AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
juliiie766228 mars 2017
Sans télé, on ressent davantage le froid : Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoq
Je pense à ces actrices qu'on voit à la télé et qui expliquent avec un regard profond que la maternité le a changées. Ah bon? Je ne les comprends pas. Elles se présentent comme des incarnations de la Mère. Je n'ai pas l'impression d'être une mère. J'ai l'impression d'être la maman de Têtard, c'est très différent. Je ne connais pas les autres enfants, je n'ai pas une brusque science infuse sur eux, je connais juste Têtard et j'essaie de faire en sorte qu'il soit heureux. Je ne vois pas en quoi ça devrait modifier ma personnalité - à moins d'avoir été un monstre d'égoïsme avant.
Commenter  J’apprécie          00
colimasson28 mars 2017
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
Toutes les fois que, soit dans le sommeil (rêve), soit à l’état de veille (rêverie inconsciente), on tend à se rapprocher de cette limite [de la séparation avec l’objet primitif], on éprouve de l’angoisse, et c’est ce qui explique à la fois le caractère, inconsciemment voluptueux et consciemment pénible, de tous les symptômes névrotiques.
Commenter  J’apprécie          10
Arcaalea28 mars 2017
Captive - Les Nuits de Shéhérazade de Renee Ahdieh
Shéhérazade était redoutable. Quelle petite peste ! Montagne d'Aimant qui, par son pouvoir d'attraction, arrachait l'acier des navires afin qu'ils sombrent. Le magnétisant d'un seul sourire. D'un froncement de nez.
Commenter  J’apprécie          10
Bazart28 mars 2017
Vintage de Grégoire Hervier
"Avec la date du premier message et l'information de ce concert au Viper, je retrouvai facilement l'identité de Pelvis. Il se produisait sous le nom de Bruce Pelvis Presley et son groupe s'intitulait sobrement, The Bruce Pelvis Presley Band. Ils avaient un petit site officielle avec quelques photos. Bruce Pelvis avait vraiment une tête inquiétante. Une sorte de clone jeune mais fatigué du King, avec des pommettes saillantes, sans doute le résultat d'une chirurgie esthétique à moitié réussie."
Commenter  J’apprécie          70
Maliae28 mars 2017
Hortense de Jacques Expert
Voilà ce que je suis devenue. Rien.

Même pas un fantôme. Un fantôme, on finit toujours par le voir. Moi je ne suis rien, depuis une éternité, et cela m’indiffère.
Commenter  J’apprécie          10
Alfaric28 mars 2017
Vinland Saga, tome 17 de Makoto Yukimura
- Pourquoi avez-vous tué toute ma famille ?

- C'est la chasse. Les forts chassent les faibles. C'est normal... Toutes les créatures vivent comme ça. Vous êtes plus faibles que nous, alors on vous a chassés. Si tu veux haïr quelqu'un, hais ta propre faiblesse. Je suis un chasseur... et vous êtes des proies, c'est tout !
Commenter  J’apprécie          32
juliiie766228 mars 2017
Sans télé, on ressent davantage le froid : Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoq
Je vais vous dire le fond de ma pensée: la liste permet de limiter les emmerdes. En fait... elle fonctionne comme un parapluie à emmerdes. A condition qu'on la respecte, évidemment. Ne pas suivre sa liste, c'est comme sortir un jour de pluie sans ouvrir son parapluie.
Commenter  J’apprécie          00
Writer28 mars 2017
Raisons pratiques : Sur la théorie de l'action de Pierre Bourdieu
"[...] comme le dit Austin : le président de la République est quelqu'un qui se prend pour le président de la République, mais qui, à la différence du fou qui se prend pour Napoléon, est reconnu comme fondé à le faire".
Commenter  J’apprécie          10
Writer28 mars 2017
Raisons pratiques : Sur la théorie de l'action de Pierre Bourdieu
La fraude fiscale est là encore aujourd'hui pour attester que la légitimité de l'impôt ne va pas de soi.
Commenter  J’apprécie          10
AMR28 mars 2017
La Dame n°13 de José Carlos Somoza
Mais laissez-moi vous dire une chose : le corps humain ne perd pas de temps lui non plus. Tout symptôme a ses raisons, ses motivations. Même les cauchemars sont nécessaires pour que la machine fonctionne. – Il sourit et changea de ton. Vous savez ce que me disait un collègue à ce sujet…? Que ce sont les flatuosités de l’esprit. Disons les pets de l’esprit, pour parler vulgairement. Des résidus d’une sorte d’indigestion. Mais ils n’ont pas d’importance. Ils nous permettent de rejeter notre trop plein… […]

— Les pets de l’esprit produisent parfois de la vraie merde. Désolé pour la comparaison, mais je crois que c’est vous même qui l’avez employée.

Le médecin le regarda de la tête aux pieds.

— Que voulez-vous dire ?

— la maison dont je rêvais est réelle et le crime aussi.



[…]



Il sentit que la panique était une substance froide qui lui avait été inoculée dans le sang.



[…]



Il ne participait pas à l’amusement général. Une terreur grandissante lui glaçait les sangs. Il comprenait cependant ce qui se passait : grâce à cette aventure inédite, César et Susana avaient retrouvé le bon vieux temps et échangeaient des regards complices, des sourires, toute la gamme d’expressions qui constituent le langage privé d’un couple qui se sent à nouveau complice après une période d’éloignement. Il devait les empêcher de s’enfoncer chaque jour davantage dans ce dangereux marécage.



[…]



Nous travaillons avec la mort chaque fois que nous faisons de la poésie. Nous flirtons avec l’horreur chaque fois que nous parlons… Des paroles et des paroles dites au hasard. Imagine combien : celles d’un fou, celles d’un enfant, celle d’un acteur au théâtre, celles d’un criminel, celles de sa victime… Des paroles formant la réalité… Des sons qui peuvent détruire ou créer. Un tapis de sons, un monde de sons ou la poésie constitue le plus grand pouvoir…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jangelis28 mars 2017
Bacha posh de Charlotte Erlih
[Maude, la Française venue les entraîner] - Dans ce cas, on va en profiter pour faire la séance à terre.

- Qu'est ce qu'elle dit ?

- Elle ordonne la mise à l'eau du bateau, traduit Sohrab avec un petit sourire.
Commenter  J’apprécie          00
steka28 mars 2017
Chant de palais : Quatrains T'ang de Ta-Kang Lo
Chercher son style, cueillir ses phrases, quel vieux scrutateur de vermisseaux !

La lune matinale, devant le store, s'accroche comme un arc de jade.

Ne voyez-vous pas, d'année en année, sur les hautes mers,

La littérature pleurer son sort dans le vent d'automne ?

(LI HO)
Commenter  J’apprécie          10
Victor Hugo
Aurel8228 mars 2017
Victor Hugo
Il existe une chose plus puissante que toute les armées du monde, c'est une idée dont l'heure est venue.
Commenter  J’apprécie          120
NatachaEN28 mars 2017
Désobéir pour les animaux de Collectif
La question n'est pas "peuvent-ils raisonner " Ni "peuvent-ils parler " mais "peuvent-ils souffrir ?"
Commenter  J’apprécie          20
Vexiana28 mars 2017
L'empoisonneuse de Barbara Yelin
Une femme n'est finalement rien d'autre qu'un degré intermédiaire entre l'enfant et l'homme, donc pas vraiment une personne, tout au plus un être immature.
Commenter  J’apprécie          11
LesLecturesdOriane28 mars 2017
Le prince Soldati de Charlie Cochet
« — Pitié, ne me tuez pas.

L’homme ouvrit de grands yeux.

— Tu me vois ?

Merde.

— Euh, non. J’ai rien vu du tout.

Riley se leva et maintint une main levée devant lui. Deux hommes tout aussi musclés, ainsi qu’une Wonder Woman, rejoignirent leur ami. Ils s’étaient transformés, eux aussi. C’était dingue. Riley recula lentement.

— Je, euh, je vais me faire ausculter à l’hôpital pour, euh, pour savoir pourquoi je ne peux pas vous voir. Excusez-moi. »
Commenter  J’apprécie          00
LesLecturesdOriane28 mars 2017
Le prince Soldati de Charlie Cochet
« Qui serait le prochain à se faire massacrer ?

Riley examina sa proie, les yeux plissés et rivés sur sa première victime potentielle, avant de porter son regard sur la suivante. Il devait choisir. Ou bien… Le devait-il vraiment ? Ses lèvres s’étirèrent en un sourire malicieux. Qui avait dit qu’il ne pourrait les avoir tous les deux ?

— Désolé, les gars. On dirait que votre chance s’arrête ici.

Riley enfourna le morceau de gâteau au citron dans sa bouche, gémissant de ravissement lorsque le glaçage fondit sur sa langue. Bon Dieu, c’était carrément bon ! »
Commenter  J’apprécie          00
Sabinerose28 mars 2017
Au lit, Petite Taupe ! de David Wood
Saperlitaupette ! dit Petite Taupe, ce n'est pas mon lit ! Il est tout petit, il pousse des cris et me fait des guili-guili ! C'est le lit de la souris !
Commenter  J’apprécie          00
Julver28 mars 2017
Québec land : Nouvelle édition de Pauline Bardin
Mais pourquoi ne viennent-ils pas chez nous?

C'est normal les amis!

Il faut mettre une citrouille illuminée devant chez vous si vous voulez qu'on vienne vous voir!
Commenter  J’apprécie          00
Helene196028 mars 2017
La Poya de Fanny Dreyer
Il est temps de partir à l'alpage. Pour moi c'est la première fois, pour Lise aussi.
Commenter  J’apprécie          00