Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une citation

Citations sur Mémoires d'une jeune fille rangée (59)


Classer par:       Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Jooh le 05/08/2012


    Malgré les promesses du ciel, je suffoquais d'horreur en pensant à la mort qui sur terre sépare à jamais les gens qui s'aiment.

    Commenter     J’apprécie          1 54         Page de la citation



  • Par Jooh le 05/08/2012


    Les pensées vont et viennent à leur guise dans notre tête, on ne fait pas exprès de croire ce qu'on croit.

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la citation



  • Par Zora-la-Rousse le 04/12/2010


    On m'avait entraînée à confondre ce qui doit être et ce qui est

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la citation



  • Par Jooh le 05/08/2012


    Un seule chose, par instants, m'assombrissait: un jour, je le savais, cette période de ma vie s'achèverait. Cela ne paraissait pas vraisemblable. Quand on a aimé ses parents vingt ans, comment peut-on, sans mourir de douleur, les quitter pour suivre un inconnu ? et comment peut-on, alors qu'on s'est passé de lui pendant vingt ans, se mettre à aimer du jour au lendemain un homme qui ne vous est rien ?

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la citation



  • Par Jooh le 04/08/2012


    Et mon âme n'était pas moins précieuse aux yeux de Dieu que celle des enfants mâles: pourquoi les eussé-je enviés ?

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation



  • Par torezu le 08/05/2010


    Je me promis lorsque je serai grande de ne pas oublier qu'on est à 5 ans un individu complet c'est ce que niaient les adultes lorsqu'ils me marquaient de la condescendance et ils m'offensaient.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation



  • Par Carotte le 15/03/2008


    Depuis sept ans , je me confessais deux fois par mois à l'abbé Martin; je l'entretenais de mes états d'âme; je m'accusais d'avoir communié sans ferveur, d'avoir prié du bout des lèvres, trop rarement pensé à Dieu; à ces défaillances éthérées, il répondais par un sermon d'un style élevé. Un jour, au lieu de se conformer à ces rites, il se mis à me parler sur un ton familier. "Il m'est venu aux oreilles que ma petite Simone a changé... qu'elle est désobéissante, turbulente, qu'elle répond quand on la gronde... Désormais il faudra faire attention à ces choses." Mes joues s'embrasèrent, je regardait avec horreur l'imposteur que j'avais pendant des années pris pour le représentant de Dieu : brusquement il venait de retrousser sa soutane, découvrant des jupons de bigote; sa robe de prêtre n'était qu'un travesti; elle habillait une commère qui se repaissait de ragots.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation



  • Par torezu le 08/05/2010


    A travers son héroïne, je m'identifiais à l'auteur, un jour une adolescente, une autre moi-même, tremperait de ses larmes un roman où j'aurais raconté ma propre histoire.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation



  • Par Jcequejelis le 05/10/2011


    Je me suis mis à tenir un journal intime ; en exergue, j'écrivis : " Si quelqu'un, qui que ce soit, lit ces pages, je ne lui pardonnerai jamais. C'est une laide et mauvaise action qu'il fera là. Prière de respecter cet avertissement en dépit de sa ridicule solennité. " En outre, je pris grand soin de le dérober à tous les regards. J'y recopiais des passages de mes livres favoris, je m'interrogeais, je m'analysais je me félicitais de ma tranformation. En quoi consistait-elle au juste ? Mon journal l'explique mal ; j'y passais quantité de choses sous silence, et je manquais de recul.

    [Folio n° 786 - p. 260]

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation



  • Par Ornora le 09/09/2014


    Le premier de mes bonheurs, c'était, au petit matin, de surprendre le réveil des prairies ; un livre à la main, je quittais la maison endormie, je poussais la barrière ; impossible de m'asseoir sur l'herbe embuée de gelée blanche ; je marchais sur l'avenue, le long du pré planté d'arbres choisis que grand-père appelait "le parc paysagé" ; je lisais, à petits pas, et je sentais contre ma peau la fraîcheur de l'air s'attendrir ; le mince glacis qui voilait la terre fondait doucement ; les hêtres pourpres, les cèdres bleus, les peupliers argentés brillaient d'un éclat aussi neuf qu'au premier matin du paradis : et moi j'étais seule à porter la beauté du monde, et la gloire de Dieu, avec au creux de l'estomac un rêve de chocolat et de pain grillé.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation






Sur Amazon
à partir de :
7,02 € (neuf)
5,25 € (occasion)

   

Faire découvrir Mémoires d'une jeune fille rangée par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz