AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Brun (Traducteur)
ISBN : 2867465672
Éditeur : Liana Lévi (2011)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 354 notes)
Résumé :
Anna et Francesca ont treize ans, presque quatorze. C’est l’été à Piombino, ville désolée de Toscane bien loin de l’image de carte postale que l’on peut s’en faire quand on n’est pas d’ici. Chez elles, pas de vignes et Florence et son art sont bien loin. Leur quotidien : des barres d’immeubles insalubres et surtout l’aciérie, personnage monstrueux qui engloutit jour et nuit tous les hommes du coin.

Les hommes, ils ne sont pas à l’honneur dans le roman... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
marina53
marina5317 novembre 2014
  • Livres 5.00/5
Sous un soleil plombant, la ville Piombino déverse son lot quotidien de misères. Les hauts fourneaux de l'aciérie crachent leur fumée noire. Les familles s'entassent dans les barres de béton. Les pères, parfois les fils aussi, pointent tous les jours dans l'usine d'acier, véritable coeur de cette ville. Les mères s'acquittent à leurs tâches ménagères tandis que les enfants ont pris pour terrain de jeu la plage. Brouhaha de vaisselle, de klaxons et de cris. Au loin l'île d'Elbe, véritable oasis de bonheur, semble narguer la population ouvrière.
L'on remarque tout de suite ces deux jeunes filles, Franscesca et Anna, 13 ans, la blonde et la brune. Deux beautés fatales, deux corps qui ne demandent qu'à être enlacés. Deux âmes soudées empreintes de liberté. Regardées avec envie parfois, jalousie ou malveillance. Elles partagent tout: les quelques pas de danse, nues devant le miroir, les désirs, les angoisses et leur endroit secret, théâtre de leur amitié qu'elles jurent inébranlable.
Bientôt, des drames se jouent dans ces rues débordant de vie. Plan de licenciement à l'aciérie, amours et promesses trahies, des pères qui frappent leur famille, des lignes de coke qui se sniffent.
L'on est plongé littéralement dans cette ville italienne, l'on suffoque sous ce soleil, l'on époussète ce sable collant et l'on croirait presque entendre ce bruit incessant de la rue qui s'anime de ces enfants qui crient, de ces adolescents qui se murmurent encore et toujours cette volonté farouche de sortir de tout ça. Roman social où les passions brulent au soleil, où les corps sont mis à nu et à mal. Dans cette cité où l'acier régit les gens, ces deux jeunes filles nous interpellent de par leurs rêves, leur soif de liberté, leur passion indestructible. Sylvia Avalonne nous dépeint somptueusement cette société en proie aux doutes et soucieuse, cette jeunesse trop vite confrontée aux drames et ces hommes qui démissionnent. L'écriture, à fleur de peau, est à la fois délicate et sans concession. Ce roman poignant, intelligent et d'une intensité grave est une très belle réussite.
D'acier... et d'or...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          636
carre
carre21 août 2013
  • Livres 4.00/5
L'Italie, la Toscane, Piombino, le soleil, la plage, ça donne envie, non !
Et bien détrompez-vous le roman de Silvia Avallone est tout le contraire. A travers une dizaine de personnages, la dure réalité de petites gens dont les parents ont fait une croix d'une vie meilleure, les jeunes rêvant encore de lendemains plus florissants. On est touché par Anna et Francesca à la fois insolentes, provocantes mais aussi émouvantes. Ecoeuré par la lâcheté et la violence des pères. Troublé par le mutisme des mères, les secrets ne doivent pas franchir la porte des appartements.
Et puis au milieu de tout ça, L'aciérie, qui rythme cette petite ville industrielle, seule espoir de gagner un maigre salaire et de survivre malgré tout.
Un roman coup de poing, noir, âpre, dur, le portrait d'une jeunesse sous l'air berlusconienne sans confession. L'écriture est au diapason. Malgré l'image idyllique de cette région, c'est bien la noirceur qui prédomine tout du long du roman de Silvia Avallone. Et même si le roman se termine sur une note d'espoir c'est la désespérance qui en est le fil conducteur.
Une belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          675
michfred
michfred22 septembre 2015
  • Livres 4.00/5
Le paradis et la merde peuvent-ils porter le même nom?
Les cristaux de neige, si rares en Maremme, dessinent ,en hiéroglyphes, son nom. Les Etrusques, secrètement ,nommaient ainsi leur île déifiée. Toutes les grands mères du coin le portaient comme prénom.
ILVA.
L'autre nom de l'île d'Elbe. Elba, Ilva, petit morceau de paradis flottant au large de Piombino.
Piombino, ville de plomb, ville de fer et d'acier, ville ouvrière frappée par la crise , ville des hauts fourneaux, arrêtés l'un après l'autre. Dont l'usine, autrefois, osait porter , elle aussi , le nom d'ILVA.
"Le paradis et la merde peuvent-ils porter le même nom? "s'étonne le beau Mattia, ouvrier dans cet enfer de feu, de fer et de sueur.
Tout le paradoxe du livre me paraît résumé dans cette interrogation onomastique: enfer et paradis au coeur du même lieu.
Enfer du travail d'usine épuisant , sous la menace constante du licenciement économique, travail dangereux qu'on supporte à coups de ligne de coke ou de soirées moites au Gilda, devant le slap dance des filles dénudées et humiliées.
Enfer des familles aux mères écrasées ou impuissantes, aux pères absents et maffieux, ou incestueux et brutaux, pantins ou ogres, mais tous victimes dehors, tyrans dedans- les "babbuini" comme les appellent leurs filles...
Enfer des tentations consuméristes, martelées par la T.V. berlusconienne., putassière et vulgaire..
Mais aussi paradis: la mer, si bleue, si chaude, si tendre aux corps amoureux, paradis des premiers émois, des premiers troubles. Paradis du sexe qui trouve, tôt ou tard, son revers, son enfer, lui aussi.
Paradis des amours enfantines, petites bulles d'enfance dans un coin de parc oublié avec ses balançoires rouillées, son petit banc de pierre moussue ou dans une plage secrète ,enfouie sous les algues, pleine de chats faméliques et de barques encalminées...
Paradis de l'amitié amoureuse de deux "ragazze" de 13 ans, Anna la brune et Francesca , la blonde.
Paradis qui peut aussi devenir un enfer de jalousie, de trahison, de déréliction suicidaire...
J'avais dévoré , en français, le livre de Silvia Avallone à sa sortie.
Je viens de le relire, en italien cette fois, et "in situ", dans cette Maremme étrusque, terre de fer et d'eau, de mines sombres , de "via cava" et de soleil brûlant, avec l'île d'Elbe qui palpitait sous la lumière ou disparaissait sous les nuées, au rythme d'un temps agité et capricieux..
Enfer et paradis. Merda e paradiso, comme disait Mattia...
J'avais aimé ma première lecture: j'ai adoré ma relecture, en V.O., plus lente, plus patiemment dégustée.
Silvia Avallone sait être tour à tour brutale et cruelle, crue et sensuelle, poétique et tendre. Elle module toutes ces tonalités avec un étonnant naturel, dans un récit méthodiquement scénarisé et maîtrisé, une sorte de chant choral puissant qui suit alternativement tous les personnages gravitant autour des deux jeunes filles, et qui trouve son point d'orgue dans les derniers chapitres où l'horreur puis l'apaisement culminent..
Enfer et paradis, jusqu'au bout...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          328
Ancolie
Ancolie05 juillet 2013
  • Livres 5.00/5
« Ca veut dire quoi, grandir dans un ensemble de quatre barres d'immeubles d'où tombent des morceaux de balcon et d'amiante, dans une cour où les enfants jouent à côté des jeunes qui dealent et des vieilles qui puent ? Quel genre d'idée tu te fais de la vie, dans un endroit où il est normal de ne pas partir en vacances, de ne pas aller au cinéma, de ne rien savoir du monde, de ne pas feuilleter les journaux, de ne pas lire de livres, où la question ne se pose même pas ?
Cet endroit-là, elles s'y étaient rencontrées et elles s'étaient choisies. »
Elles, ce sont Anna et Francesca, deux adolescentes issues d'une ville ouvrière d'Italie. Soudées par une amitié qui leur semble indestructible, elles vivent leurs quatorze ans avec un mélange d'insouciance et de fatalité. Elles ont déjà conscience des embûches que le destin leur prépare – vivre dans une cité n'offre pas la facilité, ni un avenir lumineux.
L'amitié entre les deux filles est le noyau central du roman. Autour gravite une galerie de personnages tous aussi intéressants les uns que les autres. Il sera question d''amour, de sexe, de trahisons, de drames et d'acier.
D'amour ? on n'échappe pas à cet idéal : trouver l'amour, le vrai et puis, on en revient, fatigué par des années de mariage usantes et décevantes.
De sexe ? Que ce soit la première fois, une manière d'oublier le quotidien ou le sexe facile- à acheter, il est omniprésent.
De trahisons ? Celles qui entravent l'amitié mais aussi, et surtout, celles de la vie.
De drames ? Inceste, violence, prostitution… L'auteur se veut réaliste, rien n'est édulcoré.
Et enfin, d'acier ? Une usine de métallurgie sert de toile de fond à l'histoire. Et puis, il y aussi l'acier trempé qui coule dans les veines des personnages : la volonté de s'en sortir malgré tout.
J'ai été happée par ce roman, par la force qui s'en dégage. L'auteur insuffle la vie à ses personnages. Tout le long de ma lecture, j'ai eu l'impression de faire partie du décor, de marcher discrètement en compagnie d'Anna et de Francesca. Peut-être suivais-je les pas de l'auteur qui a grandi dans cette ville ?
Si le fond est plutôt sombre, voir glauque, il reste de l'espoir et de la beauté dans le monde des deux amies. J'ai aimé ce message, que tout ne peut pas être totalement blanc ou noir. L'existence est faite de nuances, de difficultés et de beaux moments, qui que l'on soit et où que l'on vit.
Merci à Babelio et aux éditions J'ai lu pour m'avoir offert ce livre dans le cadre de masse critique.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          300
canel
canel15 août 2013
  • Livres 5.00/5
Eté 2001 à Piombini, une cité ouvrière italienne. Des femmes qui triment et souffrent, des époux et pères violents et/ou totalement irresponsables. Des jeunes qui ne veulent pas suivre ce chemin, mais qui n'ont finalement guère le choix et entrent aux aciéries dès seize ans (comme leurs voisins, leurs père et grands-pères), arrondissant les fins de mois avec petites combines, deal et vol de cuivre. Qui continuent malgré tout de rêver de l'île d'Elbe, eldorado inaccesible qu'ils aperçoivent de leur cité.
En vedette dans ce roman, les inséparables Anna et Francesca à la veille de leurs quatorze ans, âge charnière où le corps se transforme plus ou moins harmonieusement. Elles, elles resplendissent, rendant jalouses les autres jeunes filles, amoureux les garçons, concupiscents les hommes. Elles sont deux lolitas plus innocentes et vulnérables que ne le laissent supposer leur arrogance, leurs provocations et exhibitions perverses.
Ce roman est splendide, intense, sensuel, sobrement et magnifiquement écrit. Pauvreté, souffrance, tensions, chaleur d'un été italien sont parfaitement décrits. La sensualité qui s'en dégage dérange parfois, s'agissant de l'éveil des sens d'adolescentes. On s'y sent toujours sur un fil, comme dans certains romans de Steinbeck : entre routine et drame, entre passivité et action, entre amitié et coups de sang, entre docilité et rébellion...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          331

Les critiques presse (10)
Actualitte22 août 2012
Un style brut et percutant, tout en effervescence mais empreint de chaleur également. A fleur de peau, ardent.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress05 juillet 2012
Misère, pollution, violences conjugales, espérances en jachère, Silvia Avallone réinvente le roman social avec ces pages magistrales […].
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama02 mai 2012
Dans ce premier roman puissant, Silvia Avallone (née en 1984) brosse un portrait terrible de l'Italie contemporaine et de la vie familiale […].
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress30 novembre 2011
Avec ce roman hyperréaliste, entre Zola et Pasolini, Silvia Avallone brosse à l'acide les portraits de deux lolitas prisonnières de leurs illusions de pacotille
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint27 juillet 2011
Le miracle, c'est qu'un livre aussi puissant, aussi juste soit le premier d'une jeune femme (Silvia Avallone est née en 1984) qui, se jetant dans le roman social, en évite les écueils - le pathos et les prêches - avec une belle maestria.
Lire la critique sur le site : LePoint
LaPresse20 juin 2011
Le style est simple, fluide, accrocheur, mais ne cède rien à une certaine authenticité dans sa description d'une génération presque désenchantée.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress16 juin 2011
Roman sombre et désenchanté qui peint une réalité désespérante, D'acier aurait, malgré une volonté manifeste de réalisme à tout crin […] tout du grand roman s'il ne péchait pas par un style sec, parfois hach
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress14 juin 2011
Silvia Avallone nous livre un beau roman sur l'adolescence tout en nous dressant le portrait de deux familles qui sonnent comme deux échos d'une Italie qui se situe loin, très loin, des paillettes Berlusconiennes.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress14 juin 2011
Silvia Avallone, au printemps de sa vie, signe là un très beau premier roman et nous rappelle qu'en art ce qui compte, avant l'expérience, c'est un certain élan que l'art accorde à quelques élu(e)s seulement.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress14 juin 2011
Un ouvrage aussi chaud et coloré que la coulée de fonte qui sort en fusion des hauts fourneaux de Piombino, nous rappellant ces films du néo-réalisme italien d'après-guerre.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina5317 novembre 2014
Dès qu’elle voyait la mer, Anna devenait comme folle.
Elle lâchait sac à dos et serviette n’importe où, prenait son élan et se mettait à courir. Elle courait jusqu’à ce que l’eau devienne trop haute, que ses poumons explosent dans sa poitrine, et là, elle plongeait. Elle frottait son ventre contre le dos ondulé du fond sableux, ressortait une dizaine de mètres plus loin, où l’on n’avait plus pied, même du bout des orteils. Elle adorait frôler ce dos, rêche et doux à la fois. Le toucher de la main, y enfoncer les doigts. Sous l’eau, là où les bruits du monde deviennent placenta, où le sel brûle la cornée et que tu n’entends plus que le bruit de ton coeur, qui ne t’appartient plus.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          270
babycomeback44babycomeback4407 août 2013
ça veut dire quoi, grandir dans un ensemble de quatre barres d'immeubles d'où tombent des morceaux de balcon et d'amiante, dans une cour où les enfants jouent à côté des jeunes qui dealent et des vieilles qui puent? Quel genre d'idée tu te fais de la vie, dans un endroit où il est normal de na pas partir en vacances, de ne pas aller au cinéma, de ne rien savoir du monde, de ne pas feuilleter les journaux, de ne pas lire de livre, où la question de ne pose même pas?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          200
quiliravivraquiliravivra07 avril 2012
Elles couraient au milieu de la foule, se retournaient pour se regarder, se prenaient par la main. Elles savaient que la nature étaient avec elles, que c'était une force. Dans certains milieux, pour une fille, tout ce qui compte c'est qu'elle soit jolie. Si t'es un boudin, ta vie sera nulle. Si les garçons n'écrivent pas ton nom sur les piliers de la cour de l'immeuble et ne glissent pas des petits mots sous ta porte, tu n'es rien ; à treize ans, tu as déjà envie de mourir.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          160
carrecarre04 août 2013
Pour les jeunes qui vivaient dans les barres, pour les fils de personne qui suaient leur sueur et les sang dans les aciéries, la plage c'était déjà le paradis. Le seul le vrai.
Commenter    J’apprécie          410
canelcanel13 août 2013
Les filles de leur âge [13 ans], les boudins que leur propre vision dans le miroir plongeait dans la crise totale, les détestaient. Anne et Francesca, leur beauté, elles te l'envoyaient dans la gueule. Chaque putain de minute, il fallait qu'elles te prouvent qu'elles étaient mieux que toi, qu'elles avaient gagné, a priori et pour toujours.
(p. 103)
Commenter    J’apprécie          180
Videos de Silvia Avallone (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silvia Avallone

MP 2015-01-12.mp4
Payot - Marque Page - Silvia Avallone - Marina Bellezza.
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
362 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
. .