AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070129896
Éditeur : Gallimard (2013)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 45 notes)
Résumé :


Lauréate de la loterie des visas, Akunna quitte le Nigeria pour les États-Unis ; elle y découvre un pays qui a bien peu à voir avec celui de ses attentes. À Kano, dans le nord du Nigeria, une violente émeute inter-communautaire réunit deux femmes que tout sépare : une marchande d’oignons musulmane et une étudiante issue de la bourgeoisie chrétienne de Lagos.

Dans Nsukka blanchie par l'harmattan, James Nwoye, ancien universitaire au so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Marple
Marple27 juillet 2016
  • Livres 4.00/5
Les 12 nouvelles de ce recueil sont à mi-chemin : à mi-chemin du Nigéria et de l'exil en Amérique, à mi-chemin des spécificités de ce pays ou de l'Afrique et des problématiques humaines universelles, à mi-chemin des pires tragédies et de l'ironie du quotidien... Mais pas à mi-chemin du talent !
C'est ma première rencontre avec Chimamanda Ngozi Adichie et c'est sans conteste une belle rencontre. Aucune des nouvelles ne m'a déçue, certaines m'ont enchantée, d'autres intéressée. Il s'agit d'un patchwork d'histoires très différentes, ayant pour seul point commun des personnages nigérians.
Si celles mettant en scène les drames du Nigéria d'aujourd'hui peuvent nous ouvrir les yeux, notamment L'ambassade américaine, j'ai préféré celles dont le ressort est la psychologie ou l'humour, comme Jumping Monkey Hill, Demain est trop loin ou Une expérience intime. En effet, on peut tout à fait s'y reconnaitre et s'identifier aux doutes, aux joies ou aux réflexions de ces héros et héroïnes pas si loin de nous.
Autour de ton cou... peut-être, mais aussi dans ma tête et dans mon coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Ancolie
Ancolie15 juillet 2013
  • Livres 4.00/5
Chimamanda Ngozi Adichie fait partie des auteurs dont j'attends avec impatience la sortie d'un nouveau livre. J'ai été un peu refroidie en voyant qu'il s'agissait d'un recueil de nouvelles (un genre qui ne m'emballe pas trop) mais je ne voulais pas passer à côté.
A la source, ces nouvelles ont été publiées dans diverses revues littéraires.
Nous allons à la rencontre de Nigérians, essentiellement des femmes. Elles vivent au Nigéria, aux Etats-Unis, elles sont pauvres ou riches et pour la plupart fortes et dignes.
Grâce à ces douze histoires, nous découvrons la culture nigériane, les conditions de la femme et les difficultés de s'intégrer aux Etats-Unis. L'auteur a une écriture envoutante, c'est une conteuse hors pair qui nous parle de féminité. Tout de suite, on entre en empathie avec ses personnages et souvent, j'ai été frustrée que l'histoire racontée ne soit qu'une nouvelle. Elle dénonce le machisme et le racisme avec retenue, sans haine, ni revanche mais néanmoins avec puissance. Sa maturité est incroyable et c'est ce qui me plaît beaucoup dans ses écrits, ce mélange de dignité et de force. C'est à mon sens un auteur incontournable dont je recommande vivement la lecture de «L'autre moitié du soleil», son deuxième roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
litolff
litolff24 février 2013
  • Livres 3.00/5
Douze nouvelles pour évoquer la condition des femmes nigérianes au Nigeria et aux USA.
L'auteure, qui a elle-même émigré aux USA connait bien le thème de l'exil et en parle avec recul, humour et subtilité.
Qu'il s'agisse des mariages arrangés ou des enfants obligatoires pour assurer la descendance, du gouffre culturel entre l'Afrique et l'Occident, ou de l'évolution des moeurs, Chimamanda Ngozi Adichie se penche sur les traditions de son pays, mises à mal par le mode de vie occidental et la difficulté d'être une femme nigériane sur le sol américain.
Douze nouvelles qui parlent de femmes, de couple, de mariage, d'enfants, d'éducation, de guerre et de Biafra, de colonisation…
Je ne suis pas particulièrement adepte des nouvelles car je trouve qu'une nouvelle est trop courte pour qu'on aie le temps de s'attacher aux personnages mais cet ouvrage est agréable à lire et permet de découvrir un aspect de la condition des femmes nigérianes.
Merci à Masse critique et aux éditions Gallimard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
traversay
traversay11 février 2013
  • Livres 4.00/5
Sefi Atta et Chimamanda Ngozi Adichie, même combat ? Elles sont toutes les deux originaires du Nigeria, ont fait leurs études aux Etats-Unis, où elles vivent désormais. A quelques mois d'intervalle, ces romancières font paraître un recueil de nouvelles qui évoquent aussi bien des destins de femmes au Nigeria que dans leur exil américain. La comparaison, sur le format court, penche nettement en faveur d'Adichie, ce qui n'est pas nécessairement le cas sur la longueur d'un roman. Il n'y a pas une seule nouvelle dans Autour du cou qui puisse être qualifiée de faible. Moins ouvertement militante et plus subtile dans la concision, la cadette des deux auteures a le don de captiver dès les premières lignes de ses récits, de les faire se développer de façon drôle, tragique ou ironique et de leur donner une fin ouverte souvent malicieuse ou inattendue. Tel quel, ce recueil dresse un panorama lucide et touchant de la condition féminine au Nigeria et en Amérique et ce, sur tous les plans, racial, sexuel et social. Jeunes ou vieilles, ces femmes luttent avec leurs armes, renoncent parfois ou acceptent des compromis mais ne s'effondrent jamais. S'il ne faut retenir qu'une seule histoire, l'on choisira celle de cette étudiante chrétienne, aisée, face à une vendeuse de légumes musulmane. Elles se retrouvent ensemble quelques heures, dans un abri provisoire, alors que les violences communautaires font rage. Des moments suspendus pour une rencontre impromptue où le dialogue improvisé entre ces deux femmes aux antipodes l'une de l'autre s'affranchit des préjugés de caste et de religion pour revenir à l'essence des rapports humains. Magistral !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
simon6344a16
simon6344a1621 septembre 2016
Pourquoi ce livre?
En faisant le choix de ce recueil de nouvelles, je me suis principalement fié à l'autorité de son auteure. J'ai découvert Chimamanda Ngozi Adichie grâce à deux conférences TED (TED Talks) qu'elle a consacrées au féminisme (We should all be feminists) et à une certaine forme de manipulation de l'information et de l'Histoire (The danger of a single story). Suite à cette écoute, j'ai été grandement intéressé à lire son oeuvre. de plus, son dernier roman Americanah faisait partie des finalistes du Prix des libraires du Québec – Hors Québec 2016; un prix dont j'ai souvent apprécié les sélections.
Un premier aspect qui m'a plu :
Ce qui fait pour moi la réussite des nouvelles d'Adichie est sa maîtrise dans la création de personnages entiers, vivants, et sentis sur qui vient reposer le poids de l'intrigue. Ceux-ci ont une consistance et une présence qui les rendent incroyablement réels. Les personnages d'Adichie ne sont jamais seulement ceci ou cela, mais présentent une complexité des plus vraisemblables. L'intrigue à laquelle ils s'intègrent s'en retrouve inévitablement enrichie. Également, le choix de l'auteur de présenter une majorité de personnages féminins, souvent issus de minorités culturelles, lui permet de se pencher intelligemment, selon différentes perspectives, sur des enjeux féministes et raciaux.

Un second aspect qui m'a plu :
Adichie s'exprime dans une langue simple et rythmée qui s'avère parfaitement appropriée pour le genre de la nouvelle. Cela permet une narration fluide et efficace, qui privilégie la justesse des mots choisis plutôt que l'abondance de détails superflus. Il y a également dans l'écriture d'Adichie une musicalité qui tient en partie à l'attrait des mots d'igbo et à la présence des prénoms nigériens, mais également au phrasé qui s'appuie souvent sur des répétitions signifiantes et à la ponctuation qui donne le rythme aux nouvelles.
Un aspect qui m'a moins plu :
Quelques défauts de structure dans certaines des nouvelles m'ont ralenti dans ma lecture. Par exemple, la nouvelle « The Shivering » prend un temps extrêmement long à installer et à développer l'intrigue, avant de se terminer de manière abrupte et expéditive. C'est le cas de quelques nouvelles dans le recueil, notamment « The American Embassy » et « Tomorrow is too far », qui donnent simplement l'impression de se terminer là, sans réel dénouement ou avancée, ce qui n'est pas dans l'esprit habituel de la nouvelle comme genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (2)
LeMonde28 janvier 2013
D'une écriture à la fois ramassée et intimiste, Autour de ton cou réussit à transmettre, comme le tremblé d'une aquarelle, les récits enfouis et les paroles muettes qui collent aux pas des émigrants.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Liberation06 janvier 2013
Au fil des nouvelles, Chimamanda Ngozi Adichie dit la condition sociale, sexuelle, raciale, de la Nigériane, en Afrique et en Amérique.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
litolfflitolff20 février 2013
Elle avait fini par comprendre qu'élever les enfants à l'américaine, ça signifiait jongler d'une angoisse à l'autre, et que cela venait d'une surabondance de nourriture : parce qu'ils avaient le ventre plein, les Américains avaient le temps d'avoir peur que leurs enfants aient une maladie rare sur laquelle ils venaient de lire un article, et ils pensaient qu'ils étaient en droit de protéger leurs enfants des déceptions, du besoin et de l'échec. Parce qu'ils avaient le ventre plein, les Américains pouvaient s'offrir le luxe de se féliciter d'être de bons parents, comme si s'occuper de son enfant était l'exception et non la règle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Alice_Alice_21 janvier 2015
J'étais sonnée. Les dix heures de vol de Lagos à New-York et l'attente interminable pendant que la douanière passait ma valise au peigne fin m'avaient laissée sur les rotules, et la tête dans le coton. La douanière avait examiné mes aliments comme si c'était des araignées. Elle avait enfoncé ses doigts gantés dans les sacs étanches d'egusi pilé, de feuilles d'onugbu séchées et de graines d'uziza, et fini par confisquer mes graines d'uziza. Elle avait peur que je les fasse pousser dans le sol américain. Peu importe si les graines avaient séché des semaines au soleil, si elles étaient dures comme un casque de vélo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
litolfflitolff20 février 2013
Ces garçons qui avaient grandi avec Sesame Street et Enid Blyton, mangé des corn flakes au petit déjeuner toute leur enfance durant et porté des sandalettes soigneusement cirées pour aller à l'école primaire du personnel universitaire, les voilà qui découpaient aujourd'hui les moustiquaires des fenêtres de leurs voisins, en retiraient les lames de verre et grimpaient dans les maisons pour voler télévisions et magnétoscopes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
litolfflitolff23 février 2013
L'hiver m'a prise par surprise. Un matin, je suis sortie de l'immeuble et j'en suis restée bouche bée. On aurait dit que Dieu déchiquetait des mouchoirs en papier blanc et jetait les confettis d'en haut.
Commenter  J’apprécie          240
Alice_Alice_20 janvier 2015
La chorale avait commencé à chanter. C'était un de ces dimanches où le prêtre bénit les fidèles avec de l'eau sainte au début de la messe, et le père Patrick parcourait la nef en aspergeant les gens à l'aide d'une sorte de grande salière. Ukamaka l'observa en songeant que les offices catholiques étaient tellement moins vivants, en Amérique; au Nigeria, c'est une branche de manguier d'un beau vert vif que le prêtre aurait trempée dans une sceau d'eau sainte, tenu par un bedeau affairé et en sueur; il aurait arpenté les travées en la faisant tournoyer, en projetant de l'eau sainte à la ronde; les gens auraient été trempés; ils se seraient signés en souriant, et se seraient sentis bénis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Chimamanda Ngozi Adichie (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chimamanda Ngozi Adichie
Je vous présente aujourd'hui un livre que j'ai adoré lire dernièrement : Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie
? Pour lire la chronique sur le blog, c'est par ici : http://ulostcontrol.com/americanah-chimamanda-ngozi-adichie
_________________________________________________________________
? Blog : http://ulostcontrol.com/
Suivez-moi : ? Facebook : https://www.facebook.com/ulostcontrol/ ? Twitter : https://twitter.com/ulostcontrol ? Instagram : https://www.instagram.com/ulostcontrol/ ? Snapchat : chaguena
autres livres classés : littérature nigérianeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
189 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre