Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253174890
Éditeur : Le Livre de Poche (2014)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 42 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Ses collègues l'appellent l' "ancêtre" ou l' "ours", peu importe le surnom, pourvu qu'on lui concède sa vie de solitude sur les routes. Il est VRP en papier peint depuis quarante ans. Soudain sa hiérarchie voudrait qu'il vende aussi des canapés. Mais quand il songe au t... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (23)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par caro64, le 28 février 2013

    caro64
    Avec Ils désertent, Thierry Beinstingel nous fait pénétrer dans une petite entreprise. Cette dernière distribuait jusqu'ici du papier peint, article un peu démodé. Elle entend désormais se diversifier. Pourquoi ne pas proposer, par exemple, des canapés ? Un des représentants s'y refuse. Il s'agit de "l'Ancêtre". Il y a quarante ans qu'il est là. Il a ses fidèles clients. Son système a beau sembler obsolète, il fonctionne. Seulement voilà ! L'actuelle direction, qui entend frapper un grand coup, veut tout réformer. Elle a engagé une jeune femme. Elle se retrouve responsable des changements. Pour cette débutante, qui s'est faite toute seule et qui végétait, il s'agit d'une aubaine. Sa première mission sera donc de liquider en douceur "l'Ancêtre", qui n'entend pas se laisser faire. Pour tout dire, elle-même n'est pas convaincue. C'est encore lui qui compte le plus dans le chiffre d'affaires qu'elle a consulté. Alors, faut-il vraiment frapper ce grand coup psychologique ? Elle suit donc cet homme, en début de soixantaine, au risque de sympathiser…
    Rythmé par le "vous" et le "tu" avec lesquels l'auteur aborde ses personnages sans nom , le roman observe la société à travers le regard de deux solitaires attachants. Lui accroché à ses chambres d'hôtel, à sa voiture et à Rimbaud qu'il vénère; elle, "l'intello de la famille", à son appartement perdu au milieu de nulle part et à son désir d'ascension sociale. Thierry Beinstingel nous met le dilemme entre les mains et appuie gentiment là où ça fait mal : malaise économique, malaise existentiel, malaise d'une société. L'écriture est serrée, précise, sans fioritures, ancrée dans le réel. Un roman bien conduit dont le dénouement est inattendu mais qui tient quand même un peu du mirage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par pilyen, le 25 septembre 2012

    pilyen
    "Ils désertent" est un livre dont j'aurai aimé dire que je l'avais adoré alors que je ne l'ai que simplement aimé. C'est un livre enrichissant, formidablement bien écrit, qui m'a happé dès les premières lignes mais qui hélas m'a un peu lâché avant sa conclusion.
    Nous faisons d'abord la connaissance d'une jeune femme, fière d'avoir pu grimper sur l'échelle sociale grâce à son embauche au poste de chef des ventes dans une société de papiers peints et de décoration. Son premier travail sera de virer un de ses VRP, surnommé l'ancêtre, quarante ans de boîte mais aussi celui qui fait toujours les meilleurs chiffres de vente. Ces deux là, malgré leur différence d'âge, leurs fonctions, ont finalement d'infimes choses en commun que Thierry Beinstingel va nous faire découvrir en observant leur vie avec de subtils chapitres en parallèle.
    La première moitié du roman est une brillante mise en place du récit, brossant avec pertinence et sensibilité le mal être de ces deux personnes solitaires et broyés par le travail en entreprise, troisième personnage de cette histoire. le monde du management, de la recherche du profit, des décisions imbéciles au nom de la sacro-sainte économie libérale sont ici la toile de fond devant laquelle se débattent ce presque vieil homme et cette jeune femme. Leur vie est un désert, affectif, relationnel et même architectural puisque la jeune chef des ventes habite un de ces appartements pour investisseurs, construit au milieu d'un champ, au bout du bout d'une ville sinistre. Tous deux ne sont que les pions d'un système rendu fou et qui ne garde que les plus malléables. Elle, ancienne lectrice d'Hannah Arendt, se demande comment on peut encore travailler après avoir lu "Condition de l'homme moderne". Lui, est un admirateur de Rimbaud, surtout de sa correspondance, depuis qu'il a appris que, comme lui, il avait été un voyageur de commerce.
    Toute cette première partie est tout simplement admirable par son acuité, par la totale empathie de l'écriture avec les personnages. Et soudain, après un chapitre un peu étrange mêlant Rimbaud et l'auteur, le livre bascule doucement vers un final, comment dire, un peu trop sucré. C'est comme si, pour rester avec des auteurs récents, on avait débuté le livre avec Jérôme Ferrari et terminé avec Grégoire Delacourt (deux auteurs aux univers très différents mais dont j'ai apprécié les ouvrages cette année) et du coup cela ne fonctionne pas vraiment. Même si la thèse de la culture sauvant l'humain du néant est forcément séduisante, elle détonne quelque peu après une mise en place si tendue, si âpre et si intense. C'est dommage, mais je ne suis peut être pas très bon juge, puisque, ô surprise, les jurés Goncourt ont inscrit ce roman dans leur première liste.
    Un peu plus sur le blog
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par livr-esse, le 18 septembre 2012

    livr-esse
    Lui est surnommé l'ancêtre.
    Il était présent à la naissance de l'entreprise, seul employé avec le patron.
    Depuis les premiers jours, il sillone les routes avec, sous le bras, ses échantillons de papiers peints reliés comme un beau livre et aussi, c'est son petit secret, les Oeuvres de Rimbaud.
    Des années qu'il connait ses clients, qu'il aime leur présenter ses nouveautés. Et la réciproque est vraie, ses clients sont impatients de voir, de toucher les nouveaux échantillons et surtout d'écouter les arguments de " l'ancêtre ".
    C'est sûrement cette alchimie qui fait de lui le meilleur VRP de sa boite.
    Elle, ex-étudiante en école de commerce, ex-employée d'un magasin de sport et nouvellement embauchée comme directrice des ventes.
    Fière de sa réussite sociale, elle va pourtant très vite en voir le revers de la médaille avec cette première mission qui consiste à virer l'ancêtre.
    Deux générations, deux destins qui vont se croiser dans les méandres du monde du travail.
    Mon avis :
    coeur
    J'aurais écrit mon billet juste après ma lecture, je n'aurais probablement pas mis de coup de coeur. Mais avec quelques semaines de recul et un peu de réflexion, je lui trouve toutes les qualités pour un tel roman.
    Bien sûr, il faut aimer ce genre de sujet, ce qui est mon cas. Même si professionnellement j'ai tourné la page, le rapport entre l'humain et l'entreprise continue d'exercer une certaine fascination chez moi.
    Dans ce roman, qui pourrait d'ailleurs être un document, l'auteur maîtrise parfaitement son sujet.
    Ancien cadre chez France Telecom, Thierry BEINSTINGEL connaît sur le bout des doigts les rouages du monde de l'entreprise. Ainsi, il réussit une description très exact du management actuel et aussi de cette relation très malsaine entre employeur et employé.
    Mais ce roman ce n'est pas que cela, c'est aussi un hommage aux commerces de Province (Jean-Pierre PERNAUD sort de ce corps !!!), à la vie sur les routes et dans les hôtels, à la réussite sociale... En fait, c'est un livre sur nous, notre époque dans ce qu'elle a de bon et aussi de moins bon. Un texte qui m'a parlé et qui continue de me faire réfléchir des semaines après l'avoir refermé.
    Je pourrais parler de ce roman pendant des pages car je n'ai fait qu'effleurer les sujets évoqués, mais le but du jeu c'est plutôt que vous le découvriez. Alors...

    Lien : http://www.livr-esse.com/article-ils-desertent-110112086.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par ph_hugot, le 04 octobre 2012

    ph_hugot
    Voici un de mes mes lectures lues cet été dans le cadre du prix du roman Fnac, " Ils désertent," est un joli roman sur le monde du travail, mais qui hélas, quelques semaines après sa lecture, et un peu hélas comme la plupart des autres de la sélection, ne m'aura pas laissé un souvenir impérissable .
    Et pourtant, un peu à ma grande surprise, le livre plait beaucoup aux jurés littéraires, car il est pour l'instant sur la seconde liste des Goncourt et la première du Fémina, et en même temps, le livre a beaucoup de qualités, et n'est pas hyper médiatisé, donc cette annonce ne me dérange absolument pas.
    Je ne connaissais pas l'auteur (cf photo), pas forcément très populaire et très médiatisé, mais j'ai appris après avoir lu son dernier roman qu'il a notamment été, dans une vie antérieure, cadre à France Télécom.
    Une fois licencié, il s'est fait une spécialité autour de romans qui traitent du monde du travail de façon critique et réaliste (les deux ne vont pas sans l'autre). On imagine fort bien qu'avec France Télécom, Beinstingel a mis beaucoup de ses expériences professionnelles dans ses romans.
    Ainsi, dans son précédent opus, "Retour aux mots sauvages», Beinstingel posait l'action du livre dans une très anonyme compagnie d'assurances. Ses héros, ou plutôt ses antihéros, n'étaient plus que des voix au téléphone, priées d'envoyer gentiment les clients balader.
    Dans «Ils désertent», l'écrivain situe une nouvelle ois son intrigue dans une petite entreprise., mais dont la branche d'activité diffère sensiblement. En efet, cette dernière distribuait jusqu'ici du papier peint, article un peu démodé. Elle entend désormais se diversifier dans le doute. Pourquoi ne pas proposer, par exemple, des canapés? Un des représentants s'y refuse. Il s'agit de «l'Ancêtre». Il y a quarante ans qu'il est là. Chaque saison, il fait coller des échantillons dans de beaux albums. Il a ses fidèles clients. Son système a beau sembler obsolète,il fonctionne, mais jusqu'à quand?
    Le roman possède, comme je le disais au début du billet, d'évidents atouts, notamment son type de narration, particulièrement original : quand l'auteur parle de la jeune femme il utilise le tutoiement, et le vouvoiement quand il s'agit de l'homme. Cela donne une distance. Les faits sont énoncés sans jugement, donnant deux éclairages différents sur les tranches de vies..
    Elle est une jeune commerciale qui en veut, promue chef des ventes de cette société de papier peint qui décide de l'innovation du siècle : vendre des canapés pour accompagner les nouveaux murs. Elle achète à crédit un appartement vide et neuf dans une résidence vide et neuve où l'humanité est réduite à une vieille voisine à fleurs et à des vandales.
    Lui, dit l'ancêtre, sillonne la France depuis quarante ans pour vendre les papiers peints de ladite entreprise, la clope au bec au volant de son break, désespérément seul dans ses miteux hôtels de passage si ce n'est sa passion incongrue pour Rimbaud, née lorsqu'il a découvert que le célèbre poète avait été comme lui un commis voyageur. Saint Rimbaud des VRP.
    Deux personnalités, deux générations. Presque tout sépare la jeune femme et le représentant de commerce. Elle veut réussir dans son boulot et dans sa vie professionnelle qui connait enfin un espoir de vie meilleure. Il suit une routine qui le rassure et les milliers de km qu'il a parcouru dans sa vie le ramènent au même endroit. Leur seul point commun : la solitude (Ils désertent, île déserte, comme la citation du début l'illustre).
    Bref, vous l'aurez compris, nous ne sommes pas dans un roman léger et rigolard (contrairement à Haut et Court également chronique sociale désenchantée, lu un peu après, mais chroniqué avant) et l'auteur excelle à dépeindre cette France des zones commerciales, des ronds-points et de panneaux criards qui symbolise si bien notre société mercantile ( un peu comme le faisait Herven et Delépine dans le grand soir).
    Pourquoi avec toutes ces qualités, ce roman ne m'a pas emballé comme j'aurais aimé l'être? Peut-être que parce que sur un thème similaire, on ne peut s'empecher de penser àdu Houellebeck, mais sans la même ironie, sans la même violence du trait, et plus embêtant sans le même humour. Avec un poil de dérision en plus et un ton un peu moins froid, je tenais sans doute un de ceux qui auraient pu faire partie de mes grands romans français de cette rentrée.


    Lien : http://www.baz-art.org/archives/2012/10/04/25120447.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par motspourmots, le 27 août 2014

    motspourmots
    Je ne sais pas si je vais réussir à parler comme il faut de ce livre que j'ai beaucoup aimé et qui m'a également profondément émue à la fin... le fond est riche malgré l'épaisseur relativement modérée du volume - moins de deux cents pages - et le style suffisamment singulier (cette écriture à la 2ème personne...) pour créer un lien étroit avec le lecteur. C'est l'histoire de deux solitudes. C'est aussi une peinture assez terrible du monde du travail et des monstres qu'il génère. C'est une histoire de résistance, quand arrive le moment où l'on a encore le choix de dire non.
    Les deux solitaires n'ont a priori rien en commun : elle est jeune diplômée récemment embauchée dans l'entreprise pour superviser l'équipe de vendeurs ; lui est surnommé "l'ancêtre" à cause de ses quarante années passées à sillonner les routes pour vendre ses collections de papier peint, depuis la création de l'entreprise. Rachats, évolutions, transformations... La petite entreprise familiale est devenue un grand groupe en diversifiant ses activités... Pourquoi se contenter de vendre du papier peint alors qu'on peut agir sur l'ensemble de ce qui constitue le décor, meubles, luminaires... Tout ça, "l'ancêtre" s'en fout. Lui, il est le roi du papier peint, d'ailleurs son secteur est celui qui réalise le meilleur chiffre, de loin... Qu'à cela ne tienne, l'entreprise doit évoluer, les vieilles méthodes sont priées de débarrasser le plancher et la jeune diplômée est sommée de se débarrasser de "l'ancêtre"...
    En alternant les chapitres en compagnie de l'un ou de l'autre, l'auteur nous fait pénétrer au cœur de l'absurde. Lui n'a que la route, les kilomètres qu'il s'amuse à cumuler et à transformer en nombre de voyages terre-lune... La route lui a coûté sa famille, femme envolée, enfants distants... Mais c'est en virtuose qu'il exerce son art, presque applaudi par ses clients, friands de ses argumentaires plus poétiques que publicitaires. Elle espère réussir comme le souhaitait son père avant de mourir... Famille modeste, mère distante, pas d'amis pas le temps à cause des études puis du travail... C'est une belle opportunité ce poste, l'indépendance, une carrière, quitte à devoir se plier à des exigences absurdes... Pourquoi se séparer de celui qui rapporte le plus à l'entreprise ?
    L'auteur n'a pas son pareil pour décrire le quotidien du VRP (zones commerciales interchangeables, mauvais cafés des selfs d'autoroute, hôtels impersonnels...) ou les affres d'une jeune cadre soudain confrontée à la triste réalité du terrain et des petits chefs. Pas son pareil non plus pour mettre de la Poésie dans ces tristes vies... La Poésie, les mots, la littérature, voilà qui peut-être parviendra à les sauver ; "l'ancêtre" est accompagné par Rimbaud dont il aime souligner le parcours parallèle au sien, la jeune diplômée est tentée de se replonger dans ses livres pour essayer de comprendre le monde qui l'entoure. Et puis les rencontres. Les relations, la confiance. Casser ce cercle vicieux de la solitude, recommencer à rire, sortir, discuter... à vivre, quoi. Trouver simplement le courage de dire non et terminer sur une belle note d'espoir.
    Pas évident de parler de l'entreprise sans trivialité et là, c'est franchement réussi, comme si l'auteur (cadre dans les télécommunications) connaissait bien son sujet. C'est un super bouquin et j'espère que sa toute récente parution en poche lui offrira plein de nouveaux lecteurs.

    Lien : http://www.motspourmots.fr/2014/08/ils-desertent-thierry-beinstingel..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 3         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • Lhumanite , le 15 octobre 2012
    C’est écrit fin, avec précision. Thierry Beinstingel sait se mettre à la portée de tous sur le même plan, avec la plus totale sincérité. On sent tout du long son empathie avec ses créatures immergées dans le monde du travail et de l’exploitation qui se modifie sans cesse.
    Lire la critique sur le site : Lhumanite
  • Liberation , le 10 septembre 2012
    Rien de plus poétique que ce roman du travail, rien de plus profondément original que ces deux individus pris comme tout un chacun dans la marche de l’entreprise.
    Lire la critique sur le site : Liberation

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par luocine, le 16 août 2014

    Les choses ont suivi leur cours, ce qui devait croître et se développer s'est réalisé. On embauche deux secrétaires, quelques commerciaux, la boîte continue de prospérer. On déménage. On crée des entrepôts pour stocker les papiers peints dont on est distributeur exclusif . On achète des camions . On recrute des routiers, des assistantes commerciales, de nouveaux représentants. La boîte grandit encore. On se se dote de responsables : un pour le transport, un pour les finances, un pour les commerciaux. La boîte toujours plus grosse, tente ans qu'elle tient. On vieillit , on revend, et maintenant les fruits tombent dans l'indifférence générale.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par luocine, le 16 août 2014



    C'est un gros break déglingué d'une couleur de survêtement usé, hésitant entre le vert et le brun et que le soleil ne parvient même pas à faire luire.


    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par luocine, le 16 août 2014

    Chemisette vaguement ocre, couleur de boue sale, et cravate brique à motifs de feuilles mortes

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par luocine, le 16 août 2014

    Une chemisette aux nuances mauve et rose, une vague couleur de tranche de jambon

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par ph_hugot, le 16 septembre 2012

    Elle dit : Ils désertent. Et toi tu comprends « île déserte . C’est seulement quand tu t’attardes sur la silhouette de la femme appuyée d’un air las sur la carrosserie du vieux break, indifférente aux enfants pourtant en plein soleil dans l’habitacle, scrutant l’immeuble bardé de pancartes « à vendre » ou « à louer », c’est seulement à ce moment précis que tu comprends le véritable sens. »

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Thierry Beinstingel

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Thierry Beinstingel

Thierry Beinstingel - Faux nègres .
Thierry Beinstingel vous présente son ouvrage "Faux nègres". Parution le 20 août aux éditions Fayard. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/beinstingel-thierry-faux-negres-9782213677460.html Notes de Musique : Compilations/netBloc Vol. 12_ Anaxagoras/09 Pleine Lune. Free Music Archive.








Sur Amazon
à partir de :
14,40 € (neuf)
15,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Ils désertent par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz