AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Sortie d'usine (5)

ignatus-reilly
ignatus-reilly04 novembre 2010
Et la meilleure des résistances, au bout du compte, même pour qui se refusait à cette simagrée peu orthodoxe, le défilement du cadavre, pour qui méprisait ce jeu du mausolée, était bien de faire encore plus de bruit que les autres, quitte à en rire ouvertement, ne serait-ce que pour se maintenir dans le délire agressif des bruits tout au long du Passage.
Commenter    J’apprécie          20
ignatus-reilly
ignatus-reilly04 novembre 2010
Tout : l'outil, l'acier, le cri, moteurs, air comprimé, tout ce qui était susceptible de manifestations bruyantes, dans cette seule condition de libérer une sonorité qui ne soit pas en deçà du bruit général mais atteigne l'intenable où cela commence vraiment à faire mal. Non pas un instrument de plus dans le tohu-bohu général, mais un bris du son même dont la règle n'était que de l'en faire jaillir à l'excès dans la provocation sans limite des choses.
Commenter    J’apprécie          10
brigetoun
brigetoun05 novembre 2011
Comme éviter parfois de se salir une main c’est un jeu pour y retrouver sur le tard, le plus tard possible, l’odeur sous un ongle du plaisir. La pensée incessante et qui n’a pas le droit d’interrompre le métier des gestes réglés, positionner sur la machine la pièce, serrer les écrous : un tour de clé suivant les diagonales, puis un quart de tour encore partout, à bloquer. Lever la table, la main gauche sur le volant lourd, la droite sur la manette plus étroite de l’avance transverse, faire tangenter. Un crissement, une fumée vaguement bleue, un goût de graisse brûlée, l’acier blanchi brille par-delà sa peau oxydée. Reculer la table, régler le vernier la profondeur de passe on y voit mal, les divisions sales sous la lampe jaune, toute la journée, dont le bras vert articulé ne tient pas en place, enclencher l’automatisme.
Commenter    J’apprécie          00
ignatus-reilly
ignatus-reilly05 novembre 2010
Arrêt, huit quinze jours, le toubib refusera pas. Et si celui-ci refuse il ira chez un autre, plutôt paumer les cinquante balles le premier aura lui paumé un client. Et il lui faudrait à nouveau prendre des trucs à faire dormir, la même ordonnance que d'habitude, une pour le grippe une pour la déprime il les connaissait avec même les variantes, par cœur. Autant en faire collection. Sans oublier les vitamines pour se regonfler se requinquer, se réconcilier avec la vie quotidienne dirait le maitre de l'art. [...]
Reposez-vous bien dirait-il. Non, pas possible de revenir demain, continuer dans cet état. Depuis la première fois qu'il s'était évanoui, trois de ça, qu'on lui avait raconté ses crises, la nuit raide accroché aux montants du lit, une force paraît-il on ne pouvait le retenir quand il se cognait le crâne contre Avant de retomber dans des soubresauts, des crampes.
Commenter    J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

    Françoise Sagan : "Le miroir ***"

    brisé
    fendu
    égaré
    perdu

    20 questions
    1097 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre