Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 207032351X
Éditeur : Gallimard (1986)


Note moyenne : 3.91/5 (sur 170 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
«Nous commencerons par discuter les points de vue pris sur la femme par la biologie, la psychanalyse, le matérialisme historique. Nous essaierons de montrer ensuite positivement comment la "réalité féminine" s'est constituée, pourquoi la femme a été définie comme l'Autr... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par lecassin, le 27 novembre 2012

    lecassin
    « Le deuxième sexe » constitue une étude fouillée qui pose, entre autres questions, la question de l'existence ou non d'une identité féminine innée, pour mieux la récuser : « on ne naît pas femme on le devient »…
    S'appuyant sur l'infériorisation de la femme à travers les âges dans tous les domaines de la société, hors la maison, Simone de Beauvoir s'attache à démontrer que tout, les parents, la société, la religion, formate les femmes dans leur infériorité par rapport au « mâle » ; et que mariage et enfants sont un piège qui les cloue à la maison et les empêche de se réaliser en tant qu'individu à l'extérieur. D'où le militantisme de Simone de Beauvoir pour une égalité homme/femme qui selon elle rendrait les deux plus libres…
    Le deuxième sexe constitue un des piliers du néo-féminisme post soixante-huitard qui connaîtra son apogée dans le milieu des années soixante-dix. le slogan, car c'en est un, «On ne naît pas femme on le devient » faisant écho à l'autre, celui du mouvement de mai 68, «Il est interdit d'interdire».
    Quoiqu'il en soit, les faits sont là…présentés, détaillés, analysés. Il n'en reste pas moins que l'interprétation qu'en fait Simone de Beauvoir est parfois un peu « tirée par les cheveux ». Un grand texte, à lire, tout en gardant à l'esprit qu'il s'agit d'un texte militant : le credo d'une femme engagée pour la reconnaissance du droit des femmes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sharvey, le 19 décembre 2013

    Sharvey
    Ce premier des deux tomes concernant la situation de la femme dans le monde qu'elle habite - et a habité - nous informe de façon assez exhaustive sur ce qu'est - et a été - historiquement la position de celle-ci. En débutant par cet élément fondateur qu'est la biologie - début qui est, heureusement, très bien détaillé - De Beauvoir nous relate ensuite ce qu'a été la vie de la femme historiquement, mais aussi mythologiquement, c'est-à-dire de quelle manière elle a, en tant que femme, traversé et marqué les consciences.
    Ce livre est très bien fait. Il aborde la condition de la femme par ce qui la détermine en premier lieu, c'est-à-dire le fait biologique. On y apprend ainsi comment la femme, par la menstruation, la grossesse, est placée très rapidement (dès la puberté) face à l'immanence; tandis que l'homme, n'ayant pas à vivre d'événements aussi "traumatisants" physiquement parlant, se découvre plutôt comme aérien et transcendant. La femme se voit alors ramenée sans cesse à son immanence et finit par y rester coincée, par croire que sa vie ne consiste qu'en cela; tandis que l'homme ne ressentant pas le poids de ces chaînes, peut plus facilement se développer dans des sphères transcendantes et croire, à son tour, qu'il n'est pas, ou si peu, soumis aux aléas de la chair. Enchaînant ensuite avec les considérations historiques, De Beauvoir démontre bien comment cette inégalité physiologique, entres autres, a été utilisée âprement de façon à asservir et à soumettre la femme à travers les âges et les époques. Ainsi les hommes, plus souvent qu'autrement, en cherchant à affirmer leur volonté de puissance, n'ont pas eu de mal à écraser les femmes et à les reléguer à des rôles et à des positions de subalternes, voire même, dans certains contextes, d'esclaves. de même, la femme s'est vue déterminée comme altérité, elle s'est vue attribuée le statut de l'Autre, c'est-à-dire d'une conscience différente, séparée mais tout de même bien présente et pouvant entrer en conflit avec le sujet qui la rencontre. La conscience de l'homme, cherchant à devenir souveraine, travaillait ainsi à réduire cette Autre, à la dominer pour pouvoir régner. Elle était aussi la cible idéale sur qui l'on pouvait projeter tout ce que l'on arrivait pas à accepter chez soi, à savoir la peur, le dégoût, l'incertitude, la sentimentalité, etc. C'est de cette façon que toutes sortes de mythes ont existé - et existent encore - au sujet des femmes; on les voit, tour à tour: sorcières, enchanteresses, pécheresses, beautés, anges, nymphes, créations célestes, etc. malheureusement, ces mythes se placent en travers du chemin menant à l'épanouissement des femmes, mais aussi des hommes qui les côtoient et les côtoieront toujours.
    Cette lecture a été très bénéfique pour moi, Elle m'a permis de prendre compte de cette réalité qu'est celle de la femme et de son être au monde. L'ouvrage comportant 400 pages, De Beauvoir prend bien la peine d'expliquer et de détailler à coups d'exemples et de faits historiques sa position. Nous pourrions lui reprocher, et cela ne serait pas inexact, une certaine tendance à tracer au crayon noir des éléments de la vie biologique ou historique ne laissant pas beaucoup de place pour la nuance, et pourtant l'exercice s'avère nécessaire pour qui cherche à faire un peu plus de lumière sur la question et, au final, pas si loin de la réalité puisque appuyé par des recherches et une réflexion sérieuse. En terminant, je dirais que ce livre est un livre essentiel pour toutes personnes s'intéressant au féminisme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Luniver, le 13 octobre 2011

    Luniver
    Un des piliers du féminisme.
    L'essai est divisé en trois parties : partant du constat que la femme est considérée comme inférieure, la première partie tente d'expliquer cette différence à travers trois points de vue : biologique, psychanalytique, et celui du matérialisme historique, mais en conteste les résultats.
    La deuxième partie brosse le portrait des relations hommes/femmes en Europe à travers l'histoire : on part de la préhistoire, où la femme est associée à la fécondité, en passant par l'antiquité, la religion, et les temps plus modernes. On s'aperçoit que les "avancées" sont plus dûes à un pouvoir qui tente d'en contrecarrer un autre qu'à une réelle volonté d'égalité.
    La troisième partie traite des mythes construits. Ne connaissant que très peu les œuvres évoquées dans cette section, je l'ai survolée (décortiquer des textes qu'on a pas lu, ce n'est pas très passionnant).
    Qu'en penser au final ? Je me suis senti parfois perdu face aux interprétations que l'auteur tirait des faits, soit par manque de bagage pour comprendre de quoi il était question, soit par l'impression de se retrouver face à des explications un peu tirées par les cheveux. Mais de toute manière, la grande compilation de faits et d'exemples est suffisante pour prendre conscience que cette construction masculin/féminin est très artificielle, et permet de se forger sa propre opinion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sissidebeauregard, le 03 octobre 2013

    Sissidebeauregard
    C'est la première partie de l'autobiographie de Simone de Beauvoir, elle y raconte son enfance, son adolescence et son entrée dans l'âge adulte, à peu près jusqu'à sa rencontre avec Sartre.
    Exceptionnel et passionnant.
    Exceptionnel par son style magnifique et limpide, son fond sidérant de féminisme avant-gardiste à une époque où la société française restait très traditionnelle.
    Passionnant pour tout ce qu'il révèle sur Simone de Beauvoir, la femme et la philosophe qui avait un siècle d'avance sur son temps et qui soulève bien avant tout le monde des problèmes qui ne sont aujourd'hui toujours pas réglés.
    À lire absolument.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Aela, le 22 janvier 2011

    Aela
    "On ne naît pas femme on le devient" cette phrase universellement connue nous trotte dans la tête et a valeur de symbole dans ces grandes luttes pour les droits des femmes qui ont occupé les années 1970 essentiellement. A partir de ce constat, l'histoire de la Femme en Occident prend tout son relief: on nous a fait croire pendant longtemps que nous avions une nature particulière: la douceur, la sensibilité, l'altruisme.. afin de mieux nous maintenir dans un état de dépendance.. C'est le credo de Simone de Beauvoir qui luttera toute sa vie pour que les droits des femmes soient mieux connus et reconnus..
    Un ouvrage de référence pour tous ceux et celles qui veulent mieux comprendre leur époque...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (67)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Leilana, le 04 avril 2014

    Ce qui est certain, c'est qu'aujourd'hui il est très difficile aux femmes d'assumer à la fois leur condition d'individu autonome et leur destin féminin; c'est là la source de ces maladresses, de ces malaises qui les font parfois considérer comme "un sexe perdu".

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Leilana, le 04 avril 2014

    Chez l'homme il n'y a entre vie publique et vie privée aucun hiatus: plus il affirme dans l'action et le travail sa prise sur le monde, plus il apparaît comme viril; en lui valeurs humaines et valeurs vitales sont confondues; au lieu que les réussites autonomes de la femme sont en contradiction avec sa féminité puisqu'on demande à la "vraie femme" de se faire objet, d'être l'Autre.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Leilana, le 04 avril 2014

    L'homme n'aurait rien à perdre, bien au contraire, s'il renonçait à déguiser la femme en symbole. Les songes quand ils sont collectifs et dirigés, des clichés, sont bien pauvres et monotones auprès de la réalité vivante: pour le vrai rêveur, pour le poète, elle est une source bien plus féconde qu'un merveilleux éculé.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Leilana, le 04 avril 2014

    Ainsi nous voyons que le mythe s'explique en grande partie par l'usage que l'homme en fait.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Megh, le 15 mai 2010

    Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.

    Commenter     J’apprécie          0 66         Page de la citation

> voir toutes (61)

Videos de Simone de Beauvoir

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Simone de Beauvoir


Irène Frain - Beauvoir in love - le carnet
Irène Frain nous dévoile les secrets du mystérieux carnet écrit par Nelson Algren et Simone de Beauvoir lors de leur voyage au Mexique et en Amérique du sud.











Sur Amazon
à partir de :
8,39 € (neuf)
8,85 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Deuxième Sexe, tome 1 : Les faits et les mythes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (558)

> voir plus

Quiz