Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2700233034
Éditeur : Rageot Editeur (2007)


Note moyenne : 4.3/5 (sur 768 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Le brûleur arrivait sur eux à une vitesse hallucinante. Ellana encocha une flèche, Edwin tira son sabre, Salim son poignard. Le cœur serré par l'angoisse, Ewilan comprit pourtant qu'ils ne pourraient pas arrête le monstre. Elle se glissa, dans l'imagination."
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (43)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par murielan, le 24 mai 2014

    murielan
    De retour à Gwendalavir, chacun reprend le cours de sa vie; Ewilan étudie à l'Académie et se fait de nouveaux amis, tandis que Salim poursuit sa formation mouvementée auprès d'Ellana. L'expédition pour découvrir les territoires de Valingaï et ramener le jeune Illian chez lui se prépare. Mais, dans l'Imagination, une créature maléfique se développe...
    J'ai toujours autant de plaisir à suivre les aventures de cette troupe de joyeux drilles. Ce sont tous des combattants valeureux et les relations qu'ils entretiennent les uns avec les autres s'intensifient au fil du temps.
    On ne s'ennuie jamais avec Pierre Botero, il y a toujours beaucoup d'actions et des rebondissements inattendus, et je trouve que le monde qu'il est parvenu à créer est vraiment réussi.
    Je vais très vite me lancer dans la lecture du dernier volet de cette trilogie pour avoir le fin mot de cette histoire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Hillel, le 27 août 2013

    Hillel
    Quelle merveille de retrouver le monde d'Ewilan. Jamais déçue par Pierre Bottero, j'en ai savouré chaque ligne.
    Pour ma part, tous les ingrédients y sont présents, mais surtout sont parfaitement bien maniés. Il y a de l'action et du rythme, il y a du suspense, il y a des personnages charismatiques et attachants, il y a de la romance, il y a de l'émotion et de l'humour, il y a de la magie... Mais surtout il y a de la poésie, de la philosophie, des pensées et phrases qu'on a envie de garder en tête, une plume fluide et magnifique, un style impeccable et travaillé! Pour moi, il y a tout.
    Nous retrouvons avec bonheur des personnages qui sont, depuis quelques tomes, devenus nos amis, tant ils sont attachants, drôles, merveilleux, héroïques...
    Vous me direz tout paraît un peu trop exceptionnel, notamment ces héros. Et bien non, les personnages ont beau être magnifiques, forts, très doués, etc, ils n'en sont pas moins très humains. Ils sont autant bourrés de défauts que de qualités, pétris de doutes, commettent des erreurs, sont parfois trop fiers ou arrogants, jaloux, impulsifs, grande-gueules... Bref il est très facile de nous identifier à eux, malgré leurs destins respectifs fabuleux et fantastiques.
    Ainsi, nous retrouvons Ewilan, qui étudie le dessin à l'Académie. Elle reprend une vie d'étudiante "normale", côtoie des amis, doit repousser les assiduités d'un beau jeune-homme, et tente de se faire discrète bien qu'elle maîtrise l'Art du dessin comme personne.
    Pendant ce temps, Salim, poursuit sa formation de marchombre auprès d'Ellana. Nous alternons les chapitres et passons d'un personnage à l'autre, ce qui permet de donner un rythme assez vif et du suspense dans toute la première partie. Bien entendu Ellana n'a pas son pareil pour se fourrer dans de beaux draps et des dangers incroyables. Elle est obligée de fuir loin de la Guilde des marchombres, avec Salim, et se faire oublier un temps. le temps pour eux de mieux revenir!
    Parallèlement, une grande expédition se prépare pour résoudre différents problèmes qui se posent à l'Empire, comme la disparition des parents d'Ewilan, ou le retour dans son pays du jeune Illian. Enfin, une chose maléfique est en train de se répandre dans toute l'imagination et menace tous les dessinateurs.
    Ça en fait pas mal de choses à résoudre pour un seul tome. Mais comme je le disais plus haut, on ne s'ennuie pas, on est vite pris dans l'intrigue. Les grandes aventures reprennent réunissant notre joyeuse bande intrépide. Et nous voilà embarqués dans une nouvelle quête épique! le tout servis par de petits extraits en introduction de chaque chapitre qui ont toute leur importance dans cette nouvelle intrigue. En somme, la narration est encore une fois, intelligente et subtile.
    Si le précédent tome était sombre et émouvant, celui-ci est différent mais apporte son lot d'incertitudes et de sentiments nouveaux pour une héroïne de plus en plus mature, mais de plus en plus esclave d'un destin extraordinaire. Ewilan, m'est apparue plus perdue et complexe. Face à elle, trop de choses, trop de paramètres bouleversent sa vie. Dans ce tome, moins d'humour, Salim aussi se fait plus grave. Et les sentiments de tous nos personnages deviennent confus, écrasés par le poids des responsabilités de chacun. Un tome sans doute moins noir que le précédent, mais toujours aussi sombre et émouvant, avec une fin en suspens qui nous laisse angoissé et pensif.
    En bref, si vous croyez lire de la fantasy légère et joyeuse, ce n'est pas le cas, on avance en même temps que nos jeunes héros, sur la route difficile du passage à l'âge adulte. Une route qui mène à faire des choix lourds de conséquences...
    Et comme à chaque fois, j'ai versé mes petites larmes.
    En bref, si vous ne connaissez pas ces ouvrages, foncez!
    Si vous n'avez pas fini de les lire, foncez!
    Si vous les avez envisagé, mais hésitez encore, foncez!
    Rien à rajouter, je le redis, on n'est jamais déçu par Pierre Bottero, pour ma part, c'est la valeur sûre de la littérature de fantasy jeunesse!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ptitelfe, le 16 mars 2014

    Ptitelfe
    On retrouve l'ensemble des compagnons à Gwendalavir. Suite à la rencontre d'Ewilan et du petit Illian, la dessinatrice prodige arrive à convaincre une équipe de les accompagner à Valingaï, la cité d'origine du petit garçon. Cette expédition sera parsemée d'embûches, qui contrairement au cycle de la quête, sont plus difficile à résoudre et les combats plus durs à combattre!
    Mais avant de partir en expédition, j'oubliais de vous dire qu'Ewilan avait intégré l'académie des dessinateurs; Ils sont 7 ou 8 élèves doués d'Imagination, et elle va se rapprocher d'un garçon, Liven, qui tombe fou amoureux de la jeune fille. Ce garçon rappelle étrangement le jeune ami d'Ellana dans la trilogie du même nom. Il est plein d'ambition et le coeur d'Ewilan sera perdu entre son amour sincère pour Salim et l'attirance qu'elle ressent pour ce garçon.
    Un mal empêche les dessinateurs d'entrer dans l'imagination : la Méduse, un ennemi mis en place par Elea Ril Morienval qui veut toujours détruire Ewilan. On en apprend un peu plus sur elle, Pierre Bottero nous laisse entrapercevoir qu'auparavant, cette femme était loyale et douée mais qu'un malheur la fait changer. Je n'ai pu m'empêcher de penser à Rogues et Lily dans Harry Potter, et je me demande si Elea n'aurait pas essuyé un refus de la part du père d'Ewilan, ce qui l'aurait transformé à tout jamais en traitresse de Gwendalavir?
    Autrement, le récit est bien amené, l'auteur joue avec les nerfs du jeune lecteur, je suis passée au travers, mais la disparition de certains personnages pourra émouvoir les personnes qui sont à fond dans ce monde! Personnellement, j'ai encore oublié qui était qui, sauf les personnages centraux et ceux d'Ellana qui avait attiré toute mon attention et concentration! D'ailleurs, enparlant d'elle, je suis ravie qu'avec Gilwen, nous ayons lu les deux premiers tomes de son cycle car nous retrouvons des éléments des livres dans ce tome, comme le gant d'Alambir, ou encore la jument d'Ellana, ou quelques anecdotes sur sa formation ou encore Ellundrin, la toute première marchombre.
    Ce que j'aime également dans ce cycle, c'est que tout n'est pas tourné que sur Ewilan et qu'on alterne les points de vue, on passe d'Ewilan à Salim et ce pour mon grand plaisir!
    Aussi, c'était peut être une inattention de ma part dans le premier tome ou bien il n'apparait qu'ici mais il y a un nouveau personnage : Artis, un guerisseur tout timide mais qui a l'air très gentil!
    Enfin, je tiens à relever une reflexion que m'a faite Gilwen durant notre lecture : Pourquoi l'auteur a-t-il utilisé tant de prénoms en E? en effet, il y en a à gogo et on a de quoi se perdre! Ewillan, Elea, Ellana, Ellundril, Erylis, Ellis.... et j'en passe encore! Déjà que l'ensemble des personnages de cet univers est difficile à retenir, heureusement que le glossaire est là, il m'a bien servi pour ma lecture! J'avais completement zappé certains protagonistes tels qu'Erylis ou Chiam....
    Enfin, un mal ronge la petite Ewilan mais comme on reste dans de la jeunesse, c'est sans surprise qu'on sait qu'elle sera sauvée. Cependant, j'ai quand même eu peur pour elle...
    Enfin bref, ce tome 2 est très bien et confirme une fois de plus le côté sombre et plus interessant que la quête d'Ewilan.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par harmo20, le 16 avril 2014

    harmo20
    Je me languissais de retrouver Ewilan, dans le premier tome, l'intrigue était très intéressante et je voulais retrouver les personnages pour connaître la suite de leur aventure.
    Ewilan et Salim se remettent petit à petit de leurs aventures sur Terre. Tous les deux vont retrouver leur vie respective. Salim part avec Ellana pour sa formation de marchombre et Ewilan étudie à l'Académie. Une méduse va bloquer l'Imagination, ce qui va rendre la tâche difficile aux dessinateurs…
    La méduse va rendre les choses très difficile, l'Imagination est facile d'accès, du coup, les gens ont l'habitude de l'utiliser souvent, là, les choses ne vont pas spécialement se dérouler comme l'aurait été si l'Imagination aurait été accessible. La méduse va prendre de plus en plus d'ampleur et on va découvrir ses manigances.
    Ewilan qui est une grande dessinatrice veut à tout prix combattre cette méduse car celle-ci l'empêche d'avancer facilement.
    Comme toujours, de nouveaux monstres et ennemis apparaissent mais aussi de nouveaux amis. Comme dans tous les tomes, on s'attache très vite aux personnages. Dans ce tome, l'auteur m'a surprise, je ne m'attendais pas à ce que Pierre Bottero puisse être comme ça avec ses personnages.
    En tout cas, comme tous les livres, à peine commencer, que je n'ai pas pu le lâcher jusqu'à la fin. C'est vraiment un univers que je suis contente d'avoir découvert !
    L'intrigue est très prenante, il sa passe beaucoup de choses qu'on n'imagine pas, ce deuxième tome promet une fin géniale. Je sens que l'auteur va m'emporter encore plus facilement dans le dernier tome. Pour une fois, les choses ne sont pas simples pour nos héros, ils vont devoirs se débrouiller avec stratégie.
    Encore un tome que j'ai adoré ! Dire que j'ai bientôt fini l'aventure d'Ewilan… Heureusement que je vais encore un peu rester à Gwendalavir avec Ellana.
    Il faut découvrir cet univers, absolument ! Et c'est un univers pour tous les âges !!

    Lien : http://livres-films-series.blogspot.fr/2014/04/les-mondes-dewilan-to..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Colombedelesperance, le 06 mai 2015

    Colombedelesperance
    Avant de me retrouver définitivement en retard… je vais m'occuper de cet avis qui ne demande qu'à être tapé, tiens !
    Le deuxième tome des Mondes d'Ewilan nous permet de retrouver cette dernière, qui se prépare à passer ses examens en Gwendalavir, à l'Académie. Elle ignore encore ce qu'elle fera plus tard, se contentant d'avancer et de constater que quelque chose l'appelle, de fort… mais bientôt, la panique va être semée : l'Imagination n'est plus sûre, et les éléments vont une fois de plus se déchaîner autour d'elle, voire presque en elle… Accompagnée de Salim qui devient chaque jour un peu plus marchombre, ainsi que de ses fidèles amis, Ewilan partira sur des chemins bien escarpés…
    Ce résumé est pourri ? J'assume, comme à chaque fois ! Néanmoins, accordez-moi quand même le fait que ce n'est pas évident de résumer un livre pareil !
    Là, vous pouvez deviner que j'ai passé un bon moment de lecture. C'est vrai ! À ce jour, c'est mon favori, parmi ceux que j'ai lus de Bottero. J'ai apprécié l'histoire, la nouvelle maturité que nos personnages laissent entrapercevoir… même si quelques petits trucs m'ont chiffonnée aussi.
    La hâte que j'avais de pouvoir me plonger un peu dans un monde plus fantastique après la lecture du tome 1 de cette saga a été largement récompensée et je crois que c'est ce qui m'a le plus emballée dans cette suite. Découvrir les créatures, le mode de fonctionnement du Gwendalavir, suivre Salim dans son apprentissage de marchombre, faire face à des légendes et plonger à mon tour dans l'Imagination a été juste extra !
    Et si en plus vous mettez des complications à tous les niveaux, une tension très bien amenée et de l'humour régulier… tss, ça ne pouvait que marcher.
    Attention, n'allez pas croire que je vais tomber en béatitude devant les livres. Je dis juste que je comprends un peu mieux l'engouement des lecteurs pour les aventures d'Ewilan. Ça m'avait un peu échappé jusqu'ici, je l'admets sans peine. Un peu, pas complètement. Mais là, j'ai découvert de la poésie, un univers riche et qui m'a ouvert un peu ses portes. Je ne regrette pas du tout mon voyage et j'en redemande, puisqu'après ma lecture actuelle, je me consacrerai au tome 3 !
    Niveau personnages, j'ai apprécié de les voir évoluer. Grandir, mûrir. Je parle bien sûr d'Ewilan et de Salim, hein. Ewilan est toujours aussi déterminée, elle trace sa route et suit son instinct, ses idées, même si on la sent vaciller. Ses certitudes ne sont plus celles qu'elle possédait auparavant et ça se sent. En revanche, elle fait quand même toujours partie de ces héroïnes qu'on aime suivre parce qu'elle a un grand coeur et que justement, elle incarne des valeurs qu'on aime bien, sans être parfaite.
    Quant à Salim, il est toujours aussi drôle, même si je suis épatée de le voir devenir un marchombre au fur et à mesure que les pages défilent. Il a la classe, quand même, et il est tellement chou quand il est auprès d'Ewilan ! Je l'aime, lui, c'est clair !
    Encore une fois, chacun des personnages secondaires apporte quelque chose en plus, donnant au livre une dimension de caléidoscope que l'on apprécie énormément. J'aime quand même beaucoup Maître Duom et pour le coup, Ellana aussi commence à me plaire énormément. Enfin, il est difficile de dire qu'il y en a que l'on n'aime pas…
    Bien que Liven me sorte par les trous de nez, clairement. Lui, je ne peux pas me l'encadrer et ceux qui auront lu comprendront pourquoi. Il m'agace, mais il m'agace ! C'est d'ailleurs ce que j'entrevois avec lui qui assombrit un peu ma lecture de ce deuxième tome.
    Au niveau de la plume, j'ai parlé plus haut de poésie. Je la remarque seulement maintenant, bien qu'apparemment, elle ait été présente depuis tout ce temps. J'aime beaucoup cette manière de rythmer et de faire chanter le récit. Parfois moins, parfois plus, selon les rythmes et les sonorités. C'est beau, honnêtement. Et ça se lit vite. Sans y penser, j'ai quand même avalé la moitié du bouquin en une journée !
    On pourrait parler aussi de la tension, qui va crescendo et qui ne nous épargne pas vraiment. L'intrigue en elle-même se complexifie et les éléments que l'on pensait liés ne le sont pas, tandis que d'autres que l'on pensait séparés le sont, eux. Ça vous triture les méninges et j'ai tendance à apprécier tout ceci, au milieu de deux trois « yeurk » parce qu'il y a des scènes de bagarre avec des créatures pas tout à fait charmantes, ou des scènes pas drôles qui vous attristent.
    En fin de compte, Les Mondes d'Ewilan 2, c'est un roman où on ne s'ennuie pas et où on ne peut pas s'empêcher d'éprouver de nombreuses émotions, quoi. le tout est très bien manié, aussi, il n'y a jamais de trop ou de pas assez, on dirait que chaque élément est justement dosé. Puis mention spéciale à tous les « extraits » mis en début de chaque chapitre (ou presque) qui semblent vraiment être tirés de bouquins provenant du Gwendalavir, ça m'épate un peu.
    En conclusion, même si on est encore loin de mes romans préférés, j'ai vraiment apprécié ma lecture de L'Oeil d'Otolep. Pari réussi, j'ai envie de me plonger dans Les Tentacules du Mal, d'en apprendre encore plus et de pouvoir découvrir comment tout ceci va se terminer. Je me suis laissée embarquer du début à la fin, surtout vers la fin, et j'ai été touchée de bien des manières, entre la plume, l'histoire, ou les personnages qui mûrissent (enfin) (bah quoi, j'ai 22 ans, j'aime bien quand ils me rattrapent, les loulous). J'ai quelques appréhensions pour la suite, mais je suis bien contente d'avoir écouté ceux qui me conseillaient de continuer, surtout La Bibliothèque d'une Serdaigle que je remercie encore pour son prêt.
    Enfin bref, je vous conseille très sincèrement ce deuxième tome, tout le début de la saga, quant à faire, je suis en train de me laisser embobiner à mon tour, ce qui est un léger comble (ou pas). Ce sera donc un 17/20 pour moi !

    Lien : http://leden-des-reves.blogspot.ch/2015/04/les-mondes-dewilan-pierre..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (45)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Morgouille, le 29 mars 2011

    Elle passa la main sur son front, s’obligeant à respirer avec lenteur pour chasser le cauchemar qui pulsait encore dans chacune des fibres de son corps. Elle se leva sans bruit.
    — Que t’arrive-t-il ? murmura Salim près d’elle.
    — Un mauvais rêve. Je vais marcher un peu. Pour oublier…
    — Je viens.
    Ce n’était pas une question ni même une proposition. Aussi silencieux l’un que l’autre, ils s’éloignèrent du tas de cendres qui rougeoyait toujours. Ils n’avaient pas fait trois pas que la voix d’Edwin s’éleva. Parfaitement éveillée.
    — Ne dépassez pas la limite des arbres.
    Puis celle d’Ellana. Gouailleuse.
    — Ni les autres.
    Salim n’eut pas le temps de trouver une réplique.
    — Les limites exister pour être dépassées !
    — Et si vous fichiez la paix à ces jeunes gens ?
    Chiam et Erylis ! Son cauchemar eût-il été moins prégnant, Ewilan aurait éclaté de rire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 59         Page de la citation

  • Par julie03, le 30 avril 2011

    "Envol irrésistible
    Lame nue au tranchant ardent
    Promesse."
    Elle recula d'un pas, contempla son œuvre en souriant d'un air satisfait.
    -Je doute que ces imbéciles du conseil comprennent la poésie marchombre mais je suis certaine que quelqu'un, sans doute Jorune, leur traduira ma pensée.
    -Je la comprends, moi, ta pensée, remarqua Salim. Tu leur annonces que tu vas revenir pour leur mettre la tronche en bouillie.
    -Ce n'est pas exprimé très élégamment, mais c'est à peu près ça.
    -Dis, Ellana, puisque je suis un apprenti marchombre, je peux moi aussi écrire un mot aux types du conseil, non ?
    Sans attendre de réponse et sans s'offusquer de la grimace d’expectative qui s'était peinte sur le visage d'Ellana, il s'empara du charbon qu'elle avait abandonné.
    "Crocs brillants
    Reflet de lune exubérant
    Noir retour."
    Imitant Ellana, il recula d'un pas.
    -Qu'en penses- tu ?
    Elle lui ébouriffa les cheveux dans un geste plein d'affection.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 43         Page de la citation

  • Par Morgouille, le 29 mars 2011

    Une haute silhouette pénétra dans la cellule, se courbant pour en franchir le seuil avant de se redresser et d’écarter la cape dans laquelle elle était drapée. Ellana lui jeta un coup d’œil avant de tourner la tête vers Salim.
    — Je te présente Riburn Alqin, cracha-t-elle d’une voix cinglante de mépris. L’homme qui te fait face a toujours rêvé de devenir un marchombre mais, malgré ses efforts incessants, il n’a jamais réussi à être autre chose qu’un navet fétide. Il est maladroit, lent et dramatiquement stupide. Ah, j’oubliais, il siège au conseil de la guilde. Le portrait te paraît fidèle Riburn ? Je n’ai pas mentionné ton odeur, ton ignorance totale de l’art amoureux qui te conduit à préférer les chèvres aux femmes, ta mesquinerie, ta couardise et la multitude de travers qui font de toi l’être le plus vil de tout Gwendalavir… J’aurais craint de te flatter.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la citation

  • Par Lefso, le 24 août 2011

    Les gonds grincèrent lorsque l'huis de bois pivota. Une haute silhouette pénétra dans la cellule, se courbant pour en franchir le seuil avant de se redresser et d'écarter la cape dans laquelle elle était drapée. Ellana lui jeta un coup d'œil avant de tourner la tête vers Salim.
    - Je te présente Riburn Alqin, cracha-t-elle d'une voix cinglante de mépris. L'homme qui te fait face a toujours rêvé de devenir un marchombre mais, malgré ses efforts incessants, il n'a jamais réussi à être autre chose qu'un navet fétide. Il est maladroit, lent et dramatiquement stupide. Ah, j'oubliais, il siège au conseil de la guilde. Le portrait te paraît fidèle Riburn ? Je n'ai pas mentionné ton odeur, ton ignorance totale de l'art amoureux qui te conduit à préférer les chèvres aux femmes, ta mesquinerie, ta couardise et la multitude de travers qui font de toi l'être le plus vil de tout Gwendalavir... j'aurais craint de te flatter.
    Riburn Alqin avait blêmi tout au long de la tirade d'Ellana. C'était un bel homme, âgé d'une cinquantaine d'années, à l'allure altière. Il portait avec arrogance une fine barbichette taillée en pointe et ses cheveux étaient soigneusement plaqués en arrière. Il dégageait une impression de calme autorité mais, lorsque la marchombre eut achevé son massacre verbal, il tremblait de colère.
    - Espèce de succube inique, balbutia-t-il. Tu seras moins volubile lorsque notre sentence tombera. Demain tu seras morte tandis que je chevaucherai encore les vents.
    Ellana, qui n'avait pas daigné se lever pour l'invectiver, éclata de rire.
    - Arrête, Riburn, je t'en prie ! Les seuls vents que tu connaisses sont ceux produits par tes intestins putrides. Laisse la poésie aux marchombres et contente-toi d'être méprisable.
    Les yeux luisants de rage, Riburn Alqin empoigna les barreaux, voulut proférer une insulte...
    Ellana bondit, passant d'une totale immobilité à une action éblouissante de sauvagerie. Ses griffes étincelèrent tandis que son bras fusait entre deux barreaux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par Morgouille, le 29 mars 2011

    — Qu’adviendra-t-il si nous sommes incapables de monter suffisamment haut ?
    L’étudiant roux était le moins doué du groupe et doutait visiblement de son aptitude à terminer l’exercice avec succès.
    — Que voulez-vous qu’il se passe ? jeta maître Vorgan avec un haussement de sourcils dédaigneux. Je vous ai expliqué que les hautes Spires ne servent qu’à aller vite. Si vous demeurez dans les Spires inférieures, vous irez lentement. Voilà tout ! Pourquoi affichez-vous ce sourire stupide ?
    Maître Vorgan, surpris, dévisageait ses élèves qui avaient toutes les peines du monde à garder leur sérieux. Il n’avait aucune conscience de l’image que Nalio venait de dessiner au-dessus de lui.
    Un magnifique escargot à la coquille bleutée !
    Lisys adressa un discret clin d’œil à ses camarades et la coquille du gastéropode pris la teinte de la robe du professeur. Ewilan se glissa à son tour dans l’Imagination et sous les cornes de l’escargot apparu le visage de maître Vorgan auquel Liven ajouta des cernes et une langue pendante. La goutte de transpiration tracée par Kamil fut la goutte de trop pour Ol qui éclata de rire.
    — Cessez immédiatement ! s’emporta le professeur. Par le sang des Figés, que vous arrive-t-il ?
    — La tension nerveuse, monsieur, expliqua Lisys. Ol a sans doute peur de rater son test.
    — Et de se déplacer comme un ridicule escargot, ajouta Nalio, générant ainsi chez ses camarades un irrépressible fou rire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,00 € (neuf)
3,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Mondes d'Ewilan, Tome 2 : L'oeil d'Otolep par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1968)

> voir plus

Quiz