AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330021577
Éditeur : Actes Sud (05/02/2014)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 111 notes)
Résumé :
Ce livre est un voyage.
Un voyage à la découverte d'un Univers toujours plus riche et mystérieux, un Univers qui nous fait naître, et que nous n'aurons jamais fini d'explorer. Un voyage à la découverte de nos cousins, les oiseaux et les fleurs, et de nos lointaines parentes, les étoiles.
Un voyage à la rencontre de nous-mêmes. A la découverte de la manière dont nous déchiffrons le monde et rêvons le monde. A la recherche de notre mémoire, cette persist... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
ATOS
30 juin 2014
★★★★★
★★★★★
"Il fut un temps où le récit était un chant" . Il sera toujours un temps de la parole et de l'écoute. Ce temps où l'on se réunit tous ensemble avec tous nos "peut être... encore".
L'un parle l'autre écoute. Et ce que l'autre vous dit il le porte en vous même.
Écouter une voix en toute liberté de se savoir en adresse.
Un récit, un conte, une mémoire. Tout ce que porte la possibilité des mondes. Ce sont les ondes qui portent les voix. Nos feus de camps se sont éteints mais nous nous réunissons pour entendre et recevoir ce qui nous rappelle à ce qui nous rassemble.
L'émission de Jean Claude Amaisen est importante importante pour son enseignement. Comme sont les émissions de Daniel Mermet, d'Alain Veinstein, de Laure Adler, Sonia Kronlund et de tant d'autres qui me pardonneront de ne pas être cités mais que je remercie. A l'heure où la maison de Radio France tremble, il faudrait dire à tous ces journalistes et à leurs équipes combien leur travail est important.
Sur les épaules de Darwin nous offre l'occasion de nos hisser sur les épaules des géants. Poésie, sciences, philosophie. S'interroger sur ce que nous nommons le temps, sur ce qu'est un souvenir,sur ce que ne voyons pas, sur ce que nous percevons, sur ce que nous pouvons apprendre en observant l'infiniment grand, l'infiniment petit. Changer d'échelle. Faire bouger, changer le rapport et la distance.
S'interroger. Poser la question. Penser et réfléchir. Prendre le temps.
Entendre les battements du temps présent, de ces temps venus, de ceux qui viendront, et qui créent l'intelligence de notre chant.
Ces textes écrits et réunis par Jean Claude Ameisen sont beaux, étincelants parce que extrêmement brillants. Il nous faut bien des épaules de géant pour nous aider à traverser le fleuve du temps.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
GalaxioN
04 juin 2015
★★★★★
★★★★★
Le temps est la trame principale de ce livre (on l'aura deviné). Passé, présent, futur... comment percevons-nous ces notions ?
On parle ici d'astronomie et de paléontologie, ces domaines qui nous permettent de remonter le temps, de regarder dans le passé pour mieux comprendre nos origines. Puis c'est vers notre cerveau et notre mémoire où l'auteur nous emmène, cet organe qui nous est encore tellement inconnue, dans lequel passé, présent, futur semble se mélanger, ne pas répondre aux même lois pendant la nuit et le jour... Également, beaucoup d'analyses sur de récentes études sur tout ce qui est a trait aux fonctions cognitives chez certains animaux et la comparaison avec nous, humains.
C'est plaisant à lire, le mélange de citations, d'extraits de textes littéraire et poétique, de réflexions philosophiques avec les parties plus scientifiques donne une bonne dynamique au récit.
Mais j'ai trouvé quelques points négatifs, le style est parfois bien maîtrisé, reflétant très bien la beauté de ce que l'auteur décrit, mais parfois trop redondant, un peu lourd, ce qui peut laisser notre attention se détacher un peu du livre à certains moments. Mais ce n'est que mon ressenti.
Si j'ai toujours autant de plaisir à écouter Jean-Claude Ameisen, son livre en revanche m'aura un peu déçu, pas dans le fond, qui est très enrichissant, mais plutôt dans la forme et la construction des chapitres qui m'a semblé manquer de cohérence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
michelangelo
11 février 2014
★★★★★
★★★★★
Lire Ameisen, c'est entrer dans le monde insoupçonné de la beauté du monde qui nous entoure et en percevoir toute la poésie. Fidèle à l'esprit de son émission programmée chaque samedi sur l'antenne de France-Inter, Ameisen livre pour nous les dernières découvertes scientifiques et produit une réflexion qui se veut pédagogique et rationnelle tout en conservant un talent de conteur qui rend son propos passionnant pour le lecteur.
Après une brillante démonstration sur notre capacité à percevoir du présent dans la lecture du passé : contempler les étoiles, c'est observer un passé parfois très lointain (le temps qu'il faut à la lumière pour traverser les espaces intersidéraux, soit 300.000 kms à la seconde), réagir à un son, c'est réagir à un événement passé qui aura mis un certain temps à parvenir jusqu'à notre perception de ce son (soit 300m à la seconde), il évoque le paradoxe de ce temps que nous envisageons présent mais qui n'est en fait que le croisement improbable entre le passé et le futur.
Le présent n'existe pas en tant que tel, puisque chaque instant, chaque action, chaque pensée, quand ils sont formulés ou effectués, trouvent leur source dans un passé (le temps qu'il faut pour observer, pour penser, pour réagir, mais aussi le temps de consulter nos référents culturels, sociaux et biologiques et ce de façon consciente ou inconsciente) et se projeter dans un futur que l'on soupçonne advenir.
Cela amène à se pencher sur le fonctionnement de notre cerveau, sur notre relation intime au monde, sur cette dynamique qui existe entre nos souvenirs (la mémoire, le rapport aux choses passées, à notre propre culture) et le temps de l'action.
Il défriche devant nous les dernières connaissances sur ce fonctionnement encore mystérieux de notre activité cérébrale et relate au passage nombre de découvertes inattendues : sur le sommeil, sur la faculté de développer le nombre de synapses et de connections, sur les modalités de la mémorisation (à court terme, à long terme), chez l'homme mais aussi chez les animaux. Car le règne animal possède en lui une multiplicité de caractéristiques qui nous rapprochent…
Ainsi, certains oiseaux possèdent des caractéristiques étonnantes qui vont de la mémorisation poussée à une emprise sur le monde réel absolument époustouflante (être capable de moduler ses modes de communication au monde au-delà de la simple utilisation de caractères innés pour produire des résultats qui doivent beaucoup à leur propre capacité d'apprentissage), inventer les lois de la perspective bien avant les génies De La Renaissance pour en faire un objet de séduction, utiliser des outils alors que l'on croyait cette capacité n'être que l'apanage des espèces les plus évoluées… La liste n'est pas exhaustive et je vous laisse le plaisir de découvrir ces divers éléments par vous-mêmes…
Lire Ameisen, c'est reconnaître qu'il existe dans notre univers bien des éléments d'émerveillement et aussi bien des questions qui restent posées. C'est admettre que nos certitudes, notre regard sur le monde doit évoluer et n'est en aucun cas figé sur des vérités inamovibles. Beaucoup reste à découvrir.
Nous sommes peut-être les seuls dans cet univers à pouvoir porter un regard conscient sur ce qui nous entoure : "La pensée consciente n'a duré et ne durera qu'un moment, dit Poincaré. La pensée n'est qu'un éclair au milieu d'une longue nuit. Mais c'est cet éclair qui est tout." Sachons en profiter ! Empruntez ce délicieux chemin tracé par Ameisen, peuplé de découvertes et de poésie. Vous y trouverez motif à balayer cet engourdissement suffisant qui est le signe de notre époque. Soyez humble mais déterminé. Soyez curieux mais lucide. Soyez poète et magicien !

Michelangelo 2014
Lien : http://jaimelireetecrire.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
vintage
01 février 2014
★★★★★
★★★★★
Ce que propose ce brillant médecin, chercheur, professeur d'immunologie et membre du comité consultatif national d'éthique, est une vulgarisation des sciences. En effet, il met à la portée de tout le monde des concepts scientifiques d'ordinaires pointus, en les appliquant à la vie quotidienne. Il choisit également toujours un thème central comme ici le temps ou la mémoire et autour de cette thématique il prend appui sur des sujets ayant trait aussi bien à la littérature, l'astronomie, la philosophie, qu'à la santé, les sciences naturelles…
Cet essai met par exemple fortement l'accent sur la distorsion du temps : le présent n'existe pas vraiment, c'est davantage une oscillation entre le passé et le futur… Il donne bien sûr beaucoup d'exemples pour soutenir ses propos rattachés à la vie de tous les jours et c'est en cela qu'il parvient à vulgariser les sujets et à nous passionner.
Enfin, ce qui fascine, c'est la capacité à JC Ameisen à se transformer en un formidable conteur ; il donne l'impression de penser à haute voix…en citant beaucoup d'auteurs notamment, n'hésitant pas non plus faire des pauses dans son récit ou à revenir sur des choses déjà dites.
Cet essai m'a vraiment passionné et je dirais même qu'il m'a réconcilié avec les sciences. Elles y sont en effet abordées de manière à ouvrir l'esprit.
C'est ce que recherche je pense avant tout JC Ameisen, à l'instar de la phrase qui entame toujours ses émissions et son essai d'ailleurs aussi « Sur les épaules de Darwin, sur les épaules des géants… pour voir un peu plus loin et pour voir un petit peu mieux… »… L'idée est vraiment d'emmener le lecteur au plus loin…dans les origines de la vie, les mystères du cerveau, quitte à ce qu'il soit tout le temps dans la découverte et l'envie de la découverte…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Taxidermie
25 décembre 2014
★★★★★
★★★★★
Je ne répèterais pas ce qui a été dit des qualités stylistiques de l ouvrage. Les connaissances de l auteur sont indéniables et le tout est aussi plaisant à lire qu instructif. Toutefois, il est de très mauvais goût à mes yeux de mélanger le ton prophétique et philosophique. l'auteur est trop idéologue, puisque les références utilisées sont essentiellement scientistes : il n y a absolument aucun recul critique à l égard des références. Or, comme toujours il y a des faits, et les interprétations de l autre. Mais pour Ameisen, la science à toujours raison car à part elle, il n existe aucune autre méthode valable. l'archéologie sonore ou la paléo génomique ne semblent à l auteur intéressantes que pour autant qu elles confortent le darwinisme et son lexique idéologique : utilité, fonction, survie. En outre, l auteur a une attitude anti philosophique : plus il cite des références récentes (2014) et plus on approche d apres lui de la vérité. Par conséquent, l auteur cite et lit sans jamais méditer les ouvrages du passé, et en faisant l impasse sur de nombreuses lectures et hypothèses alternatives. C est très regrettable. Mais le lecteur qui veut s instruire en réussissant à maintenir à distance la lecture idéologique et trop biologisante de l histoire humaine y trouvera son compte. Il est dommage qu Ameisen ne nuance pas ses affirmations sur les neurones miroirs, sur le conditionnement cérébral, sur l empathie, sur les hypothèses de la vision chez un auteur comme Sacks qui n est certainement pas un spécialiste sur le sujet. de même, les nuances conceptuelles de l anthropologie sont systématiquement évincées : par exemple, tout le monde parle des cultures animales aujourd'hui : Ameisen parle à son tour des cultures des baleines a bosse. C est oublier que l anthropologie a voulu distinguer coutumes, traditions, institutions, société et histoire ; mais aujourd'hui hui ces nuances sont mises à la trappe. de même pour la philosophie de l esprit : conscience de soi, conscience réflexive, image de soi, tout ceci est indifféremment subsume sous le même mot de conscience. l'homme est à mes yeux trop simplifié ici et j invite tout lecteur à lire Bachelard lorsqu il parle de l homme et de son rapport au monde en modérant les hypothèses naturalistes qui sont considérées comme évidentes aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

Les critiques presse (1)
Telerama05 décembre 2012
[Jean Claude Ameisen] tisse ensemble les acquis de la connaissance humaine et les intuitions des poètes, partant de la certitude qu'entre les deux il n'est pas de hiatus, mais, au contraire, une complémentarité évidente et féconde.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
michelangelomichelangelo11 février 2014
Pour Darwin, la "nouveauté" essentielle dont l'émergence, i y a longtemps, dans le monde non humain, a permis l'évolution très progressive de nos ancêtres vers ce que nous appelons l'humanité, n'est pas l'intelligence abstraite, dont nous sommes habituellement si fiers, mais l'existence d'une forme d'intelligence émotionnelle, sociale -la capacité d'attention à l'autre, de se mettre à la place de l'autre, de ressentir les intentions et les émotions de l'autre.
C'est l'émergence et l'évolution de cette forme d'intelligence émotionnelle et sociale, dit-il, qui a produit chez nous ce qu'il appelle 'La part la plus noble de notre nature' - la règle d'or, "ce que tu voudrais que les hommes fassent pour toi, fais-le pour eux" - l'aide que nous nous sentons obligés d'apporter aux personnes les plus faibles, et qui est essentiellement une conséquence indirecte de l'instinct de sympathie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tamara29tamara2919 octobre 2014
Ce qui distingue fondamentalement la mémoire à court terme de la mémoire durable, c'est que la première est un renforcement des réseaux de connexions, des circuits de cellules nerveuses préexistants. Alors que la mémoire durable dépend de la création de nouveaux réseaux, de nouveaux circuits -et de modifications des cellules qui les composent-, une création durable de nouveauté.
Commenter  J’apprécie          160
tamara29tamara2905 octobre 2014
Il y a des moments rares et puissants où un écrivain disparu depuis longtemps semble se tenir devant vous et vous parler directement, comme s'il portait un message à votre intention.
Commenter  J’apprécie          310
GalaxioNGalaxioN02 juin 2015
(A propos des chants des oiseaux)
Un langage dont le sens est peut-être purement émotionnel, purement esthétique, "une musique qui pénètre à l'intérieur du corps et s'empare de l'âme"
Commenter  J’apprécie          140
GalaxioNGalaxioN01 juin 2015
Il y a en nous un savoir sur le monde dont nous sommes le plus souvent inconscients, et qui émerge durant nos périodes de calme, et durant la nuit, au cœur de ces périodes de sommeil où nous semblons nous retirer du monde.
Une inscription, déjà, dans notre mémoire, de ce que nous n'avons pas encore vécu.
Et que nous ne vivrons peut-être jamais.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : neurosciencesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
. .