AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2100030078
Éditeur : Dunod (2003)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dans toute personnalité, il convient de déterminer ce qui relève d'une structure de base stable et définitive ou d'un simple aménagement encore mobile et malléable ; on arrive ainsi à définir les notions de normalité, d'immaturité affective et de maladie, de façon beaucoup plus féconde.

Jean Bergeret passe en revue les différents modèles de structuration de la personnalité, tant d'un point de vue métapsychologie que sous l'angle de l'évolution psychog... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
natta
natta19 décembre 2015
  • Livres 4.00/5
Des connaissances en psychopathologie sont-elles nécessaires et opératoires pour des travailleurs sociaux, des enseignants, des éducateurs, voire à approfondir pour les professionnels de la santé psychique ?
Les référentiels métiers y répondent oui. Alors ce livre peut-être un support pour accompagner sa pratique car il met en relief les « structures psychiques » de base ou malléable (Oedipienne ou non oedipienne, névrotique, psychotique, perverse) et leurs symptômes.
La découpe normal/pathologique est sans cesse remise en question avec les nouvelles classiffications internationales, mais ces concepts de fond sont encore opérants. Mais que recouvrent ces concepts ?
- Norme du latin norma, équerre et du grec gnômona, gnome, ce qui sert d'aiguille au cadran solaire, ce qui indique une mesure.
- La racine grecque pathos se retrouve dans l'adjectif pathétique : l'émotion, ce qui émeut, bouleverse. Par la suite elle désignera un trouble. Mais « pathein », c'est souffrir et par extension, avoir à faire aux passions et aux effets de celles-ci.
Je pense que l'on ne soigne pas à coups de connaissance, mais connaître les différentes pensées théoriques et réajuster en permanence sa pratique peut améliorer le lien que l'on entretiendra avec l'Autre. Ce livre écrit en 1974 est comme un référentiel que l'on peut aussi consulter pour interroger ce qui est de l'ordre du normal ou du pathologique, et peut-être s'affranchir de certaines classifications rendues obsolètes par l'avancée de la recherche.
Georges Canguilhem, a également écrit sur « le normal et le pathologique », 1971 – et déconstruit le couple d'opposés normal/pathologique. Selon lui, le pathologique n'est pas absence de normes mais présences d'autres normes.
Un ouvrage clef, qui renvoie aussi à toutes les classifications relatives à la santé psychique, qui soulignent la part manquante ou défaillante d'une personne, ses dysfonctionnements.
A l'ère de tous les « Dys », il conviendrait de s'interroger sur les intentions des « experts scientifiques », autrement dit, si cette tentative d'inventorier les composantes de la santé psychique ne reflète-t-elle pas un projet humain et médical, mais un projet technico-économique ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Bruno_Cm
Bruno_Cm01 juillet 2013
  • Livres 3.00/5
Le classique des classiques.
Je suis passé de la fascination, à l'indignation, au désintérêt tout ça au cours de ma propre expérience personnelle et professionnelle.
Je suis persuadé qu'on peut diagnostiquer comme on veut et ce qu'on veut à partir de ce qu'on croit observer. Il y a un côté dangereux. On me dira que justement on doit parvenir à bien discriminer entre toutes les possibilités diagnostiques.
Je trouve ça au final compliqué, pénible et.... vain.
Actuellement je me passe gentiment de ce genre de livres, mais je conviens aisément que ce sont des passages, si pas obligés, intéressants car ils permettent de nous déterminer dans nos visées, pensées, philosophies et objectifs face à la réalité de la santé-maladie mentale.
Commenter  J’apprécie          60
Prudence
Prudence17 août 2015
  • Livres 2.00/5
Je l'ai lu il y a déjà plusieurs années quand j'étais en faculté de psychologie. Ce n'est pas un livre que je relirai avec plaisir ou intérêt aujourd'hui. J'ai relu quelques passages pour pouvoir donner ma critique et sélectionner des citations.
Je suis tombée sur un passage p97 où un haut fonctionnaire, vie de famille stable, vie professionnelle réussie, bonne adaptation sociale, intellectuelle etc. le "psy" ne l'a pas vu dans le cadre professionnel mais en tant que voisin de palier. Ils discutent plusieurs fois ensemble et la personne lui confie qu'il pense être "septième incarnation de Scarron", le psy étiquète immédiatement que c'est un délire et que la personne souffre de parapsychose, malgré la bonne adaptation de la personne à tous niveaux de sa vie.
Dans les formations que j'ai faites ensuite c'est quelque chose que non seulement on ne ferait pas mais qu'on évite sciemment de faire: les conséquences de l'étiquetage, le fait qu'en toute modestie on peut se tromper, et le respect des croyances de chacun... sont autant d'éléments qui vont limiter l'intérêt de l'étiquetage diagnostic (surtout sauvage comme celui ci) assez souvent.
Je me souviens également d'une expérience très intéressante qui questionne vraiment la dangerosité des étiquettes: Ça devait être l'école de Palo Alto qui a mis cette expérience en oeuvre: ils ont filmés deux psychologues en disant à chacun avant la séance que l'autre se prenait pour un psy mais sans l'être... Les étiquettes n'ont pas été remises en question et le confrère a été pris pour délirant pendant toute la séance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
aaahhhaaahhh31 juillet 2012
La "normalité" ce n'est surtout pas s'inquiéter avant tout du "comment font les autres?" mais rechercher simplement tout au long de son existence, sans trop d'angoisse ni trop de honte, comment s'arranger au mieux avec les conflits des autres comme avec ses conflits personnels sans aliéner pour autant son potentiel créateur ni ses besoins intimes.
Commenter  J’apprécie          60
PrudencePrudence17 août 2015
J'avais bien à faire à un délire, mais, mon enquête demeurant forcément discrète, il m'a été difficile de savoir, pendant longtemps, si une telle "confidence" était fréquente. J'ai appris, depuis, qu'elle s'était toujours trouvée exceptionnelle, quoique non unique, et jamais proférée dans l'exercice des fonctions officielles, ni même en public.
[...]
On pourrait facilement douter de la valeur du diagnostic porté sur un cas au sujet duquel nous ne possédons que des renseignements bien fragmentaires. Cependant, par l'absence d'éléments visiblement génitaux en tant qu'organisateurs de la relation d'objet, par l'absence aussi de comportements anaclitiques comme par la perte à certain moment du réel avec reconstruction délirante compensatrice, par le déni de la réalité et les troubles de l'identité comme par la nature des projections et l'incohérence des opérations mentales, on doit se référer à une structuration de mode psychotique.
Mais le délire semble parfaitement circonscrit à un secteur délimité dont le patient ne sortait jamais, celui de ses origines et la forclusion du nom du père. C'est ce que nous considérons, avec P.-C. Racamier, comme le type même des "parapsychoses".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aaahhhaaahhh31 juillet 2012
Le grand mérite de Freud c'est d'avoir montré par ses travaux révolutionnaires sur l'économie névrotique qu'il n’existait aucune solution de continuité entre certains fonctionnements mentaux réputé "normaux" et le fonctionnement mental réputé "névrotique". Tous les degrés existent et les mécanismes demeurent, en gros, les mêmes; seule l’adéquation et la souplesse du jeu de ces mécanismes diffèrent plus ou moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
>Maladies du système nerveux. Troubles psychiques>Névroses et troubles apparentés>Troubles de la personnalité (43)
autres livres classés : personnalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre