Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 208162446X
Éditeur : Flammarion (2004)


Note moyenne : 4.14/5 (sur 131 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"La musique était une onde qui me portait. Toujours plus haut. Je me sentais légère, presque éthérée. J'avais la sensation que mes gestes pouvaient s'affiner jusqu'à devenir parfait. " Anouck, dite Zouck, a une passion: la danse. Qu'elle partage avec sa meilleure amie: ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (51)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 16 juin 2014

    marina53
    Anouck, surnommée Zouk, et Maiwenn sont de très bonnes amies depuis la seconde. Inséparables, elles se racontent tout, partagent beaucoup de choses et vivent toutes les deux la même passion pour la danse. Tandis que Maiwenn est une très belle jeune fille, élancée, une taille fine, un visage d'ange et des yeux d'un bleu intense, Zouck se trouve plutôt banale avec quelques kilos en trop qu'elle voudrait absolument perdre. Au cours de danse classique enseignée par Bérénice, elle n'a de cesse de se comparer aux autres, notamment la gracieuse Anna. Ses parents, accaparés par le boulot, ne sont pas toujours disponibles et elle ne supporte pas les caprices de sa petite sœur. Heureusement que son amie est là. Mais voilà que celle-ci s'entiche d'un homme rencontré sur internet. Se faisant passer pour un homme de 18 ans, il ne tarde pas à lui révéler qu'il en a 40. Maiwenn s'en contrefiche, elle est amoureuse et malgré les réticences et les mises en garde de Zouck, ils continuent à se voir. Ainsi s'éloigne-t-elle de son amie, séchant au passage les cours. C'est alors que l'arrivée d'un grand chorégraphe, Alonzo Perez, accapare l'attention des danseuses mais surtout de Bérénice qui tient à ce que les jeunes filles soient parfaites pour le jour de sa visite. Tout se passe bien jusqu'au moment où Zouck entend ce dernier parler des kilos en trop de la jeune fille. C'est un véritable coup de massue pour celle-ci. Elle décide alors de suivre un régime. Tout va d'autant plus mal que sa meilleure amie s'éloigne d'elle...
    Pierre Bottero nous transporte au gré de la musique dans ce ballet aérien décrivant parfaitement le malaise de Zouck, son entêtement à vouloir maigrir au péril de sa santé, son isolement et sa ténacité à devenir si légère. L'auteur dépeint ici l'une des raisons de l'anorexie, à savoir une remarque désobligeante et blessante et la vie de Zouck en devient totalement chamboulée. Ce témoignage bouleversant montre aussi bien les dangers de cette maladie que les rencontres fortuites sur internet. le public visé est certainement adolescent mais l'écriture de Pierre Bottero est si poétique, si légère et si juste que ce court roman pourra ravir les adultes. A vous de réaliser un grand jeté...
    Zouck...une étoile est née...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 48         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Annette55, le 18 novembre 2014

    Annette55
    Comment ne pas être à la fois admiratif,bouleversé et ému à la lecture de ce court ouvrage du talentueux Pierre Botéro?
    Qui n'a pas eu connaissance dans son entourage, ses amis, ses parents, ses éléves de la transformation de l'image d'une jeune fille sans avoir la possibilité réelle de l'aider?
    Anouck a dix sept ans, de bons résultats à l'école, des parents aimants et attentifs, une trés bonne amie aux formes longilignes: Maiwenn,une passion Exclusive, "la Danse" !
    Un jour elle surprend une conversation malencontreuse.... Sa vie va basculer, obsédée par l'idée de perdre quelques kilos, elle va se couper du monde.....
    Maiwenn, amoureuse, va devenir de plus en plus distante...
    L'auteur traite avec beaucoup de délicatesse et de doigté un sujet grave, profond, l'anorexie, une maladie mentale monstrueuse : le paraître," une obsession maladive", " les miroirs qui ne font que refléter nos désirs et nos faiblesses".
    Anouk dite Zouck commence sa descente aux enfers: " je me sentais atone, je désirais devenir éthérée..."
    Elle se précipite sur le chemin sombre de l'anorexie.
    Elle commence trés doucement, la blessure initiale: "une conversation entendue " malgré elle, le contrôle de la balance, la ruse, le mensonge, " une idée fixe": maigrir, le repli sur soi, les petites restrictions, l'obsession, l'enfermement, la plongée inexorable dans la maladie, la meilleure amie éloignée , perdue dans ses amours dérisoires, qui n'est plus là pour l'aider, l'extrême solitude, les parents aimants et attentifs trompés malgré eux.....
    L' atonie, le manque de lucidité eu égard à son affaiblissement physique......
    Une guerre subtile contre soi, contre son apparence vraie ou supposée...." Les écrivains dansent sur leurs plumes. Leurs mots sont des bulles qui s'offrent à leurs lecteurs", un phrase qui prend ici tout son sens...
    Cette magnifique histoire est écrite d'une façon poétique, sensible, l'auteur fait chanter et danser les mots.
    Les chemins sombres nous empoisonnent la vie, nous emprisonnent, la sveltesse, la minceur , un leurre , le paraître, sapent la confiance en soi.
    Anouck s'est laissée happer, briser, déchirer, anéantir ´! Ah! L'image parfaite, l'illusion des corps sublimes magnifiée par une discipline trés exigeante oú les Miroirs sont légion!
    Une famille aimante, un professeur attentif, le temps bienfaisant sauveront cette jeune fille de justesse, elle gardera une blessure qui la rendra sans doute plus forte!
    Le style de Pierre Botéro partagé entre des moments de narration trés forts, et de courtes phrases faites d'un mot, d'un verbe ponctuent et rythment d'une maniére harmonieuse ce récit attachant et poétique.
    Un livre talentueux, sensible, délicat,profond, émouvant!
    " Gardons nous des chemins sombres".......
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Yumiko, le 25 janvier 2013

    Yumiko
    J'aime beaucoup les écrits de cet auteur, mais je dois dire qu'avant de voir ce titre sur un challenge, je n'en avais jamais entendu parler. Son résumé m'a beaucoup intriguée et c'est avec une certaine impatience que je me suis lancée dans cette lecture poignante et coup de poing.
    Anouck surnommée Zouck est une fille tout ce qu'il y a de plus normale avec une passion dévorante: celle de la danse! Elle ne s'épanouit que quand elle pratique ce sport et n'est elle-même qu'à ces moments-là. Elle partage tout avec sa meilleure amie Maiwenn, que ce soit la danse ou les confidences, elles sont inséparables. Mais la vie étant ce qu'elle est, un mur va s'ériger petit à petit entre elles quand Maiwenn tombera amoureuse et que Zouck, au détour d'un commentaire, commencera à perdre du poids et faire la guerre à la nourriture.
    C'est tout en délicatesse que l'auteur aborde les lourds sujets du passage vers l'âge adulte et de l'anorexie. Impossible de ne pas être touchée par la descente aux enfers de notre héroïne tellement elle se fait au détour d'un petit chemin, qu'il est parfois difficile de ne pas prendre. Elle était épanouie dans son art, dans sa vie, mais il suffira d'un tout petit évènement pour qu'elle se brise les ailes et qu'elle sombre, et c'est bien cela qui touche et émeut. Combien de fois n'ai-je pas failli me briser de la même façon?
    Une fois entrée dans le cercle vicieux, difficile d'en sortir, malgré les problèmes et les dangers qui surviennent. Zouck sombre toujours plus et l'absence de Maiwenn n'aide en rien. Pourtant... pourtant l'espoir n'est pas loin, il suffirait de si peu. Oui mais... Pourra-t-elle y arriver?
    Des parents perdus, ne sachant trouver les bons mots, une jeune fille qui l'est tout autant et qui tout en voyant son rêve se briser continue en espérant mieux, une autre jeune fille qui découvre l'homme dans toute sa splendeur; voilà les personnages que nous propose de rencontrer l'auteur dans un récit tout en douceur et en vérité, à tel point qu'il est difficile de ne pas être emporté dans la tourmente et d'en ressortir indemne.
    En bref, c'est un livre qui nous fait regretter encore plus le départ de cet auteur exceptionnel qui a su trouver les mots justes pour nous parler de l'anorexie sans en faire ni trop ni pas assez. Un moment de lecture court mais poignant qui nous désarme et nous touche profondément.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sharon, le 19 décembre 2010

    Sharon
    Je commencerai par signaler le défaut de ce livre : il est trop court, beaucoup trop court. J'aurai vraiment aimé passer plus de temps avec Zouck, cette ado passionnée de danse qui, comme beaucoup d'autres jeunes filles, va sombrer dans l'anorexie.
    Je ne sais pas comment Pierre Bottero a pu décrire avec autant de justesse ce que ressent une anorexique. Il montre que cette maladie surgit sans prévenir : Zouck est entourée par des parents aimants, soucieux de leurs deux filles (Zouck a une petite soeur), elle est une élève moyenne, rien ne la distingue réellement des filles de son âge.
    Le processus insidieux de l'anorexie est parfaitement exposé : d'abord le régime, puis, devant l'ivresse ressentie par l'impression de maîtriser complètement son corps (Zouck pense qu'elle danse mieux désormais), les restrictions toujours plus nombreuses, les stratagèmes mis au point pour moins manger. Puis viennent les premiers malaises, la prise de conscience (qui ne signifie en rien la volonté de guérir) et le lent chemin vers la stabilisation.
    Le second atout de ce livre est de ne jamais être moralisateur, aucun personnage ne juge Zouck, tous essaient de la comprendre et de l'aider. Elle-même, une fois que son état s'est amélioré, montre le fait que le combat contre cette maladie est quotidien. Parallèlement à son histoire, se déroule celle de son amie Maïwenn. Son histoire d'amour, qui est davantage une histoire de manipulation, presque d'abus, illustre la fragilité des adolescents.
    Bref, encore un très beau roman de Pierre Bottero.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par kllouche, le 29 août 2013

    kllouche
    Pour avoir lu très peu de Pierre Bottero, je ne peux pas vraiment comparer ce livre avec le reste de son œuvre. Pourtant, ce n'est pas faute d'en avoir envie. Car il est extrêmement ardu de se forger une opinion sur cette nouvelle qu'est Zouck. Est-ce le style habituel de l'auteur? A-t-il au contraire voulu s'essayer à quelque chose de nouveau? Difficile de s'avoir comment appréhender ce roman. Avec ses 50 pages écrites en caractère 20 et très espacé (j'exagère à peine), cette histoire se lit d'une traite en moins d'une heure.
    La taille n'a néanmoins jamais été un argument convaincant pour expliquer qu'un roman est moyen ou mauvais. Cependant, elle est souvent invoquée pour retranscrire un sentiment d'insuffisance. le lecteur est laissé sur sa fin car n'ayant pas eu le temps de s'imprégner de l'histoire avant de devoir la quitter. C'est exactement ce qui se passe ici.
    A peine entrons-nous dans la vie de Zouck qu'il faut déjà lui dire en revoir. Je suis vraiment restée sur ma fin en me disant que j'aurai bien continué encore une bonne centaine de pages. Et cela est surtout dû au fait que le peu que l'on a pu découvrir dans cette lecture était infiniment prometteur. A 17 ans, Zouck est une lycéenne passionnée de dance. Quand sa meilleure amie l'abandonne, elle se retrouve seule confrontée à son complexe: ses cinq kilos en trop. Commence alors la descente aux enfers. Elle tombe dans l'anorexie et se voile la face en niant avoir des problèmes. Pierre Bottero nous plonge dans une histoire tout à fait poignante, d'amitié perdu, de solitude, et de désespoir. L'auteur nous délivre ses émotions sans tomber dans le pathétique ni dans la niaiserie.
    En bref, il réussit à nous raconter une très belle histoire avec de très beaux mots, mais j'aurai tellement aimé qu'elle dure plus longtemps!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (28)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MuD, le 31 août 2010

    Elle arrive à ma hauteur et je m'assois, non, je m'effondre sur un banc, incapable de supporter la vision de sa fragilité.
    De sa beauté.
    Oiseau moribond, elle est plus proche de l'envol que je ne l'ai jamais été et j'ai mal.
    Déchirure.
    Blessure jamais refermée.
    La fille est passée. Elle arpente, au-delà des mots, une route sombre dont elle atteindra bientôt l'extrémité... Mon coeur se calme, ma respiration s'apaise.
    Je m'adosse au banc et je ferme les yeux.
    Souvenirs...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 53         Page de la citation

  • Par marina53, le 19 juin 2014

    Mes mains refusent de m'obéir lorsque je leur ordonne de me nourrir. Ma bouche refuse de s'ouvrir quand mes mains acceptent de m'obéir. Mes dents ne mâchent pas, mon estomac se révulse. Mes yeux déposent sur la réalité un filtre au travers duquel toute nourriture est dégoût. Non, mes yeux percent le filtre et discernent la réalité. Toute nourriture est dégoût.

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par MuD, le 31 août 2010

    Ma cuirasse s'est fissurée et, tout au fond de moi, un barrage a cédé.
    - Je n'arrive plus à vivre...

    Commenter     J’apprécie          0 75         Page de la citation

  • Par marina53, le 17 juin 2014

    Personne ne quitte jamais totalement les chemins sombres.
    Les fouler laisse des traces indélébiles, au mieux des cicatrices, au pire des plaies qui jusqu'à la fin resteront ouvertes. Et la guérison est longue. Très longue...

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par MuD, le 31 août 2010

    Sa tête s'effondre sur mon épaule et ses larmes coulent.
    Lumineuses.
    Sur le chemin sombre.
    Qui s'éclaircit.

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,13 € (neuf)
3,64 € (occasion)

   

Faire découvrir Zouck par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    Zouck

    Anouck a-t-elle des frères et soeurs ?

    •   Non, elle est fille unique
    •   Oui, une grande soeur
    •   Oui, une petite soeur
    •   Oui, un grand frère et une petite soeur

    10 questions - 13 lecteurs ont répondu
    Thème : Zouck de Pierre Bottero

    Créer un quiz sur ce livre.