AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253125792
Éditeur : Le Livre de Poche (2009)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Bob Dylan, un destin américain. On connaît les grandes étapes : l’enfance à Hibbing, au pays des mines de fer, la boutique d’électroménager familiale et les petits groupes de rock lycéens. Puis l’épopée du folk, la découverte de Woody Guthrie, le départ pour New York en 1961 : à tout juste vingt ans, celui qui n’est qu’un gratteur de guitare parmi d’autres va incarner le basculement d’une époque.
Cinq ans plus tard, incompris et hué, il interrompt brusquement... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
vclayssen
vclayssen10 octobre 2007
  • Livres 4.00/5
Je n'ai qu'un regret : que ce livre n'ait pas été publié lorsque j'avais 15 ans, et que, littéralement fan du chanteur, je traquais fébrilement toute information le concernant. En même temps, cela m'aurait privée du plaisir de retrouver, dans les pages de François Bon, des pans entiers de mon adolescence. Lorsque les titres de chansons en anglais sonnaient comme de fières devises, comme des points de repères à l'abri des adultes, comme un fléchage vers les chemins de traverse et une façon d'aborder l'existence : "Like a Rolling Stone", "Just Like a Woman" (Tout un programme, pour une fille de 15 ans...).
Au formica orange et au lisse des années 70 s'opposait la rugosité de la voix de Dylan, aux promesses chaque année déçues d'un printemps à nouveau chaud, à l'absence malheureuse de toute plage sous les pavés, le souvenir des protest songs (déjà au programme en anglais...), les éxubérances de "Sara", le violon de "Hurricane" accompagnaient des années pas si drôles, finalement, sur fond de crise du pétrole, de montée du chômage, et de "fini de rêver maintenant...'
Je vous épargnerai (enfin, non) la douze-cordes de mon petit frère et le violon de ma soeur, les reprises à deux voix, l'ahurissement paternel de nous voir apprécier cette voix qui lui vrillait les nerfs, tout comme la pochette de Sticky Fingers des Stones...
François Bon écrit un livre amoureux et curieux, amoureux de musique et de poésie, et curieux de l'artiste et de ce ce qui a fait de Robert Zimmermann un Bob Dylan. Parfois, on croule un peu sous les noms propres, et les petits bouts de bio de tel ou tel musicien de studio m'indiffèrent un peu (elle intéressera les grands amateurs, ceux qui peuvent vous réciter par coeur le nom du bassiste d'un tel à tel festival, la marque de guitare de tel autre sur tel album...) : tout ceci contribue cependant à donner une idée précise du milieu, de l'époque, de la façon dont se fabriquait la musique que des millions de jeunes se sont mis à écouter dans le monde entier.
Le destin de cet homme, comme celui des Beatles, des Stones, est très particulier : bien avant que l'on parle de "people", ils ont accédé à un type de célébrité tout à fait nouveau à l'époque, et ont fait l'objet d'un culte dont le livre de François Bon nous montre à quel point il était difficile à vivre. Continuer de créer, conserver l'énergie qui fait que ce matin là, dans votre esprit va pousser une chanson, cette chanson, et qu'il est indispensable de l'écrire, et qu'il est indispensable de la chanter, c'est cette constance que François Bon, qui nous livre de très belles traductions des intraduisibles chansons de Dylan, nous permet de mesurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dido600
dido60026 mai 2016
  • Livres 3.00/5
C'est le gourou de la chanson populaire américaine, Bob Dylan, bientôt septuagénaire, et rares sont ceux qui ont cru que ces longues et pénibles années le trouveront toujours égal à lui-même et toujours si frais et disposé à produire. Donc, pour cette longévité si bien assumée, Francois bon a pensé qu'un flash-back sur l'ensemble du parcours artistique de cet emblématique chanteur à la carrière si légendaire et glorieuse vient à point nommé. En somme, une rétrospective est nécessaire pour considérer sa carrière si longue et pérenne. de son vrai nom Robert Allen Zimmermann, il est né à Duluth le 24 mai 1941 dans le Minnesota, son pseudonyme ou nom d'artiste lui a été inspiré du nom du poète gallois Dylan Thomas. Il passa son enfance dans la localité de Hibbing, un petit patelin qui renfermait une réserve de mines non loin de la frontière canadienne. Quand il atteint l'âge de 10 ans, il prend l'initiative à lui seul de faire une escapade vers Chicago. Malgré son tout jeune âge, il passa deux années entières dans cette ville réputée être la patrie du blues. Et comme la fugue lui était bénéfique au moins pour cette heureuse raison, il a eu la chance de rencontrer le célèbre bluesman Big Joe Williams. Ce dernier, à son tour, lui fait un geste qui le marquera peut-être pour le restant de sa vie, et il était question d'une vieille guitare que lui a offert le légendaire artiste. Cette anecdote est souvent narrée. Vers ses vingt ans, Bob Dylan se lance dans l'exploration du vaste pays qu'est l'Amérique, dont il parcourut plusieurs états, avant de rejoindre l'université du Minnesota pour entamer des études en littérature. Par la suite, il prend la décision de rallier la ville mythique de New York où il aura la grande opportunité de croiser son idole de ce temps-là : Woody Guthrie, et saisira l'occasion d'enregistrer quelques titres avec la chanteuse Carolyn Hester. En 1961, il enregistre son premier album qui lui permit de s'essayer aux grands classiques du blues et du folk, et à partir de là, il peaufina un style qui va désormais devenir son feeling musical accompagné de son cachet vocal un peu spécial et original, parce qu'il se distingua avec sa voix nasillarde qui a l'impression de sortir du nez. À ses débuts, quand on l'écoutait, des remarques se faisaient au sujet de sa voix, et les commentaires allaient bon train. Les uns disaient qu'il avait une voix accomplie, et les autres entonnaient : “What a horrible voice !” (Quelle voix horrible !). Son premier disque personnel fut The Freewheelin' Bob Dylan, dans lequel il dévoila son talent de véritable auteur et sa prédisposition à la poésie, qui provoquèrent l'enthousiasme des auditeurs, et le titre de renommée Blowin in the wind (Souffler dans le vent) fut très applaudi, rendu populaire par la suite, et repris par d'autres chanteurs dont notamment le groupe Peter Paul and Merry. Et depuis, il n'a jamais arrêté de tourner,icône de la musique populaire américaine, qui comme un vieux vin se bonifie en vieillissant. Cela ne l'exempt pas pour autant de toute critique, parce qu'il fut dans un passé récent la cible de pas mal de chroniqueurs, lui reprochant de s'éloigner de son engagement pour la liberté et les droits civiques. Comme c'est le cas d'une chroniqueuse du New York Times qui a voulu réduire l'aura de Bob Dylan en titrant son écrit le concernant par un “Blowin' in the idiot wind” (Souffler dans le vent idiot). Et bien d'autres articles incisifs rédigés à son encontre, étayés évidemment par des arguments dont la plupart paraissent tenir la route. Enfin, malgré les polémiques et autres controverses, Bob Dylan reste quand même un phénomène artistique à part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bellonzo
Bellonzo26 janvier 2014
  • Livres 3.00/5
Très vite... C'est un vrai livre d'écrivain que nous propose François Bon,livre traversé par Woody Guthrie, Allen Ginsberg ou Arthur Rimbaud,livre qui ne prétend certes pas à l'exhaustivité et heureusement,quoi de plus casse-pieds que l'exhaustivité sur un artiste.Mais Dylan n'est pas homme à se couler dans la première biographie venue,sentencieuse ou académique.Farnçois Bon nous situe son enfance et son adolescence à Duluth,Minnesota et la musique qui deviendra vite indispensable.Quelquefois l'auteur s'attarde sur une chanson peu connue mais excellente,par exemple Stuck inside of Mobile que je ne connais que depuis relativement peu de temps.Les rencontres qui ont compté pour Dylan,Bon les met en lumière très intelligemment.Même Dylan fut au début une sorte de disciple.Est-il devenu le maître,un peu trop parfois?
Evidemment je pense qu'un tel ouvrage sera reçu différemment par un trentenaire ou un quinquagénaire. Largement dans la seconde catégorie j'ai été très intéressé par le récit de la fameuse "électrification" de la musique folk et par l'ostracisme dont Dylan fut victime un temps.Tout cela n'a plus cours mais je me souviens bien de l'arrivée de Subterranean homesick blues,succès et de la tornade Like a rolling stone.Mon premier souvenir de Zimmerman est la chanson N'y pense plus tout est bien,adaptation tout à fait correcte d'Hugues Aufray,qui peu de temps après enregistra tout un album.C'est ainsi que j'ai découvert en français Cauchemar psychomoteur,Hollis Brown,Hattie Carrol.Mr.Tambourine man fut par contre défiguré.Puis pour moi les Byrds allaient faire le reste,Dylan envahir ma vie avec des périodes d'éloignement mais plus rien ne serait comme avant.Artiste que je redécouvre en permanence avec les jeunots du blog(Thom,Duclock et bien d'autres) Bob Dylan est plus qu'une figure majeure de Tin Pan Alley et est rentré en littérature depuis plus de quarante ans.
Cette étude de François Bon,par ailleurs auteur d'une bio des Stones,donne furieusement envie d'écouter ce que de Dylan on ignorerait encore,c'est à dire dans mon cas pas mal de disques plus tardifs.Et puis m'assaillent les noms d'al Kooper,Mike Bloomfield, Richard Farina,Robbie Robertson et the Band.Alors des images de galettes noires d'un diamètre d'environ 30 cm tournent en sarabande,étoiles d'une constellation de très haute sphère,nanties de pochettes qu'on voyait de loin même si le visage rude et peu amène de Dylan sur The times they are a changin' ne disait encore trop rien aux amis un peu englués dans la fadeur de Salut les copains.Mais les temps allaient changer,effectivement.Pour l'illustration musicale j'avoue ne pas m'être foulé,vous la connaissez tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
freddyK
freddyK26 mars 2013
Le monde est stone.
Pas du nom du groupe puisqu'il n'y a pas de s, mais de "dans le gaz, dans les vapes, déchiré"...., parce que Bob Dylan, Robert Zimmerman de son vrai nom,né le 24/05/1941 dans le Minesota, aime les substances qui font rire, et pas qu'un petit peu, car il est d'une génération ou tout se qui se sniffe a été aspiré,et il est probable que son cerveau est trinqué sérieusement, car sa voix est quasiment inaudible, un peu comme après une grosse fête à l'alcool très fort.
Pour le reste quelques chansons mythiques, dont Like a rolling stone, qui n'est pas à l'origine du nom The Rolling Stones car le groupe a été formé en 1962 je crois et la chanson écrite par Dylan est de 1965, mais la confusion est tenace.
Par ailleurs la reprise de cette chanson, Like a rolling stone est meilleure que la version originale de Dylan.
Dylan parce ce que Robert Zimmerman aime le poète Gallois Dylan Thomas.
Robert,auteur, compositeur, poète, peintre de talent, fut également un défenseur des Droits des Noirs dans les années 60 aux côtés de la chanteuse folk et ex compagne Joan Baez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
XoArum
XoArum28 novembre 2010
  • Livres 4.00/5
L'un des achats effectués lors du Salon du Livre de Saint Malo. J'aime pas trop comment François Bon raconte l'histoire de Dylan, l'écriture est pas agréable (sur-utilisation du "On", comme si il se mettait dans la vie de Dylan... pas très lisible) mais une reflexion sur sa vie assez intéressante... Un peu long vers la fin (mais la fin de Dylan n'est pas super de toute facon :-|)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de François Bon (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Bon
François Bon - L'incendie du Hilton .Le 22 novembre 2008, en pleine nuit, alerte incendie au Hilton Montréal. Quinze étages plus bas, sur trois niveaux souterrains, le Salon du livre. Les écrivains logés là, les footballeurs professionnels de la Gray Cup sont parmi les 800 personnes évacuées dans les couloirs du métro, une patinoire vide et le Tim Hortons, le bar de la gare centrale. Soudain la ville et ses buildings vus à l'envers, depuis les coulisses. Et tous ces livres dans le sous-sol vide. Construire les quatre heures d'un récit qui se tiendrait au plus près des quatre heures à errer dans la nuit, de 1h50 à 5h50 exactement, entre rencontres réelles ou rêvées, et l'idée renversée de la ville. Un incendie dans le livre ?Après Daewoo (2004), voici le grand retour de François Bon au roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : dylanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
211 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre