Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290024988
Éditeur : J'ai Lu (2010)


Note moyenne : 2.88/5 (sur 34 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Grande pagaille dans les coulisses d'un plateau de télévision. Juliette, venue pour un entretien d'embauche, se retrouve interviewée à ta place de Loren, écrivain célèbre. Les deux filles finissent par s'amuser de la situati... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Auudrey, le 24 août 2015

    Auudrey
    Voila un titre de chick-lit que j'ai déjà lu il y a plusieurs années, que j'avais bien apprécié, et que j'avais mis sur ma liste des livres à relire un jour, et c'était une connerie ! Je me demande vraiment ce que j'avais aimé dans ce livre lors de ma première lecture...
    Juliette est une fille un peu paumée, elle vit avec son copain possessif, macho, violent, qui l'humilie 30 fois par jour et qui deale de la drogue (en bref, c'est un gros pignouf qui mérite des coups de pelle dans la tronche), et elle galère à trouver un travail jusqu'à ce qu'on lui propose un entretien pour un poste à la télévision. Loren au contraire mène la carrière qu'elle souhaite, elle vient de boucler son troisième livre et est sur le point de passer dans une émission pour en faire la promo. L'entretien de la première et l'interview de la seconde se déroulent au même moment, les deux femmes se croisent et par erreur l'une se retrouve à la place de l'autre... Après ce moment gênant elles finissent par nouer une amitié ambiguë et quand Juliette finit son taré de mec en lui fracassant le crâne, elle appelle Loren à l'aide pour se débarrasser du corps.
    Je suis un peu de mauvaise foi dans mon intro, on croirait que je n'ai rien aimé et ce n'est pas tout à fait vrai, le début du bouquin est plutôt potable le quiproquo qui lance l'histoire de Loren et Juliette est plutôt amusant, même s'il n'est pas franchement original, au moins cela passe et cela a le mérite de faire sourire même si on comprend vite que Juliette est une belle cruche.
    Après par contre cela devient le boxon, autant pour les réactions des personnages que pour l'histoire.
    Que Loren et Juliette passe l'éponge sur leur mésaventure, d'accord, qu'elles aillent boire un café et s'entendent bien, ok, que Juliette s'incruste chez Loren, squatte sa baignoire et finisse dans son plumard (et pas seulement pour faire un petit somme alors que Loren n'a de toute évidence aucun penchant lesbien), là cela commence à devenir n'importe quoi mais passons, que Juliette après avoir dézingué son petit-ami et pour se sortir de cette mouise en planquant le corps de son cher et tendre fasse appel à Loren qui accepte, euh... nan ?! Enfin personnellement quand je viens de me faire une nouvelle copine, je ne lui propose pas d'aller jouer avec un macchabée ! (Et puis si une nana que je connaissais depuis une demie heure me demandait un truc pareil je l'enverrai bouler) (A la rigueur j'accepterai pour ma meilleure amie) (Enfin si elle pouvait éviter ce serait aussi bien !) (Quoi que, des deux c'est moi la plus tarée donc ce serait plus à elle de se méfier !) Bref à moins d'être un brin psychopathe, la réaction de Loren n'est pas du tout crédible, Juliette était une parfaite étrangère la veille, rien ne dit qu'elle ne va pas désosser quelqu'un d'autre et Loren a une vie bien installée qu'elle pourrait démolir en étant complice (parce qu'à moins que je me trompe, aider quelqu'un à enterrer la victime d'un meurtre n'est pas très légal !), à moins que Loren ne soit vraiment très serviable, son comportement me laisse perplexe.
    Mais même si les personnages sont très mal foutus et que leurs réactions ne sont pas franchement réalistes, l'intrigue n'est pas mieux construite, une fois que les héroïnes ont accompli leur besogne dans la forêt, elles essaient de continuer leurs vies mais découvrent très vite que quelqu'un les a vu faire du jardinage avec de l'engrais humain (c'est marrant de constater qu'à chaque fois qu'un personnage de série, de film, ou de bouquin enterre un corps dans une forêt il se fait tout le temps remarquer, soit c'est un cliché usé jusqu'à la corde, soit certains sont adeptes du jogging en pleine nuit, je ne sais pas !), bref un corbeau les fait chanter et en plus une enquête est lancée quant à la disparition du petit-ami de Juliette, théoriquement on devrait sentir l'étau se resserrer peu à peu mais c'est tellement mou que je n'ai adhéré à aucun moment, les rebondissements sont visibles des plombes avant qu'ils ne se produisent, les deux filles sont tellement peu attachantes que je me fichais de savoir si elles allaient atterrir en prison, l'identité du corbeau ne m'intriguait aucunement, et il y a des longueurs à s'en arracher les cheveux et je dois dire qu'au bout d'un moment j'en avais assez, autant de l'histoire que des personnages, et je voulais juste arriver à la fin pour passer à autre chose donc j'ai finis par ne lire qu'une phrase par page et j'ai remarqué que je n'étais pas du tout larguée, ce qui prouve bien qu'on s'attarde sur des détails qui ne servent à rien, que l'histoire s'étire à l'extrême et que tout cela ne fait office que de remplissage !
    Et le pompon c'est que la fin est d'une facilité grotesque, tout s'arrange comme par magie, et on peut dire que le hasard fait bien les choses (ou que l'auteure manque cruellement d'imagination), l'enquête policière et le mystère de l'identité du corbeau ne cassent pas des briques mais alors leur résolution est vraiment bâclée et simpliste, c'est balancé vite fait mal fait et puis voila fin de l'histoire, il fallait trouver une conclusion donc on a foutu ça comme ça et basta ! Je n'attendais pas de miracle mais là c'est vraiment la solution pour ne pas se casser les nénettes et pour dire que le livre a une fin, si le livre m'avait plu ce dénouement me serait resté en travers de la gorge, là je n'ai pas aimé et j'ai eu un petit rictus en voyant ce foutage de pomme final !
    Je n'en ai pas encore parlé mais j'ai aussi trouvé la relation liant Loren et Juliette très mal exploitée, rien ne dit que les deux soient lesbiennes ou bisexuelles mais elles couchent ensemble, autant pour Juliette cela ne m'a pas posé problème parce que c'est elle qui démarre cette histoire donc cela ne doit pas être sa première expérience mais Loren n'a l'air d'avoir eu des liaisons qu'avec des hommes et pourtant elle ne s'interroge jamais quant à leur relation ou à sa sexualité, si c'était "naturel" chez elle d'avoir envie de cela je comprendrai et il n'y aurait pas besoin de le justifier mais on ressent surtout de la réticence venant d'elle et du coup cela m'a mise mal à l'aise.
    Après sa méfiance du début, Loren finit par appeler Juliette "ma chérie", elles se tiennent la main et agissent comme si elles s'aimaient (pas sure que ce soit vraiment le cas...), puis trois pages après elles se comportent comme deux amies et rien plus, puis cinq pages après Loren parle de Juliette comme de son boulet, puis elles agissent de nouveau en amoureuses, bref c'est à n'y rien comprendre et leur instabilité m'a très vite fatiguée.
    A par les premières pages je ne vois rien à sauver dans ce livre, ce n'est ni drôle, ni prenant ni rien, c'est vide, lassant, énervant même et je ne comprends définitivement pas ce qui m'avait convaincue lors de ma première lecture !

    Lien : http://au-fil--des-pages.blogspot.fr/2015/08/je-nirai-pas-chez-le-ps..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Soundandfury, le 04 juillet 2011

    Soundandfury
    Avis chrono'
    Pas mal de petits soucis dans la construction de ce roman léger. Des relations mal élaborées entre les personnages, de grosses ficelles finales pour se dépêtrer de l'intrigue semi-policière. On m'annonçait de la chick'lit haut de gamme... L'originalité y est, ainsi qu'une bonne dose d'humour. Mais il manque quelque chose dans le style.
    __________________________
    Le résumé, cette fois, je l'avais lu! Parce que croisé sur un de vos blogs ou parce qu'acheté dans une quelconque librairie (mais quand? Certains livres semblent arriver sur mon étagère par leurs propres moyens). Mal m'en a pris. J'avais donc des attentes.
    Pleine de fantasmes inassouvis, j'attendais avec impatience de découvrir avec Amour, pour notre lecture du soir, ce roman classé chick'lit et auto-déclaré en 4e de couv' "haut de gamme".

    Duo de choc: L'une vient faire la promotion de son livre, l'autre doit passer un entretien d'embauche à la télé. Suite à un quiproquo, elles échangent leurs rôles. Puis font connaissance. Et enfin dans une scène plutôt réussie (le genre que les midinettes re lisent deux fois) passent la nuit ensemble.
    Mais Juliette, la plus collante des deux, tue un tout petit peu son petit copain le lendemain et appelle sa nouvelle amie à la rescousse pour se débarrasser du corps.

    Commençons par les points positifs:
    C'est fait pour être drôle et c'est très souvent réussi. Juliette, totalement délurée, insouciante, associée à Loren, psycho-rigide, qui se prend la tête à tout instant et imagine le pire en son et lumière, c'est irrésistible.
    Jusqu'à un certain point, l'intrigue est bien menée. Quelques rebondissements bien distillés, un attachement certain aux deux complices qui nous fait désirer les voir s'en sortir, tout cela, c'est parfait.

    Restent quelques détails qui personnellement me gênent beaucoup:
    La résolution finale est totalement artificielle, non seulement dans son contenu, d'une qualité très inférieure à ce qui précède, mais surtout dans le procédé grossier utilisé: je ne veux pas trop en dire, mais sachez que quelqu'un nous re-raconte presque l'histoire entière en nous expliquant le pourquoi du comment. Lourdeurs, répétitions, ennui... Pourquoi ne pas avoir écourté ce récit?
    Je termine par mon gros coup de gueule: ou bien on fait des romans avec des lesbiennes, ou bien des romans avec des femmes qui s'interrogent sur leur identité sexuelle mais dans celui-ci, la relation entre Loren et Juliette est très mal définie.
    Certains passages sont savoureux, délicieux, intelligents: Juliette qui en quelques secondes en vient spontanément au "ma chérie" alors que Loren se demande comment virer ce gros boulet de nana envahissante.
    Là, il me semblait que la relation était identifiable. Une qui veut, l'autre qui recule ou qui doute. Ou qui regrette. Ressort efficace dans la narration. Pas ce que je préfère comme développement, mais c'est solide.
    Puis, deux pages plus loin, ce n'est plus si clair. Elles se tiennent par la main. Ou dorment ensemble. Ou sont jalouses. Ou toute autre chose discrète mais tangible, qui vient contredire ou troubler ce que je pensais avoir analysé un peu plus haut. Sans que jamais ces doutes, ces changements, ne soient explicités, ni par le narrateur, ni par les deux héroïnes dans leurs échanges. Comme si pour elles tout allait de soi. Aussi bien être ensemble que draguer des mecs à une soirée.
    Je n'ai pas réussi à savoir s'il était ou non question de sentiments. Cela sonne terriblement faux.

    Sans doute, je cherche encore et toujours la petite bête... Serait curieuse d'avoir un autre avis.

    Lien : http://talememore.hautetfort.com/archive/2011/01/17/pause-divan-vie-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par stef74, le 12 septembre 2014

    stef74
    Alors je ne vais pas reprendre la 4ème de couv'... Je me suis distraite même si le "scénario" est un peu exagéré, je suis rentrée dans cette histoire abc un sourire au coin des lèvres. Distrayant !

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par relotte88, le 25 janvier 2012

    relotte88
    J'ai vite accroché. Au fur et à mesure qu'on avance dans le roman, les anecdotes sont de plus en plus "énormes", ce qui rend le livre assez léger.
    Mais j'ai quand même rigolé. Pas besoin de se prendre la tête à trop réfléchir pour arriver à suivre l'histoire...
    Par contre je reste très deçu de la fin qui selon moi est baclée et n'a rien à voir avec le reste du bouquin.
    C'est le genre de livre que j'ai envie de voir en film.
    Je tenterrai un autre livre de cet auteur afin de me faire un meilleur avis.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Celine_72, le 29 mars 2012

    Celine_72
    C'est le récit d'une rencontre entre deux femmes, venant chacun es d'un milieu différent : l'une de la bourgeoisie et l'autre chômeuse; ayant comme point commun une relation conflictuelle avec leur amoureux. L'arrivée de Juliette dans la vie de Loren, va bouleverser cette dernière, changeant ainsi son train-train quotidien.
    Notamment, j'ai apprécié le style déjanté de l'auteur par lequel on se laisse embarquer avec plaisir dans cette histoire carrément absurde à humour noir, le tout avec des filles libérées.
    Quant à l'intrigue, elle est bien ficelée dont les situations sont amusantes, nous tenant ainsi en haleine jusqu'à la fin dont cette question nous revenant jusqu'au dénouement : Qui peut bien être ce corbeau ?
    Au niveau de l'écriture, elle est simple et rythmée avec des dialogues déterminant, et donc à aucun moment on s'ennuie.
    En conclusion, c'est un très bon livre divertissant, ne demandant pas de réflexion, se lisant très vite, idéal pour un moment de simple détente. Et moi, débutant avec celui-ci dans le genre Chick lit, je ne suis pas déçue.

    Lien : http://univers-des-livres.over-blog.com/article-je-n-irai-pas-chez-l..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
3,90 € (neuf)
3,36 € (occasion)

   

Faire découvrir Je n'irai pas chez le psy pour ce con ! par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (61)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz