Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290347108
Éditeur : J'ai Lu (2005)


Note moyenne : 3.95/5 (sur 209 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Il nous est interdit de nous trouver en tête à tête avec les Commandants. Notre fonction est la reproduction [...]. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets."

Dans un futur peut-être proche, da... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (49)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 26 février 2012

    LiliGalipette
    Dans un futur proche, les États-Unis ont basculé dans un régime policier et ultra-contrôlé : le pays est devenu la république de Giléad. Des accidents nucléaires ont pollué l'atmosphère et les corps. Nombreux sont ceux frappés de stérilité, mais selon la loi est claire à ce sujet : « Un homme stérile, ça n'existe plus, du moins officiellement. Il y a seulement des femmes qui sont fertiles et des femmes improductives, c'est la loi. » (p. 69) Ce nouvel ordre social est dominé par les hommes, mais il fait la part belle aux femmes capables de procréer. Elles sont les servantes, toutes vêtues de rouge et affectées au service d'un foyer influant pour leur donner un enfant. Jalousées et extrêmement surveillées, les servantes ont le privilège de la maternité et elles assument un rôle sacré, presque religieux, comme en témoignent leur robe aux allures moniales. « Maintenant elle sont protégées, elles peuvent accomplir leur destin biologique en paix. » (p. 246)
    Objet de tous les désirs, ces femmes ne se livrent pas à tous les hommes. Strictement offertes à des hommes méritants, souvent puissants, rien ne doit souiller leur corps ou leur fonction. « Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des concubines. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n'est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d'autre ; l'amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c'est tout : vases sacrés, calices ambulants. » (p. 152) Elles forment un corps unique, une hydre au ventre aussi prodigieux que monstrueux : nul ne sait si l'enfant qui naîtra sera viable, mais chaque grossesse est une promesse qui fait de la servante le réceptacle temporaire d'un miracle.
    Parmi elles, Defred, « une sœur, trempée dans le sang » (p. 11), ne cesse de penser aux temps d'avant, pas si lointains, à l'époque où la liberté était une chose insouciante et à laquelle personne ne faisait vraiment attention. « Nous vivions comme d'habitude, en ignorant. Ignorer n'est pas la même chose que l'ignorance, il faut se donner la peine d'y arriver. » (p. 65) Defred pense à son époux et à sa fille, des êtres chers qui se dissolvent dans l'incertitude. Sont-ils morts ? Où sont-ils ? Vaut-il mieux ne pas savoir ? À ces souvenirs de bonheur perdu se mêlent ceux de la formation dans le centre rouge, là où elle a appris à devenir une servante. « Je suis devenue une ressource nationale » (p. 74), dit-elle : le nombre des naissances est en chute libre et la démographie est au cœur des enjeux belligérants de la nouvelle république.
    Le souvenir de son amie Moira la poursuit parfois : la jeune femme, même avant la république de Giléad, était un esprit libre et rebelle, jamais soumis. Mais on défend aux femmes de trop réfléchir. « Penser peut nuire à nos chances, et j'ai l'intention de durer. » (p. 10) Globalement docile, Defred a parfois des accès insurrectionnels : la seule liberté serait mourir. Mais le régime le sait et il prévient toutes les tentatives. Interdites de divertissements et avant tout de lecture, les servantes vivent dans la menace constante de la déportation dans les Colonies, auprès des Antifemmes, dans ces terres brûlées et toxiques où la mort est un châtiment avant d'être une délivrance. Impossible de savoir à qui faire confiance, il y a des espions partout. Avec une phrase qui fait rengaine dans son esprit, « Nolite te salopardes exterminorum », Defred essaie de grappiller quelques libertés, de minuscules espaces de rébellion.
    À mesure que se déroule le récit de Defred, et en dépit de certaines réticences, on comprend qu'elle se livre à un aveu honteux, presqu'un confiteor. « Je regrette qu'il y ait tant de souffrance dans cette histoire. Je regrette qu'elle soit en fragments, comme un corps pris sous un feu croisé ou écartelé de force. Mais je ne peux rien faire pour la changer. » (p. 297) Soumise malgré elle à la nouvelle religion austère qui domine la république, Defred sait ne pas pouvoir échapper à son rôle, ou alors au prix d'une inconcevable témérité.
    Ce roman rappelle sans aucun doute 1984 d'Orwell ou Brave New World d'Huxley. Rien d'étonnant à cela : la société se répartit entre Commandants, Épouses, Gardiens, Yeux, Servantes, Marthas, Anges, etc. Chacun a une fonction et une couleur. La transgression est interdite, traquée et impitoyablement châtiée. La science-fiction se fait discrète : quelques allusions à un système général de reconnaissance et de contrôle qui régit tout et chacun. Mais pas d'insémination : la reproduction se fait à l'ancienne, avec les méthodes naturelles, même si la cérémonie de l'accouplement revêt des dehors pour le moins étranges.
    Lisez avec attention les notes historiques qui concluent le récit de Defred. Oui, toute civilisation se passe et ce qui fait horreur aujourd'hui sera objet d'étude demain. Pour ma part, je ne peux que vous recommander cet excellent roman d'anticipation : son volet profondément social et féminin en fait un texte de mise en garde. Des femmes incubateurs ? On peut en rire, mais faisons attention…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par colimasson, le 07 juillet 2013

    colimasson
    La Servante écarlate est à considérer comme un récit douteux, pas moins pourtant que les notes historiques qu'il a inspirées au Professeur James Darcy Piexoto dans le cadre du Douzième Colloque d'Etudes Giléadiennes en juin 2195. Pourquoi douteux ? Alors que la société giléadienne semblait avoir proscrit toute forme d'individualisme –pire : alors qu'elle semblait avoir aboli toute capacité réflexive-, comment un de ses membres, une femme de surcroît, aurait-elle pu écrire le récit de ses jours avec autant de distanciation critique ? Sur cet état de fait d'apparence paradoxal –une société totalitaire ne l'est pas vraiment si elle conserve encore le droit d'expression même le plus intime, ce qui n'était plus le cas par exemple dans 1984 d'Orwell-, le Professeur Piexoto s'interroge, et à travers lui Margaret Atwood prévient d'emblée les controverses que pourrait susciter son conte de La Servante écarlate.

    Le titre de ce récit désigne une des castes sociales en vigueur dans la société giléadienne. Les Servantes écarlates sont des femmes fertiles, mises au service d'Epouses stériles afin de concevoir des enfants. Régulièrement, les Servantes écarlates se livrent à leur Commandant attitré –le mari des Epouses- et mènent à bien une relation sexuelle à visée exclusivement productive. Les Servantes se résument à leur matrice : aucun sentiment ne doit être suscité en elle ni à travers elles, c'est pourquoi elles vivent recluses, obéissent à des cérémonials stricts et sont privées de toute source d'émancipation sexuelle et individuelle. Parmi ces éléments, on trouve aussi bien des objets d'apparat tels que le maquillage, la garde-robe, les magazines féminins, que des objets à visée intellectuelle tels que les jeux de réflexion, les journaux ou les livres. L'individu doit s'effacer pour la bonne marche de la société giléadienne et surtout pour le renouvellement de sa population.

    Margaret Atwood décrit cette société en prenant son temps, rebondissant régulièrement du récit à ses préquelles par l'intermédiaire des souvenirs de La Servante écarlate. Ici, contrairement à d'autres récits dystopiques tels que Le meilleur des mondes ou 1984, la prise de pouvoir politique d'une partie de la population par rapport à une autre n'est pas le motif causal de son organisation mais bien plutôt la conséquence nécessaire d'une catastrophe écologique qui pourrait bien se produire demain. Baisse de la natalité, stérilité, malformations génétiques et hausse de la mortalité infantile : tel serait le programme des années à venir, piégés que nous sommes entre nos inhalations prolongées de perturbateurs endocriniens et nos expositions répétées aux irradiations. Dans ce contexte, les Servantes écarlates constituent le dernier espoir de renouvellement de la société. Capturées parmi le sérail des dernières femmes productives de la société pré-giléadienne, elles n'ont pas d'autre choix que de se reproduire au service des Epouses. le sacrifice semble vain car malgré des fécondations répétées, déshumanisées et désagréables, les grossesses sont rares et lorsqu'elles se produisent, elles aboutissent souvent à une fausse couche, à un mort-né ou à une chimère.

    « Les chances sont d'une sur quatre, nous l'avons appris au Centre. L'atmosphère est devenue trop saturée, un jour, de produits chimiques, rayons, radiations ; l'eau grouillait de molécules toxiques, tout cela prend des années à se purifier, et entre-temps cela vous rampe dans le corps, assiège vos cellules graisseuses. Qui sait, votre chair elle-même peut être polluée, sale comme une plage huileuse, mort certaine pour les oiseaux du littoral et les bébés pas encore nés. Peut-être un vautour mourrait-il s'il vous mangeait ; peut-être êtes-vous lumineuse dans le noir, comme une horloge démodée. »

    Peut-être parce que le sacrifice semble vain, les moyens de faire entorse au strict règlement se développent et laissent apercevoir leurs portes d'accès pour qui ouvre l'œil et désire lui faire faux bond. Mais la méfiance règne toujours et l'individu qui veut se retrouver doit échapper aux membres de la caste de l' « Œil » ainsi qu'aux autres Gardes, Servantes, Epouses ou Commandants trop orthodoxes.

    Dans cette atmosphère étouffante, rongée par le spectre de la disparition de l'humanité, les sacrifices propitiatoires font figure d'aberration et traduisent la position paradoxale d'un système qui semble vouloir précipiter sa destruction. Toute ressemblance avec un système existant serait purement fortuite…et c'est peut-être pourquoi nous, lecteurs qui ne connaissons pas encore réellement cette société giléadienne, devons nous réjouir des dernières libertés qui nous échoient encore. Tout le récit de La Servante écarlate traîne à sa suite un diffus parfum de nostalgie qui s'attarde là où nous l'attendions le moins, qu'il s'agisse des magazines féminins et de leurs promesses d'éternité, du Scrabble et de ses fonctions sociales et culturelles improductives, ou encore des pissenlits et de toutes les légendes imaginaires qui leur sont associées. Là où Freud décelait en chaque comportement l'action inconsciente de la libido, Margaret Atwood exacerbe l'instinct sensuel qui motive nos activités, lui donnant une légitimité salvatrice à une époque qui l'aura définitivement banni.

    Dans le genre du récit dystopique, Margaret Atwood rivalise d'inhumanité avec George Orwell ou Aldous Huxley tout en tenant un discours différent. Ici, ce n'est pas particulièrement par la surveillance ou par l'asservissement politique que ses personnages sont déshumanisés, mais par la privation de leur sensualité. Restent cependant des points communs qui sont l'abolition du concept d'individu, de sa capacité réflexive ainsi que de sa répartition en castes.

    La Servante écarlate ne nous prive heureusement ni de sensualité ni de plaisir intellectuel. A l'ouverture du récit, cela semblait loin d'être gagné : les propos étaient souvent incompréhensibles car imprégnés du jargon giléadien, mais le texte s'éclaircit au fur et à mesure que la servante se révèle personnellement et se défait des concepts qui lui ont été inculqués, à la recherche d'un épanouissement marginal. Outre la passion révélée pour ce récit, Margaret Atwood fait encore mieux : elle révèle à nos consciences la passion que devrait nous inspirer une société futile, animée par des intérêts sensuels, sexuels et intellectuels –mais reste floue et donc effrayante quant à la limite décente d'intérêt que nous devons leur consacrer pour ne pas que la pulsion de vie ne se transforme en pulsion de mort et ne nous précipite dans une société giléadienne nécessitée par la catastrophe écologique des individualismes exacerbés.

    Lien : http://colimasson.over-blog.com/article-la-servante-ecarlate-1985-de..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 19         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 20 juin 2012

    LydiaB

    "Je veux un ventre !" s'était écrié Napoléon après son divorce d'avec Joséphine, cette dernière ne lui ayant pas donné l'héritier tant espéré. Vous allez me demander quel est le rapport avec ce roman de science-fiction. Il est bien là justement : la procréation. Margaret Atwood imagine une société américaine dans laquelle seule une certaine caste de femmes, les Servantes, auraient à donner la vie. Mères porteuses, elles sont attribuées à des couples en mal d'enfants et sont à la merci des Epouses (en bleu) et des Commandants. Nous sommes proches ici des romans d'Huxley et d'Orwell : hiérarchie, surveillance totale et constante (l'Oeil), société sous contrainte... Il s'agit du schéma type d'une contre-utopie mettant en scène l'absence d'espoir, de possibilité de changement. Atwood dénonce les dérives, notamment celles des régimes totalitaires. La déportation de celles qui faillissent à la règle n'est pas sans rappeler les heures sombres de notre histoire. S'ajoutent à ceci le rationnement, les différents codes, les tatouages sur les Servantes afin de les identifier, la propagande, les arrestations et les exécutions... Il serait bien difficile de ne pas y voir un lien. Mais le totalitarisme ne touche pas non plus que la politique. le puritanisme en prend aussi pour son grade si j'ose dire.

    Defred fait partie de ces Servantes. C'est à travers elle que nous pouvons découvrir ce monde froid, hostile, où la peur a pris la place de la communication. Les sentiments n'ont pas leur place. La narratrice insiste sur le fait que si un seul grain de sable venait s'immiscer dans les rouages bien huilés de cette vie qui lui est donnée, ce serait la fin. Il est interdit à ces "ventres" d'être malades ou infertiles.

    Defred oscille entre vie présente et souvenirs de ce monde passé où, comme elle le dit elle-même, les gens ne pouvaient pas savoir qu'ils étaient heureux. La phrase est répétée à plusieurs reprises. Tout est détruit pour elle : sa vie de couple avec Luke et leur petite fille, ses études avec sa copine Moira... L'Oeil est toujours là... Sa confession est à la fois poignante et révoltante.

    Je n'ai pas pu me détacher de ce roman lu en quelques heures seulement. Au-delà de cette palpitante lecture, il donne à réfléchir sur tout ce qui pourrait enfreindre la liberté.

    A lire absolument !

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9rature-des-xxe-et-xxie-si..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par kathy, le 05 juin 2012

    kathy
    Dans la lignée de 1984 (Orwell), La servante écarlate, aux airs post-apocalyptiques, illustre le monde de demain. La pollution, les accidents nucléaires et les manipulations génétiques ont rendu stériles la plupart des femmes. Pour y pallier et - pour le bien de l'humanité-, la République de Gilead, gouvernée par des fanatiques religieux, a mis en place un nouveau modèle de reproduction : seule une poignée de femmes peut donner la vie en pratiquant la « polygamie assistée ».
    Finies les tentations.
    Les relations sociales étaient une tentation. Une hiérarchie sociale relègue les individus dans des castes bien définies.
    La liberté d'action était une tentation. le droit de travailler, de dépenser de l'argent sont interdits.
    La connaissance était une tentation. le droit de lire, d'écrire sont empêchés : livres et crayons, non autorisés.
    Les relations amicales étaient une tentation. La parole est dorénavant amputée, le regard camouflé.
    Les hommes étaient une tentation. le désir et le plaisirs sexuels sont punis de mort.
    Tout délit contrevenant à la loi, et soupçonné par « les Yeux », condamnera la personne à être bannie dans les Colonies ou pendue vivante publiquement.
    Les femmes ne sont plus, dès lors, QUE des « récipients », des corps utilisables leur permettant - les obligeant à accomplir leur « devoir » pour le « bien » de la République.
    Dans ces conditions, comment continuer à vivre ?
    Delfred, La servante écarlate, grâce à ses facultés de résistance, d'insoumission et d'espoir, indéfectibles, refusera d'être « une réfugiée du passé », « un blanc entre parenthèses », persuadée qu'elle est "que tout ce qui est réduit au silence clamera pour être entendu, même en silence ». A sa manière, MEME en silence, elle se révoltera pour renverser le prétendu ordre respectable des choses.
    Un livre noir comme un cauchemar de politique-fiction, surprenant et effrayant.
    Un livre noir oppressant qui n'est pas sans évoquer, Eyes Wide Shut (1999) et l'orgie massive de gens masqués dans le château, - film de Stanley Kubrick.
    Un livre noir qui évoque l'intégrisme, le totalitarisme, l'intolérance, bref tout ce qui est susceptible d'entraver LA liberté individuelle de chacun.
    Un livre noir.. prémonitoire ?! .. qui nous incite à réfléchir sur la société de demain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par DBC-Anais, le 23 avril 2013

    DBC-Anais
    La servante écarlate (The Handmail's Tale de son titre d'origine, en anglais) est un roman écrit par la canadienne Margaret Atwood, publié en 1985 en anglais, puis traduit en 1987 en français. C'est un roman dystopique, qui a reçu l'année de sa sortie, le Prix Arthur C. Clarke (prix qui récompense le meilleur roman de science-fiction britannique). Il a également été adapté au cinéma en 1990 par Volker Schlöndorff.
    Nous sommes dans un espace non identifié, où aucun pays n'est cité, plongé dans un futur plus ou moins proche mais dévasté. La pollution, les usines atomiques et toutes les toxines lâchés dans l'air ont eut raison de la fertilité des femmes. Maintenant, peu de femmes peuvent tomber enceinte, c'est pourquoi les seules encore fertiles sont remises aux mains de commandants, pour qu'elles les enfante. Habillée de rouge des pieds à la tête, elles ont comme devoir de se soumettre et de procréer, sous peine de terrible punition.
    Defred va nous raconter son histoire. C'est une servante parmi tant d'autres dans la république théocratie de Gilead, gouvernée par des fanatiques religieux. Arrachée à sa famille, elle va être privée de liberté et de sentiments, obligée d'évoluer dans un monde clos et lugubre... Dans ce roman dystopique, Margaret Atwood dépeint une société devenue totalitaire, où les femmes sont réduites au rang de servantes, obligées, de surcroît, de procréer pour ne pas mourir ; elles sont donc devenues des esclaves.
    Le style de ce livre fait penser au monde totalitaire de 1984 de George Orwell, deux sociétés différentes dans leurs pratiques, mais similaires dans leur mode de vie et leur fonctionnement. Toutes deux sont effrayantes, elles glacent le lecteur sur place grâce aux nombreux détails et à toutes les descriptions qui peuvent faire penser que ces deux mondes sont réels...
    Grâce aux confessions de la narratrice Defred, nous partageons sa dure vie, plutôt son rôle dans cette cruelle société totalitaire. Contrairement à la vie qu'elle menait avant, elle est désormais privée de liberté, elle n'a plus de réelle identité, de famille... on l'a dépossédé de tous ses droits. le touchant récit qu'elle nous dépeint nous permet de nous immerger dans sa vie, de s'attacher à elle, et même de s'y identifier.
    Durant toute la lecture de ce roman, un certain malaise était présent à chaque page. Outre le fait qu'il soit angoissant et terriblement étouffant, plusieurs réflexions peuvent remonter à la surface, notamment concernant le féminisme et le statut de la femme dans la société, mais également sur la liberté de sa propre personne.
    Margaret Atwood a donc crée un monde unique, avec ses propres codes et règles : une très bonne idée de roman, qualifié aujourd'hui de roman d'anticipation.
    C'est un livre incroyablement original et très touchant, une histoire que je n'oublierais pas de sitôt.

    Lien : http://addictbooks.skyrock.com/3157588036-posted-on-2013-04-23.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

> voir toutes (95)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par colimasson, le 21 décembre 2013

    Serena Joy serre mes mains comme si c'était elle, et non pas moi, qui se faisait baiser, comme si elle trouvait la chose agréable, ou douloureuse, et le Commandant baise, à un rythme régulier de pas cadencé, une, deux, sans relâche, comme un robinet qui goutte. Il est absorbé, comme un homme qui fredonne sous la douche sans se rendre compte qu'il fredonne ; comme un homme qui a d'autres choses en tête. C'est comme s'il était ailleurs, à attendre de jouir, tout en tambourinant des doigts sur une table. Il y a une impatience dans sa cadence, à présent. Mais n'est-ce pas le rêve érotique de tout homme ? deux femmes à la fois? C'est ce que l'on disait. Excitant, disait-on. Ce qui se passe dans cette chambre sous le baldaquin argenté de Serena n'a rien d'excitant. Cela n'a aucun rapport avec la passion, ni l'amour, ni le romantisme, ni avec aucune des autres idées qui nous servaient à nous émoustiller. Cela n'a rien à voir avec le désir sexuel, du moins pour moi, et certainement pas pour Serena. Le désir et l'orgasme ne sont plus considérés nécessaires; ils ne seraient qu'un symptôme de frivolité, comme des jarretelles tape-à-l'œil, ou des grains de beauté : distractions superflues pour des écervelés. Démodées. Cela paraît étrange que les femmes aient jadis consacré tant de temps et d'énergie à s'informer de ces choses, à y penser, à s'en inquiéter, à écrire à leur propos. Il est tellement évident que ce sont des divertissements. Ceci n'est pas divertissant, même pour le Commandant.
    Il s'agit d'une affaire sérieuse. Le Commandant, lui aussi, fait son devoir. Si j'entrouvrais les yeux, je pourrais le voir, son visage pas déplaisant suspendu au-dessus de mon torse, avec peut-être quelques mèches de ses cheveux d'argent lui tombant sur le front, absorbé par son voyage intérieur, ce lieu vers lequel il se hâte, et qui recule comme en rêve aussi vite qu'il s'en approche.
    Je verrais ses yeux ouverts. S'il était plus beau, est-ce que je prendrais davantage de plaisir à ceci ?
    Au moins il représente un progrès par rapport au précédent, qui sentait le vestiaire d'église par temps de pluie ; l'odeur de votre bouche quand le dentiste commence à vous curer les dents; l'odeur d'une narine. Le Commandant, lui, sent l'antimite, ou cette odeur est-elle une forme vindicative de lotion d'après-rasage ? Pourquoi doit-il porter ce stupide uniforme ? Mais est-ce que son corps blanc, hirsute, cru, me plairait davantage ? Il nous est interdit de nous embrasser. Cela rend la chose supportable.
    On prend de la distance. On décrit. Il jouit enfin, avec un grognement étouffé comme de soulagement. Serena Joy, qui retenait son souffle, le laisse s'exhaler. Le Commandant, qui était arc-bouté sur les coudes, à distance de nos corps combinés, ne se permet pas de plonger en nous. Il se repose un instant, se retire, se rétracte, se rebraguette. Il fait un signe de tête, puis se détourne et quitte la pièce, en fermant la porte derrière lui avec un soin exagéré, comme si nous étions toutes deux sa mère souffrante. Il y a là quelque chose d'hilarant, mais je n'ose pas rire. Serena Joy me lâche les mains. «Vous pouvez vous lever, dit-elle. Levez-vous et partez. » Elle est censée me laisser me reposer, dix minutes, les pieds sur un coussin pour augmenter les chances. Elle est supposée consacrer ce moment à une méditation silencieuse, mais elle n'est pas d'humeur à cela. Il y a de la haine dans sa voix, comme si le contact de ma chair l'écœurait et la contaminait. Je me démêle de son corps, me lève; le jus du Commandant me coule le long des jambes. Avant de me détourner, je la vois lisser sa jupe bleue, serrer les jambes; elle reste étendue sur le lit à contempler le baldaquin au-dessus d'elle, raide et droite comme une statue.
    Pour laquelle des deux est-ce pire, elle, ou moi ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par LydiaB, le 20 juin 2012

    Sur le Mur, pendent les trois femmes de ce matin, toujours vêtues de leurs robes, chaussées de leurs souliers, toujours la tête fourrée dans les sacs blancs. On leur a délié les bras, ils sont raides et convenables à leurs côtés. La bleue est au milieu, les deux rouges de part et d'autre, quoique les couleurs ne soient plus aussi vives. Elles semblent s'être fanées, défraîchies, comme des papillons morts ou des poissons tropicaux à se dessécher sur le rivage. elles ont perdu leur brillant. Nous restons à les regarder en silence.
    "Que ce soit pour nous un rappel", dit enfin la nouvelle Deglen.
    D'abord je ne réponds rien, parce que j'essaie de deviner ce qu'elle veut dire. Elle pourrait vouloir dire que ceci est pour nous un rappel de l'injustice et de la brutalité du régime. Auquel cas, je devrais répondre oui. Ou elle pourrait vouloir dire l'inverse, que nous devrions nous rappeler de faire ce qu'on dit, et de ne pas nous attirer d'ennuis parce que alors nous serons justement punies. Si c'est ce qu'elle entend, je devrais ajouter Loué soit. Elle avait la voix douce, atone, pas d'indices de ce côté.
    Je prends un risque. Je réponds : "Oui."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par kathy, le 05 juin 2012

    Pas un pissenlit en vue ici, les pelouses sont soigneusement épilées. J'ai la nostalgie d'un pissenlit, un seul, poussé au hasard, dans son insolence d'ordure, difficile à éliminer et perpétuellement jaune comme le soleil. Gai et plébéien et brillant pareillement pour tous. Nous en faisions des bagues, et des couronnes et des colliers, nous tachant les doigts de son lait amer. Ou j'en tenais un sous son menton : "Est-ce que tu aimes le beurre?" A les sentir, elle se mettait du pollen sur le nez. Ou montés en graine : je la vois, courant à travers la pelouse, brandissant un pissenlit comme une allumette japonaise, petite baguette de feu blanc, et l'air se remplit de minuscules parachutes. "Souffle, et tu pourras savoir l'heure". Toutes ces heures envolées dans la brise d'été. C'étaient les marguerites pour lire l'amour, et nous les effeuillions à l'infini.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 28 février 2012

    « Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d’autre ; l’amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c’est tout : vases sacrés, calices ambulants. » (p. 152)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par kathy, le 07 juin 2012

    On ne peut pas tromper la Nature, dit le Commandant. La Nature exige la variété, pour les hommes. C'est logique, cela fait partie de la stratégie de la procréation. C'est le dessein de la Nature."Je ne dis rien, et il poursuit : "Les femmes savent cela d'instinct. Pourquoi achetaient-elles tant de vêtements différents, dans l'ancien temps? Pour donner l'illusion aux hommes qu'elles étaient plusieurs femmes différentes. Tous les jours une femme nouvelle". Il dit cela comme s'il y croyait. Peut-être y croit-il, peut-être pas, ou peut-être y croit-il sans y croire. Impossible de savoir ce qu'il croit.
    Je dis : "Alors, puisque nous n'avons plus plusieurs vêtements, vous avez tout simplement plusieurs femmes"; C'est ironique, mais il ne s'en rend pas compte.
    "Cela résout un tas de problèmes", dit-il, sans ciller.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
9,54 € (neuf)
8,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La Servante écarlate par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (441)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz