AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707300705
Éditeur : Editions de Minuit (01/07/1957)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 651 notes)
Résumé :
« Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d’immobilité, cette notion d’enfouissement. Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous les mouvements qu’il peut faire c’est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestique, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu’on voit de temps en t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
michfred
15 décembre 2015
  • 5/ 5
Un fauteuil de paralytique, deux poubelles, une chambre avec, en haut des grands murs gris, deux fenêtres ouvrant sur le monde extérieur. Un escabeau pour aller voir.
Assignés à résidence quatre hommes - quatre créatures qui s'accrochent encore à leur humanité présumée.
Hamm, le paralytique aveugle - il a le suprême chic de regrouper les deux infirmités généralement disjointes dans l' expression familière qui les évoque- Il porte autour du cou le signe de son pouvoir: un sifflet, comminatoire et strident, qui déclenche le mouvement et les déplacements harassés de Clov, son esclave, un être famélique et docile.
Clov et Hamm, Hamm et Clov...couple dérisoire aux noms symboliques: le marteau et le clou...
Dans les poubelles, plus très réactifs, Nagg et Nell, les géniteurs de Hamm . De temps en temps ils soulèvent leur couvercle respectif pour réclamer au pauvre Clov, décidément homme à tout faire, leur pitance -une bouillie peu ragoûtante qu'ils ingurgitent avec des bruits de succion gourmande, de leur bouche édentée... A ces deux-là, il reste la tendresse et les souvenirs d'un amour vieux comme eux, et qui, comme eux, ne veut pas mourir.
Qu'attendent-ils?
C'est simple: Clov attend les coups de sifflet de Hamm, Nagg et Nell attendent leur bouillie, Hamm attend que Clov , juché sur l'escabeau lui annonce enfin que quelque chose ARRIVE... mais tous attendent que CELA finisse...
Fin de partie est l'image littérale du tragique de la condition humaine.
Mais c'est aussi l'image-miroir du temps de la représentation théâtrale et des attentes du spectateur- en quête du divertissement qui le tirerait enfin hors de son angoisse existentielle...
Dans le cas de celui de FIN DE PARTIE, c'est raté: tout le ramène au contraire à cette angoisse, mais avec la dérision et l'humour noir ravageurs de Beckett en prime. Ce qui permet au spectateur de mettre à distance, pendant quelques heures, le spectacle, sans cela insupportable, de notre commune déréliction, et du lent naufrage, de l'émiettement subreptice qui finissent toujours par y mettre un terme..
Voilà pourquoi, même si FIN DE PARTIE n'a rien d'une comédie musicale à grand spectacle, et si, à côté, En attendant Godot fait figure de parade de cirque avec numéro de clowns, jongleurs de chapeaux, pantalonnades et séance de dressage pour grand fauve -le monologue de Lucky!- je conseille d'aller VOIR Fin de partie plutôt que de le lire: jamais la tragédie d'exister n'a atteint, à mes yeux, un tel degré d'absurdité, jamais elle n'a paru aussi férocement drôle...
Et le fin du fin de Fin de partie, c'est sa fin..mais je préfère vous laisser sur votre faim, plutôt que d'en donner, bêtement, le fin mot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          279
ianf
22 décembre 2010
  • 5/ 5
On ne peut pas résumer Fin de partie, simplement parce qu'il n'y a pas d'intrigue, pas d'histoire au sens propre. Ce sont quatre personnages - Clov et Hamm, Nagg et Nell ; c'est un lieu clos - car au dehors, c'est "Mortibus" ; c'est une boucle sans fin ; c'est un temps inexistant ; c'est surtout des répliques, des dialogues, des relations entre les personnages magnifiquement mis en scène par le génie de Beckett.
Fin de partie, c'est aussi la mise en évidence de la misère de la condition humaine dans tout ce qu'elle a de plus ignoble, de plus inutile. Oui, l'homme est inutile, la vie est un fardeau (Hamm dira à son père : "Salopard ! Pourquoi m'as-tu fait ?"), et l'attente d'une mort qui semble refuser de se montrer : Hamm prie pour que ça ne "rebondisse pas", et si "quelque chose suit son cours", si "ça avance", les personnages continuent d'attendre, mais en vain : la fin de la pièce est un écho au début, et si quelques éléments peuvent faire penser qu'en effet, ça va finir, l'impression de boucle et d'éternel recommencement nous fait réaliser que ce n'est pas fini. Clov l'annonce lui-même, dès la première (et somptueuse) réplique de Fin de partie : "Fini, c'est fini, ça va finir, ça va peut-être finir." Fin de partie nous raconte une fin qui n'en finit pas de finir, et qui au fond, semble ne jamais vouloir s'achever.
Mais, plus que tout encore, Fin de partie est l'éloge du théâtre le plus fascinant qui existe. Cette pièce, si elle s'éloigne du théâtre traditionnel comme le théâtre shakespearien (d'ailleurs, Beckett y fait de multiples allusions : "Mon royaume pour un boueux", dira Hamm), est en fait au plus proche du théâtre, car c'est dans cet art qu'elle puise toute sa force. Les personnages sont des acteurs en train de jouer (Clov sert "à donner la réplique" à Hamm, qui se demande : "Pourquoi cette comédie, tous les jours ?"), comme le suggère la première pantomime de Clov ; ils dialoguent dans cet espace exigu qu'est la scène de théâtre. Les objets, le décor, les mouvements comptent davantage que les paroles et que l'intrigue, preuve évidente que c'est au coeur de l'essence théâtrale que Beckett puise toute la force de son oeuvre.
Fin de partie, pièce en un acte emplie de métathéâtralité (théâtre dans le théâtre), combine tous les thèmes chers à Beckett : la condition humaine faible et misérable (on n'est pas sans penser à Pascal en lisant la pièce), les relations entre individus, le langage qui perd sa splendeur et se déconstruit ("tout est a - (bâillements) - bsolu"...), et surtout le théâtre. Car Fin de partie, en tant que pièce qui va à l'encontre du modèle théâtral ordinaire (personnages vides, absence de scène d'exposition et de fin, langage déconstruit, aucune intrigue, références classiques détournées tel le couple maître-valet qui devient le couple parodique Hamm-Clov, etc.), est en fait le théâtre en lui-même. C'est ça qui en fait un chef-d'oeuvre, et même très certainement supérieur à En attendant Godot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Philippe67
17 mars 2012
  • 5/ 5
Je suis fan de Beckett et j'ai adoré cette pièce. A chaque fois je découvre d'autres richesses dans ce texte de l'absurde qui commence par la fin eh eh!
Ham qui ne peut pas marcher, Clov qui ne peut pas s'asseoir, les vieux dans les poubelles. Comme pour toutes les pièces de théâtre on peut lire le texte mais surtout il faut voir cette pièce jouée. C'est vivant le théâtre quoi!
Commenter  J’apprécie          180
Darkcook
13 janvier 2013
  • 5/ 5
Lue et étudiée il y a plusieurs années, j'en ai vu une représentation il y a quelques jours... Pièce que j'aime beaucoup, on peut en faire une lecture apocalyptique, s'amuser des jeux sur le langage, et, quand on est amateur de théâtre, s'abreuver de sa très grande théâtralité, et ce, malgré le minimalisme beckettien d'éléments.
Tous ses petits passages sont inoubliables... Ce qu'il y a dehors, Nell et Nagg, la mort brutale de Nell, qui frappe incontestablement le lecteur, l'histoire interminable d'Hamm, le dilemme de Clov...
Commenter  J’apprécie          140
pleasantf
15 janvier 2017
  • 5/ 5
J'aime cette pièce en particulier pour son humour noir, le rythme marqué par les silences et l'usage virtuose du langage, pourtant simple. Ce texte est une source généreuse d'inspiration pour le jeu et la mise en scène.
Avant de finir séparés, les personnages de la pièce, comme en chute libre dans un gouffre infernal, donnent l'impression d'être désespérément accrochés les uns aux autres dans l'espoir d'un vain réconfort auquel ils ne croient pas eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
MorgouilleMorgouille14 juin 2009
HAMM. — Prions Dieu.
CLOV. — Encore ?
NAGG. — Ma dragée !
HAMM. — Dieu d’abord ! (Un temps.) Vous y êtes ?
CLOV (résigné). — Allons-y.
HAMM (à Nagg). — Et toi ?
NAGG (joignant les mains, fermant les yeux, débit précipité). — Notre Père qui êtes aux…
HAMM. — Silence ! En silence ! Un peu de tenue ! Allons-y. (Attitudes de prière. Silence. Se décourageant le premier.) Alors ?
CLOV (rouvrant les yeux). — Je t’en fous ! Et toi ?
HAMM. — Bernique ! (A Nagg.) Et toi ?
NAGG. — Attends. (Un temps. Rouvrant les yeux.) Macache !
HAMM. — Le salaud ! Il n’existe pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
chartelchartel28 décembre 2007
NAGG (bas). – Tu as entendu ? Un cœur dans la tête !

Il glousse précautionneusement.

NELL. – Il ne faut pas rire de ces choses, Nagg. Pourquoi en ris-tu toujours ?

NAGG. – Pas si fort !

NELL (sans baisser la voix). – Rien n’est plus drôle que le malheur, je te l’accorde. Mais –

NAGG (scandalisé). – Oh !

NELL. – Si, si, c’est la chose la plus comique au monde. Et nous en rions, nous en rions, de bon cœur, les premiers temps. Mais c’est toujours la même chose. Oui, c’est comme la bonne histoire qu’on nous raconte trop souvent, nous la trouvons toujours bonne, mais nous n’en rions plus.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
michfredmichfred15 décembre 2015
Nagg: Tu ne veux pas ton biscuit? (Un temps.) Je te le garde. (Un temps.)Je croyais que tu allais me laisser.
Nell: Je vais te laisser.
Nagg: Tu peux me gratter d'abord?
Nell: Non. (Un temps.) Où?
Nagg: Dans le dos.
Nell: Non. (Un temps.) Frotte toi contre le rebord.
Nagg: C'est plus bas. Dans le creux.
Nell: Quel creux?
Nagg: Le creux. (Un temps.)Tu ne peux pas? (Un temps.) Hier tu m'as gratté là.
Nell (élégiaque): Ah hier!
Nagg: Tu ne peux pas? (Un temps.) Tu ne veux pas que je te gratte, toi?(Un temps.) Tu pleures encore?
Nell: J'essayais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
yannyann25 juillet 2010
CLOV. — Pourquoi cette comédie, tous les jours?
HAMM. — La routine. On ne sait jamais. (Un temps.) Cette nuit j'ai vu dans ma poitrine. Il y avait un gros bobo.
CLOV. — Tu as vu ton coeur.
HAMM. — Non, c'était vivant. (Un temps. Avec angoisse.) Clov !
CLOV. — Oui.
HAMM. — Qu'est ce qui se passe?
CLOV. — Quelque chose suit son cours.
Commenter  J’apprécie          230
gteisseire2gteisseire227 juillet 2010
-Mais tu pourrais être seulement mort dans ta cuisine.
-Ça reviendrait au même.
-Oui, mais comment le saurais-je, si tu étais seulement mort dans ta cuisine.
-Et bien... je finirais bien par puer.
-Tu pues déjà. Toute la maison pue le cadavre.
-Tout l'univers.
[Avec colère] -Je m'en fous de l'univers !
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Samuel Beckett (81) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samuel Beckett
Quoi de mieux pour travailler cette tirade qu’un extrait vidéo (Lucky danse puis pense sur l’injonction de son maître Pozzo) d’En attendant Godot mise en scène par Samuel Beckett himself en 1989, avec Roman Polanski dans le rôle de Lucky ?
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

En attendant Godot, on répond à ce quiz

En quelle année cette pièce a t-elle été publiée ?

1948
1952
1956
1968

10 questions
153 lecteurs ont répondu
Thème : En attendant Godot de Samuel BeckettCréer un quiz sur ce livre
. .