AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Reflets d'acide, tome 1 : La quête sans nom
24 mars 2017
Reflets d'acide, tome 1 : La quête sans nom de JBX
★★★★★
★★★★★
Concernant l'histoire, ce premier titre met en place l'univers, nous présente les personnages et nous plonge dans le début de leurs aventures. Pour être tout à fait honnête avec vous, je trouve que ça ne casse pas trois pattes à un canard. Mais bon sang, qu'est-ce que c'est drôle ! Cette BD est un pur concentré d'humour et il y en a pour tous les goûts ! On passe d'un humour à "deux balles" au sarcasme pur en un rien de temps. Je me suis franchement régalée, on ne s'ennuie pas ! Je rajouterai également que c'est assez loufoque surtout au niveau des situations dans lesquelles se retrouvent les personnages et la manière qu'ils ont d'y faire face.



Pour ce qui est des personnages, ils sont fortement caricaturés, ils ont tous des caractère très différents, je dirais même que ce sont des opposés ultimes. Il leur manque à tous une case, ils sont drôles, attachants. Tout ça pour notre plus grand plaisir !



Concernant l'oeuvre en globalité, j'ai trouvé le système de narration très sympathique, ça change de ce qu'on a l'habitude de lire. Ce que j'ai également apprécié ce sont les clins d’œil et références faites à certaines œuvres comme le Seigneur des Anneaux par exemple. Pour ce qui est du visuel, le coup de crayon de l'auteur ainsi que les couleurs utilisées me conviennent parfaitement !



En conclusion, j'ai passé un très bon moment de lecture et j'ai bien fait travailler mes abdos alors que demander de mieux ? J'ai hâte de découvrir la suite ! Je recommande à tout le monde cette BD bien évidement !
Lien : http://ayane-passions.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Reine d'Egypte, tome 1
24 mars 2017
Reine d'Egypte, tome 1 de Chie Inudoh
Premier tome d'une nouvelle série qui m'a bien plu. Je vais commencer par ce qui saute aux yeux, le dessin est magnifique que ce soit pour les personnages mais aussi pour les décors pour lesquels on peut vite affirmer que l'auteur s'est bien documenté. La couverture aussi est magnifique avec une matière fort agréable au toucher. J'adore l'histoire mais pour l'Egypte antique j'ai quelques lacunes et je ne connais pas du tout Hatchepsout et son histoire, ce manga "biographique" me permet donc de découvrir une infime partie de l'histoire de l'Egypte. Au niveau du récit c'est fluide et très encourageant pour un premier tome. J'ai apprécié que le caractère des personnages soit vite défini ça permet de mieux rentrer dans le récit. Pour le reste, on attendra de voir la suite pour juger avec objectivité mais je pense qu'on est face à une belle série.
Commenter  J’apprécie          20
Origami Yoda, tome 2 : Kraft Vador contre-a..
24 mars 2017
Origami Yoda, tome 2 : Kraft Vador contre-attaque de Tom Angleberger
Un camarade en danger, le créateur d'Origami Yoda a besoin d'aide car il risque l'expulsion. Tout le monde se mobilise... sauf le créateur de Kraft Vador !
Commenter  J’apprécie          00
L'étrange cas d'Origami Yoda
24 mars 2017
L'étrange cas d'Origami Yoda de Tom Angleberger
★★★★★
★★★★★
Roman court et humoristique dans lequel une classe décide ou non prendre les conseils d'une marionnette à doigt créé par un camarade : amour, école... Et si la vérité venait d'un bout de papier ?
Commenter  J’apprécie          00
La vie par 7
24 mars 2017
La vie par 7 de Holly Goldberg Sloan
Une jeune fille précoce adoptée puis orpheline tente de s'adapter au monde qui l'entoure, de faire son deuil et continuer.

Pas de pathos, une narration alternée entre sa voix et un point de vue omniscient des autres personnages.
Commenter  J’apprécie          00
Songe à la douceur
24 mars 2017
Songe à la douceur de Beauvais Clementine
★★★★★
★★★★★
Il y a quelques mois, on a beaucoup parlé de ce livre, en vers libres, une réécriture de Pouchkine et Tchaikovski Eugène Onéguine. J'ai lu un peu de littérature russe quand j'étais au lycée (russe LV3 les gars), mais jamais Pouchkine, je dois bien l'avouer.

Les critiques / avis / chroniques étaient tellement enthousiastes au sujet de ce roman modernisé que je me suis laissée avoir. Avec des attentes grandes comme ça (là, faut m'imaginer faire un grand écart avec mes bras).



Est-ce que j'ai aimé ? Oui.

D'abord, c'est pas compliqué, le titre représente tout à fait l’œuvre. La poésie qu'insuffle Clémentine Beauvais à son roman est telle que même les drames sont doux, beaux et poétiques, donc.

C'est un roman doudou, un roman qu'on va déguster. Un roman qu'on va déclamer dans sa tête, comme quand on nous forçait à apprendre la poésie en primaire et à la réciter devant la classe.

L'histoire d'amour qu'on va nous raconter sonne incroyablement juste. Elle est pleine d'un romantisme un peu désuet et d'une passion propre à l'adolescence. On grandit, les personnages grandissent et le tout se voile de filtre de nostalgie très bien rendu.

L'évolution d'Eugène est très intéressante, et très bien rendue. C'est l'ado un peu rebelle, déjà désabusé et déçu du monde, séducteur. Et qui voudrait que tout le monde soit comme lui. C'est tellement triste, et tellement fort. Son désir de destruction est vraiment bien amené, et il espère bien faire partie des dommages collatéraux. Puisque rien ne vaut la peine, puisque tout n'est qu'ennui, à quoi bon rire, aimer, vivre ?

Quand on découvre cette partie de son adolescence, on se demande vraiment comment il a pu devenir cet adulte à la vie un peu morne, au quotidien routinier. Parce que c'est le genre de type, quand on le rencontre au lycée, dont on se dit qu'il va vivre des choses extraordinaires ou ne pas vivre du tout.

Mais finalement, son étincelle, c'est Tatiana.

J'avais très peur des vers en commençant ce livre, mais c'était inutile. Oui, c'est poétique, mais non, ce n'est pas fastidieux. Les tournures ne sont pas spécialement compliquées et surtout, ça sonne incroyablement juste. Toujours.

C'est au final une jolie romance, mais c'est surtout beaucoup plus que ça. C'est tendre, tragique, nostalgique, passionné, mélancolique et poétique. J'aurais voulu le lire à 16 ou 17 ans.

Et je ne sais vraiment pas pourquoi ce n'est pas un coup de cœur
Lien : http://delaplumeauclic.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Hello Darlin' : Les Mémoires impitoyables de ..
24 mars 2017
Hello Darlin' : Les Mémoires impitoyables de "J.R." de Larry Hagman
★★★★★
★★★★★
Dans les années 80', tous les samedi soirs, les Français étaient confortablement installés devant leur petit écran de télévision pour suivre la série dernier cri de l'époque : Dallas ! avec l'impitoyable J.R. !!! L'histoire se passait à Dallas où deux familles se déchiraient les puits de pétrole. Southfork et la famille Ewing venaient de rentrer dans la légende !

Le mauvais J.R. Ewing était joué par Larry Hagmann ! Tous les téléspectateurs le détestait ... et pourtant ... l'homme qui se cachait derrière ce rôle avait un gros cœur, plein de bonté et était aimé et respecté par tout le monde !

Larry Hagmann, Texan jusqu'au bout des ongles, raconte ici ses débuts de carrière : une mère actrice de théâtre très en vogue dans les années 40, un beau père drogué qu'il ne supportait pas, un père cow-boy remarié à une Mexicaine qu'il adorait et ses débuts avec de tout petits rôles dans des théâtres de rue, où il avait des rôles de figurant.

L'acteur était extraverti, gros blagueur et très grande gueule. Alccolique dès sa sortie de l'adolescence, il subira une greffe de foie plus tard ..

Un mariage précoce avec sa femme Maj, une suédoise, qui restera à ses côtés toute sa vie, puis son premier succès dans une série TV dans les années 60 : Ginny de mes rêves, gros succès aux USA.

Rencontre avec Peter Fonda, rencontre en même temps avec le cannabis, puis les LSD ; son épouse Maj le suivra malgré leurs enfants en bas-âge !

Puis, rencontre avec Léonard Katzmann, le réalisateur de la série Dallas : un contrat de 13 ans !

La solidarité, les fêtes, les délires avec tous les acteurs de la série, puis ses deux meilleurs amis jusqu'à la fin de sa vie : Patrick Duffy (Bobby Ewing) et Linda Grey ( Sue Ellen, sa femme dans la série). Curieusement les deux personnages qu'il détestait dans la série !! Il disait d'ailleurs que c'était difficile de jouer l'ignoble J.R avec ces deux acteurs puisqu'ils étaient tous les 3 les meilleurs amis du monde.

Puis, une greffe de foie en urgence .. atrophié par l'alcool..

Larry Hagmann devra s'éteindre début des années 2000, le cancer a eu raison de lui.

L'ignoble JR Ewing vs le Bon samaritain Larry Hagmann .. comme quoi : un rôle est un rôle, ne jamais s'y fier, ce n'est qu'un bon acteur ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mourir au crépuscule
24 mars 2017
Mourir au crépuscule de Ann Rule
★★★★★
★★★★★
Après avoir été inspecteur de police à Seattle, Ann Rule s'est lancée dans le journalisme d'investigation. Spécialisée dans les affaires criminelles, elle a retracé dans "Un tueur si proche", l'histoire de Ted Bundy, célèbre tueur en série qu'elle avait d'ailleurs côtoyé sans le connaître. J'avais beaucoup aimé "La rivière rouge sang" consacré à Gary Ridgway, le meurtrier au plus gros "palmarès" des États-Unis. Avec "Mourir au crépuscule", elle nous offre ici encore un "roman vrai" basé sur l'histoire de Brad Cunningham.



Quand elle le rencontre, Sara, médecin sans enfant, pense avoir trouvé le prince charmant (même si pour elle, c'est le troisième mari). Quant à Brad, en l'épousant, elle deviendra sa cinquième épouse. Peu importe, cet homme d'affaire est charmant, séducteur, prévenant et Sara ne demande qu' à prendre soins des nombreux enfants qu'il a eu de ses précédentes relations, principalement des trois plus jeunes qu'il a eus de sa dernière femme, une avocate célèbre, Cheryl Keeton, dont il est séparé.

Quand le 21 septembre 1986, la police de Portland, alertée par un témoin, découvre le cadavre de Cheryl, dans une voiture abandonnée sur l'autoroute, elle ne met pas longtemps à comprendre les intentions du meurtrier. Dans le carambolage qui ne devait pas manquer d'arriver, l'assassinat de la jeune femme serait passé inaperçu dans l'accident. Rapidement, les enquêteurs soupçonnent l'ex-mari Brad avec lequel elle était en guerre pour la garde des enfants. Son changement de comportement alerte même sa nouvelle épouse Sara qui va découvrir sa vraie personnalité sous ses airs de séducteur. Violent, manipulateur, profiteur, pervers, l'individu se sert de ses enfants comme monnaie d'échange et méprise en réalité les femmes qu'il utilise à son avantage surtout lorsqu'elles sont riches.



Dès le départ, le lecteur connait le coupable mais la police va mettre des années à prouver sa culpabilité et c'est ce cheminement très détaillé que l'on va suivre, depuis l'enfance de Brad jusqu'au procès final en octobre 1994 qui va enfin le conduire en prison, en passant par le témoignage de toutes les femmes, mère, soeurs, épouses, qui l'ont côtoyé au cours de leurs existences. La confrontation avec le pouvoir qu'exerce cet homme sur les femmes, pour la plupart intelligentes, professionnellement et socialement indépendantes, est totalement hallucinante. Son talent de manipulateur est démoniaque, la réalité dépasse toute imagination.

Je n'apparenterai pas cette lecture à un roman même "vrai" car l'amoncellement de détails, la précision dans l'étude des personnages sont dignes de figurer dans une véritable procédure judiciaire. L'auteure ne s'en éloigne pas, elle ne s'embarrasse pas de superflu qui apporterait du romanesque. C'est un peu ce qui m'a manqué, la journaliste d'investigation est beaucoup trop présente. Entre les nombreux déménagements et les multiples conquêtes du suspect, j'ai trouvé énormément de longueurs.

Parce qu'il m'a quand même fait découvrir les rouages de la justice américaine, j'accorde 11/20 à ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Jusqu'ici, tout va bien !
24 mars 2017
Jusqu'ici, tout va bien ! de Kathy Dorl
Une petite pépite ce roman ! Que de tranches de rigolades en le lisant, impossible de ne pas sourire ou rire au moins une fois par page, et c'est pourtant sur fond d'enquête policière pour une tentative d'assassinat ! Je ne connaissais pas encore Kathy Dorl, j'en avais entendu que du bien, et en effet, j'aime beaucoup son style, sa plume, son inspiration ! Mais où va-t-elle chercher toutes ces expressions ! Les personnages de ce roman sont tous aussi originaux les uns que les autres, ils occupent beaucoup de place dans l'histoire, bien plus que l'enquête elle-même.

Donc vous l'aurez compris, il s'agit d'un polar, rempli d'humour ! Emma et Oxanne sont deux jeunes filles faisant leurs études en œnologie. Emma a une vie bien tranquille, a un petit ami, une vie routinière, Oxanne est l'opposé total de son amie, elle collectionne les hommes, fait la fête à tout-va, mais elle aimerait ressembler à Emma. Celle-ci se fait agresser par un homme lui disant qu'il la connaît bien, et pourtant elle n'en a aucun souvenir. Elle est gravement touchée et est dans le coma à l'hôpital. L'agresseur, Noah, se fait vite arrêter. Et c'est là que l'histoire devient complètement ubuesque et humoristique. Pendant que Emma est à l'hôpital, nous suivons l'expertise psychologique de Noah. Celle-ci est faite par une femme troublée par la présence de l'accusé. Pendant ce temps là, l'officier de police Marjoux doit mener l'enquête ! Et il va faire la connaissance de la famille de Emma, et il n'est pas sorti de l'auberge ! Des parents divorcés, le père, Loris, vit avec une femme plus jeune que lui, et la mère..ah la mère de Emma ! Tout un programme à elle toute seule ! Donc Narcisse, oui c'est son nom, n'arrête pas de faire des esclandres pour voir sa fille, pour empêcher son mari d'être présent, bref elle met une pagaille monstre ! Elle est bourrée d'excentricité, s'invente des personnages, et n'arrête pas de pousser à bout son ex mari !

Je suis allée de surprise en surprise, vers la moitié du roman, on apprend la machination dont a été victime Emma, on sait tout ce qu'il s'est passé. Je me suis demandé ce qu'il pouvait bien encore y avoir, et là, retournement de situation, le ton est plus grave, et surtout le véritable coupable est démasqué ! L'auteur a bien su mener son suspense, car les deux versions étaient plausibles. Elle a vraiment beaucoup de talent. Elle mène un bon suspense pendant tout le roman avec un rebondissement final à couper le souffle, elle dépeint des personnages tous aussi hilarants les uns que les autres (je ne suis pas prête d'oublier la scène du grille pain dans la piscine) et elle traite en même temps d'un sujet sérieux comme tout bon polar qui se respecte !

Tous sont des héros dans ce roman, il n'y en a pas un que je préfère. Que ce soit la mère, le père, l'inspecteur, la psychologue, les amies et petit-ami, l'agresseur, tous ont un petit quelque chose qui les rend hilarants et attachants. Et n'oublions pas Pelote !! Qui est Pelote d'après vous ? C'est le chat de Narcisse, elle le prend partout avec elle dans son sac, et nous avons le droit à chaque fin de chat-pitre à la conclusion de Pelote qui ne supporte pas non plus sa maîtresse...Et pour sublimer le tout, chaque début de chapitre commence par un proverbe ou une maxime existante, ou...par une phrase que pourrait dire Narcisse, je vous en cite un, pour le plaisir, c'est au début du chapitre 6,

« - J'ai attrapé un coup de soleil, un coup d'amour, un coup de d'je t'aime !

Ben, tu fermes ta gueule et tu mets de la crème ! »

Comment ne pas rire ? Alors qu'on est en pleine énigme !

J'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman, je l'ai lu malheureusement très vite, le suspense m'a intriguée et je me suis tellement amusé ! En tout cas il fait du bien au moral !Je pense que je vais continuer à suivre Kathy Dorl..au début j'avais choisi ce roman car j'aime les polars, et la couverture m'attirait, mais j'apprécie maintenant l'auteur et j'ai envie de continuer à la découvrir !

Un grand merci à Kathy Dorl pour son imagination, son audace, et pour Pelote !!


Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Une bibliothèque byzantine. Nicolas-Claude Fa..
24 mars 2017
Une bibliothèque byzantine. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc et la fabrique du savoir de Anne-Marie Cheny
★★★★★
★★★★★
Ce livre, comme son titre l'indique, est une étude sur le savant Peiresc (1580-1637), qui a constitué patiemment une bibliothèque byzantine qu'analyse brillamment Anne-Marie CHENY. Ouvrage universitaire, il est austère, d'un style parfois un peu lourd, mais le propos est passionnant. La première moitié de l'ouvrage revient sur le savant, sur son réseau et sur les pratiques bibliophiles de l'époque. La seconde moitié de l'étude aborde plus en détail l'originalité du fonds byzantin de la bibliothèque de Peiresc. L'érudit provençal était d'un naturel curieux, fin connaisseur des langues anciennes et de l'Orient. Je conseil ce livre à tout amateur de l'humanisme européen et des temps modernes, mais aussi à tout amoureux des livres et des bibliothèques. Il offre une plongée au coeur de l'univers d'un savant qui a beaucoup contribué, dans l'ombre, au progrès de la science de son temps.
Commenter  J’apprécie          00
J'Hais les Anglais
24 mars 2017
J'Hais les Anglais de Barcelo François
Résumé : Le narrateur, dont on ignore le nom, est l’employé d’une banque québécoise, la BQ, dans le village fictif de Sainte-Cécile-de-Bougainville et aspire à en devenir le directeur adjoint. Avec l’arrivée d’une succursale d’une banque canadienne dirigée par des anglophones, la TCBC (Trans-Colonial Bank of Canada) dans l’édifice voisin, le jeune homme de 28 ans qui ne parle pas anglais et qui déteste les anglophones craint pour son emploi et sa carrière.



Après s’être vu refusé un prêt tant par la BQ que la TCBC pour l’achat d’une franchise de la Baraque à poutine qui 162 variétés de poutines et assurer son avenir, le protagoniste décide de planifier un braquage de son concurrent : agir pendant sa pause en s’inspirant du modus operandi du voleur qui s’était attaqué à la BQ quelques mois plus tôt en laissant croire à ses collègues de travail qu’il est endormi dans son bureau, fuir en autobus et revenir à la BQ en taxi, avec le butin… le tout en moins d’une heure.



Mais son plan de fuite ne se déroule pas du tout comme prévu : des touristes australiens qui ne parlent pas français, un GPS, des panneaux de signalisation, un pont ferroviaire, des dizaines de morts et quelques blessés encore conscients se mettent de la partie faisant en sorte que le rêve devienne un cauchemar.



Commentaires : J’haïs les Anglais est le deuxième roman noir de la quadrilogie publiée à ce jour par François Barcelo aux éditions Coups de tête. J’haïs le hockey était rigolo sans plus. Avec une finale qui manquait de punch. Mais ici, j’avoue m’être davantage amusé avec les aventures rocambolesques de ce personnage dont la naïveté s’harmonise à merveille avec le cynisme des jugements qu’il porte sur les travers de la société québécoise.



On est en présence d’un personnage loufoque qui ne lâche pas le morceau, même si en cours de route les données et les événements anticipés ne sont pas nécessairement au rendez-vous comme prévu. Un Québécois né pour un petit pain qui, au fur et à mesure que se déroule le récit, attire toute la sympathie du lecteur. Au point où on lui souhaite même de réussir. Le tout raconté sur à peine une centaine de pages.



À lire, peut-être pas pour haïr les Anglais, mais pour rigoler pendant quelques heures.



Ce que j’ai aimé : La structure et le rythme du récit. Le climat général. La résilience du protagoniste. Évidemment la qualité de l’écriture et la construction romanesque : un conte fantaisiste.



Ce que j’ai moins aimé : -
Lien : http://avisdelecturepolarsro..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'écluse n°1
24 mars 2017
L'écluse n°1 de Georges Simenon
★★★★★
★★★★★
Ce roman de G. Simenon tourne principalement autour de 2 personnages : Maigret et Ducrau.

Maigret enquête sur la tentative de meurtre de Ducrau, et sur le meurtre d’un assistant éclusier. Tout va se passer dans des non-dits,

Maigret, fort comme un turc, trouve à qui parler en la personne de Ducrau, un patron d'entreprise, imposant, tyrannique, excessif ...

Dans une moindre mesure, le personnage de Gassin est présent, comme le troisième pied nécessaire à un tabouret, mais aussi comme le pendant de Ducrau : Ducrau effrayant, Gassin, le camarade discret.

Comme à son habitude, Maigret va s’imprégner de l’endroit, va s’imprégner des personnages pour se faire une idée et ne tirer des conclusions.

Commenter  J’apprécie          10
J'irai mourir sur vos terres
24 mars 2017
J'irai mourir sur vos terres de Lori Roy
J'irai mourir sur vos terres est un véritable petit bijou, un voyage dans le temps, une claque monumentale !



On suit les aventures de Annie Holleran, jeune fille qui à l'aube de ses 16 ans veut découvrir dans le puits de ses voisins, le visage du futur homme de sa vie. A la place, elle découvre la cadavre de Mme Baine, et c'est le début de la fin. Fin de son innocence qui va l'entraîner à la découverte de son passé et surtout de ses origines : qui sont ses parents ? pourquoi tous les habitants du village craignent-ils son regard ?



D'une construction très maitrisée qui alterne le point de vue d'Annie , avec celui de sa mère et de sa tante, ce récit étouffant, prend le lecteur aux tripes. Même si au départ , tout parait assez simple, on est happés par l'histoire de cette famille, rongée par les secrets, les rancoeurs, et les non-dits. Toutes ces cachotteries qui sont responsables de la destruction de plusieurs destins, m'ont retenues captive de cette histoire, et on ne demande qu'à tourner la page pour en découvrir plus. L'écriture est simple, directe et à l'image de l'ambiance, elle nous capte et nous retient.



Bouleversée par les émotions ressenties et par le destin hors du commun d'Annie, le crime devient par moment secondaire, tellement les personnages prennent le dessus.



En bref, ce polar d'ambiance, qui aborde les thèmes de l'enfance, du destin, et des secrets de famille, est à ajouter à vos bibliothèques et à découvrir de toute urgence.
Lien : http://livresforfun.overblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Des forêts des âmes
24 mars 2017
Des forêts des âmes de Elena Piacentini
★★★★★
★★★★★
Sixième enquête de Pierre-Arsène Leoni, le flic corse en poste à Lille.



Vous n'avez pas lu les épisodes précédents ? Moi non plus !

N'empêche que ça ne gêne pas et que ce polar est très bon !



La faute aux personnages parfaitement dessinés, convaincants, intelligents. Des portraits fins, attachants, de Feng-Aglaë-"Fée" la pro de l'informatique à Mémé Angèle et son bon sens, de Leoni le flic blessé par la vie à Noémie la gendarmette en équilibre...

Il y a les hommes, les bons et les mauvais, ceux qui dansent sur le fil.

Et il y a la forêt vosgienne, un personnage à elle-seule, comme ce lac autour duquel les morts s'alignent. Une forêt dont les arbres parlent, imposent leurs silhouettes, cachent des secrets.



Il y a un hôpital psy (ou plutôt un lieu de reconstruction pour ados désespérés et dépressifs), un village fermé sur lui-même, et surtout une industrie pharmaceutique et beaucoup d'argent en jeu. L'intrigue, précise, joue la carte d'un fait de société et prend souvent des accents de vérité.



Un polar travaillé, très bon dans sa narration, des personnages forts et vivants, bref..un bon moment de lecture et l'envie de découvrir les autres écrits de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gabriel et Gabriel
24 mars 2017
Gabriel et Gabriel de Pauline Alphen
★★★★★
★★★★★
C’est l’histoire d’un petit garçon qui part au Brésil seul en avion. Sa mère reste en France mais elle lui laisse un journal et arrivé au Brésil il est accueilli par ses tantes avec des abacos (câlins).

Gabriel va vivre une aventure et il va découvrir un tas de chose sur les traditions du brésil.

J’ai bien aimé ce livre car j’ai découvert un tas de choses sur les traditions du Brésil.

Antoine

Commenter  J’apprécie          00
Je te vois
24 mars 2017
Je te vois de Clare Mackintosh
★★★★★
★★★★★
Merci aux éditions Marabout et à Babelio pour cette découverte.

Te laisser partir, le premier roman de Clare MacKintosh est sur ma "wishlist" depuis sa sortie, je n'avais donc pas encore découvert cet auteur, dont j'ai beaucoup entendu parler.



Je te vois nous projette dans le Tube, le métro londonien où tous les jours se croisent des routines, ce "métro-boulot-dodo" rythmant les journées des travailleurs rejoignant le cœur de Londres pour leur journée de travail.



Les habitudes, certains les trouvent réconfortantes, certains les trouvent lassantes. Clare MacKintosh les rend angoissantes.

Zoe Walker, quarantenaire travaillant dans une agence immobilière, découvre un portrait qu'elle croit être le sien dans les petites annonces roses... Non prise au sérieux par son entourage et par la police, elle va trouver l'écoute d'un agent de la BTP, pugnace et en quête de rédemption après une bavure commise sur son précèdent poste.



Des actes isolés, agressions, vols, viols, meurtres.... et s'ils étaient liés non par leur auteur mais par un instigateur observant et vendant nos trajets quotidiens et nos habitudes faisant de nous des proies idéales?



Clare MacKintosh nous livre un thriller psychologique efficace, qui se dévore et nous fait repenser nos rassurantes routines nous rendant prévisibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le Journal de Frankie Pratt
24 mars 2017
Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston
Super livre sous forme de scrapbook.

On suit l'adolescence et la vie de jeune femme de Frankie, de son vraie nom Francès.

Celle-ci a perdu son père à 12 et voit voit sa mère essayer de joindre les deux bouts en s'épuisant au travail.

Ses deux jeunes frères, ses amies et sa mère l'entourent dans un petit cocon protecteur mais tout change quand elle décroche une bourse pour Vassar où elle côtoie les jeunes filles de la haute société et où elle doit travailler très dur pour conserver sa bourse. Lorsqu'elle décroche son diplôme elle va s'installer à New-York où elle rêve de devenir écrivain mais elle est obligée de travailler pour un jour peu enthousiasmant pour payer ses factures. Lorsqu'elle constate que son prétendant ne fera pas sa demande elle dessine d'aller à Paris, là elle retrouve son premier amour qui a bien vieilli depuis leur idylle, lorsqu'elle était adolescente.

Maintes soirées à Paris nous font rêver de cette époque, malheureusement elle est obligé de rentré lorsqu'elle apprend que sa mère est malade.



Ce livre m'a fait voyagé, moi qui ne lis pas beaucoup de romans graphiques je pense que je vais m'y intéresser car je suis ravie de cette découverte. Un grand merci à Caroline Preston pour cette oeuvre d'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La loterie
24 mars 2017
La loterie de Miles Hyman
★★★★★
★★★★★
Quelle claque ! Quelle surprise (glaçante) !

Les dessins se suffisent à eux-même pour comprendre cette histoire. Après la "lecture" de cette BD, je n'ai qu'une envie : c'est de lire la nouvelle dont c'est l'adaptation.

Et Shirley Jackson m'intrigue depuis la lecture du dossier à la fin. Il y a une citation de Stephen King, c'est tout dire si l'auteure doit être précurseur du genre littéraire affectionné par celui-ci...

Commenter  J’apprécie          00
L'amie prodigieuse, tome 1 : Enfance, adole..
24 mars 2017
L'amie prodigieuse, tome 1 : Enfance, adolescence de Elena Ferrante
★★★★★
★★★★★
Malgré quelques longueurs, j'ai été captivée par cette amitié entre deux petites napolitaines. J'ai ressenti toutes les émotions, pourtant lointaines, de la narratrice, à tel point que je veux lire la suite, pour savoir ce que ces personnages deviennent, et si cette amitié persiste et à quelle degré d'intensité.
Commenter  J’apprécie          10
Les Larmes de l'assassin
24 mars 2017
Les Larmes de l'assassin de Thierry Murat
Ce livre met en avant le fait de fuir le monde pour ne pas finir derrière des barreaux même si l'enfant perd ses parents assassiné c'est une belle histoire
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1234 critiques

LeFigaro

1532 critiques

LeMonde

1183 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1441 critiques

Bibliobs

1153 critiques

LePoint

548 critiques

LesEchos

864 critiques

Lexpress

3316 critiques

Telerama

2289 critiques

LaPresse

1506 critiques

LaLibreBe...

882 critiques