Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2302003543
Éditeur : Soleil (2008)


Note moyenne : 3.37/5 (sur 35 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quand les dragons apparaissent, le chaos les suit et ravage les régions alentour : Un chaos que seules les jeunes vierges peuvent traverser indemnes... Aujourd'hui, Jaïna, de l'ordre des Chevaliers Dragons et son écuyère Ellÿs, partent affronter la bête. Mais qui sont l... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par TheWind, le 09 novembre 2014

    TheWind
    Je choisis souvent une bande dessinée en fonction du graphisme.
    En feuilletant ce premier tome de "La Geste des Chevaliers Dragons", je suis tombée sur une magnifique double page et cela a suffi pour guider mon choix.
    Paysage magnifique d'une ville grimpante construite sur des rochers au beau milieu d'une chute d'eau tombant à pic. Vision vertigineuse et sinueuse d'un fatras de maisons imbriquées les unes aux autres, dominé par une majestueuse église.
    Bref, il n'en fallait pas plus pour me tenter et j'ai emprunté les trois premiers tomes de cette série.
    La déception fut à la hauteur de cette sublime double page.

    Dans des contrées sauvages et reculées , des dragons sévissent, ravagent tout sur leur passage et transforment les humains en d'horribles monstres. Tous les humains ? Non, pas tous. Seules les vierges échappent au maléfice des dragons. Seule les vierges restent belles et indemnes et peuvent approcher la bête pour la tuer. Ainsi fut créé l'Ordre. L'Ordre des Chevaliers Dragons qui regroupe des vierges combattantes.

    Bon, l'idée de départ est sympathique mais le scénario qui suit n'est pas franchement folichon.
    Deux pucelles très peu habillées aux formes très avantageuses. Un combat en taverne face à des gros lourdauds. La quête du dragon. La rencontre avec un beau mâle qui s'avèrera être un méchant. Et pour finir, évidemment, le combat avec le dragon.
    Au travers de cette Bd, on a plutôt l'impression que l'auteur et le dessinateur se font plaisir en mettant en scène deux belles nénettes, combattives et fières, qui ne sont pas sans rappeler la légende des Amazones. En outre, en cas de problème de vue du lecteur, le texte s'attache régulièrement à rappeler combien la tenue des Chevaliers Dragons est légère.
    J'aurais tendance à dire qu'il doit s'agir ici d'un fantasme typiquement masculin mais en y regardant de plus près, il s'avère que le scénario est écrit par un couple et non pas par un seul auteur. Bref, en ce qui me concerne, ça ne m'emballe pas plus que ça !

    Ma curiosité m'a tout de même poussée vers le deuxième tome. Changement de dessinateur, changement de décor mais le scénario reste à peu près le même ! Les mêmes ficelles (enfin, à ce niveau ce sont plutôt des cordes à nœuds) qu'au premier tome. On reprend deux nouvelles pucelles et hop, c'est reparti pour une nouvelle chasse au dragon !
    Par dépit, j'ai abandonné le troisième tome.
    Petite note : Visiblement, (et après ma petite enquête sur Internet) les tomes qui suivent (18 à ce jour) reprennent le même chemin basique : apparition d'un dragon qui sera chassé et tué par des membres des Chevaliers Dragons à la fin du même tome. Pour chacun de leur tome, les auteurs Ange ont fait appel à un dessinateur différent.
    Il y a de quoi se régaler si on aime ce genre de bande dessinée ! Pour ma part, et comme dirait l'autre, l'aventure s'arrête là !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 19         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Lorraine47, le 16 novembre 2014

    Lorraine47
    La geste des Chevaliers Dragons est un bel album d'heroïc fantasy!
    Attirée par de belles planches aux dessins bien lėchés et aux couleurs rutilantes, je referme l'album avec un avis mi-figue mi-raisin.
    Le scénario de facture classique met en scène deux donzelles bien pourvues sous tous rapports, style Barbarella des temps moyenâgeux, vierges pulpeuses chargées de débarrasser le monde de l'affreux dragon tapis dans les entrailles de la terre.
    Où nous attendons la toute fin de l'album pour qu'enfin l'affrontement contre l'affreuse bêbête ait lieu! Cette Geste n'est pas désagréable mais manque de piment, la platitude du scénario n'est pas à la hauteur de la beauté bluffante des décors. Quant au côté appétissant des héroïnes je ne me prononcerai pas, après tout c'est de bonne guerre pour attirer le chaland. N'oublions pas que les lecteurs de Bd sont pour la grande majorité des Messieurs! Et puis avouons qu'il n'est pas déplaisant de voir des filles qui en ont dans le buffet au diable les varices et le sexisme rétrograde!
    Pour conclure, un album un peu inégal comme une belle pomme juteuse qui manquerait de saveur! Je vais de ce pas voir de quoi il retourne dans le deuxième opus avant de jeter la bd avec l'eau du bain!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 24         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Alfaric, le 24 novembre 2014

    Alfaric
    La saga des vierges guerrières tueuses de dragons commence avec ce tome 1 intitulé "Jaïna".

    Le scénariste bicéphale ANGE passe toute la mythologie du dragon à la moulinette :
    - avec une inversion des situations, la vierge sacrificielle victime des dragons devenant une vierge guerrière pourfendeuse de dragon
    - avec la constitution d’un ordre militaire consacré à la disparition des dragons, que nous découvrirons au fil des épisodes, et qui va se révéler au centre de toutes les tractations politiques mais aussi dépositaire de nombreux secrets (les amateurs de manga feront la comparaison avec le "Claymore" de Norihiro Yagi)
    - avec l’introduction d’éléments résolument horrifiques, puisque l’aura draconique déforme la réalité (le Veill, auquel seules les guerrières vierges sont immunisées), faisant muter minéraux, végétaux et animaux, et transformant les êtres humains en monstres affublés de diverses tares physiques ou psychologiques…

    ANGE et Varanda concoctent un récit simple mais efficace qui nous présente un univers dark fantasy de bon aloi.
    La chevalière Jaïna et son écuyère Ellys sont engagés par les dirigeants d’une Cité-Etat qui veulent se débarrasser du dragon qui les menace, sauf que ces derniers ont un peu trop joué aux apprentis sorciers en tardant à se manifester (selon l’idée que plus longtemps le dragon sévit, plus de métaux et de minéraux rares il y aura à récolté après sa mort… Ah l’appât du gain est vraiment le père de tous les vices !). La résolue Jaïna cherche a savoir ce qui est advenue de sa sœur Dara précédemment envoyée occire le dragon, tandis que la jeune Ellys se demande si elle sera à la hauteur de la tâche…
    Le récit est divisé en 3 parties :
    - la traversée des campagnes largement plus infectée/infestées que prévu par diverses horreurs mutantes comprenant garous, stryges, vampires ainsi que quelques saloperies empruntant aux xénomorphes de HR Giger…
    Mine de rien on est un peu beaucoup dans un bon vieux survival horror et c’est tant mieux !
    - le « répit » du fort du prince Jahn d’Epsard, assiégé chaque nuit par les créatures corrompues du Veill, où les auteurs installent une ambiance délétère voire étouffante, où tout le monde semble au bord de la crise de nerf…
    - la confrontation finale avec l’infâme dragon et l’horrible révélation qui la précède


    J’ai beaucoup apprécié la synergie entre les dessins de Varanda et les couleurs de Delphine Rieu (je n’ai pas eu l’occasion de voir la prime édition colorisée par Jung). Outre cette splendide double page initiale, dans la plus grande tradition de l’heroic fantasy, on arrive bien à rendre palpable l’immatérielle aura de corruption du Veill avec une ambiance lourde et pesante malgré des planches lumineuses et colorées.
    Mais j’avoue que cette deuxième lecture a été moins ravissante que la première, car j’ai découvert quelques facilités, limitations ou précipitations dans le scénario d’ANGE, et quelques maladresses dans les dessins de Varanda (comme sur le charadesigen d’Ellys qui évolue trop rapidement de la force à la fragilité, ou de manière plus générale, les personnages féminins qui se ressemblent un peu trop et subissent la malédiction boobesque qui les oblige à voyager et combattre assez largement dénudées… ^^)
    Mais il faut replacer les choses dans leur contexte : cette saga démarre chez Vents d’Ouest en 1998 et on est au tout début du revival fantasy en France, les éditions Soleil venant de tourner une page du genre avec sa série phare "Lanfeust de Troy". ANGE se démarquait en nous offrant une fantasy adulte, sombre et sérieuse, presque dark et horrifique, mais qui va malheureusement quelque peu se trahir de mon point de vue en empruntant justement aux séries à la Lanfeust… (ce qui s’explique peut-être justement par la reprise en 2003 de la série par l’éditeur créateur des lanfeusteries qui a voulu tenter l’expérience américaine avec le dessinateur Philippe Briones).

    Pas de souci donc, il s’agit d’un bon début pour une saga qui va bientôt atteindre les 20 tomes… Mais cette série est capable du bon comme du moins bon, du meilleur comme du pire, donc ce tome-ci ne reflète pas la valeur d’ensemble de "La Geste des chevaliers dragons".

    Lien : http://david-gemmell.frbb.net/t1489-ange-la-geste-des-chevaliers-dra..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par tatooa2001, le 19 juin 2014

    tatooa2001
    Ce tome 1 est de toute beauté, les dessins sont magnifiques. L'histoire n'est pas très compliquée, le public visé est clairement jeune puisqu'on nous épargne pudiquement toute scène un peu trop "trop"...
    Même les combats sont assez peu sanglants. J'ai lu ailleurs "j'ai trouvé ça trop violent", euh, what ? C'est quand même gentillet, faut pas exagérer !
    J'ai bien aimé comment les dragons "contaminent" leur environnement, c'est intéressant.
    Bref, en se mettant niveau "jeune", c'est d'une lecture très agréable, et les dessins sont vraiment superbes. Reste à savoir (comme tout change à chaque tome) si la suite sera aussi bien... En tous les cas, c'est plutôt un bon début !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par fantasyisland, le 02 septembre 2013

    fantasyisland
    Les histoires sur les dragons font partie de le culture populaire, beaucoup d'ouvrages ont vu le jour traitant sur ces créatures mythiques et certain se sont révélés très intéressants.
    La Geste des Chevaliers Dragons nous raconte un monde où les populations subissent une malédiction causé par un dragon, seul les femme vierges ne sont pas touché par ce mal.
    En lisant ce 1er tome on se retrouve dans une aventure simple sans être ennuyeuse tant l'histoire se lit facilement. le dessin ne laisse pas indifférent et est même très jolie à regarder.


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 4         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Alfaric, le 24 novembre 2014

    - Chevalier… Il y a une question que je me suis toujours posée. Les pucelles ne sont pas affectées par le veill, cela est entendu… Mais comment pensez-vous que l’ont ait découvert le reste ? Qui s’est aperçu que les vierges étaient dissimulées à la vigilance des dragons ? Peut-être qu’une courageuse jeune fille a voulu défendre sa famille et qu’on s’est alors aperçu que le monstre ne la repérait pas avec ses sens magiques… Qu’il ne voyait la fille que quand elle était devant lui…
    - Je crois plutôt que des villageois ont voulu sacrifier une vierge au dragon, et qu’elle est morte de faim sur son poteau… A la troisième, ils ont compris.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Alfaric, le 24 novembre 2014

    Ainsi mourut Jaïna, de l’ordre des chevaliers dragons. Les dépouilles des deux sœurs furent ramenées au monastère, où elles reposent aujourd’hui. La petite fille qu’elle avait rencontrée sur sa route, réussit à rejoindre notre ordre. Puisse-t-elle un jour lui faire honneur…

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par tatooa2001, le 19 juin 2014

    - Que voulez-vous que je fasse d'une armée en plein veill ? Donnez moi donc des mercenaires... Au bout de trois jours, ils seront "irrécupérables", comme vous dites ! (Jaïna aux prêtres)

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Alfaric, le 24 novembre 2014

    C’est au fond du désespoir le plus noir qu’on trouve le courage le plus pur.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par fantasyisland, le 13 avril 2014

    Nul ne sait pourquoi les dragons apparaissent...
    ...leur seul présence déforme la réalité.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Ange

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Ange

Bande annonce du tome 8 de la saga bande dessinée "La Geste des Chevaliers Dragons".








Sur Amazon
à partir de :
13,18 € (neuf)
9,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La Geste des Chevaliers Dragons, tome 1 : Jaïna par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (5) > voir plus

> voir plus

Quiz

    L'Homme dans les titres de BD

    Mike Blueberry accepte de devenir le shérif de Silver Creek, petite ville sous la domination de riches propriétaires qui y font régner la terreur. Le 6ème album de la série Blueberry de Jean-Michel Charlier et Jean Giraud est publié en 1969.

    •   L'Homme à l'étoile d'argent
    •   L'Homme au complet marron
    •   L'Homme de Washington
    •   L'Homme qui ne voulait pas mourir
    •   L'Homme perdu dans le brouillard
    •   L'Homme au poing d'acier
    •   L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu
    •   L'Homme qui rit
    •   L'Homme qui valait 500 000 $
    •   L'Homme truqué
    •   L'Homme de glace
    •   L'Homme de Dublin

    12 questions - 18 lecteurs ont répondu
    Thème : bande dessinée , masculin , heros , bande dessinée française , bande dessinée aventure

    Créer un quiz sur ce livre.