AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844202748
Éditeur : Thierry Magnier (2003)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Ce texte a été spécialement créé pour la manifestation "Un Livre, une Rose" 2003.

Rien ne sera jamais accompli. L'écriture œuvre et œuvre encore. Elle n'accomplit jamais. Je sais. J'ai accepté. Etre là. C'est mon poste. Je ne garde rien. Je ne sauvegarde rien. Je travaille. Sans relâche. J'ai besoin d'espérance.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
trust_me
trust_me06 mai 2013
  • Livres 4.00/5
« Écrire c'est renoncer et désirer dans le même acte. » Dans ce texte spécialement créé pour la manifestation Un livre une rose en 2003, Jeanne Benameur explique pourquoi l'écriture est pour elle une activité vitale.
Un texte proche de la poésie, celle que j'aime, qui reste à hauteur d'homme, qui griffe et caresse avec élégance. Jeanne Benameur connait le pouvoir des mots. Elle sait les agencer pour que naisse l'émotion. Pas besoin de lyrisme boursoufflé, c'est ici le minuscule qui fait mouche. Les mots sont comptés, jamais légers, parfois brusques, ils semblent murmurés. J'ai vraiment beaucoup de mal à traduire mon ressenti par rapport à cette lecture. Ça relève d'un registre trop intime pour que je l'exprime avec sérénité. Sachez juste que la prose de Benameur m'a ému autant qu'elle m'a ébloui.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          240
alouett
alouett14 septembre 2016
« L'absurdité de la guerre condamne les enfants au silence. Quand l'écriture et les livres peuvent sauver de biens des maux…
Un livre-manifeste sur le pouvoir des mots. Ce texte de Jeanne Benameur a été spécialement écrit pour la quatrième édition d'Un Livre une Rose, organisée par les libraires à l'occasion de la Saint-Jordi » (synopsis éditeur).

Court recueil de nouvelles ou plutôt de réflexions, comme pour fixer une émotion éphémère, fragile, volatile. Comme pour poser une pensée volatile qui risquerait de s'échapper contre notre volonté. Et pourtant, les mots posés ici décrivent des situations douloureuses, des vies malmenées, des parcours chaotiques. Des enfants livrés à la tourmente de la guerre, de l'exil, de l'exode.
Mais ces mots, semblables à de courtes lettres que l'on adresserait à quiconque souhaiterait les lire, ne se concentrent pas uniquement sur des enfants victimes de la guerre. Au coeur des propos, il est aussi question de la souffrance que portent en eux tous ceux qui ont été confrontés à cette situation. A cette souffrance, une autre souffrance jaillit, issue de l'impuissance de pouvoir les aider pleinement. L'interlocuteur à qui l'on se confie peut certes prêter une oreille attentive, mais il n'a souvent d'autre choix que de constater son propre échec à panser correctement leurs plaies, soigner totalement le traumatisme qu'ils ont vécu. L'interlocuteur qui reçoit ces témoignages n'a souvent d'autre alternative que celle d'écouter attentivement et permettre à cet enfant traumatisé, à cet adulte apeuré, de mettre des mots sur l'horreur et de s'apaiser grâce à la parole.
Ces nouvelles contiennent également d'autres réflexions comme l'importance de la langue maternelle dans l'identité de chacun, la liberté, l'importance de défendre certaines valeurs morales/sociales. Jeanne Benameur nous propose enfin une très belle réflexion sur l'identité de l'écrivain et son rapport à l'écriture.
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaud
pgremaud25 février 2016
  • Livres 5.00/5
Une "petite" lecture de vacances, piochée dans la pile de livres de ma soeur.
Mais un coup de coeur, une vraie ode à la parole, à l'écriture et à la lecture. Elles sont vitales, c'est-à-dire qu'elle viennent de tout ce qui fait notre vie - notre famille, nos rencontres, nos blessures, nos joies... - , mais qu'elles donnent aussi un peu de notre vie aux personnes avec qui nous les partageons.
"Celui qui lit s'aventure avec celui qui écrit", dit Jeanne Benameur. Merci à elle de nous faire partager cette aventure !
Commenter  J’apprécie          50
mireille.lefustec
mireille.lefustec26 février 2013
  • Livres 5.00/5
Si bref, mais tellement intense !
J'aurais envie de tout recopier! Je vais l'acheter pour le garder à portée de main et d'oeil.
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka18 mars 2015
J'ai confiance.
Quand il y a un mur de livres dans une pièce je me sens à l'abri. Plus sûre que derrière n'importe quelle porte blindée.
Les armées n'ont jamais protégé personne du malheur. Elles protègent les pays. Elles protègent les intérêts. Elles protègent les frontières.
Mais notre frontière à nous, qui la protège ?
Qui nous permet de rester humain, à l'intérieur de nous ?
Commenter  J’apprécie          370
PiatkaPiatka15 mars 2015
Dans une classe, un jeune homme écrit : " Ma plus grande peur, c'est de mourir dans la vie. " Je me reconnais. Je nous reconnais tous.
Restons vivants dans nos vies. S'il vous plait.
Commenter  J’apprécie          263
nadejdanadejda04 mars 2011
C'est dans les livres que j'ai pu oser éprouver enfin tout ce qui en moi s'était durci. Je lisais. Je reconnaissais ma violence, ma peine, ma joie si forte parfois qu'elle m'emportait dans l'indicible, toujours l'indicible. Enfin ce que j'éprouvais était là, vécu par d'autres, écrit. Je pouvais moi aussi prendre ma place. J'avais moi-aussi le droit. Puisque je me reconnaissais. Enfin.
Je me suis apprivoisée dans les livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadejdanadejda04 mars 2011
Rien ne sera jamais accompli.
L'écriture oeuvre et oeuvre encore. Elle n'accomplit jamais.
Je sais
J'ai accepté
Etre là
C'est mon poste.
Je ne garde rien. Je ne sauvegarde rien.
Je travaille. Sans relâche. J'ai besoin d'espérance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nadejdanadejda04 mars 2011
Quand il y a un mur de livres dans une pièce je me sens à l'abri. Plus sûre que derrière n'importe quelle porte blindée.
Les armées n'ont jamais protégé personne du malheur. Elles protègent les frontières. Mais notre frontière à nous, qui la protège ? Qui nous permet de rester humain, à l'intérieur de nous ?
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Jeanne Benameur (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Benameur
Entretien Jeanne Benameur et Laurent Vidal
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : migrantsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

des filles et des garçons

Dans "Pour Samia",quelle est la promesse que le père de Samia a faite à son oncle lors du séjour en Algérie?

Il a promis d'envoyer de l'argent pour son cousin
Il a promis de marier sa fille au cousin de sa femme
Il a promis de marier sa fille à un vieux cousin

5 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Des filles et des garçons de Jeanne BenameurCréer un quiz sur ce livre