AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070361918
Éditeur : Gallimard

Note moyenne : 3.88/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Thomas Becket, fidèle conseiller et ami du roi d’Angleterre, est brillant, jeune et intelligent. Il partage tous les plaisirs de Henry II qui l’admire et combat à ses côtés l’influence rivale de l’épiscopat. Jusqu’au jour où l’archevêque de Cantorbéry meurt. Le roi exige de Thomas, son homme de confiance, qu’il prenne sa place, persuadé de protéger ainsi ses intérêts en ralliant le clergé à sa cause. Mais Becket est un homme de devoir. Il prend sa charge très à cœur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
michfred
michfred11 septembre 2016
  • Livres 5.00/5
Une pièce très nettement au-dessus du panier chez Anouilh, dont je trouve souvent le pathos un peu facile et les personnages mesquinement petits-bourgeois, même quand ils sont censés être des mythes revisités..
Un peu comme Thomas More a résisté à Henry VIII, Becket, ami et ancien compagnon des fredaines du roi Henry II Plantagenet, devient brusquement son principal adversaire, tant la fonction à laquelle le Roi vient de l'élever a fait de lui un autre homme, épris d'honneur, de dignité et tiré hors de son existence terrestre par la gravité et le caractère sacré de sa fonction.
Un texte brillant, profond, jamais facile. Une pièce à voir mais aussi à lire et à relire, tant elle donne du grain à moudre dans ces temps où les fonctions sont des habits que l'on prend et que l'on rejette comme de vulgaires oripeaux de jongleurs , des attifements de Paillasse..
Commenter  J’apprécie          333
Henri-l-oiseleur
Henri-l-oiseleur12 décembre 2015
  • Livres 4.00/5
Anouilh échoua à mettre en scène des héroïnes tragiques antiques à la hauteur de leur destin, en les rétrécissant à une navrante mentalité petite-bourgeoise. Il réussit mieux son Becket, se hisse au niveau de son sujet et sait mettre en scène ces deux amis, l'évêque et le roi, saisis l'un et l'autre par leur charge, leur destin, leur devoir, et devenant ennemis malgré eux, malgré leur humain attachement. Anouilh comprend ici que la tragédie met en scène non l'humain, mais le surhumain, le dépassement de la personne privée et individuelle par quelque chose qui la transcende et la saisit. Il fait ici l'inverse de son Antigone, où il transformait en une pauvre crise d'adolescence les exigences impitoyables de la naissance et des dieux.
Commenter  J’apprécie          80
gill
gill27 mars 2012
  • Livres 5.00/5
Henri II Plantagenêt, roi normand d'Angleterre, confie à Becket le grand sceau royal et lui donne tous les pouvoirs.
Mis à la tête de l'église, pour la ramener sous la coupe du roi, il se révèle soudain comme inflexible à la défense des intérêts religieux et se dresse contre son monarque.
Par delà l'honneur du roi ou de Dieu, c'est l'honneur de l'homme que Jean Anouilh met en question dans cette pièce costumée où se cristallisent presque tous ses thèmes de prédilection
A mon sens cette pièce prestigieuse, brillante, intelligente et élégante, est le sommet de son oeuvre.
Commenter  J’apprécie          90
Zoops
Zoops21 janvier 2013
Vraiment un très beau livre, qui montre l'amitié sous un jour plus sombre, plus complexe.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
gillgill28 mars 2012
Un décor vague avec des piliers partout. C'est la cathédrale. Le tombeau de Becket, au milieu de la scène, une dalle avec un nom gravé sur la pierre. Deux gardes entrent et se postent au loin. Puis le roi entre par le fond. Il a sa couronne sur la tête, il est nu sous un vaste manteau. Un page le suit à distance. Le roi hésite un peu devant la tombe, puis, soudain il enlève son manteau que le page emporte. Il tombe à genoux, priant sur les dalles, seul, tout nu, au milieu de la scène, derrière les piliers, dans l'ombre, on devine des présences inquiétantes.
Le roi
- Alors, Thomas Becket, tu es content ? Je suis nu sur ta tombe et tes moines vont venir me battre. Quelle fin pour notre histoire ! Toi, pourrissant dans ce tombeau, lardé des coups de dague de mes barons et moi, tout nu, comme un imbécile, dans les courants d'air, attendant que ces brutes viennent me taper dessus. Tu ne crois pas qu'on aurait mieux fait de s'entendre ?
Becket en archevêque, comme au jour de sa mort, est apparu sur le côté,derrière un pilier. Il dit doucement :
Becket
- On ne pouvait pas s'entendre....
(lever de rideau de l'édition parue à "La table ronde" en 1965)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cathcorcathcor04 février 2012
L'amitié est une bête familière,vivante et tendre. Elle ne semble avoir que deux yeux toujours posés sur vous et qui vous réchauffent. On ne voit pas ses dents. Mais c'est une bête qui a une particularité curieuse,c'est quand elle est morte qu'elle mord.
Commenter  J’apprécie          50
pafla24pafla2412 septembre 2013
Une pièce historique sur le sens de l'honneur et du devoir, sur l'amitié. On peut la mettre en parallèle avec les pièces historiques de shakespeare
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean Anouilh (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Anouilh

Pascal Laurent présente Sorj Chalandon, "Le quatrième mur", Grasset
Le quatrième mur « L'idée de Samuel était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille...
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Oh, Antigone !

Comment ce prénomme la sœur d'Antigone ?

Sophie
Hermine
Ismène

10 questions
614 lecteurs ont répondu
Thème : Antigone de Jean AnouilhCréer un quiz sur ce livre