Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020042355
Éditeur : Editions du Seuil (1975)


Note moyenne : 3.64/5 (sur 14 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Philippe Ariès, historien précurseur dans l'exploration des mentalités, développe ici l'idée originale selon laquelle l'enfance, considérée comme âge spécifique distinct de l'âge adulte, est une notion récente en Oc... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lesptitchats, le 11 novembre 2013

    Il en est de même pour les spectacles musicaux ou dramatiques : à trois ans, Louis XIII danse la gaillarde, la sarabande, la vieille bourrée, joue son rôle dans les ballets de cour. A cinq ans, il assiste aux farces, à sept ans aux comédies. Il chante, joue du violon, du luth. Il est au premier rang des spectateurs pour voir un combat de lutteurs, une course de bague, une bataille d'ours ou de taureaux, un acrobate sur la corde raide. Enfin il participe aux grandes réjouissance collectives qu'étaient les fêtes religieuses et saisonnières : la Noël, le Mai, la Saint-Jean... Il apparaît donc qu'il n'existait pas alors de séparation aussi rigoureuse qu'aujourd'hui entre les jeux réservés aux enfants et les jeux pratiqués par les adultes. Les mêmes étaient communs aux uns et aux autres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par lesptitchats, le 13 novembre 2013

    Dans la société médiévale, que nous prenons pour point de départ, le sentiment de l'enfance n'existait pas ; cela ne signifie pas que les enfants étaient négligés, abandonnés, ou méprisés. Le sentiment de l'enfance ne se confond pas avec l'affection des enfants : il corresponde à une conscience de la particularité enfantine, cette particularité, qui distingue essentiellement l'enfant de l'adulte même jeune. Cette conscience n'existait pas. C'est pourquoi, dès que l'enfant pouvait vivre sans la sollicitude constante de sa mère, de sa nourrice ou de sa remueuse, il appartenait à la société des adultes et ne s'en distinguait plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par lesptitchats, le 08 novembre 2013

    Un homme du XVIe ou du XVIIe siècle s'étonnerait des exigences d'état civil auxquelles nous nous soumettons naturellement. Nous apprenons à nos enfants, dès qu'ils commencent à parler, leur nom, celui de leur parents, et aussi leur âge. On est très fier quand le petit Paul, interrogé sur son âge, répond bien qu'il a deux ans et demi. Nous sentons en effet qu'il est important que petit Paul ne se trompe pas : que deviendrait-il s'il ne savait pas son âge? Dans la brousse africaine, c'est encore une notion bien obscure, quelque chose qui n'est pas si important qu'on ne puisse l'oublier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par lesptitchats, le 11 novembre 2013

    Ainsi, quoique les conditions démographiques n'aient pas beaucoup changé du XIIIe au XVIIe siècle, que la mortalité des enfants se soit maintenue à un niveau très élevé, une sensibilité nouvelle accorde à ces êtres fragiles et menacés une particularité qu'on négligeait auparavant de leur reconnaître : comme si la conscience commune découvrait seulement que l'âme de l'enfant était aussi immortelle. Il est certain que cette importance donnée à la personnalité de l'enfant se rattache à une christianisation des mœurs plus profonde.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par lesptitchats, le 13 novembre 2013

    Dans l'ancienne société le travail n'occupait pas autant de temps dans la journée, ni d'importance dans l'opinion : il n'avait pas la valeur existentielle que nous lui accordons depuis plus d'un siècle. A peine peut-on dire qu'il avait le même sens. Par contre les jeux, les divertissements, s'étendaient bien au delà des moments furtifs que nous leur abandonnons : ils formaient l'un des principaux moyens dont disposait une société pour resserrer ses liens collectifs, pour se sentir ensemble.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (3)

Video de Philippe Ariès

>Ajouter une vidéo

Vivre et mourir au moyen âge
Trois spécialistes médiévistes participent a l'émission consacrée à la vie et à la mort au moyen âge. - Philippe ARIES à propos de son livre "L'homme devant la mort" explique ce que la mort représentait au Moyen Age. L'homme vivait fort bien avec la mort, le cimetière est un lieu de rencontre. - Michel MOLLAT présente son livre : "Les Pauvres au Moyen Age". En collaboration avec...











Sur Amazon
à partir de :
7,21 € (neuf)
2,46 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz