Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Nâzim Hikmet (19)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Lali, le 05/01/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Nostalgie

    Cela fait cent ans
    que je n’ai pas vu ton visage
    que je n’ai pas passé mon bras
    autour de ta taille
    que je ne vois plus mon visage dans tes yeux
    cela fait cent ans que je ne pose plus de question
    à la lumière de ton esprit
    que je n’ai pas touché à la chaleur de ton ventre.

    Cela fait cent ans
    qu’une femme m’attend
    dans une ville.
    Nous étions penchés sur la même branche,
    sur la même branche
    nous en sommes tombés, nous nous sommes quittés
    entre nous tout un siècle
    dans le temps et dans l’espace.
    Cela fait cent ans que dans la pénombre
    je cours derrière toi.

    Tu es mon ivresse
    De toi je n’ai point dessoûlé
    Je ne puis dessoûler
    Je ne veux point dessoûler

    Ma tête lourde
    Mes genoux écorchés
    Mes vêtements crottés
    Je vais vers ta lumière qui brille et qui s’éteint
    en titubant, tombant, me relevant.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation


  • Par patatarte2001, le 01/08/2014

    Nâzim Hikmet Nâzim Hikmet

    Il a plu en moi une pluie d'été qui n'a pu rafraîchir ma tristesse

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation


  • Par Philippe-rodolphe, le 09/08/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet


    La plus drôle des créatures

    Comme le scorpion, mon frère,
    Tu es comme le scorpion
    Dans une nuit d’épouvante.

    Comme le moineau, mon frère,
    Tu es comme le moineau
    Dans ses menues inquiétudes.

    Comme la moule, mon frère,
    Tu es comme la moule
    Enfermée et tranquille.

    Tu es terrible, mon frère,
    Comme la bouche d’un volcan éteint.

    Et tu n’es pas un, hélas,
    Tu n’es pas cinq,
    Tu es des millions.

    Tu es comme le mouton, mon frère,
    Quand le bourreau habillé de ta peau
    Quand le bourreau lève son bâton
    Tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
    Et tu vas à l’abattoir en courant, presque fier.

    Tu es la plus drôle des créatures, en somme,
    Plus drôle que le poisson
    Qui vit dans la mer sans savoir la mer.

    Et s’il y a tant de misère sur terre
    C’est grâce à toi, mon frère,
    Si nous sommes affamés, épuisés,
    Si nous somme écorchés jusqu’au sang,
    Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
    Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non
    Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation


  • Par Lali, le 07/01/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    La ville, le soir et toi

    Vous êtes toutes nues dans mes bras
    la ville, la nuit et toi
    votre clarté illumine mon visage
    et puis le parfum de vos cheveux.
    À qui ce cœur qui bat
    au-dessus du murmure de nos souffles palpitants
    est-ce ta voix, celle de la ville, celle de la nuit
    ou bien la mienne?
    Où finit la nuit, où commence la ville
    Où finit la ville, où commences-tu toi
    où est ma fin, où est mon commencement?

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation


  • Par Lali, le 06/01/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    24 septembre 1945

    Le plus beau des océans
    est celui que l’on n’a pas encore traversé.
    Le plus beau des enfants
    n’a pas encore grandi.
    Les plus beaux de nos jours
    sont ceux que nous n’avons pas encore vécus.
    Et les plus beaux des poèmes que je veux te dire
    sont ceux que je ne t’ai pas encore dits.

    Que c’est beau de penser à toi :
    à travers les rumeurs de morts et de victoire
    en prison
    alors que j’ai passé la quarantaine…

    Que c’est beau de penser à toi :
    ta main oubliée sur un tissu bleu
    et dans tes cheveux
    la fière douceur de ma terre bien-aimée d’Istanbul…
    C’est comme un second être en moi
    que le bonheur de t’aimer…
    le parfum de la feuille de géranium au bout de mes doigts,
    une quiétude ensoleillée
    et l’invite de la chair :
    striée d’écarlate
    l’obscurité
    chaude
    dense…

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation


  • Par Lali, le 02/01/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Je ne ressens pas la nostalgie des jours passés
    — sauf celle d’une nuit d’été —
    et même l’ultime éclat bleu de mes yeux
    te dira la bonne nouvelle
    des jours à venir.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation


  • Par korrigan, le 21/09/2014

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Le globe

    Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.

    Donnons-leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore,

    Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.

    Offrons le globe aux enfants,

    Donnons-leur comme une pomme énorme,

    Comme une boule de pain toute chaude,

    Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.

    Offrons le globe aux enfants

    Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,

    Les enfants prendront de nos mains le globe

    Ils y planteront des arbres immortels.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par Lali, le 04/01/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Point du jour

    Dans la maison endormie ce matin,
    la lumière qui entre par la fenêtre ouverte,
    comme une étoile laissée là par la nuit.
    J’ai descendu l’escalier tout doucement,
    je suis allée par le jardin, vers le bois de hêtres,
    dans la calme fraîcheur de cette aube,
    dans les arbres, la tendresse d’une jeune mère.
    Par le pont de pierre, passe et s’en va mon voyage.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Moan, le 29/06/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Leurs chants sont plus beaux que les hommes,
    plus lourds d'espoir,
    plus tristes,
    et plus longue est leur vie.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Moan, le 29/06/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Si j'étais platane si je me reposais à son ombre
    si j'étais livre
    que je lirais sans ennui dans mes nuits d'insomnie
    crayon, je ne voudrais pas l'être
    même pas entre mes propres doigts
    si j'étais porte
    je m'ouvrirais aux bons je me fermerais aux méchants
    si j'étais fenêtre
    une fenêtre sans rideaux grande ouverte
    si je faisais entrer la ville dans ma chambre
    si j'étais verbe
    si je vous appelais au beau au juste au vrai
    si j'étais parole
    si je disais mon amour tout doucement

    Moscou, 27 mai 1962

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Lali, le 03/01/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Pluies d’été

    Comme une jeune mariée aux cheveux blonds,
    fils d’argent et paillettes, scintillent au soleil les pluies.
    La sérénité des tuiles mouillées
    peu à peu me pénètre :
    j’attends.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par natta, le 27/09/2014

    Anthologie poétique de Nâzim Hikmet

    J'AI UN ARBRE EN MOI


    J'ai un arbre en moi
    Dont j'ai rapporté le plan du soleil
    Poissons de feu ses feuilles se balancent
    Ses fruits tels des oiseaux gazouillent
    Les voyageurs depuis longtemps sont
    Descendus de leur fusée
    Sur l'étoile qui est en moi
    Ils parlent ce langage entendu dans mes rêves
    Ni ordres, ni vantardises, ni prières.
    J'ai une route blanche en moi
    Y passent les fourmis avec les grains de blé
    Les camions pleins de cris de fête
    Mais cette route est interdite aux corbillards.
    Le temps reste immobile en moi,
    Comme une odorante rose rouge,
    Que l'on soit vendredi et demain samedi
    Que soit passé beaucoup de moi, qu'il en reste peu ou prou
    Je m'en fous !

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Moan, le 29/06/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Je suis entré dans une ville
    pour me promener dans ses rues
    pour échanger des saluts avec ses hommes
    mais il n'y a plus de rue pour y errer
    il n'y a plus personne pour répondre à mon salut...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Marti94, le 23/03/2014

    La Joconde et Si-Ya-Ou de Nâzim Hikmet

    La Joconde est renommée pour son sourire. L'étrange aventure ici contée concerne cette Joconde et un chinois du nom de Si-Ya-Ou.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par alzaia, le 20/08/2013

    Nâzim Hikmet Nâzim Hikmet

    Dans le poème Pourquoi Benerdji s'est-il suicidé ? il y a un chapitre ou Nâzim décrit un lever de soleil :
    Au-dessus de la ville de Calcutta
    montait
    le soleil
    Une armée
    aux chevaux de lumière, aux casques de feu,
    approchait...
    Mais Nâzim trouve cette description ratée, alors il le dit. Il recommence plusieurs fois et finit par dire: "Le soleil s'est levé comme le soleil se lève" C'est ça le théâtre de Nâzim

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par alzaia, le 01/06/2013

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Si la moitié de mon cœur est ici, docteur,
    L’autre moitié est en Chine,
    Dans l’armée qui descend vers le Fleuve Jaune.

    Et puis tous les matins, docteur,
    Mon cœur est fusillé en Grèce.

    Et puis, quand ici les prisonniers tombent dans le sommeil
    quand le calme revient dans l’infirmerie,
    Mon cœur s’en va, docteur,
    chaque nuit,
    il s’en va dans une vieille
    maison en bois à Tchamlidja
    Et puis voilà dix ans, docteur,
    que je n’ai rien dans les mains à offrir à mon pauvre peuple,
    rien qu’une pomme,
    une pomme rouge : mon cœur.
    Voilà pourquoi, docteur,
    et non à cause de l’artériosclérose, de la nicotine, de la prison,
    j’ai cette angine de poitrine.

    Je regarde la nuit à travers les barreaux
    et malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine,
    Mon cœur bats avec l’étoile la plus lointaine.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par racooninan, le 25/08/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Je dois écrire quelque chose
    je dois écrire quelque chose de vrai à cent pour cent
    Je dois écrire quelque chose
    sans y penser avant
    "De ma cigarette la fumée
    sans foi est ma bien-aimée"
    Je dois écrire quelque chose
    non pas ce que je vois sur la table
    non pas mes doigts
    Je dois écrire quelque chose saisissant des choses en moi
    lâchant un seau
    dans le puits de mon moi
    je dois puiser de l'eau.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Moan, le 29/06/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    Ce pays est le nôtre

    Ce pays qui ressemble à la tête d'une jument
    Venue au grand galop de l'Asie lointaine
    Pour se tremper dans la Méditerranée,
    ce pays est le nôtre.

    Poignets en sang, dents serrées, pieds nus,
    Une terre semblable à un tapis de soie,
    cet enfer, ce paradis est le nôtre.

    Que les portes se ferment qui sont celles des autres,
    Qu'elles se ferment à jamais,
    Que les hommes cessent d'être les esclaves des hommes,
    cet appel est le nôtre.

    Vivre comme un arbre, seul et libre,
    Vivre en frères comme les arbres d'une forêt,
    cette attente est la nôtre.

    1948

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Moan, le 29/06/2012

    Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzim Hikmet

    La table

    Varna m'a rendu fou,
    m'a fait perdre la raison.
    Tomates, poivrons verts, turbot frit.
    A la radio "Ohé les gars"
    une chanson de la Mer Noire.
    Et dans un verre, du raki, lait de lion, anis,
    Oh l'odeur de l'anis!
    Et ma langue parlée amicalement,
    fraternellement...
    Ah! Ce que je suis bien, bon sang,
    ce que je suis bien!
    Varna m'a rendu fou;
    m'a fait perdre la raison...

    Varna, 6 juin1957.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation





Faire découvrir Nâzim Hikmet par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz