisé en empire commercial : La ligue hanséatique terrienne, un empire extra-terrestre Ildiran, plus posé mais en déclin (ce qui ne signifie pas naïf et sans défense), les vagabonds, groupe d'humains indépendants et plus puissants qu'ils ne veulent bien paraître, une race disparue : les kikliss qui ont laissé derrière eux des robots bien énigmatiques et enfin une trouvaille, Théroc, un monde vert où la forêt semi-consciente vit en symbiose avec les humains qui s'y sont installés et qui a pour particularité de permettre la communication instantanée en tous points de la galaxie où elle est présente.
    L'Ennemi (de ce premier tome) : Les hydrogues habitants des géantes gazeuses.

    Le roman est organisé en chapitres très courts portant à chaque fois sur un personnage en particulier, ce qui va permettre à l'auteur de développer la trame de son histoire en abordant tous les points de vue (à l'exception notable de l'Ennemi).
    Si le premier tiers, voire la première moitié du livre fait un peu catalogue de présentation, il n'en n'est pas pour autant désagréable à lire, au contraire. Le style fluide, clair, et la découverte progressive de l'univers dans lequel évoluent les personnages en font une distraction plus qu'honorable.
    La seconde partie du livre, qui se termine par ailleurs par un beau clifhanger, plus orientée action, conclue avec brio ce premier tome et donne envie de connaître la suite.
    Des personnages attachants, une histoire intéressante dans un univers flamboyant font de ce premier tome, comme l'indique Starlog sur le quatrième de couverture, un space opera de divertissement idéal.

    Une forêt d'étoiles :
    Dans le premier tome on faisait connaissance avec l'univers crée par l'auteur à travers plusieurs personnages que l'on continue à suivre dans cet ouvrage. Ils gagnent ainsi en profondeur et deviennent vraiment attachants.
    Le style toujours très simple, fluide et clair, associé à des chapitres très courts (3 à 5 pages) sautant d'un personnage à l'autre, font que l'on ne s'ennuie pas une seconde.

    Heureusement, car il faut bien dire qu'il ne se passe pas grand chose dans cet épisode, en dehors des explications assez tardives du comportement erratique des hydrogues et des robots Kikliss dans une guerre ancestrale dont les humains et les Ildirans ne pourraient bien être que de vulgaires et insignifiants spectateurs.

    En conclusion, un tome assez divertissant malgré ses défauts.

    Tempêtes sur l'horizon :
    La baisse de rythme se poursuit :
    Où avions-nous laissé nos héros ?
    Théroc a été attaquée par les hydrogues et sauvée de l’annihilation par les faeros et la flotte humaine (dont Tasia).
    Jora'h est devenu le Mage Imperator, prenant conscience de l'ampleur de sa tache en même temps que les lourds secrets de sa race (dont le devenir de Nina).
    Le Roi Peter s'est marié avec Estarra de Théroc dont il est épris. Il s'oppose désormais quasi ouvertement au président de la Hanse Basil qui a tenté de le faire assassiner.
    Jess a bu l'essence des Wentals et est devenu surpuissant.

    Et que se passe-t-il dans ce tome ? Et bien pas grand chose. Durant les 400 premières pages, l'auteur ne fait que consolider les positions acquises et développe doucement l'antagonisme de la Hanse envers les Vagabonds. Le rythme ne commence à s'emballer que durant les 100 dernières pages.
    Ne vous attendez pas à de grandes révélations. Ce n'est pas pour cette fois.

    Malgré tout la lecture est toujours aussi aisée, aidée en cela par ces chapitres très courts de deux à 5 feuillets portant à chaque fois sur un personnage différent. On reste intéressé par le devenir de nos héros.
    Espérons que l'auteur à travers ce récit met en place, ou du moins continue la mise en place.

    Soleils éclatés :
    Je ne vous dirais rien de ce qui se passe dans ce tome. Oh, rassurez-vous (ou inquiétez-vous d'ailleurs), pas de surprise de dernière minute, pas d'explosion d'originalité ou de cri d'extase devant la puissance de l'intrigue...
    La série a pris son rythme de croisière et le contenu, tant dans la forme que le fond est similaire aux trois premiers tomes.
    Un style fluide et agréable à lire, un intérêt certain pour le devenir de nos héros dont les destinées s'entremêlent de plus en plus.
    La saga des sept soleils reste un space opera de divertissement (idéal dirait Starlog), assez ambitieux malgré tout et suffisamment bien construit pour ne pas lasser le lecteur que je suis et qui a bien l'intention d'aller jusqu'au bout.

    Ombres et flammes : Enfin un peu d'action
    Après quatre premiers tomes en dent de scie, ce cinquième opus nous offre de beaux moments d'action.

    Faeros, Hydrogues, Wentals, Verdanis, Vagabonds, Forces Terrestres de Défense, Ildirans, Robots Kikliss. Tous se jettent dans une ultime bataille. Ça attaque à tout va dans le bras spiral.

    Que dire sur l'histoire, le style de l'auteur après cinq tomes ? Si on en est là, c'est qu'on aime, au moins un peu et on a bien l'intention d'aller jusqu'au bout.
    On se replonge avec plaisir dans l'univers très riche et très dense de l'auteur, dans un tome plus rythmé que les précédents qui va voir un aboutissement : La fin des Hydrogues. A ce propos, d'ailleurs, je rejoins la plupart des critiques à ce sujet. Une fin trop rapide, certains diront bâclée. L'ultime (?) ennemi de l'humanité aurait mérité une fin plus explosive. Gageons que les deux derniers tomes verront apparaître de nouvelles menaces (on vous dit qui ce sera à la fin de ce tome...).
    Le conflit entre le président Basil Wenceslas et le Roi Peter, qui commençait également à devenir répétitif et pesant, en l'état, trouvera un nouveau terrain de discorde impliquant toute l'humanité.

    Un essaim d'acier :
    Dans ce tome, Après la fin des hydrogues, le retour des Kikliss, qui seront les grands méchants pour cette fois. On laissera les Faeros pour la confrontation finale de l'ultime opus.
    La hanse a explosé politiquement avec la naissance d'une confédération regroupant Théroc, les vagabonds et tous ceux qui veulent y adhérer sous la bienveillante direction du roi Peter et la confrontation, guerre civile, est inévitable.

    146 chapitres pour 555 pages. Et à chaque nouveau chapitre on change de personnage et de fil d'histoire. Et après 6 livres à ce régime là, mes sentiments ont plusieurs fois changé de camp, mitigés et contradictoires. Ce qui a pu m'agacer un temps me plaît au suivant. On alterne entre le décousu, l'intérêt sans cesse renouvelé et savamment entretenu, le décrochage et l'absence de lassitude. Bon certains fils sont plus intéressants que d'autres et ces si courts chapitres nous permettent de ne pas trop nous appesantir.
    En fait, je comparerais cette série à une bonne vieille paire de charentaises. Vieilles et fatiguées, mais on est tellement bien dedans le soir après le boulot.

    Ça ronronne, ça déroule, on prend plaisir à retrouver nos personnages préférés. On n'est pas beaucoup plus avancé après la lecture qu'avant, mais on a pris malgré tout du plaisir à lire l'histoire...
    Il est quand même temps d'en finir.

    Mondes en cendres :
    L'ultime bataille entre faeros, hydrogues (non non, ils ne sont pas morts), verdanis, wentals, kikliss, robots kikliss, ildirans et humains (de la hanse et de la confédération) se déroule dans cet ultime opus. Trahisons (ou prises de conscience) en cascade, retournements de situation à la pelle. Au moins, un épisode digne de l'ampleur de l’œuvre.

    Oui, c'est parfois téléphoné, oui c'est naïf, des incohérences, des deus ex machina à foison. Des armes ultimes développées en vingt quatre heures par un homme seul, capables d'éradiquer une espèce pluri-millénaire présente dans toute la galaxie, dignes des pires space opera d'avant guerre.
    Mais au final, il me restera de cette saga un agréable souvenir, des heures d'une lecture agréable qui ne donne pas mal à la tête.

    Bref : Il faut donner sa chance à cette saga.

    Critique de qualité ? (62 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 02/01/2014


    La Saga des Sept Soleils, tome 5 : Ombres et flammes La Saga des Sept Soleils, tome 5 : Ombres et flammes de Kevin J. Anderson

    Enfin un peu d'action.
    Après quatre premiers tomes en dent de scie, ce cinquième opus nous offre de beaux moments d'action.

    Faeros, Hydrogues, Wentals, Verdanis, Vagabonds, Forces Terrestres de Défense, Ildirans, Robots Kikliss. Tous se jettent dans une ultime bataille. Ça attaque à tout va dans le bras spiral.

    Que dire sur l'histoire, le style de l'auteur après cinq tomes ? Si on en est là, c'est qu'on aime, au moins un peu et on a bien l'intention d'aller jusqu'au bout.
    On se replonge avec plaisir dans l'univers très riche et très dense de l'auteur, dans un tome plus rythmé que les précédents qui va voir un aboutissement : La fin des Hydrogues. A ce propos, d'ailleurs, je rejoins la plupart des critiques à ce sujet. Une fin trop rapide, certains diront bâclée. L'ultime (?) ennemi de l'humanité aurait mérité une fin plus explosive. Gageons que les deux derniers tomes verront apparaître de nouvelles menaces (on vous dit qui ce sera à la fin de ce tome...).
    Le conflit entre le président Basil Wenceslas et le Roi Peter, qui commençait également à devenir répétitif et pesant, en l'état, trouvera un nouveau terrain de discorde impliquant toute l'humanité.

    Bref, une lecture délassante et en avant pour le tome 6 : Un essaim d'acier

    Critique de qualité ? (53 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par fnitter, le 15/04/2013


    La Saga des Sept Soleils, Tome 3 : Tempêtes sur l'horizon La Saga des Sept Soleils, Tome 3 : Tempêtes sur l'horizon de Kevin J. Anderson

    La baisse de rythme se poursuit.

    Troisième tome de la saga après L'empire caché et Une forêt d'étoiles. Comme pour le second opus, nous avons le droit à un résumé de quinze pages des épisodes précédents.

    Où avions-nous laissé nos héros ?
    Théroc a été attaquée par les hydrogues et sauvée de l’annihilation par les faeros et la flotte humaine (dont Tasia).
    Jora'h est devenu le Mage Imperator, prenant conscience de l'ampleur de sa tache en même temps que les lourds secrets de sa race (dont le devenir de Nina).
    Le Roi Peter s'est marié avec Estarra de Théroc dont il est épris. Il s'oppose désormais quasi ouvertement au président de la Hanse Basil qui a tenté de le faire assassiner.
    Jess a bu l'essence des Wentals et est devenu surpuissant.

    Et que se passe-t-il dans ce tome ? Et bien pas grand chose. Durant les 400 premières pages, l'auteur ne fait que consolider les positions acquises et développe doucement l'antagonisme de la Hanse envers les Vagabonds. Le rythme ne commence à s'emballer que durant les 100 dernières pages.
    Ne vous attendez pas à de grandes révélations. Ce n'est pas pour cette fois.

    Malgré tout la lecture est toujours aussi aisée, aidée en cela par ces chapitres très courts de deux à 5 feuillets portant à chaque fois sur un personnage différent. On reste intéressé par le devenir de nos héros.
    Espérons que l'auteur à travers ce récit met en place, ou du moins continue la mise en place pour le tome 4 : Soleils éclatés.

    Critique de qualité ? (52 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par fnitter, le 26/05/2013


    Paul le Prophète Paul le Prophète de Kevin J. Anderson

    Après avoir suscité tant de commentaires sur la nouvelle édition et ma fausse critique, Oui, mesdames et messieurs, voici la vrai :

    Après la série Avant Dune (et son premier tome La Maison des Atréides), la série de la genèse (avec La guerre des machines) et la série Après Dune (avec Les chasseurs de Dune), Herbert fils et son éternel acolyte dans cette aventure K.J Anderson nous offrent le premier tome d'une nouvelle série dans l'univers de Dune.

    J'avais toujours trouvé dommage de ne pas savoir ce qui s'était passé entre Dune et Le messie de dune, voilà une injustice en partie réparée.
    Dans cette histoire, les auteurs nous content les aventures de Paul Muad'Dib, l'Empereur, entre un an et quatre ans après la chute de l'Empereur Padishah Shaddam IV, où la mise en place du Jihad, les motivations de Paul dans cette guerre sainte. Ils alternent, à part à peu près égale avec un épisode, jusqu'alors inconnu de nous, de la vie de Paul Atréides adolescent (12 ans) entrainé dans une guerre des Assassins.

    On retrouve un Paul Empereur, terriblement endurci, comme on le perçoit à la fin de Dune, et déjà se voyant prisonnier de sa prescience, pantin du destin comme dans le messie de Dune. Le personnage possède une présence extraordinaire, grâce à sa vie développée dans les tomes de Herbert père. Paul à 12 ans est plus lisse, mais d'un autre côté, c'est la partie de l'histoire où l'action prédomine, contrebalançant ainsi assez habilement cette carence.
    Dans ce tome, on retrouve un peu de cette exaltation et surtout un peu de cette complexité politique des livres du père, que l'on avait perdu dans les séries annexes. Un retour aux sources en quelque sorte.

    Bref, un excellent tome.

    Critique de qualité ? (49 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 26/08/2013


    La Saga des Sept Soleils, Tome 4 : Soleils éclatés La Saga des Sept Soleils, Tome 4 : Soleils éclatés de Kevin J. Anderson

    Après L'empire caché, Une forêt d'étoiles, et Tempêtes sur l'horizon, voici le quatrième tome de la saga qui en compte sept.

    Petit résumé des tomes précédents : Rendez-vous est détruite et la grosse dinde chasse systématiquement les vagabonds. Théroc est en flamme. Les faeros combattent les hydrogues, les wentals reprennent des forces grâce à des porteurs d'eau volontaires vagabonds et le mage imperator doit faire face à une tentative de renversement.

    Je ne vous dirais rien de ce qui se passe dans ce tome. Oh, rassurez-vous (ou inquiétez-vous d'ailleurs), pas de surprise de dernière minute, pas d'explosion d'originalité ou de cri d'extase devant la puissance de l'intrigue...
    La série a pris son rythme de croisière et le contenu, tant dans la forme que le fond est similaire aux trois premiers tomes.
    Un style fluide et agréable à lire, un intérêt certain pour le devenir de nos héros dont les destinées s'entremêlent de plus en plus.
    La saga des sept soleils reste un space opera de divertissement (idéal dirait Starlog), assez ambitieux malgré tout et suffisamment bien construit pour ne pas lasser le lecteur que je suis et qui a bien l'intention d'aller jusqu'au bout.

    A suivre : Ombres et flammes.

    Critique de qualité ? (45 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par fnitter, le 11/10/2012


    Olium, La Constellation du Diadème Olium, La Constellation du Diadème de Kevin J. Anderson

    Un nouveau cycle est né.

    Vous l'aurez compris, Olium n'est que le premier tome d'une nouvelle série des co-auteurs des suites de Dune.

    D'ailleurs, cette oeuvre présente des similarités indéniables avec l'oeuvre géniale de Franck HERBERT, la présence d'une planète dévastée et terriblement dangereuse qui va devenir le centre de la rébellion contre un empire corrompu dirigé par des individus et des nobles l'étant tout autant.

    Le prologue définit clairement et rapidement les rôles : Le "gentil" sera le général Tibère Maximilien Adolphus, rebelle envers la constellation des joyaux de la couronnes (20 planètes), et sa dirigeante : le diadème Michella Duchenet, l'irrécupérable méchante.
    Adolphus sera exilé sur la planète Fendelhofer, surnommée fond de l'enfer, planète stérile aux conditions de vie extrême ayant abrité une civilisation extra-terrestre avant qu'un cataclysme ne vienne tout balayer.
    La planète est située dans la Zone Profonde (54 planètes), zone sous-développée de l'empire de la constellation et exploitée au profit des 20 planètes les plus riches, d'où un certain ressentiment.

    Après un début très très lent, présentant une multitude de personnages avec parfois un luxe de détail permettant surtout de gonfler le roman, on finit par se prendre d'affection pour eux et pour l'histoire, qui connaît un rebondissement indéniable à mi-chemin, lorsque l'extraordinaire secret promis par le quatrième de couverture vient à être révélé.
    Si vous vous affranchissez de cette première partie, à l'extérieur de laquelle je suis resté, n'arrivant pas à m'immerger dans l'univers crée par les auteurs, le survolant peut être à cause du manque de détail sur le fonctionnement du dit-univers au profit des personnages, la seconde partie devrait éveiller votre intérêt.

    Le style des auteurs est fluide et facile d'accès et le livre n'est pas alourdi par des explications techniques type "hard science" (un bien ou un mal ?), ce livre ne laissera personne indifférent. On pourra aimer (plus ou moins) ou détester (ceux qui ont déjà lu la prose de ces auteurs dans les suites de dune et qui n'ont pas aimé, passez votre chemin). Faites vous votre propre opinion en lisant le livre....

    Critique de qualité ? (34 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par finitysend, le 10/01/2014


    Dune, la genèse, Tome 1 : La guerre des machines Dune, la genèse, Tome 1 : La guerre des machines de Kevin J. Anderson

    Avec ce tome nous sommes dans la guerre contre les machines , dans le cycle de Dune , en époque Genèse , mode Tome 1 .

    Des extensions textuelles au cycle et donc , postérieur au décès de Herbert père .
    Autrement dit , il s’agit de textes écrits par Anderson et Herbert fils et ils sont donc des pièces rapportées au cycle originel , Sortes de préquelles , ici quatrième volume rattaché ....

    Sur le fond , je dirais que du point de vue de l’intrigue , la trame narrative n’est pas si mal faite .

    Il y a énormément de rebondissements , l’univers est dense ( je veux dire épais en fait ) .
    Il y a aussi un incontestable sens scénique avec des descriptions soignées et généralement évocatrices . Une gravité bien dosée , globalement qui s’accélère , qui monte en puissance , et qui entraine les lecteurs dans une grande proximité avec les thématiques , les situations , l’histoire appliquée de cet univers et les personnages ...

    Cependant , toutes ces péripéties sont surlignées , et fonctionnent un peu comme un collier de perles , une perle après l’autre . Un assemblage qui donne une teinte assez convenue au texte .
    Globalement il y a aussi un positionnement que trouve naïf et de plus en plus casse bonbons au grès de la narration .

    Il me semble que les idées sont bonnes : la structure des personnages , l’univers , un gout certain et salutaire pour l’action ainsi que pour le spectaculaire .
    L’aspect machine est assez bien posé , suffisamment pour concerner le lecteur .

    Cependant , un peu trop de naïveté , de simplisme aussi à différents niveaux , en font un texte partiellement décevant , quelquefois encombrant , un peu trop facile .
    Donc me voici farci d’une bonne impression mitigée ...

    Critique de qualité ? (32 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 22/11/2012


    La Saga des Sept Soleils, Tome 2 : Une forêt d'étoiles La Saga des Sept Soleils, Tome 2 : Une forêt d'étoiles de Kevin J. Anderson

    Second volet de la saga des sept soleils après L'empire caché.

    Avant toute chose, un avant-propos résume parfaitement le premier tome ce qui fait qu'on est absolument pas perdu lorsqu'on démarre ce deuxième chapitre de l'histoire. Par ailleurs on retrouve en annexe un lexique et quelques organigrammes tout à fait bienvenus. De plus, des allusions et petits rappels émaillent tout le récit, ce qui fait que l'on se ré-immerge très vite dans l'histoire.

    Dans le premier tome on faisait connaissance avec l'univers crée par l'auteur à travers plusieurs personnages que l'on continue à suivre dans cet ouvrage. Ils gagnent ainsi en profondeur et deviennent vraiment attachants.
    Le style toujours très simple, fluide et clair, associé à des chapitres très courts (3 à 5 pages) sautant d'un personnage à l'autre, font que l'on ne s'ennuie pas une seconde.

    Heureusement, car il faut bien dire qu'il ne se passe pas grand chose dans cet épisode, en dehors des explications assez tardives du comportement erratique des hydrogues et des robots Kikliss dans une guerre ancestrale dont les humains et les Ildirans ne pourraient bien être que de vulgaires et insignifiants spectateurs.

    En conclusion, un tome assez divertissant malgré ses défauts et je n'en demande pas plus pour attaquer le suivant : Tempêtes sur l'Horizon

    Critique de qualité ? (30 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 05/08/2012


    Avant Dune, tome 2 : La maison Harkonnen Avant Dune, tome 2 : La maison Harkonnen de Kevin J. Anderson

    Un prequel de Dune de bonne facture.
    Entendons nous bien ! Les romans sur l'univers de Dune de HERBERT fils n'ont pas la valeur, la force ou la complexité de ceux de son père. La série originelle est unique et inégalable, mais ce n'est pas pour autant qu'il faille jeter tout le reste aux orties, le bébé avec l'eau du bain.
    Pour ma part, le cycle des « avant-dune » composé de La Maison des Atréides, La Maison Harkonnen et La maison Corrino est particulièrement bien tourné, le cycle « la genèse » (La guerre des machines, le Jihad butlérien, La bataille de Corrin) trop commercial a fait baisser le niveau, et le cycle "après dune" ( Les chasseurs de Dune et le triomphe de Dune), tout du moins le premier tome, reste de bonne qualité.
    Pour ce cycle "avant dune", je préconise fortement (si, si j'insiste) de lire avant Dune - Tome 1 et Dune - Tome 2 (le meilleur roman de sf de tous les temps) pour pleinement en apprécier la saveur.
    L'action se situe environ 30 ans avant le roman original. On y retrouve la quasi totalité des personnages qui nous ont tant plu, à l'exception bien sur de ceux comme Paul, qui ne sont pas encore né :-).
    Très rapidement on replonge dans l'univers de Dune. La description de la planète, le vocabulaire, adapté et adéquat nous rappelle, avec beaucoup de justesse l'univers crée par Herbert père.
    La lecture est plus facile, grace à un style fluide, plus contemporain et l'action, l'atmosphère de Dune, grâce aux intrigues et complots, sont au rendez-vous.
    En nous plongeant ainsi dans le passé des héros, on découvre, ou on comprend mieux leurs traits de personalité.
    De part leur existence précédente, ils ont dans ce roman, une réelle consistance.
    Si vous avez aimé Dune, vous aimerez le cycle "avant dune".

    Critique de qualité ? (28 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 04/08/2012


    Avant Dune, tome I : La Maison des Atréides Avant Dune, tome I : La Maison des Atréides de Kevin J. Anderson

    Un prequel de Dune de bonne facture.

    Entendons nous bien ! Les romans sur l'univers de Dune de HERBERT fils n'ont pas la valeur, la force ou la complexité de ceux de son père. La série originelle est unique et inégalable, mais ce n'est pas pour autant qu'il faille jeter tout le reste aux orties, le bébé avec l'eau du bain.
    Pour ma part, le cycle des « avant-dune » composé de La Maison des Atréides, La Maison Harkonnen et La maison Corrino est particulièrement bien tourné, le cycle « la genèse » (La guerre des machines, Le Jihad butlérien, La bataille de Corrin) trop commercial a fait baisser le niveau, et le cycle "après dune" ( Les chasseurs de Dune et Le triomphe de Dune), tout du moins le premier tome, reste de bonne qualité.

    Pour ce cycle "avant dune", je préconise fortement (si, si j'insiste) de lire avant Dune - Tome 1 et Dune - Tome 2 (le meilleur roman de sf de tous les temps) pour pleinement en apprécier la saveur.

    L'action se situe environ 30 ans avant le roman original. On y retrouve la quasi totalité des personnages qui nous ont tant plu, à l'exception bien sur de ceux comme Paul, qui ne sont pas encore né :-).
    Très rapidement on replonge dans l'univers de Dune. La description de la planète, le vocabulaire, adapté et adéquat nous rappelle, avec beaucoup de justesse l'univers crée par Herbert père.

    La lecture est plus facile, grace à un style fluide, plus contemporain et l'action, l'atmosphère de Dune, grâce aux intrigues et complots, sont au rendez-vous.
    En nous plongeant ainsi dans le passé des héros, on découvre, ou on comprend mieux leurs traits de personalité.
    De part leur existence précédente, ils ont dans ce roman, une réelle consistance.

    Si vous avez aimé Dune, vous aimerez le cycle "avant dune".

    Critique de qualité ? (27 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 06/07/2012


    La Saga des Sept Soleils, Tome 1 : L'Empire Caché La Saga des Sept Soleils, Tome 1 : L'Empire Caché de Kevin J. Anderson

    Premier tome d'une saga qui en compte, vous l'avez deviné : Sept.

    Très rapidement le décor est posé; Un empire humain ambitieux, orgueilleux et avide de puissance organisé en empire commercial : La ligue hanséatique terrienne, un empire extra-terrestre Ildiran, plus posé mais en déclin (ce qui ne signifie pas naïf et sans défense), les vagabonds, groupe d'humains indépendants et plus puissants qu'ils ne veulent bien paraître, une race disparue : les kikliss qui ont laissé derrière eux des robots bien énigmatiques et enfin une trouvaille, Théroc, un monde vert où la forêt semi-consciente vit en symbiose avec les humains qui s'y sont installés et qui a pour particularité de permettre la communication instantanée en tous points de la galaxie où elle est présente.
    L'Ennemi (de ce premier tome) : Les hydrogues habitants des géantes gazeuses.

    Le roman est organisé en chapitres très courts portant à chaque fois sur un personnage en particulier, ce qui va permettre à l'auteur de développer la trame de son histoire en abordant tous les points de vue (à l'exception notable de l'Ennemi).
    Si le premier tiers, voire la première moitié du livre fait un peu catalogue de présentation, il n'en n'est pas pour autant désagréable à lire, au contraire. Le style fluide, clair, et la découverte progressive de l'univers dans lequel évoluent les personnages en font une distraction plus qu'honorable.
    La seconde partie du livre, qui se termine par ailleurs par un beau clifhanger, plus orientée action, conclue avec brio ce premier tome et donne envie de connaître la suite avec : La Saga des Sept Soleils, tome 2 : Une forêt d'étoiles.

    Des personnages attachants, une histoire intéressante dans un univers flamboyant font de ce premier tome, comme l'indique Starlog sur le quatrième de couverture, un space opera de divertissement idéal.

    Enfin : Evitez de lire le quatrième de couv du tome 2, pour conserver à ce premier tome un peu de mystère.

    Critique de qualité ? (24 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 06/08/2012


    Avant Dune, tome 3 : La maison Corrino Avant Dune, tome 3 : La maison Corrino de Kevin J. Anderson

    Un prequel de Dune de bonne facture, troisième et dernier tome....
    Entendons nous bien ! Les romans sur l'univers de Dune de HERBERT fils n'ont pas la valeur, la force ou la complexité de ceux de son père. La série originelle est unique et inégalable, mais ce n'est pas pour autant qu'il faille jeter tout le reste aux orties, le bébé avec l'eau du bain.
    Pour ma part, le cycle des « avant-dune » composé de La Maison des Atréides, La Maison Harkonnen et La maison Corrino est particulièrement bien tourné, le cycle « la genèse » (La guerre des machines, le Jihad butlérien, La bataille de Corrin) trop commercial a fait baisser le niveau, et le cycle "après dune" ( Les chasseurs de Dune et le triomphe de Dune), tout du moins le premier tome, reste de bonne qualité.
    Pour ce cycle "avant dune", je préconise fortement (si, si j'insiste) de lire avant Dune - Tome 1 et Dune - Tome 2 (le meilleur roman de sf de tous les temps) pour pleinement en apprécier la saveur.
    L'action se situe environ 30 ans avant le roman original. On y retrouve la quasi totalité des personnages qui nous ont tant plu, à l'exception bien sur de ceux comme Paul, qui ne sont pas encore né :-).
    Très rapidement on replonge dans l'univers de Dune. La description de la planète, le vocabulaire, adapté et adéquat nous rappelle, avec beaucoup de justesse l'univers crée par Herbert père.
    La lecture est plus facile, grace à un style fluide, plus contemporain et l'action, l'atmosphère de Dune, grâce aux intrigues et complots, sont au rendez-vous.
    En nous plongeant ainsi dans le passé des héros, on découvre, ou on comprend mieux leurs traits de personalité.
    De part leur existence précédente, ils ont dans ce roman, une réelle consistance.
    Si vous avez aimé Dune, vous aimerez le cycle "avant dune".

    Critique de qualité ? (21 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par fnitter, le 14/05/2013


    Paul le Prophète Paul le Prophète de Kevin J. Anderson

    ATTENTION. CE N'EST PAS UNE CRITIQUE. NE PAS "LIKER"
    C'est un test. Merci...
    A la fin de Dune tome 1, Paul Muad'Dib a triomphé de l'empereur Padishah, de ses armées et de ses tueurs. Il a lancé à l'assaut de la Galaxie entière le Jihad des Fremen et promis de faire d'Arrakis un paradis. Il est devenu le Kwisatz Haderach, l'homme qui peut entrevoir les innombrables sentiers de l'avenir, et par-là même il a acquis la stature religieuse qu'il refusait d'endosser. Il est le Prophète, le Messie de Dune. Paul va bouleverser l'histoire de l'humanité.

    Critique de qualité ? (18 l'ont appréciée)


    • Livres 1.00/5
    Par BlackWolf, le 14/08/2013


    Olium, La Constellation du Diadème Olium, La Constellation du Diadème de Kevin J. Anderson

    En Résumé : Je ne vais pas le cacher, je n’ai rien trouvé d’intéressant dans la lecture de ce roman. L’intrigue accumule les poncifs, le manichéisme, la simplicité et même des aberrations qui m’ont paru pas du tout crédibles. Les intrigues secondaires sont bâclées et terminées souvent de façon abruptes. L’univers développé par l’auteur est vide, sans imagination et sans réel travail de développement que ce soit technologique ou autre. Les personnages accumulent aussi toutes les tares, manquant cruellement de complexités et quand les auteurs les développent un tant soit peu, on tombe dans les clichés. La plume ne possède aucune vie et se révèle limite un automatisme qui permet aux auteurs de remplir des pages sans se soucier de la cohérence. Au final je ne pense pas avoir été le lecteur adéquat de ce livre et je ne lirai pas la suite.

    Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.


    Lien : http://www.blog-o-livre.com/la-constellation-du-diademe-tome-1-olium-brian-he...

    Critique de qualité ? (13 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par frankgth, le 01/06/2013


    La Saga des Sept Soleils, Tome 1 : L'Empire Caché La Saga des Sept Soleils, Tome 1 : L'Empire Caché de Kevin J. Anderson

    Dans ce premier de sept tomes on découvre un univers riche avec des humains en pleine expansion grâce à l'empire commercial très développé de la ligue Hanséatique Terrienne, une civilisation Ildiriane plus avancée mais beaucoup moins dynamique qui a offert aux humains la technologie pour voyager beaucoup plus rapidement, et à coté quelques groupes mineurs.
    Tout ce petit monde cohabite relativement bien malgré l'agressivité humaine personnalisée par son président jusqu'à ce qu'une expérience malheureuse déclenche un événement qui va rapidement mettre en péril ce fragile équilibre.

    En plus de ce cadre, classique pour l'ouverture d'une telle saga, j'ai découvert ici la plume très dynamique de Kevin J. Anderson. Des chapitres très courts tous centrés sur un personnage, un découpage très proche des séries TV, font que tout s'enchaîne sans temps mort, ce qui est souvent le point faible de ces tomes de présentation. On est donc rapidement aspirés jusqu'au coup de pied dans la fourmilière de la fin qui nous promet une suite mouvementée que je vais enchaîner avec plaisir.

    Critique de qualité ? (11 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par fnitter, le 26/05/2012


    Après Dune, tome 2 : Le triomphe de Dune Après Dune, tome 2 : Le triomphe de Dune de Kevin J. Anderson

    Ultime volume d'un cycle légendaire commencé par Franck HERBERT en 1965, par l'indétrônable et meilleur roman de sf de tous les temps : Dune - Tome 1.
    Toutes les dernières questions en suspens (pas si nombreuses que cela d'ailleurs), trouveront leur réponse.
    Rien que pour cela ce dernier tome mérite d'être lu.

    Suite directe de Les chasseurs de Dune. Nous connaissons désormais l'ennemi ultime de l'humanité, attention je vais spoiler :

    Si vous ne l'aviez pas encore deviné, Ce sont les machines et leurs serviteurs-alliés(?) les danseurs visages, alliance qui à ce propos illustre bien cette maxime : "La vrai loyauté est une force inébranlable. Le problème est de déterminer précisément envers qui un individu est loyal. Très souvent, c'est uniquement envers lui-même."

    Ce dernier tome se lit très facilement, trop facilement peut-être. Les pages s'avalent les unes après les autres, sans que l'on apprenne réellement quelque chose, et à part la bataille finale : Kralizec, ces dernières lignes pré-digérées ne nous laissent finalement qu'un grand vide.
    Pour ma part je pense qu'un condensé du cycle Après-dune en un seul roman aurait été plus judicieux. (Mais moins commercial ?)

    La renaissance des figures légendaires du cycle en gholas n'apportent pas le piment supplémentaire auquel on aurait pu s'attendre à la fin de Les chasseurs de Dune. L'éducation d'un nouveau Paul Atreides par un nouveau Baron Harkonnen (vieux rêve de ce dernier dans les premiers tomes de dune) est ratée, les bene gesserit toujours aussi lisses.

    Au final :
    Une lecture obligatoire puisqu'on est arrivé jusque là sans flancher.
    Une lecture pas désagréable, dans un style très accessible.
    Mais une lecture un peu décevante au regard de ce qu'aurait pu (aurait du) être le final d'un cycle aussi grandiose que Dune.

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)




Faire découvrir Kevin J. Anderson par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz