Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253151165
Éditeur : Le Livre de Poche (2001)


Note moyenne : 2.33/5 (sur 66 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Impossible d'écrire quand on n'est pas soi-même" affirme Christine Angot qui a depuis longtemps choisi d'écrire sur elle-même. Mais, l'auteur de Sujet Angot pousse ici l'entreprise jusqu'à ses limites : "être juste sur ma limite, m'ap... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par Laurence64, le 23 septembre 2012

    Laurence64
    A l'heure de la sortie de l'Angot II, je me souviens avoir lu l'Angot I. Déniché chez un bouquiniste et revendu au même. Aussitôt.
    Le thème ne me gênait pas. Au contraire. Sensibilisée sur le sujet, j'espérais un livre choc qui vomirait colère, révolte, souffrance, ou je ne sais. J'espérais un Calaferte au féminin.
    Je me suis trouvée face à un monologue hystérique, pas construit. Je me suis accrochée, page après page, attendant le moment. Il n'est jamais venu. J'ai refermé le livre, l'ai regardé d'un air interrogateur. Ce n'était pas un roman ni un récit. Ce n'était pas même un journal. Ce n'était pas construit, ça ne révélait rien du secret de L'Inceste, et le rien était néant.
    Je suis demeurée perplexe. Et le suis restée. le microcosme intellectuel parisien se pâme-t-il dès qu'on cause graveleux dans ses salons?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 26         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par litolff, le 28 octobre 2011

    litolff
    On a parlé de génie, on a parlé de prouesse littéraire, on a parlé de littérature de caniveau ... le but de Christine Angot, était, probablement et entre autres, de faire parler d'elle, c'est réussi !
    En ce qui me concerne, je n'ai pas pu aller au delà de quelques dizaines de pages : je n'aime pas le style, l'histoire ne m'intéresse pas, et globalement, je n'ai rien compris au texte ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Gustave, le 29 juin 2014

    Gustave
    Certains extraits de roman, ou encore leur titre ou les premières pages, si ce n'est la citation en exergue peuvent être de puissants stimulants à une imagination qui ne demande qu'à être assouvie par leur lecture...Ce fut le cas pour ma part en ce qui concerne Tendre est la nuit, de Fitzgerald, dont les vers de John Keats ouvrent magnifiquement vers la grandiose détresse lyrique d'un des plus beaux récits de la littérature moderne. "Avec toi, maintenant! Combien tendre est la nuit..."

    A l'inverse, ces mêmes extraits peuvent fonctionner comme des répulsifs absolus. Ayant déjà subi ce que l'édition peut proposer de pire avec une semaine de vacances, j'ai su dès la lecture de cet extrait que jamais je n'irai plus loin:

    "Je ne sais plus ce qu'il faut faire, je ne sais plus ce qu'il faut dire. Je vais raconter cette anecdote, je ne suis pas Nietzsche, je ne suis pas Nijinski, je ne suis pas Artaud, je ne suis pas Genet, je suis Christine Angot, j'ai les moyens que j'ai, je fais avec. Il y aura une anecdote, tant pis, la description d'un déclic, ce sera Noël, ce sera descriptif. Ma folie sera décrite à travers un déclic. J'en étais à peine consciente, jusqu'à la page précédente. C'était pire."

    Dont acte. Merci Mme Angot de nous montrer l'ampleur démesurée de votre prétention: vous croyez franchement que nous avons cru à votre fausse modestie? Mais qui êtes vous donc pour vous mesurer à Nietzsche ou Genet?...Vous parlez de votre folie...C'est votre part de lucidité, celle qui vous fait admettre que vos prétentions dépassent de loin votre talent, qui est inexistant. Elle est insuffisante pour vous retenir de glisser vers le pire...

    La complaisance dans l'abject, qu'aucune forme d'élévation dans l'expression ne vient contrebalancer (ce que fait très bien un Houellebecq) est bien souvent la marque des médiocres, qui n'ont pas d'autre moyen à leur disposition pour émouvoir. Or en fait d'émotion, ils ne suscitent rien d'autre que de la répulsion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fx131, le 08 avril 2014

    fx131
    L'on peut reprocher beaucoup de choses a Christine Angot , mais certainement pas son manque d'audace . Cet opus vient encore une fois le démontrer . L'on estici dans la dénociation d'une vérité hélas bien trop courante. Oui ce livre est insoutenable , oui il est dans une logique diamétralement opposée a celle de Nabokov qui glorifiait en quelque sorte le comportement ignoble d'un pervers envers une enfant. A ce constat Angot répond de maniére percutante et ne cherche a aucun moment à étre gentille. Cette histoire est faite pour étre choquante afin que chacun réalise l'horreur de ces abus dnt sont victimes les enfants . L'on ne peut étre dans un ton demi mesure sur un sujet comme celui-ci , celui d'Angot peut choquer oui , mais tel est le but recherché , susciter une réaction chez ceux qui portent la banalisation des comportements sexuels enversles mineurs. La force de ces mots est rare , l'on est pas ici dans un roman qui fait du Pernaut en disant : tout est beau , tout va bien . Angot est là pour dire que sous le verni convenable se cache une horreur sans nom. En cela elle doit étre remerciée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par johnny2770, le 08 septembre 2014

    johnny2770
    Ce livre ma abasourdit , j'avais déjà lu de l'autofiction (hervé Guilbert notament) , mais ce livre par son style rend sa lecture difficile voir laborieuse. L'auteur accumule les petite phrases , fait sans cesse des répétitions et passe d'un sujet à l'autre. Je n'ais pas vraiment vue ou elle voulait en venir car je n'ais pus aller au delà de soixante pages. Je pense que c'est le premier et le dernier livre que je lit d'elle.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par wictoria, le 19 juin 2010

    Je ne sais plus ce qu'il faut faire, je ne sais plus ce qu'il faut dire. Je vais raconter cette anecdote, je ne suis pas Nietzsche, je ne suis pas Nijinski, je ne suis pas Artaud, je ne suis pas Genet, je suis Christine Angot, j'ai les moyens que j'ai, je fais avec. Il y aura une anecdote, tant pis, la description d'un déclic, ce sera Noël, ce sera descriptif. Ma folie sera décrite à travers un déclic. J'en étais à peine consciente, jusqu'à la page précédente. C'était pire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par rolandm1, le 16 mai 2012

    Ce livre va être pris comme une merde de témoignage. Le Codec, Le Touquet, la sodomisation, la voiture, le sucer pieds nus dans la voiture, lui manger des clémentines sur la queue, tendue, le voir aux toilettes, l'entendre pousser sa crotter, les pharaons d'Egypte, Champollion, le jour où on n'est pas allés à Carcassonne. Je vais essayer dans cet ordre.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par MAGALY, le 26 août 2014

    L’inceste est vraiment le livre où je me présente comme une grosse merde, tout écrivain doit le faire une fois, après on verra. Ou peut-être le faire plusieurs fois, ou peut être ne faire que ça. Ecrire c’est peut-être ne faire que ça, montrer la grosse merde en soi. Bien sûr que non. Vous êtes prêts à croire n’importe quoi. Ecrire ce n’est pas une seule chose. Ecrire c’est tout. Dans la limite. Toujours. De la vie, de soi, du stylo, de la taille et du poids.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Mayaa, le 25 juillet 2013

    Ecrire c'est peut-être ne faire que ça, montrer la grosse merde en soi.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par floyd2408, le 28 octobre 2013

    Le processus de détérioration se poursuivait dans mon sang.m'assimilant à celles qui vivent en ghettos.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (29)

Videos de Christine Angot

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Christine Angot

Christine Angot - La petite foule .
Christine Angot vous présente son ouvrage "La petite foule" aux éditions Flammarion. http://www.mollat.com/livres/angot-christine-petite-foule-9782081289161.html Notes de Musique : Misiaczek/Podrzut nowoczesny i wspó?czesny/04 Gens Sont Tristes. Free Music Archive.








Sur Amazon
à partir de :
24,90 € (neuf)
12,99 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Inceste par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 110 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.