Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Judith Rosenzweig (Éditeur scientifique)

ISBN : 2253149454
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 3.43/5 (sur 53 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A l'insu de tous, le peintre Servin cache, dans le débarras de son atelier, un bel officier de la Garde impériale blessé à Waterloo et recherché par la police pour avoir aidé Napoléon à reprendre le pouvoir pendant les Cent Jours.

Or l'élève favorite du p... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par araucaria, le 18 août 2014

    araucaria
    Court roman, très noir. Il porte bien son titre. Les protagonistes n'ont rien oublié des outrages et des drames du passé, fiers, orgueilleux, ils sont inflexibles et cette rigidité de caractère va tous les conduire au malheur et à un nouveau drame. Un livre très agréable à découvrir. C'est quand même du Honoré de Balzac, alors il est merveilleusement bien écrit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par SagnesSy, le 02 août 2015

    SagnesSy
    "La misère est peut-être le plus puissant de tous les liens"
    Balzac, La Comédie Humaine, Etudes de moeurs, Scènes de la vie privée
    8. La Vendetta (1830)
    Lorsqu'il écrit "La Vendetta", Balzac débute. le thème central du roman est inspiré de Roméo et Juliette (Shakespeare était très en vogue en 1830), mais les détails sont directement empruntés à la réalité, à ce qu'il a pu voir autour de lui, ses transpositions sont assez maladroites et certains détails appesantis. Alors qu'au fond c'est hyper simple (et court, en fait, comme roman) :
    Deux familles corses en vendetta l'une contre l'autre, deux descendants qui tombent amoureux l'un de l'autre, refus tranché des parents : c'est non, jamais, impossible. Mais là où ça devient plus étonnant, c'est que Ginevra tient bon. Elle aime et elle choisit l'amour. Ca s'explique en un certain sens, fille unique, ses parents l'ont élevée à Paris, loin des histoires familiales corses et en la maintenant dans l'ignorance du drame initial (ils s'étaient tous entretués). Ses parents la renient, elle se marie, ils sont très heureux mais très vite dans la misère. Ils sont courageux, méritants, unis, mais ils meurent de faim et d'épuisement au moment même où les parents allaient céder et leur venir en aide.
    La leçon à tirer d'une telle histoire serait quelque chose comme la passion est destructrice, s'opposer à ses parents n'apporte rien de bon ou quiconque méconnaît son passé est condamné à le revivre, ça fait un peu beaucoup, surtout quand on considère le traitement apporté et l'épilogue affreux.
    Mouais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par alaiseblaise, le 06 juin 2011

    alaiseblaise
    La vendetta c'est la justice privée, hors de l'Etat. Comme dans ce roman De Balzac, en Corse, la vengeance d'un meurtre qui implique toute une famille.
    Ici la famille Piombo tue tous les membres de la famille Porta (on ne sait pas trop pourquoi ?). Un seul enfant Porta, Luigi, serait miraculeusement sorti indemne de ce carnage.
    Bartholoméo di Piombo, sa femme et sa fille Genevra fuit la Corse pour se réfugier à Paris.
    Plus tard la belle Genevra tombe amoureuse d'un bel officier nommé...je vous le donne en mille...Luigi !
    Bien sûr, la fille n'était pas au courant du terrible destin des deux familles.
    Je vous raconte pas le drame familial chez les Piombo, surtout du côté du père très très possessif !
    D'ailleurs, je vous raconte pas la fin non plus !
    Ce petit roman «d'apprentissage», même s'il fait un peu «cliché", se lit jusqu'au bout de la curiosité.
    Allez, je vous laisse regarder la tête du père Piombo quand sa fille lui présente le fameux miraculé Luigi.
    «Bartholoméo di Piombo se leva, chancela, fut obligé de s'appuyer sur une chaise et regarda sa femme, Elisa Piombo vint à lui ; puis les deux vieillards silencieux se donnèrent le bras et sortirent du salon en abandonnant leur fille avec une sorte d'horreur. Luigi Porta stupéfait regarda Ginevra, qui devint aussi blanche qu'une statue de marbre et resta les yeux fixes sur la porte vers laquelle son père et sa mère avaient disparu : ce silence et cette retraite eurent quelque chose de si solennel que, pour la première fois peut-être, le sentiment de la crainte entra dans son coeur. Elle joignit ses mains l'une contre l'autre avec force, et dit d'une voix si émue qu'elle ne pouvait guère être entendue que par un amant : - Combien de malheur dans un mot !»
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par exarkun1979, le 09 août 2012

    exarkun1979
    S'il y a une chose que j'ai appris dernièrement à lire beaucoup De Balzac, c'est qu'il n'est pas du tout partisan des Happy Ending. D'une certaine façon, la vie est parfois comme ça. La vie, ce n'est pas un conte de fée à la Disney.
    La Vendetta ne fait pas exception à cela. Ce que l'on voit ici c'est que le bonheur à un prix. C'est ce que l'on apprend du côté de la fille. du côté du père, on apprends que l'orgueil a aussi un prix.
    C'est un roman qui est très touchant mais qui souffre d'un défaut. Il est parfois trop prévisible
    Ce roman fait partie des Scènes de la vie privée dans la Comédie Humaine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par thejoz, le 27 mai 2008

    thejoz
    Ce court roman, un Roméo et Juliette corse et bonapartiste, est l'un des premiers De Balzac. Il témoigne déjà de qualités littéraires certaines. On y sent poindre le talent d'un auteur qui ralliera le panthéon des grands classiques.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par araucaria, le 15 août 2014

    Un soupir de joie sortit de la vaste poitrine de Piombo qui tendit la main au premier consul en lui disant :
    - Il y a encore du Corse en toi!
    Bonaparte sourit. Il regarda silencieusement cet homme, qui lui apportait en quelque sorte l'air de sa patrie, de cette île où naguère il avait été sauvé si miraculeusement de la haine du parti anglais, et qu'il ne devait plus revoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par araucaria, le 16 août 2014

    - Ginevra, vous aimez l'ennemi de votre famille, dit enfin Piombo sans oser regarder sa fille.
    - Cela est vrai, répondit-elle.
    - Il faut choisir entre lui et nous. Notre vendetta fait partie de nous-mêmes. Qui n'épouse pas ma vengeance, n'est pas de ma famille.
    - Mon choix est fait, répondit Ginevra d'une voix calme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par thejoz, le 28 avril 2008

    "Ginevra , vous aimez l'ennemi de votre famille, dit enfin Piombo, sans oser regarder sa fille.
    -Cela est vrai répondit-elle.
    -Il faut choisir entre lui et nous. Notre vendetta fait partie de nous-mêmes. Qui n'épouse pas ma vengeance, n'est pas de ma famille.
    -Mon choix est fait" Répondit Ginevra d'une voix calme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Thaddeus, le 01 mai 2015

    L'amour n'est-il pas comme la mer qui, vue superficiellement ou à la hâte, est accusée de monotonie par les âmes vulgaires, tandis que certains êtres privilégiés peuvent passer leur vie à l'admirer en y trouvant sans cesse de changeants phénomènes qui les ravissent?

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Mimosa022, le 23 janvier 2015

    Les gens qui veulent fortement une chose
    sont presque toujours bien servis par le hasrad.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (49)

Videos de Honoré de Balzac

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac

- Honoré de Balzac,"Eugénie Grandet", le livre de poche -
Tout est grand dans ce célèbre roman, sans que rien ne bouge. Eugénie est une sorte de sainte selon l'homme, toujours fidèle à une même pensée, mais toute naturelle. [...] Au rebours on trouvera dans Eugénie tous les stratagèmes du coeur, et un vrai courage à affronter le terrible homme aux gants de cuir. On a tout dit sur Grandet. On a moins remarqué ce mot de reine, lorsque Eugénie se trouve maîtresse d'une immense fortune et assiégée d'intrigues. Elle répond : Nous verrons cela » comme son père faisait. [...] Ainsi l'âme de Grandet finit par être sauvée. Alain, Propos sur Balzac.

- Victor Hugo, "L'Homme qui rit", Gallimard -
À travers la destinée extraordinaire de Gwynplaine, L'Homme qui rit, Victor Hugo brosse un tableau épique de l'aristocratie anglaise des années 1700. À la fois roman d'aventures, exposé historique et social, drame injouable et poème visionnaire, ce roman est le plus fou de tous ceux de Hugo. C'est aussi le plus riche des obsessions de son auteur. le bateau pris dans la tempête, le pendu servant de vigie, la cabane-théâtre des saltimbanques, les tirades philosophiques d'Ursus, les machinations du traître, la chirurgie monstrueuse, le portrait de la princesse perverse, l'or des palais et le scandale à la chambre des lords sont, plus que des morceaux de bravoure, des morceaux d'anthologie.








Sur Amazon
à partir de :
1,47 € (neuf)
1,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La vendetta par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (188)

> voir plus

Quiz