Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Judith Rosenzweig (Éditeur scientifique)

ISBN : 2253149454
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 3.38/5 (sur 42 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

A l'insu de tous, le peintre Servin cache, dans le débarras de son atelier, un bel officier de la Garde impériale blessé à Waterloo et recherché par la police pour avoir aidé Napoléon à reprendre le pouvoir pendant les Cent Jours.

Or l'élève ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par araucaria, le 18 août 2014

    araucaria
    Court roman, très noir. Il porte bien son titre. Les protagonistes n'ont rien oublié des outrages et des drames du passé, fiers, orgueilleux, ils sont inflexibles et cette rigidité de caractère va tous les conduire au malheur et à un nouveau drame. Un livre très agréable à découvrir. C'est quand même du Honoré de Balzac, alors il est merveilleusement bien écrit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par alaiseblaise, le 06 juin 2011

    alaiseblaise
    La vendetta c'est la justice privée, hors de l'Etat. Comme dans ce roman De Balzac, en Corse, la vengeance d'un meurtre qui implique toute une famille.
    Ici la famille Piombo tue tous les membres de la famille Porta (on ne sait pas trop pourquoi ?). Un seul enfant Porta, Luigi, serait miraculeusement sorti indemne de ce carnage.
    Bartholoméo di Piombo, sa femme et sa fille Genevra fuit la Corse pour se réfugier à Paris.
    Plus tard la belle Genevra tombe amoureuse d'un bel officier nommé...je vous le donne en mille...Luigi !
    Bien sûr, la fille n'était pas au courant du terrible destin des deux familles.
    Je vous raconte pas le drame familial chez les Piombo, surtout du côté du père très très possessif !
    D'ailleurs, je vous raconte pas la fin non plus !
    Ce petit roman «d'apprentissage», même s'il fait un peu «cliché", se lit jusqu'au bout de la curiosité.
    Allez, je vous laisse regarder la tête du père Piombo quand sa fille lui présente le fameux miraculé Luigi.
    «Bartholoméo di Piombo se leva, chancela, fut obligé de s'appuyer sur une chaise et regarda sa femme, Elisa Piombo vint à lui ; puis les deux vieillards silencieux se donnèrent le bras et sortirent du salon en abandonnant leur fille avec une sorte d'horreur. Luigi Porta stupéfait regarda Ginevra, qui devint aussi blanche qu'une statue de marbre et resta les yeux fixes sur la porte vers laquelle son père et sa mère avaient disparu : ce silence et cette retraite eurent quelque chose de si solennel que, pour la première fois peut-être, le sentiment de la crainte entra dans son coeur. Elle joignit ses mains l'une contre l'autre avec force, et dit d'une voix si émue qu'elle ne pouvait guère être entendue que par un amant : - Combien de malheur dans un mot !»
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par exarkun1979, le 09 août 2012

    exarkun1979
    S'il y a une chose que j'ai appris dernièrement à lire beaucoup De Balzac, c'est qu'il n'est pas du tout partisan des Happy Ending. D'une certaine façon, la vie est parfois comme ça. La vie, ce n'est pas un conte de fée à la Disney.
    La vendetta ne fait pas exception à cela. Ce que l'on voit ici c'est que le bonheur à un prix. C'est ce que l'on apprend du côté de la fille. du côté du père, on apprends que l'orgueil a aussi un prix.
    C'est un roman qui est très touchant mais qui souffre d'un défaut. Il est parfois trop prévisible
    Ce roman fait partie des Scènes de la vie privée dans La comédie humaine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par thejoz, le 27 mai 2008

    thejoz
    Ce court roman, un Roméo et Juliette corse et bonapartiste, est l'un des premiers de Balzac. Il témoigne déjà de qualités littéraires certaines. On y sent poindre le talent d'un auteur qui ralliera le panthéon des grands classiques.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mguy, le 07 février 2011

    mguy
    J'ajoute ce livre, car c'est une œuvre de Balzac moins connue.
    Il s'agit d'une histoire de vengeance en Corse. L'intrigue est bien menée, même si l'histoire reste classique. Ce n'est pas mal.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par araucaria, le 15 août 2014

    Un soupir de joie sortit de la vaste poitrine de Piombo qui tendit la main au premier consul en lui disant :
    - Il y a encore du Corse en toi!
    Bonaparte sourit. Il regarda silencieusement cet homme, qui lui apportait en quelque sorte l'air de sa patrie, de cette île où naguère il avait été sauvé si miraculeusement de la haine du parti anglais, et qu'il ne devait plus revoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par araucaria, le 16 août 2014

    - Ginevra, vous aimez l'ennemi de votre famille, dit enfin Piombo sans oser regarder sa fille.
    - Cela est vrai, répondit-elle.
    - Il faut choisir entre lui et nous. Notre vendetta fait partie de nous-mêmes. Qui n'épouse pas ma vengeance, n'est pas de ma famille.
    - Mon choix est fait, répondit Ginevra d'une voix calme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par thejoz, le 28 avril 2008

    "Ginevra , vous aimez l'ennemi de votre famille, dit enfin Piombo, sans oser regarder sa fille.
    -Cela est vrai répondit-elle.
    -Il faut choisir entre lui et nous. Notre vendetta fait partie de nous-mêmes. Qui n'épouse pas ma vengeance, n'est pas de ma famille.
    -Mon choix est fait" Répondit Ginevra d'une voix calme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par PatateAmoureuse, le 27 juin 2012

    Puis elle complémenta chaque jeune personne, en recevant de toute une foule de ces caresses féminines qui sont autant dans la voix et dans les regards que dans les gestes.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (48)

Videos de Honoré de Balzac

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac

Romans audio sur You tube, la femme de trente ans, d'Honoré de Balzac, en 15 chapitres, le lien conduit aux chapitres 1 et 2








Sur Amazon
à partir de :
1,47 € (neuf)
1,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La vendetta par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (142)

> voir plus

Quiz