AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Julver28 mars 2017
Québec land : Nouvelle édition de Pauline Bardin
Ce soir, c'est l'Halloween et on ne rigole pas avec ça au Québec! Tu t'en vas donc magasiner des décorations terrifiantes...
Commenter  J’apprécie          00
Asli Erdogan
Piatka28 mars 2017
Asli Erdogan
Ma foi dans les mots est inébranlable.



Asli Erdogan - Interview, La grande librairie diffusée le 9/3/2017
Commenter  J’apprécie          110
Mlleabl28 mars 2017
La soeur de l'ombre de Patricia MacDonald
Ma fille chérie,

Lorsque tu liras cette lettre, je ne serais plus de ce monde. J’ai demandé à Me Killebrew de la garder, au cas où je disparaîtrais avant ton père, et de te la donner. J’espère qu’ensuite tu ne me mépriseras pas. J’ai la conviction que tu comprendras.

Il y a longtemps de ça, alors que j’étais encore une adolescente, je suis tombée enceinte.
Commenter  J’apprécie          00
bilodoh28 mars 2017
L'Ecriture ou la vie de Jorge Semprun
… l’Histoire, tout au long des années trente, ayant plutôt tourné dans le mauvais sens, faisant mûrir les ripostes totalitaires à la crise de la modernité démocratique et capitaliste



(Folio, p.221)
Commenter  J’apprécie          70
Cedrella28 mars 2017
Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Sáenz
Je me suis dit que les poèmes étaient comme les gens. On en comprend certains immédiatement, d'autres jamais.
Commenter  J’apprécie          10
Mlleabl28 mars 2017
Lambeaux de Charles Juliet
Nul pour t’écouter, te comprendre, t’accompagner. Partir, partir, laisser tomber les chaînes, mais ce qui ronge, comment s’en défaire? Au fond de toi, cette plainte, ce cri rauque qui est allé s’amplifiant, mais que tu réprimais, refusais, niais, et qui au fil des jours, au fil des ans, a fini par t’étouffer.
Commenter  J’apprécie          10
Piatka28 mars 2017
Catalogue général de Sabine Wespieser
Catalogue par...Michèle Lesbre



Le catalogue d'une maison d'édition comme celle-ci ressemble à un long roman toujours inachevé, celui de l'éditeur par écrivains interposés, un roman choral qu'il compose avec les univers, les écritures, les singularités de ses auteurs. C'est l'accomplissement permanent de son désir qui entretient et stimule celui des auteurs. (..)

Un catalogue est un chemin à construire pour l'éditeur, un havre où déposer son bagage pour l'auteur, qui l'a porté pendant des mois ou des années, et qui contient l'essentiel de sa vie.

C'est un bel aveu collectif.
Commenter  J’apprécie          22
Eve-Yeshe28 mars 2017
Entre la mort et la vie de Alexeï Apoukhtine
Le pressentiment a son rôle dans la vie de chacun de nous, et il ne déçoit pas. Le poète parle avec une admirable justesse quand il dit : « Les événements futurs jettent une ombre devant eux. »
Commenter  J’apprécie          110
colimasson28 mars 2017
Le cantique spirituel de saint Jean de la Croix
Où vous êtes-vous caché,

Ô Bien-Aimé, et pourquoi m’avez-vous laissée gémissante ?

Comme le cerf vous avez fui,

Après m’avoir blessée.

Je suis sortie après vous en criant, et vous étiez parti.



[Strophe 1]
Commenter  J’apprécie          30
colimasson28 mars 2017
Correspondance de Spinoza
A la question que tu me poses –ai-je de Dieu une idée aussi claire que celle du triangle ?-, je réponds oui. Mais si tu me demandes si j’ai de Dieu une image aussi claire que celle du triangle, je réponds non.
Commenter  J’apprécie          10
Yorah28 mars 2017
Les Chiens de garde de Paul Nizan
Nous n'accepterons pas éternellement que le respect accordé au masque des Philosophes ne soit finalement profitable qu'au pouvoir des banquiers.
Commenter  J’apprécie          00
nina2loin28 mars 2017
Travail soigné de Pierre Lemaitre
― À votre avis, les « grands classiques », il y en a combien?

― Oh, je ne sais pas, il y en a plein. Enfin, ajouta Ballanger en réfléchissant, non, finalement, pas tant que ça. La définition de ce qu'est un classique, en cette matière, est très approximative. À mon sens, elle est même plus sociologique et historique que littéraire.

Et devant l'œil interrogatif de Camille :

― C'est affaire de sociologie dans le sens où, pour un public moyennement averti, certains livres sont considérés comme des chefs-d'œuvre même quand ce n'est pas le cas aux yeux de spécialistes. C'est aussi affaire d'histoire. Un classique n'est pas forcément un chef-d'œuvre. Nécropolis de Lieberman est un chef-d'œuvre mais pas encore un classique. Les Dix Petits Nègres, c'est l'inverse. Le Meurtre de Roger Ackroyd est à la fois un chef-d'œuvre et un classique.
Commenter  J’apprécie          11
LaChroniquedesPassions28 mars 2017
The Mortal Instruments, tome 6 : La cité du feu sacré de Cassandra Clare
— C’est faux, tu n’es pas indifférent !

— Je ne fais pas assez attention, admit Jace d’une voix tremblante. Regarde. Je t’ai aimée comme un

dingue dès que je t’ai vue, sans me soucier des conséquences. J’avais beau me répéter qu’il fallait que je

me calme, non seulement pour toi, mais aussi pour moi, rien n’y faisait : je te désirais plus que tout.

Son corps ferme et musclé vibra sous la main de Clary. Elle voulut caresser sa bouche d’un baiser

qui calmerait sa tension, mais Jace se déroba en se mordant la lèvre inférieure.



http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
Commenter  J’apprécie          10
Pavlik28 mars 2017
Hawkwood, tome 4 de Tommy Ohtsuka
[Philippe VI] Faire preuve de courage et combattre pour la gloire est le propre des chevaliers...Mais pour nobles qu'elles soient, ces valeurs ne méritent pas qu'on leur sacrifie un pays.
Commenter  J’apprécie          40
ange7728 mars 2017
La Princesse des glaces de Camilla Läckberg
Sa voix avait un ton obstiné et si Erica y percevait le souhait profond de deux êtres désespérés, elle ne put s’empêcher de ressentir un doute.

En y réfléchissant, quelque chose lui avait paru anormal quand la veille au matin elle était entrée dans la salle de bains. Bien sûr, découvrir un cadavre n’a jamais rien de normal, mais il y avait eu quelque chose dans l’atmosphère de la pièce qui ne collait pas. Une présence, une ombre. Elle n’aurait su le décrire plus précisément.

Elle pensait toujours que quelque chose avait poussé Alexandra Wijkner au suicide, mais elle ne put nier que l’insistance du couple Carlgren avait fait vibrer une corde en elle.
Commenter  J’apprécie          60
Macabea28 mars 2017
La Découverte du monde, 1967-1973 (chroniques) de Clarice Lispector
Entender é sempre limitado.

Mas não entender pode não ter fronteiras.

Sinto que sou muito mais completa quando não entendo.

Não entender, do modo como falo, é um dom.

Não entender, mas não como um simples de espírito.

O bom é ser inteligente e não entender.

É uma benção estranha,

como ter loucura sem ser doida.

É um desinteresse manso, é uma doçura de burrice.

Só que de vez em quando vem a inquietação:

quero entender um pouco. Não demais:

mas pelo menos entender

que não entendo.
Commenter  J’apprécie          00
laetitia35028 mars 2017
Les Thermes du Paradis de Akli Tadjer
À la grosse horloge carrée du pont de Crimée il est dix-neuf heures cinq. Cela fait plus d’un quart d’heure que nous longeons dans le froid, le vent, la bruine le quai de la Loire à la recherche de La Paloma. Nous nous arrêtons devant la énième péniche amarrée devant le cinéma MK2, je lis la plaque de cuivre lustrée sur son flanc ; ce n’est toujours pas La Paloma.

Je n’en peux plus. J’ai mal aux orteils, aux chevilles, mal aux mollets, mal aux genoux. J’ai l’impression que mon sang ne circule plus. Mes pieds vont imploser, c’est sûr. J’abaisse le pouce du vaincu, je claudique jusque sous le auvent du bar des Beaux gosses de la Villette et je m’assois sur la première chaise à portée de fesses. J’enlève mes escarpins, me masse les pieds jusqu’aux chevilles ; c’est jouissif.
Commenter  J’apprécie          10
Clarice Lispector
Macabea28 mars 2017
Clarice Lispector
Sinto que sou muito mais completa quando não entendo.



Je sens que je suis beaucoup plus complète quand je ne comprends pas.
Commenter  J’apprécie          00
genou28 mars 2017
Marie d'en haut de Agnès Ledig
- Qu’est-ce que Jean-Raphaël ferait ici ?!… Attention !

- Attention à quoi ?

Elle n’a pas le temps de répondre. Je sens des éclaboussures chaudes dans le cou suivi d’une odeur d’urine. Et merde ! Manquait plus que ça. Gauthier ne s’est pas mouillé, c’est le cas de le dire.

Il est resté en hauteur, dans l’encadrement de la porte. Il aurait pu me prévenir. Ah non, bon sang !

Maintenant, c’est l’autre à côté qui chie.

— Elles font souvent ça ?

- Quand on les dérange…

[ ... ]

- Qu’est-ce qui vous a pris aussi de pointer votre arme sur moi en aboyant ?

- C’est dans la procédure.

-Ah, alors si c’est dans la procédure… Ben, mes vaches aussi, c’était dans la procédure.

Protocole salle de traite, troisième alinéa : Un inconnu s’introduit, on pisse et on chie.
Commenter  J’apprécie          80
ange7728 mars 2017
Charade de Laurent Loison
- Rien ne sert de partir à point, il vaut mieux mourir !

(...)

- Ne dites pas de bêtises, Florent ! Allez, soyez raisonnable et aidez-moi un peu ! On va faire un brin de toilette. Je crois que cela est nécessaire. Quand avez-vous visité votre salle de bains pour la dernière fois ?

(...)

Deux mois ! Pratiquement deux mois, absent de toute réalité tangible, ...

Rien qu'une attirance effrénée vers le vide absolu.



Il réalisa que la dépression l'avait conduit au bord d'un précipice abrupt aux limites dangereuses.

Elle et son acolyte - le désespoir - deux formidables menteurs qui vendent des sables mouvants comme la promesse d'un avenir meilleur.

Quelle descente !
Commenter  J’apprécie          10