Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2858520518
Éditeur : Editions René Château (2005)


Note moyenne : 4.15/5 (sur 34 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Cela fait dix ans que Michel Audiard, le Dialoguiste n°1 du cinéma français nous a quittés. Irremplaçables, son talent et sa verve manquent cruellement au cinéma français d'aujourd'hui. Pour l'apprécier davantage, René Chateau a sélectionné ses meilleurs dialogues, des ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Canaju, le 20 novembre 2011

    Canaju

    Ce livre est un recueil des meilleurs dialogues d'Audiard, icône populaire unique et atemporel .On redécouvre avec bonheur son phrasé assassin et très "brut de décoffrage" où tout le monde en prend pour son grade : les cons, les intellectuels, les bourgeois, les prolos, les hommes, les femmes...Les mauvaises langues diront que c'est vulgaire.
    Moi je vous dis : c'est infiniment drôle et brillant.
    Mais ce livre ne se lit pas d'une traite. Il faut savoir le déguster au détour d'un passage et tomber, avec délectation, sur un passage savoureux de cynisme et d'humour. Oui, car Audiard excelle terriblement dans l'art de la mauvaise foi.
    L'autoportrait et les témoignages proposés dans le livre sont, quant à eux, l'occasion de découvrir l'homme sous un autre jour : un personnage authentique, sensible et attachant. Et oui, on connait bien les films et les dialogues d'Audiard mais on connait moins le personnage.
    Rafraichissant, c'est un livre à découvrir absolument !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par freddyK, le 23 mars 2013

    freddyK
    Pas si con...
    Les esprits étroits et autres prudes diront de cet homme:
    "Pas drôle, vulgaire"...
    Vrai parisien de naissance et de coeur, il voit le jour le 15 mai 1920,pour un médiocre selon certains il avait déjà lu tous les classiques à 14 ans,passionné de vélo il connait ses heures fastes dans les années 50/60,ami de Jean Gabin,ils seront associés dans 17 films, la voix de l'un étant faite pour les dialogues de l'autres.
    Il reçoit le César 1982 pour les dialogues de Garde à vue, un film à la tension extrême,il reçoit également le prix des quatre jurys pour sont livre:
    La nuit, le jour et toutes les autres nuits.
    Jamais le cinéma ne retrouva un tel dialoguiste.
    Mort le 27 juillet 1985.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ricou, le 21 août 2012

    ricou
    Encore un achat com-pulsif, décidément c'est une sacré manie...
    je découvre petit à petit ce livre qui se déguste avec parcimonie...a suivre

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par GentlemanW, le 06 octobre 2011

    GentlemanW
    Un chef d'oeuvre qui devrait être obligatoire pour comprendre la force des mots, la gouaille de la vie

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Natuhlen, le 03 août 2012

    Natuhlen
    Excellent livre, pour retrouver les meilleurs répliques de film culte.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (18)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par DominiqueTerrier, le 12 février 2014

    Gabin ou la contradiction permanente. Il se balade souvent avec des vestons avachis et parfois même (je pourrais citer des témoins) avec un trou aux fesses. Or Gabin est l’acteur du cinéma français le mieux habillé. Gabin n’est pas d’un courage physique extrême, or dès les premiers jours de la guerre il s’engage dans une unité combattante des Forces Françaises Libres. Gabin braille à tous vents que le cinéma est un métier de c..., or il continue d’en faire après plus de cent films. Pourquoi ? Si vous le lui demandez, il vous répondra :
    — Pour faire rentrer de la fraîche ! C’est faux.
    Il fait du cinéma parce qu’il aime ça, mais je n’oserais jamais lui dire une chose pareille. On se fâcherait. 
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par DominiqueTerrier, le 31 août 2014

    Que dit ma femme quand je rentre en retard ? Au début, elle me croyait quand je lui disais : « Ce n’est pas de ma faute. J’ai rencontré X ou Y. J’ai dû prendre un verre avec eux, et puis aller chez Castel... » Maintenant, après vingt ans de mariage, elle se contente de me demander : « Combien d’aspirines veux-tu ? » 

    Commenter     J’apprécie          1 23         Page de la citation

  • Par Tarquin, le 02 mai 2013

    Bernard BLIER : Les Tontons flingueurs
    — Non mais ! T'as déjà vu ça ? En pleine paix ! Il chante et puis crac ! Un bourre-pif. Mais, il est complétement fou ce mec ! Mais moi, les dingues, je les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère. Je vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quatre coins de Paris qu'on va le retrouver, éparpillé, par petits bouts, façon puzzle. Moi, quand on m'en fait trop, je correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 11         Page de la citation

  • Par ricou, le 21 août 2012

    Lino Ventura : Un taxi pour Tobrouk
    - Quand dans le désert on trouve un macchabée qu'on ne peut pas identifier, on lui fouille les poches. Si on trouve un ouvre-boîtes, c'est un british, quand on trouve un tire-bouchon_ ben, c'est un français.


    Jean Murat : Les Grandes Familles
    - L'Algérie, tout est là ! On ne me pardonne pas d'avoir eu raison. Quand la rébellion a éclaté, je leur ai dit : " On en fusille 100 000 au hasard c'est terminé ! "100 000, c'était pourtant raisonnable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 7         Page de la citation

  • Par Tarquin, le 02 mai 2013

    Jean GABIN - Françoise ROSAY : Le Cave se rebiffe
    — J't'enverrai un gonze dans la semaine. Un beau brun avec des bacchantes. Grand, l'air con.
    — Ça court les rues, les grands cons.
    — C'lui là, c'est un gabarit. Un exceptionnel. Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre étalon ! Y serait à Sèvres !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Michel Audiard

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Michel Audiard

Montage de séquences des films de la grande époque de Michel Audiard, entre 1956 et 1977 : les mots, les phrases, les scènes qui reviennent régulièrement, qui nous sont familiers et qui composent le style si original du dialoguiste.











Sur Amazon
à partir de :
17,58 € (neuf)
14,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Audiard par Audiard par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz