Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de Roger Frison-Roche


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 4.00/5
    Par Zebra, le 14/10/2014


    L'appel du Hoggar L'appel du Hoggar de Roger Frison-Roche

    « L’appel du Hoggar » est écrit par Roger Frison-Roche et édité chez Flammarion en 1936. Dédié au capitaine Raymond Coche (chef de l’expédition alpine française du Hoggar en 1935) et à ses compagnons de piste, cet ouvrage de 140 pages est illustré de croquis et de photographies de l’époque, en noir et blanc ou en sépia. Vulgarisant la documentation technique, touristique et littéraire disponible sur cette partie du monde, ce livre a l’ambition de présenter aux lecteurs une région encore peu connue du public et de leur faire partager une tranche de vie réelle, émouvante et merveilleuse. De mon point de vue, cet objectif est largement atteint !

    Guide et alpiniste renommé, Roger Frison-Roche est choisi pour faire partie d’une expédition, en plein Sahara, dans les massifs de la Tefedest et du Hoggar. Embarqué en pleines solitudes sahariennes, vivant au gré de ses rêves à travers le désert, Roger Frison-Roche, mandaté par le Club Alpin Français et par le Gouvernement Général d’Algérie, doit escalader avec ses hommes quelques-uns des plus hauts sommets de ces massifs, faire des études sur la faune, la flore et les roches, puis revenir avec une documentation photographique et cinématographique.

    Pendant trois mois, les hommes vont cheminer, accompagnés de Touareg, de méhara et de chameaux de bât, partageant la vie nomade du Saharien, escaladant des parois brulantes, friables et inviolées, forçant au péril de leurs vies nombre de passages délicats, et découvrant des sites improbables et magnifiques. Durant cette expédition pleine de vie vagabonde et de fatigues communes, les hommes sont à l’unisson : hors du temps et de l’espace, sous le vernis de la civilisation, ils laissent battre leur cœur et leur émotion devient sincère pour des choses simples, éternelles, infinies et apaisées, avec en prime la reconnaissance profonde de la qualité et de la « noblesse des Touareg du Hoggar, seigneurs de grande race ».

    Pour ces hommes aguerris et rompus aux aventures alpines, le choc est brutal. Ils ne savent plus (page 15) s’ils sont sur Terre ou s’ils foulent le sol d’une planète inconnue. Et la nouveauté est partout : traces d’ensablement dans le fech-fech si redouté des automobilistes, villes fantômes, palmeraies surgies on ne sait d’où et se balançant sous le vent du sable, végétation rare et maigre, plateaux noirs et pierreux (page 19) avec de vastes coupoles semblables à de gigantesques carapaces posées à même le sol, squelettes de chameaux et tombes musulmanes de part et d’autre de la piste, des tempêtes de sable qui épuisent les hommes, et parfois, dans ce désert, un trou dans le sable, avec l’eau, trouble et boueuse, à six mètres de profondeur, l’eau, ce synonyme de vie. Dans cette inhumanité où tout est cuit, calciné et brûlé, les locaux, goumiers des Compagnies Sahariennes et Touareg, se meuvent fièrement, élégamment, avec leur fusil en bandoulière et (page 19) leurs cartouchières pleines à craquer s’étalant sur la poitrine. Un code régit leur vie de nomade : une économie de paroles et de gestes, le feu qui jaillit d’un amas de racines desséchées, le rituel du thé, des repas rapides, une progression à allure réduite dans un sable surchauffé qui rend la marche pénible, le partage, l’admiration et le respect mutuel, des prières et des incantations qui s’envolent dans la brise. Pour ces hommes, tout gravite (page 26) autour de deux éléments, à savoir l’eau pour les hommes et des pâturages pour les chameaux et les méhara. Des légendes courent les campements, et dans l’obscurité, au milieu (page 54) des vagues de pierre figées pour l’éternité, les rochers et l’ombre des hommes prennent parfois des formes fantasmagoriques. Une vie simple : coucher dehors, se lever avec le jour et monter sa bête. Au zénith, l’air se met à vibrer et la moindre parcelle d’ombre est la bienvenue. L’aridité des lieux cache soigneusement les traces de vie : oliviers rabougris, lauriers roses, touffes d’herbe rase et drue, vipères à corne près des points d’eau, chacals s’appelant à travers la montagne, guépards tapis dans le creux d’un canyon, vautours blanc traçant des cercles au-dessus des hommes, mouflons aux yeux jaunes se jouant des alpinistes et sautant de rochers en clochetons, bergers gardant leurs chèvres. Dans cet univers tourmenté et impitoyable, Roger Frison-Roche et ses hommes partent à la conquête de la montagne ; ils affrontent l’ennemi en face. Il leur faut franchir barrières, obstacles, bastions, arêtes souvent inaccessibles et délitées, pyramides d’éboulis aux éclats métalliques et surplombs compacts alors même que les cartes dont ils disposent sont avares de détails.

    Pour cette aventure humaine à la gloire des conquérants de solitudes vierges ou abandonnées, pour cet ouvrage superbement écrit et ses illustrations magiques, pour les touches de poésie qui parsèment les pages, pour ce suspense qui tiendra le lecteur en haleine jusqu’à la fin, je mets quatre étoiles, n’en déplaise à ceux qui trouveraient l’ouvrage suranné ou que le long descriptif des ascensions ennuyerait.

    Critique de qualité ? (34 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par sandrine57, le 14/10/2012


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Chez les Servettaz, on est guide de haute montagne de père en fils depuis des générations. Jean a beau aimer son métier et être l'un des meilleurs guides de Chamonix, il sait combien la montagne peut être dangereuse et il rêve d'un autre avenir pour son fils Pierre. Hôtelier, ce serait bien. Il faudrait agrandir le chalet, aménager quelques chambres d'hôtes et Pierre pourrait vivre à la montagne sans s'exposer à ses dangers. Ces projets, ces rêves s'effondrent le jour où Jean meurt, foudroyé dans les Drus à cause de l'imprudence d'un touriste américain. Pierre participe à l'expédition chargée de redescendre le corps dans la vallée et fait une mauvaise chute. Pourtant, sa décision est prise : il sera guide, comme son père. Mais sa chute a laissé des séquelles, Jean découvre le vertige et ses angoisses. Heureusement, solidaires, les autres guides vont l'aider à surmonter sa peur.


    A travers la vie d'une famille de guides, c'est toute la vie des montagnards chamoniards que nous raconte FRISON-ROCHE. On y ressent l'amour des hommes pour leur métier et leur montagne. On vit, comme si on y était, la beauté des paysages, le froid mordant, le danger partout présent. On sent tout l'amour de l'auteur pour ces hommes forts, courageux et solidaires. Hymne à la montagne, aux hommes, aux traditions, Premier de cordée est un livre magnifique et émouvant qui ravira ceux qui connaissent et aiment les Alpes et donnera aux autres l'envie de courir la montagne, de rencontrer les guides, d'apprendre avec eux à la respecter.

    Critique de qualité ? (33 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par nastie92, le 11/09/2014


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Pour moi, Frison-Roche est à la montagne ce que Clavel est à la campagne.
    Tous deux célèbrent dans leurs livres la nature et les hommes qui l'habitent. Des hommes rudes, francs, entiers, qui ne sont pas corrompus comme ceux de la ville. Les deux écrivains savent nous brosser des portraits saisissants : on voit les personnes, là, devant nous, on distingue leurs traits comme sur une photographie, on connaît leur caractère, ils sont vivants.
    Le style de Frison-Roche est certes un peu daté, la vie à Chamonix telle qu'il la décrit dans Premier de cordée a naturellement changé (le livre date de 1941), mais qu'importe ! C'est si beau, si vrai, si fort, que le texte vous séduit d'emblée, que l'aventure vous emporte, et que vous vivez, le temps de votre lecture, avec tous ces magnifiques personnages du roman.
    La solidarité dans les cordées où chacun doit veiller sur les autres, la fraternité forte entre les grimpeurs, le respect mutuel, le rôle grisant et en même temps terrible du fameux premier de cordée sur qui pèse tant de responsabilité : vous suivez tout sans en perdre une miette.
    À travers l'histoire de Pierre, c'est à tous les alpinistes que Frison-Roche rend hommage, à travers Chamonix, c'est la montagne qu'il glorifie. Son roman est un cri d'amour à ces hommes magnifiques et aux sommets auxquels ils s'attaquent.
    Si vous ne l'avez pas encore fait, lancez-vous dans l'aventure avec Frison-Roche, et n'ayez pas peur du vertige : laissez-vous guider avec confiance par un premier de cordée de grand talent.

    Critique de qualité ? (29 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par gill, le 05/07/2012


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Écrit en 1938 ce roman est un livre inoubliable, il évoque avec talent la vie rude des montagnards et les sites grandioses de la région de Chamonix dans lesquels ils vivent.
    Pierre Servettaz, fils de Jean Servettaz, est, malgré qu'il se destine à devenir hôtelier, un fin grimpeur.
    Aussi fait-il partie de la cordée qui redescend le corps de son père tué par la foudre au dessus des Drus.
    Après avoir lui aussi chuté, Pierre prendra la décision de devenir guide de haute montagne mais il découvre que son accident lui a laissé une terrible séquelle : le vertige...
    Ce récit terriblement humain est une épopée du courage, de la volonté et des sentiments, sans jamais être larmoyant il est souvent très émouvant.
    C'est une "belle" histoire magnifiquement racontée.

    Critique de qualité ? (26 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 01/02/2014


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Chez les Servettaz, on est guide de haute montagne de père en fils. Mais pas Pierre : son père Jean, guide émérite, en a décidé autrement. Son unique fils n’exposera pas sa vie, il sera hôtelier. Déçu, mais obéissant, Pierre se plie à la volonté paternelle. Mais voilà qu’en emmenant un riche client vers un sommet dangereux, Jean Servettaz est foudroyé. Pierre est volontaire dans la cordée qui part chercher la dépouille. Plein de tristesse et d’imprudence, il décroche lors de l’expédition. Une fois remis de ses blessures, il découvre avec rage que l’accident lui a laissé des séquelles terribles pour un homme qui, comme lui, a l’âme d’un grimpeur.

    Il y a longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon roman d’aventures. La montagne y est présente comme une entité belle et rude, prometteuse et meurtrière. « Le drame était sur la montagne, mais impavide et souveraine, elle montait la garde sur les vallées d’alentour, insensible aux pensées des hommes qui gîtaient dans ses flancs, frileusement pelotonnés dans leurs cabanes de pierre. Sa faction millénaire n’était troublée, de loin en loin, que par le sourd grondement des avalanches ou le fracas plus sec des chutes de pierres qu’un regel trop brusque venait de déclencher. » (p. 32). Mais, bien que sombre et dangereuse, elle ne cesse d’attirer et de fasciner les hommes. Les guides de haute montagne forment une élite privilégiée qui monte sur les sommets et, le temps d’une course, domine le monde. Mais ils n’oublient jamais que la montagne ne se laisse vaincre que si elle le souhaite, le courage et la force des hommes ne valant parfois rien face à ses caprices.

    Premier de cordée présente avec majesté la lutte entre l’homme et la nature, sorte de combat sans cesse renouvelé entre un David incertain et un Goliath grandiose. Outre cet affrontement de géant, il y a aussi la lutte que l’homme mène contre lui-même et ses terreurs. « Le vertige et les pieds gelés, les risques, ça a certainement été créé pour vous donner du goût à la vie. C’est seulement lorsqu’on est mutilé ou appauvri qu’on se rend compte de la valeur de l’existence. » (p. 309) Enfin, l’auteur rend hommage à la solidarité des hommes. Une cordée, c’est plus qu’un groupe d’hommes qui font la trace dans la neige et vainquent les parois escarpées, c’est une chaîne vivante où chaque maillon veille sur le précédent et le suivant, au péril de sa vie et pour la sécurité de tous. L’alpinisme n’est pas un sport individuel, mais l’expression la plus sublime et la plus humaine du sport collectif.

    Moi et mon vertige en avons pris plein les yeux pendant cette lecture palpitante. Le style est un peu daté et certains propos sont vieillots, mais dans l’ensemble, ce roman est une pépite que je recommande aux amateurs de sensations fortes.

    Critique de qualité ? (25 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par litolff, le 14/10/2012


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    J'ai lu "Premier de cordée", "La grande crevasse" et "Retour à la montagne" quand j'avais 13 ou 14 ans et j'en garde un souvenir impérissable. Frison-Roche qui semble aujourd'hui bien oublié (peut-être son écriture a-t-elle "vieilli") réussissait à transmettre dans cette trilogie son immense amour pour la montagne et les courses sur des pics inaccessibles. Encore aujourd'hui, la simple mention des "Drus" m'évoque instantanément une tragédie en montagne. Une magnifique histoire de passion, de courage et de solidarité entre les hommes.

    Critique de qualité ? (21 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Epictete, le 01/02/2014


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    On m'a offert ce livre alors que j'avais quatorze ou quinze ans.
    J'habitais alors une vaste plaine, sans autres reliefs que les forets et quelques monticules locaux qui auraient fait rire bien des cyclistes...
    Ce n'était pas encore l'époque où tout un chacun partait en vacances à la montagne (on dit maintenant "sport d'hiver", c'est bien plus plus classe et ça donne une meilleure conscience).
    Autant dire qu'à cette époque, la montagne, et encore moins l'escalade, la varappe ou l'ascension ne m'étaient familières.

    Et pourtant, cela a fonctionné. J'ai beaucoup aimé ce livre, le récit, l'expérience, le conflit, la notion de souffrance, de dépassement de soi étaient nouveaux pour moi, et j'étais en pleine découverte.

    J'en retiens une leçon : J' ai arrêté de chercher ce qui va plaire à nos jeunes pour "être bien vu". Je n'ai jamais offert "Harry Potter", même si je ne pense pas de mal de cette production.
    Mais je n'hésite pas à essayer de faire découvrir d'autres horizons, au risque de rater complètement mon coup.

    Un très bon livre, qui existe ausi en version avec des photos magnifiques..


    Critique de qualité ? (19 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Mahpee, le 16/09/2014


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Premier tome de la magnifique trilogie de Frison-Roche, "Premier de cordée "conte avec brio l'histoire de ces pioniers passionnés de montagne qui bravaient, avec des moyens souvent rudimentaires, les dangers de cet orgre qui prend chaque année et celà depuis des siècles son lot d'alpinistes. Ils continuent pourtant, par on ne sait quelle force, quelle attirance, à se mesurer à cette mangeuse d'hommes. Cette histoire lue et relue m'a donné l'envie de franchir le pas et j'ai pu mesurer combien ces magnifiques paysages recèlent de dangers et nous rend humble.
    C'est là toute le force de ce roman passionnant qui conte avec brio les peurs, la résignation et enfin la force retrouvée dans le drame et la souffrance.

    Critique de qualité ? (16 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par gill, le 05/07/2012


    La grande crevasse La grande crevasse de Roger Frison-Roche

    La jeune parisienne Brigitte Collonges rencontre Zian Mappaz, le jeune chef de l'école d'alpinisme.
    Ils s'aiment et se marient mais Brigitte supporte mal la solitude quand Zian reprend sa vie de guide.
    Elle part, désorienté Zian dans un passage facile a un accident...
    L'air de la montagne court dans ce roman passionnant de Roger Frison Roche auquel fait suite "retour à la montagne".
    Écrit dans un style un peu désuet qui lui donne encore plus de charme ce roman est une histoire profondément humaine dans un décor somptueux et implacable.

    Critique de qualité ? (15 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par litolff, le 03/10/2012


    Lumière de l'Arctique : Le rapt ; La Dernière migration Lumière de l'Arctique : Le rapt ; La Dernière migration de Roger Frison-Roche

    Frison-Roche qui semble aujourd'hui bien oublié a fait partie de mes premières lectures "adultes" et j'en garde un souvenir ébloui et ému... "Premier de cordée" en particulier !
    Dans le cycle de la Lumière de l'Arctique, on suit le peuple Lapon qui est en train d'être rattrape par la modernité. Une très belle histoire d'aventure, de neige, de migration de Rennes et d'un peuple au mode de vie menacé.

    Critique de qualité ? (14 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par gill, le 05/07/2012


    Les Montagnards de la nuit Les Montagnards de la nuit de Roger Frison-Roche

    Sabotages, représailles, embuscades et arrestations, c'est tout le tragique et le grandiose de la lutte clandestine que fait revivre Roger Frison Roche dans ce livre.
    Ivanoff et ses FTP sont pour la lutte à outrance tandis que Marceau lui cherche à saboter en limitant les risques pour la population civile.
    Mais ils travaillent pourtant ensembles sous la coordination du colonel "Partout" envoyé par Londres.
    Marceau, tué dans un accrochage, Rivier prend la direction des opérations. Frison Roche signe là un récit épique passionnant.

    Critique de qualité ? (12 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par gill, le 05/07/2012


    Retour à la montagne Retour à la montagne de Roger Frison-Roche

    Zian Mappaz a accepté cette course folle et fatale par désarroi,parce que l'absence de sa femme se prolongeait ?
    Or Brigitte Mappaz, la parisienne est de retour, elle a voulu que son enfant naisse dans le village de Zian.
    Un fils naît et pour lui elle doit lutter, trouver du travail malgré les visages hostiles et les portes qui se ferment.
    De son refuge elle aperçoit deux alpinistes en perdition...
    Un superbe roman, écrit par le journaliste et l'homme de la montagne qui a écrit ''Premier de cordée''.
    Ce roman fait suite à "la grande crevasse" dans lequel Brigitte et le jeune Zian font connaissance et vivent un grand amour qui les mènera à la tragédie.

    Critique de qualité ? (11 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Loutre_des_Rivieres, le 22/07/2013


    La grande crevasse La grande crevasse de Roger Frison-Roche

    Zian, guide de haute montagne rencontre Brigitte, une jeune notable parisienne en vacances à Chamonix. Leurs différences de milieux et d'instruction seront balayés par la découverte et la beauté de la montagne. Ennivré par les sommets, course après course, Brigitte tombe amoureuse de Zian et finit par l'épouser.
    Mais la vie de femme de guide est bien rude. Brigitte se retrouve bien souvent seule et succombe finalement à l'appel de ses parents et de leur monde plus luxueux. ELle tarde à revenir à Chamonix et Zian triste et soucieux part seul pour ses dernières randonnées de la saison...

    Finalement La grande crevasse, c'est une belle histoire d'amour née dans les sommets alpins, de magnifiques descriptions des paysages et de la vie de la montagne sans oublier quelques passages de purs aventure mêlé à un certain suspens.

    (Quelques personnages de Premier de cordée se retrouvent dans la grande crevasse, c'est agréable.)

    Critique de qualité ? (10 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par ivredelivres, le 22/05/2013


    Premier de cordée : Suivi de La grande crevasse et de Retour à la montagne Premier de cordée : Suivi de La grande crevasse et de Retour à la montagne de Roger Frison-Roche

    Un roman qui date de 1942 mais qui pourtant procure à l’écoute toujours le même plaisir.

    L’histoire de Pierre Servettaz qui veut devenir guide à la Compagnie des guides de Chamonix. Son père redoute pour lui les dangers de ce métier et lui a fait suivre une formation hôtelière.
    La montagne pour le plaisir d’accord mais pas pour en faire son gagne pain. Jusqu’au jour où le père et Jean Servettaz va être foudroyé aux Drus et le guide porteur George à la Clarisse devra ramener seul le client américain.
    Impossible de ramener le corps de Jean Servettaz malgré toute la volonté des guides chamoniards.
    Pierre et Georges chacun de leur côté sont des mutilés, l’un parce qu’il a eu les pieds gelés, l’autre parce qu’il a, tentant de rejoindre le corps de son père, fait une chute qui le laisse en proie au vertige.
    J’ai retrouvé avec bonheur ces deux jeunes hommes, leurs rêves, leur courage fou, leur entêtement et la prose si généreuse de Frison-Roche.
    Un récit qui certes a pris de l’âge : les secours en montagne avec hélico et tutti quanti ne ressemblent plus à la cordée du roman, mais la beauté et la force de la montagne sont bien toujours là avec le sens du service pour les guides, la solidarité devant l’adversité et la passion des sommets.


    Lien : http://asautsetagambades.hautetfort.com/archive/2013/03/01/premier-de-cordee-...

    Critique de qualité ? (10 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Mahpee, le 18/09/2014


    La grande crevasse La grande crevasse de Roger Frison-Roche

    Brigitte Collonges et Zian Mappaz n'avait rien en commun. Elle, fille de bourgeois parisien, vient passer ses vacances dans le cadre magnifique de la vallée de Chamonix. Lui est guide et passe son existence dans la montagne, sa passion. Il vont pourtant se rencontrer, pour une course où Brigitte devient sa cliente. Peu à peu des sentiments vont naîtres entre les deux jeunes gens.
    A la base le roman de Roger Frison-Roche, son thème, pourrait sembler un peu bateau, l'amour entre deux êtres que tout oppose. Mais ce passionné de montagne nous emporte dans une histoire profonde dans des décors majestueux que sa plume sait saisir avec talent. Cette histoire va puiser toute sa force dans le bonheur simple d'une course en montagne, de ses dangers et de la vie rude de montagnards. C'est alors que Brigitte, un temps subjuguée par cette vie à l'opposé de la sienne, va choisir le destin de femme de guide. Elle découvrira peu à peu la solitude et la dure réalité face au rejet des gens de la vallée.

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par opera64, le 20/10/2013


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Je garde un souvenir mémorable de ce livre. Il m'a fait rêver. Il a pour cadre le sublime paysage de Chamonix et de ses environs.

    L'auteur nous fait partager sa connaissance et son amour pour la montagne.
    Pierre est un jeune vivant à Chamonix, son père est guide comme la plupart de ceux qui habitent dans la station mais Jean, ne veut pas faire de son fils un guide.

    C'est beaucoup trop dangereux dit-il. Il préfère lui faire apprendre le métier d'hôtelier qui n'inspire guère Pierre. Mais cela ne l'empêche pas d'aller faire des courses pour le plaisir avec toute sa troupe d'amis.

    A travers ses courses, on découvre l'univers de la montagne, ses secrets, les dangers.

    Cependant, un jour affreux arrive... Jean décède, la montagne l'a pris et par ce jour affreux, Pierre décide malgré tout de monter jusqu'aux Drus, là où la montagne a pris son père...

    Mais les difficultés commencent et Pierre persiste. Il continue mais il chute et à partir de là, sa vie va être complètement bouleversée. On lui annonce qu'il ne pourra plus refaire des courses. Malgré cela, Pierre va entreprendre une longue et dure rééducation avec l'un de ses amis qui lui aussi a joué de malchance (il a perdu le bout de ses pieds) lors d'une expédition.

    Ces moments de souffrance et de douleur alternent avec de superbes descriptions et des moments de fêtes et de traditions montagnardes.

    Critique de qualité ? (9 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Mahpee, le 20/09/2014


    Retour à la montagne Retour à la montagne de Roger Frison-Roche

    Meilleur roman de la trilogie chamoiniarde de René Frisson Roche "Retour à la montagne" nous livre le dénouement d'une histoire commencée dans "La grande crevasse".
    Zian, guide renommé, a perdu la vie dans une course fatale. Brigitte, son épouse, revient vivre dans le village de Zian afin de donner naissance à leur enfant. Mais elle se heurte bien vite aux visages hostiles. Mais au delà de ces blessures Brigite lutte contre les haines et veut trouver sa place dans ces paysages magnifiques, trouver un travail pour son fils, être reconnue et accepter par la petite communauté montagnarde.

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par gill, le 05/07/2012


    Le rapt Le rapt de Roger Frison-Roche

    Dans la péninsule scandinave les Samisks mènent la même vie nomade d'il y a 30 000 ans, ils sont appelés ''les hommes du Renne''.
    Le romancier et montagnard Roger Frison Roche nous offre une peinture de ce peuple et de sa vie nomade tout en s'interrogeant sur les inter-actions de la vie moderne sur les moeurs de ce peuple ancien.
    Ce livre est une évocation saisissante où le don des images et de l'action s'associent pour recréer la vie et l'aventure.

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 2.00/5
    Par coraline83100, le 21/07/2011


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Pierre, fils d'un guide de montagne, se plaît à faire des courses en compagnie de ses amis. Mais un jour affreux arrive... Jean, son père décède, la montagne le lui a pris. Malgré tout, Pierre décide de grimper jusqu'aux Drus, afin de ramener son corps coûte que coûte. Les difficultés commencent mais Pierre persiste. Il continue, jusqu'à la chute. A partir de là, sa vie va être complètement bouleversée. Pierre ne pourra plus refaire de courses. Il va alors entreprendre une longue et dure rééducation avec l'un de ses amis qui a lui aussi joué de malchance lors d'une expédition.

    Ces moments de souffrance et de douleur alternent avec des descriptions de paysages magnifiques, ainsi que des moments de fêtes et traditions montagnardes, agréables à découvrir.
    Des passages parfois trop descriptifs qui alourdissent le livre.

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Loutre_des_Rivieres, le 21/11/2012


    Premier de cordée Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    Premier de cordée est un roman d'aventure et d'initiation où la montagne est le personnage principal. Les descriptions de la vallée de Chamonix sont superbes... les sommets, les changements de temps..
    Pierre fait partie d'une grande lignée de montagnards, et plus particulièrement de guides de haute montagne, dans la région de Chamonix. Pourtant, Jean, le père de Pierre, ne souhaite pas que son fils devienne guide, il aimerait le voir hôtelier, loin des dangers de la montagne.Tout va basculer le jour où Jean se fait foudroyer à la pointe du Dru, lui, le grand maître de la montagne n'est plus. Tout de suite, une équipée est envoyée aux Dru afin de descendre le corps de Jean, Pierre fait partie de l'équipée, il en reviendra en bien mauvais état. L'accident va changer sa vie... Grâce à la bienveillance de ses amis, il en viendra à bout.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)




Faire découvrir Roger Frison-Roche par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 107 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur cet auteur.