Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 271430933X
Éditeur : José Corti (2007)


Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Je prends peut-être ce train pour la dernière fois. Je préférais jadis les cabines single réservées aux passagers fortunés, construites en bois de teck, chauffées à la vapeur, aussi confortables qu'un riche apparte... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Cath36, le 20 mars 2011

    Cath36
    Esprits (trop) cartésiens s'abstenir... je me suis demandée à la fin de ce magnifique livre si j'étais tout d'un coup devenue folle, ou si je l'étais déjà auparavant sans m'en rendre compte... du coup je l'ai repris d'un bout à l'autre pour être sûre de l'avoir bien compris.Entre romantisme et fantastique, ce livre est le récit d'un grand voyageur dont les voyages oscillent entre réel et imaginaire. Qui êtes-vous vraiment, monsieur le narrateur ? Invention de l'esprit, ou bien réalité ? Un mort ou un vivant ? Un schizophrène ou bien l'avatar d'un songe psychédélique ? Bien que très court, ce texte superbe nous plonge dans les abysses de l'esprit humain. A savourer lentement, très lentement, en se méfiant des apparences et des certitudes, et en laissant à l'inconscient la place qui lui revient.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mguy, le 09 avril 2011

    mguy
    Il s'agit d'un roman retraçant le parcours d'un homme parmi d'autres. Il décrit certains de ses voyages, de ses trajets. Jusqu'au jour où il arrive dans une belle demeure qu'il souhaite acheter.
    C'est un très beau roman, raconté sous la forme d'un songe. Il s'agit d'une écriture poétique et contemplative, où le lecteur est plongé dans les pensées, les rêveries et les angoisses du personnage.
    Je n'en dirai pas plus, de peur de gâcher la découverte de l'histoire. Mais vraiment, c'est à lire. Cette lecture est un moment à la fois captivant et apaisant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lali, le 05 février 2011

    Lali
    C'est ce billet, signé par Tania, qui m'a donné envie de lire La Véranda de Robert Alexis, un roman à la limite du réel et du rêve où quête de soi se mêle à goût du voyage. Jusqu'à ce que le personnage principal croise au hasard de ses pérégrinations une maison qui l'appelle et qu'il faudra qu'il fasse sienne.
    Si on accepte de jouer le jeu, d'entrer dans la peau du narrateur pour se laisser guider par des événements qui ne trouvent pas leur explication, par des situations troublantes et par ce sentiment continu d'irréalité presque vraie qui tisse ce roman, on ne pourra qu'aimer ce roman qui nous emmène, entre autres, à Salzburg, à Bucarest et à Istanbul où le voyageur pose ses pas pour tenter de trouver ce qu'il cherche.
    Une écriture alerte, imagée, parfois aussi envoûtante que cette maison vers laquelle le narrateur a été attiré.

    Lien : http://lalitoutsimplement.com/?p=31446
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par wictoria, le 14 mars 2009

    wictoria
    Le sujet :
    Europe, début XXème siècle. Un homme riche, la cinquantaine, voyage en train et se souvient. Lors d'un trajet sur un fleuve, il avait aperçu une maison, avait tout mis en oeuvre pour l'acquérir, malgré ce que disaient les gens du village : le propriétaire avait disparu soudainement, et sa veuve et leur fille y habitaient seules.
    Une fois installé, il comprend que le proprétaire c'est lui-même...
    lire la suite :

    Lien : http://monbiblioblog.blogspot.com/2009/03/la-veranda.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cath36, le 20 mars 2011

    la métaphore du lac gelé m'amusa un instant. Nombreux étaient ceux qui ne vivaient qu'à la surface des choses. Leur masse obscurcit le plateau transparent de l'univers, puis leur point s'amenuise jusqu'à la disparition. D'autres sillages les remplacent, aussi rapides, ,aussi éphémères, dans l'éternelle répétition de la médiocrité.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Cath36, le 19 mars 2011

    A mesure que j'approchais, la villa doublait son image tangible d'un halo bruissant. Des conversations, des rires, glissaient dans l'air, s'évanouissaient, renaissaient ailleurs plus insistants, avant de fuir à nouveau. Des silhouettes coupaient ma route, d'autres m'accompagnaient. Je ne pouvais rien saisir de leurs ombres furtives ; je tendis la main vers une femme qu'un instant je crus reconnaître, qui me souriait, dont la voix mêlée à d'autres, prononçaient des paroles indistinctes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cath36, le 19 mars 2011

    Il me plaisait parfois de croire qu'une force supérieure instruisait mon parcours, qu'une solution s'imposerait, à condition d'avoir effectivement vécu chacune des prémisses de la démonstration. Aussi, écoutais-je sans résister ces consignes muettes m'invitant à choisir une route plutôt qu'une autre ; plus tard les raisons s'inscriraient dans une totalité éprouvée au-delà de l’intelligence, dans cette zone où l'être en son entier trouve une justification.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cath36, le 19 mars 2011

    Je ne sais combien de jours je passai ainsi. Le monde, déplié par la main d'une enchanteresse, étincelait de brillances fragiles. Je découvrais, entre les lignes, un message inconnu. Derrière chaque chose, une voix liait la cause et l'effet, le grand et le petit ; cet ensemble jouissait, comme les pigments d'un peintre, d'un liant universel. La force qui unissait les pierres de l'édifice avait un nom, dont je refusais d'abord l'évidence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cath36, le 19 mars 2011

    Il est bon de constater combien l'âge prépare à la mort. Privé de ses anciennes passions, libéré du désir et de ses attentes, pourquoi le monde ne deviendrait-il pas aussi doux que ce plaid posé sur mes genoux ?

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Robert Alexis

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robert Alexis

Christel Paris - Editions le Tripode .
Christel Paris des éditions le Tripode vous présente : "La vie rêvée de Rachel Waring" de Stephen Benatar. Traduit de l'anglais par Christel Paris. Parution le 28 août 2014 aux éditions le Tripode. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/benatar-stephen-vie-revee-rachel-waring-9782370550293.html et "L'Homme qui s'aime" de Robert Alexis. Parution le 4 septembre 2014 aux éditions le Tripode. Rentrée littéraire 2014. Notes de Musique : Jared C. Balogh/A Compilation From Compilations Of Compositions/07 A TOUGH DECISION. Free Music Archive.








Sur Amazon
à partir de :
14,23 € (neuf)
5,50 € (occasion)

   

Faire découvrir La Véranda par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 107 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.