AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2913039634
Éditeur : Le Bélial' (2012)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 16 notes)
Résumé :
S’il existait un panthéon des auteurs de science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) figurerait en son sommet tant son œuvre, à l’instar de celle de Robert Heinlein, s’avère séminale pour l’ensemble de la SF moderne. Aussi, tout juste 20 ans après sa disparition, nous nous attaquons ici à un véritable monument…

Mais si tout le monde connaît les cycles de Fondation et des Robots, son œuvre est à ce point colossale (près de 500 livres paraitront sous son ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
SagnesSy
SagnesSy31 octobre 2015
  • Livres 5.00/5
"Les documents non sollicités sont mangés par les stagiaires."
Il était une fois une revue dont j'ignorais l'existence. Elle était pourtant prospère et réputée, et j'avais déjà entendu son nom é(et.non.pas.in)(quoique)voqué mais je me figurais, très stupidement, un genre de torchon qui laisse des traces d'encre sur les doigts et aux seuls professionnels de la profession (et par là j'entends les happy few qui bouffent de la SF par paquets de 42) destiné. Ah ah, suis-je à présent en mesure de pouffer, car je suis tombée en amour.
Bifrost, c'est excellent.
Je n'ai lu pour le moment que ce numéro 66 consacré à Isaac Asimov, mais le bougre m'a nourri des heures durant.
Par exemple avec cette idée, dans la nouvelle inédite "Les visions du robot" (Trad. Jean-Paul Durastanti), du besoin d'une certaine… disons candeur ? Naïveté ? Voir bêtise ? pour avoir la capacité d'entreprendre : "Cela me vint peut-être du courage que me procurait ma différence – la valeur d'un inférieur. Un excès de spécialisation, de longévité ou de réflexion ne m'avait pas privé de toute capacité d'initiative."
Ou avec la qualité des différents intervenants, notamment le cahier critiques, qui est d'une fraîcheur réjouissante (et qui m'a donné plein d'envies !) : "Il y a des écrivains à ce point discrets qu'ils mériteraient des baffes !" (Philippe Boulier à propos de Philippe Heurtel)
Et surtout, évidemment, le dossier consacré à Asimov que j'ai trouvé très intéressant (mais très !), par exemple je ne savais pas que le terme "robot" (mot chèque) avait été inventé par Karel Capek en 1920. le ton général des intervenants est assez à charge, Bertrand Bonnet en l'espèce dresse un réquisitoire qui fait froid dans le dos et s'avance quelque peu quand il prétend qu'un adulte ne pourrait apprécier l'univers des Robots en première lecture "découverte". Il a souffert, on l'entend bien, en se lançant lui dans une relecture du cycle qui ne correspond plus du tout à ses émois d'adolescent. Eric Picholle, en discourant du cycle de Fondation, propose de fait au lecteur de la revue un avis bien plus nuancé : "Mais la véritable habileté de l'auteur est dans ce qu'il s'abstient soigneusement d'intégrer à sa fiction : les chiffres valent pour eux-mêmes et ne s'accompagnent surtout pas de calculs. Les grandes questions n'ont pas de réponse, ou en reçoivent plusieurs, joyeusement contradictoires. Les analogies et les métaphores scientifiques les plus abouties sont systématiquement mises en échec par des éléments d'intrigue qui les disqualifient. A charge pour le lecteur d'identifier les problématiques qui l'intriguent, à un moment de sa vie, lors d'une lecture donnée. Où qu'il creuse, il trouvera non seulement de quoi alimenter de belles idées de science-fiction – c'est le contrat qu'offre tout bon texte de SF – mais aussi, à peine plus profond, matière à les réfuter. Chaque relecture, alors, peut s'avérer radicalement nouvelle. Et c'est bien la marque des grands textes, bien au-delà des strictes limites du genre."
Ou encore les textes signés Asimov lui-même, tellement réjouissants dans leur immodestie totale, leur espèce d'esbroufe permanente, je suppose que là aussi il peut autant agacer qu'attendrir, je me situe clairement dans la deuxième option, ça ne s'explique pas vraiment.
Ou enfin avec l'humour omniprésent dans le traitement même de la revue, par exemple en dernière page en police minuscule tout en bas : "Quiconque lit la présente ligne s'engage à s'inscrire à notre newsletter sur http://www.belial.fr/pages/newsletter (et ceux qui n'ont pas Internet se démerdent, on veut pas le savoir)"
Bifrost, 11 euros, parution trimestrielle (depuis avril 1996), la revue des mondes imaginaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KORTO
KORTO18 juin 2012
  • Livres 5.00/5
C'est grâce à une ingénieuse alerte sur un moteur de recherche que nous ne nommerons pas que j'ai découvert la revue Bifrost, dédiée à la SF et aux mondes imaginaires, avec une parution tous les trois mois. Plus que revue, les ouvrages sont de qualité, de belle composition, et les quelques 200 pages de bonne lecture. le mot-clef que j'avais tapé pour cette alerte était "Asimov", et le n°66 de Bifrost est un spécial Asimov, de quoi me laisser tenter très facilement.
Avec une nouvelle inédite, plus une grande nouvelle d'un auteur canadien de talent Cory Doctorow (reprenant bien entendu l'univers d'Asimov), ma soif de SF était assouvie; avec 30 pages d'analyse de nouveaux bouquins de SFFF, mon envie de lire d'autres ouvrages, et le choix qui s'offrait à moi, bien utile. Enfin, avec de gros articles de fond sur Asimov, le "bon docteur", son univers disséqué, et le tout sans aucune complaisance, j'ai trouvé mon achat plus que mérité. Bref, je vais m'abonner, et je vous conseille d'en faire autant !
Allez quelques liens :
http://www.belial.fr/pages/bifrost pour découvrir la revue,
http://www.belial.fr/pages/abonnement pour l'abonnement
A noter que sur le site vous pouvez commander d'anciens numéros qui vous intéressent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TwiTwi
TwiTwi24 juin 2012
  • Livres 4.00/5
" Nul ne peut nier qu'en matière de littérature de science-fiction, il y a un avant et un après Asimov", nous dit Olivier Girard dans l'éditorial de ce dernier numéro de Bifrost. Cette phrase à elle seule justifie le besoin de consacrer un numéro à cet auteur.
Trois nouvelles, dont deux d'Asimov lui-même. Toutes trois portant sur le thème des robots et explorant les limites des trois lois de la robotique. Les robots de Cory Doctorow (premier contact réussi avec cet auteur), Quel dommage ! et Les visions du robot, par Asimov donc. Ma connaissance du Cycle des Robots d'Asimov consistait principalement à avoir vu I, robot et avoir lu Terre et Fondation, qui fait le pont entre le Cycle de Fondation et celui des Robots. C'est donc en totale néophyte que j'ai lu ces trois nouvelles et je me suis régalée.
Le dossier traite de sujets variés allant d'une étude approfondie du Cycle des Robots au récit d'une non -venue en France du "bon docteur", en passant par 2 textes d'Asimov lui-même ; l'un sur la psychohistoire, l'autre sur l'écriture. le moins que l'on puisse dire c'est que le monsieur avait une haute opinion de lui-même, dont il joue avec un certain humour. Également, j'ai été stupéfaite d'apprendre qu'Asimov n'avait pas écrit que de le SF et des ouvrages de vulgarisation scientifique, mais aussi des romans policiers ! Bien sûr, le dossier comporte un cahier critique des romans et recueils de nouvelles les plus connus de l'auteur (l'exhaustivité était inatteignable, vu la production de l'auteur).
Un numéro qui augmente - encore - le niveau de ma Liste à Lire (heureusement cette liste est plus virtuelle qu'autre chose, sinon je pense que sa longueur approcherait la distance qui sépare la Terre de la Lune) et me donne envie, malgré certaines critiques plus acerbes, de revenir vers l'auteur, en particulier pour le Cycle des Robots et ses romans policiers.
Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
valer.daviep
valer.daviep30 avril 2012
  • Livres 3.00/5

Isaac Asimov : un auteur souvent évoqué, notamment conseillé pour entrer dans la SF, souvent adulé… et au moins tout autant critiqué. Même si ma première -et unique-lecture d'Asimov est Les Robots est toute jeune, je me représente assez bien les débats qui peuvent entourer le personnage. J'ai notamment en mémoire la préface de l'édition des robots où l'auteur racontait en quoi il était génial. Assez prétentieux et exaspérant le bonhomme ? Certainement. En tout cas, c'est l'impression qui ressort à la lecture du large dossier consacré dans ce numéro de Bifrost. Dommage qu'une grande partie soit inaccessible au néophyte…
Contrairement au numéro 65 que j'ai attaqué par les nouvelles, je me suis directement dirigé vers les articles sur Asimov. Bonne ( ?) surprise, le personnage nous gratifie de ses élans d'autocongratulation. Souvent intéressants, on a quand même souvent envie de remettre à sa place le bonhomme. Et, parfait, chaque prise de parole d'Asimov est suivie d'un article cinglant. Mais là aussi, on a parfois l'impression de tomber dans du règlement de compte, quand on n'est pas carrément largué lorsqu'on ne partage pas forcément les références nécessaires. Par exemple, n'ayant pas lu Fondation, je me retrouve perdu à de nombreuses reprises sans trop savoir par quel bout attaquer ces ouvrages qui semblent passionnants. Alors, certes, la prise de position est tranchée et ne tombe pas dans l'allégeance à outrance (ni, nuançons quand même, dans l'exécution). Isaac Asimov a apparemment été quelqu'un de complexe, et le dossier semble bien le lui rendre.
C'est donc avec curiosité que j'ai attaqué les (courtes) nouvelles. Celle de Cory Doctorow d'abord. La plus stimulante à mon goût, l'auteur rend hommage au cycle des Robots en faisant habilement référence aux fameuses lois. Il fait même bien plus en donnant de la profondeur à sa nouvelle en intégrant des aspects géopolitiques où la course à la technologie robotique bat son plein. Suivent deux nouvelles d'Asimov himself. J'en sors un peu déçu, sans être franchement étonné. le style est simple, et les intrigues anecdotiques qui ressemblent davantage à des pistes de travail qu'à une rédaction aboutie.
Bref, un bon numéro consacré à une icône de la Science Fiction mondiale. Certainement qu'elle conviendra davantage aux lecteurs assidus d'Asimov. Mais, il sera toujours bon de s'y replonger plus tard, mon retard comblé.
Note : III
Les Murmures.

Lien : http://les-murmures.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Malahide75
Malahide7503 janvier 2016
  • Livres 3.00/5
Le monument Isaac Asimov au sommaire de ce numéro me faisait saliver d'avance. L'équipe rédactionnelle de Bifrost n'ayant pas sa langue dans sa poche, je me doutais bien que le mythe risquait de vaciller un peu... Sur ce point, je n'ai pas été déçue ! le grand homme ressortant légèrement écorné de ce dossier.
À l'issue de cette lecture, aucun détail relatif aux robots et à Fondation ne vous restera inconnu. J'ai cependant regretté que les autres titres d'Asimov ne soient pas plus évoqués. C'est la rançon du succès : à force de nous habituer à l'excellence, les lecteurs de la revue (dont moi!) grognent lorsque les dossiers sont « juste » bons !
Les rédacteurs sont restés bien sagement dans les les sentiers battus et n'ont guère défriché les zones moins connues de l'oeuvre d'Asimov... Je pinaille indéniablement, mais on a connu Bifrost plus pointu et proposant des études plus approfondies.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
KORTOKORTO18 juin 2012
S’il existait un panthéon des auteurs de science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) figurerait en son sommet tant son œuvre, à l’instar de celle de Robert Heinlein, s’avère séminale pour l’ensemble de la SF moderne. Aussi, tout juste 20 ans après sa disparition, nous nous attaquons ici à un véritable monument…

Mais si tout le monde connaît les cycles de Fondation et des Robots, son œuvre est à ce point colossale (près de 500 livres paraitront sous son nom), si diversifiée (SF, polar, poésie, études et essais les plus variés) qu’il est aisé de s’y perdre. Et d’ailleurs, convient-il vraiment de s’y perdre ? Faut-il tout garder des productions de notre « bon docteur » ? A questions simples, réponses complexes et multiples déclinées tout au long d’un dossier particulièrement étoffé, sujet oblige…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KORTOKORTO18 juin 2012

Sommaire

NOUVELLES INEDITES

Les Robots par Cory DOCTOROW (trad. Gilles Goullet)
Quel Dommage ! par Isaac ASIMOV (trad. Bruno B. Bordier / Pierre-Paul Durastanti)
Les Visions du robot par Isaac ASIMOV (trad. Pierre-Paul Durastanti)

RUBRIQUES ET MAGAZINE

Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
Paroles de libraire : Alain Douilly et la librairie La Tête Ailleurs
Le coin des revues, par Thomas Day
A la chandelle de maître Doc’Stolze : de la BD inspirée
Au travers du prisme : Isaac Asimov
Original et copies : aux sources du vrai Isaac Asimov, par Francis Valéry
A table avec Isaac Asimov, par Philippe Hupp
Histoires de robots, par Isaac Asimov
Ecrous et boulons : le cycle des robots, par Bertrand Bonnet
Psychohistoire, par Isaac Asimov
De Trantor à Trantor : pirouettes et diversions, par Eric Picholle
La science-fiction noire d’Isaac Asimov, par Xavier Mauméjean
Dans les marches impériales : guide de lecture asimovien
De l’intrigue, par Isaac Asimov
Scientifiction : Psychohistoire et physique sociale, par Roland Lehoucq
Paroles de Nornes : Pour quelques news de plus, par Org

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
1639 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre