AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266271261
Éditeur : Pocket (03/11/2016)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 106 notes)
Résumé :
Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d'un thème : l'anniversaire.

Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l'apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie.

Treize bougies à souffler sans modération.

Françoise Bo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
14 décembre 2016
  • 5/ 5
Comme tous les ans, je mets 5 étoiles a ce recueil de nouvelles, non pas pour la qualité de celles-ci, puisqu'il y en a des très bonnes, des bonnes et des moins bonnes.
Mais tout simplement parce que ce petit livre ne coute quasi rien (5 euros) mais surtout apporte 4 repas au restau du coeur.
Sans oublier les plus nombreux avantages pour le lecteur : lire des auteurs qu'il aime parce qu'il y en a pour tous les goûts et être parfois touché par sa lecture. Cela a été le cas pour moi pour un des auteurs qui est présent depuis 3 ans : Maxime Chattam. Sa nouvelle m'a juste mis la chair de poule.
J'ai également été touchée par d'autres textes... mais j'ai aussi découvert des auteur(e)s que je ne connaissais pas, ou tout au moins je n'aurais jamais eu l'idée de les lire... mais grace a ce petit livre je vais très certainement m'ouvrir un peu plus, et aller m'intéresser a certains romans.
On n'oubliera pas la très belle couverture faite par Castelbajac qui donne un peu de pep's et de modernité.
Je tenais a remercier , sans les citer, tous les auteur(e)s ayant participé a cette opération depuis 3 ans.. qui grace a leur travail nous font plaisir et nous permettent d'aider nos prochains. (sans oublier tout le staf des maisons d'édition).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Stelphique
19 novembre 2016
  • 4/ 5
Pourquoi je l'ai choisi:
Je reste fidèle à cette opération menée par les éditions Pocket et les Restaurants du Coeur, car ce geste de générosité permet de redistribuer 4 repas, et je pense qu'un Petit Geste, s'il est multiplié, permettra sans doute de faire de « Grandes Choses »…
Ce que j'ai ressenti:
Qui veut manger un petit coeur? Qui prendra de ces petites lectures pleines de coeur? Qui fera ce geste au profit des Restos du coeur? Je trouve la couverture de Jean-Charles de Castelbajac très jolie et adorablement parlante, comme mise en bouche, elle est super!
Les anniversaires réunissent toujours. C'est un joli moment à fêter, certains y mettent plus d'ardeur que d'autres, d'autres ont des attentes colossales pour ce jour particulier…Alors qui est prêt à souffler les traditionnelles bougies, et ouvrir, le temps de quelques pages, les histoires de ses treize écrivains talentueux?
Une fois encore, je me suis invitée à ce rendez vous d'auteurs généreux qui livrent leurs textes au profit des Restaurants du coeur. Encore une fois, c'est avec plaisir qu'on lit ses textes!!!! Chacun a mis sa version de l'Anniversaire et c'était un joli moment de lecture. J'ai adoré lire dans le désordre ses nouvelles, les savourant ça et là, découvrant le style et la plume de ses auteurs que je connais plus ou moins bien…Bon il est bien évident que j'ai cherché frénétiquement celle de mon auteur préféré (ben qui demande encore qui c'est????!!!), et c'est mon petit coup de coeur de ce recueil!!!Lasthénie m'a laissé un drôle de sentiment pendant quelque temps!!!!
Françoise Bourdin aura eu un anniversaire presque rêvé, Maxime Chattam, l'aura vu diabolique, François D'epenoux un poil vengeur, Caryl Ferey hautement mortel, Karine Giebel, sacrement revanchard, Alexandra Lapierre, délicieusement manipulateur, Agnès Ledig très réconfortant, Marc Levy joliment poétique, Agnès Martin-Lugand, dans la bonne volonté, Bernard Minier fantastiquement éternel, Romain Puertolas, avec une touche magique, Yann Queffelec avec une belle envie d'évasion, Franck Thilliez , étonnamment sanglant.
Vous l'aurez donc compris, il y en a pour tous les goûts à fêter ces anniversaires, et je vous invite à les découvrir de toute urgence, car en plus de faire une bonne action, ce sont des textes qui pourraient bien vous toucher plus que ce que vous ne pensez!!!!

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
TheWind
31 décembre 2016
  • 3/ 5
"C'est pour la bonne cause, ma p'tite dame..."
J'aurais très bien pu offrir 4 repas aux restos du coeur autrement qu'en achetant ce recueil de nouvelles, c'est vrai. Mais, c'était aussi l'occasion de découvrir - je cite la quatrième page de couverture - "les plus grands auteurs de la littérature contemporaine", auteurs auxquels je n'avais jamais osé me frotter jusque là. Va savoir pourquoi...
Voilà, c'est fait. Autant vous dire que je ne regrette pas de les avoir négligé. Tout simplement parce que "leur plus belle plume" (je cite encore la 4ème de couv') ne me correspond pas. Ces auteurs à grand tirage ne sont décidément pas faits pour moi.
Ne soyons pas totalement négatifs, certaines nouvelles se sont laissé lire avec plaisir, notamment celles des deux Agnès (Ledig et Martin-Lugand), beaucoup plus légères et plus rassurantes que les autres.
En espérant que l'année 2017 soit beaucoup moins sinistre que la plupart des nouvelles de ce recueil, je vous souhaite tout plein de bonnes lectures pour l'année prochaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
canel
13 novembre 2016
  • 3/ 5
• 1985 : Coluche crée les Restos du coeur - 60 000 paniers repas distribués ce premier hiver.
• 1989 : première Tournée des Enfoirés. Certaines mauvaises langues disent de ceux qui y participent : « Tu files un vrai rencard à ceux qui, comme toi, ne sont plus rien / Sans actualité, sans médias, sans public, sans rien / T'espères au moins qu'on te voit bien / T'espères au moins qu'on te paye bien / T'espères au moins que sur le refrain / C'est toi qui tiens Coluche par la main. » *
C'est pas gentil mais c'est pas faux...
Cette saison-là : 26 millions de repas.
• 2014 : édition de 'Treize à table', recueil de nouvelles rédigées par autant d'auteurs différents. L'opération est un succès, elle sera renouvelée les années suivantes.
Plus de 128 millions de repas distribués cette année-là.
• novembre 2016 : un 3e opus sur ce même principe, rassemblant des textes de dix à cinquante pages d'auteurs 'en vue'.
Je ne m'y serais pas plus arrêtée que les années passées, sans cette jolie couverture signée Castelbajac, qui m'évoque des dessins de Picasso, Matisse, Cocteau, et la marinière de JP Gaultier...
Pour continuer dans les chiffres : sur ces 13 auteurs, je n'en avais lu que 8, j'en ai donc découvert 5.
* * * * * * * * * * * * * * * * *
Ces histoires ont pour thème l'anniversaire.
Ces anniversaires sont vampiresques, zombiesques, familiaux, monoparentaux, centenaires... le ton est varié, le plaisir aussi.
J'ai trouvé les textes de Bourdin, Lapierre, Levy, Queffélec sans intérêt.
Minier et Chattam m'ont ennuyée avec des intrigues fantastiques.
Puertolas m'a semblé avoir bâclé quelques pages autour de son célèbre fakir (Gildas, je comprends enfin ton billet plus cinglant que d'habitude **).
Giébel prouve qu'elle a du mal à sortir de son registre vengeance-séquestration.
Je n'ai pas aimé le ton du récit de Martin-Lugand.
Plus violent et sordide que Férey, j'ai rarement vu.
Les cruautés familiales d'Epenoux me font toujours horreur.
Les deux nouvelles que je retiendrai : les dix ans de Pierre-Antoine avec son Papa (Agnès Ledig) qui m'a émue, et l'anémie de Catherine (Franck Thilliez), un mini-thriller habile, pervers, écoeurant, surprenant...
* Les Fatals Picards, 'C'est l'histoire d'une meuf', 2009
♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=HRPgpoeSdgA
** http://www.babelio.com/livres/Puertolas-Lextraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-c/507764/critiques/779088
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Antyryia
07 novembre 2016
  • 3/ 5

Je dois avouer que j'ai un faible pour ces recueils de nouvelles,"13 à table".
Etant donné les auteurs présents au sommaire, je me les serais procuré même s'il ne s'agissait pas de faire en même temps une bonne action.
C'est le recueil précédent qui m'aura permis de découvrir pour la première fois des auteurs aussi différents que Karine Giébel ou Romain Puértolas, dont j'ai lu la bibliographie intégrale depuis.
Cette année, ces deux auteurs sont de retour pour la seconde fois. C'est également le cas de Marc Levy, d'Agnès Ledig, de François d'Epenoux et de Franck Thilliez.
De nouveaux auteurs se sont joints à la petite troupe : Bernard Minier ( pour mon plus grand plaisir ! ) mais aussi Yann Queffélec, Agnès Martin-Lugand ou encore Caryl Férey.
Et puis il y a les fidèles depuis le premier volume : Françoise Bourdin, Alexandra Lapierre et Maxime Chattam.
 
Ce qui est vraiment agréable à la lecture de ces petites histoires, c'est qu'elles sont souvent de qualité. Et même si les styles et les genres sont différents, ça permet d'élargir un peu notre horizon littéraire habituel, ou de découvrir certains auteurs sous un nouveau jour. Sans transition, on passe du drame à l'humour, du thriller à l'intrigue sentimentale, le tout avec fluidité.
Après les repas et la fraternité, l'anniversaire est le thème 2017. L'anniversaire ce sont les cadeaux, les repas, les projets, les étapes. Cette date qu'on attend impatiemment quand on est jeune, qui nous indiffère ensuite de plus en plus et qu'on en vient même à appréhender parfois. Qui peut concerner un âge bien sûr mais aussi un évènement précis. Juste un jour dans l'année, mais si symbolique du temps qui passe et qui nous rapproche de l'inéluctable.
 
Les centenaires ont inspiré deux écrivains. Dans leurs histoires respectives, François d'Epenoux et Alexandra Lapierre nous présentent tous les deux une centenaire à l'allure très distinguée et paraîssant bien plus jeune.
Dans "Cent ans et toutes ses dents", Camille se prépare pour aller célébrer le siècle de sa tante acariâtre. Les nombreuses anecdotes relatées en font un personnage ignoble, aigri, égoïste et méchant. François d'Epenoux signe là un beau texte à l'humour très noir.
Dans "Tu mens, ma fille !", la fille est justement cette centenaire prénommée Irina. Quand elle avait 7 ans, personne n'a jamais voulu croire que ce n'était pas elle qui avait abîmé les escarpins. Et aujourd'hui ... personne ne veut croire à son âge véritable et son anniversaire, qu'elle espérait somptueux, sera anecdotique. La chute concoctée par Alexandra Lapierre vaut le détour.
 
Le personnage de Bernard Minier fête quant à lui ses 113 ans. Il relate ses souvenirs de la première guerre mondiale notamment quand, à bord de son avion de combat, il poursuivait l'insaisissable allemand Falkenberg. L'auteur signe la nouvelle la plus longue du recueil avec "L'échange", teintée d'érotisme et de surnaturel.
L'atmosphère fantastique est aussi le choix fait par Maxime Chattam, fidèle à lui - même dans "Le chemin du diable". le shérif Woodley tente de comprendre ce qui s'est passé, comment une famille entière a pu disparaître sur le pont du diable. Suicide ? Meurtres ? La réalité s'avérera bien plus effrayante encore.
Quant à Caryl Ferey, si on ne peut donner de genre à sa nouvelle "Le voilà, ton cadeau", il s'agit d'une histoire complétement délirante se situant dans une réalité virtuelle ou une époque alternative. le cadeau d'anniversaire s'avère être un bébé de seize mois nommé 403 que Mario dérobera à la Baby bank pour le compte de Véra, qui fête sa trentième année. Une histoire loufoque et barrée, je serais bien incapable de dire si j'ai adoré ou détesté.
 
Karine Giébel et Franck Thilliez restent fidèles au thriller, leur genre de prédilection.
"J'ai appris le silence", par l'auteure du Purgatoire des innocents, est une nouvelle sur la justice très prenante avec différents niveaux de lectures.
"Lasthénie" est un texte où le nordiste nous rappelle l'importance du don du sang à sa façon machiavélique.
 
Quatre auteurs évoquent l'anniversaire d'un enfant : Yann Queffélec nous parle dans "Fuschia" ( la couleur des billets de 500 € ) de Liza qui veut fêter les sept ans de sa fille dans les îles. Agnès Martin-Lugand a écrit un beau "Merci la maîtresse", un texte tout simple - dans le bon sens du terme - dans lequel deux parents d'élèves au planning chargé devront unir leurs efforts pour préparer les goûters d'anniversaire de fin d'année pour les huit ans respectifs de leurs enfants. Agnès Ledig nous décrit quant à elle le voyage d'un père et de son fils vers un chalet en montagne pour les dix ans de ce dernier. Hélas, les conditions climatiques ne seront pas celles que le titre laissait escompter ( "le soleil devrait être au rendez-vous dimanche" ). Les festivités auront - elles quand même lieu ?
Enfin Françoise Bourdin nous raconte un repas d'anniversaire familial, qui a pour principale caractéristique l'absence du principal intéressé, le fils cadet de la maman Marianne.
 
Marc Levy nous livre une histoire tragique et romantique dans laquelle le narrateur croisera la fuyante Emilie dans les transports en commun le jour de son anniversaire. le titre, "Accords nus", fait référence à cette femme qui joue du piano seins nus.
 
Romains Puértolas nous donne quant à lui des nouvelles de son fakir Ajatashatru Lavash Patel, célèbre héros de "le fakir qui voyageait dans une armoire Ikea", qui fête son quarantième anniversaire en Europe et en Inde. le choc des cultures sera encore au rendez - vous mais son humour n'a pas fait mouche et j'avais largement préféré son premier Rom sur la lune de l'an passé.
 
Un recueil très agréable donc pour cette mouture 2017, un peu moins bon cependant dans l'ensemble que ses deux prédécesseurs. Mais même si l'anniversaire a été moins inspirant, chacun trouvera son compte dans au moins une moitié des histoires proposées en fonction de ses goûts et affinités. Sans surprise mes préférences vont à mes références Thilliez, Giébel et Chattam. Joignez donc l'utile à l'agréable en faisant l'acquisition de ce nouveau millésime de 13 à table.
Les restaus du coeur fêteront quant à eux leur trente-deuxième anniversaire en 2017.
Bonnes lectures et découvertes à tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
Citations & extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
BlackKatBlackKat07 janvier 2017
"Prendre un engagement, et s'y tenir, c'est possible quand on comprend pourquoi on le fait."
Le soleil devrait être au rendez-vous dimanche - Agnès Ledig
Commenter  J’apprécie          60
lyokolyoko13 décembre 2016
Cent ans ! le calcul donnait le tournis : elle avait eu deux ans à la fin de la Grande Guerre. Gamine pendant les Années folles. Elle avait eu vingt ans au moment du Front populaire. Même pas trente en 1945. Déjà 52 ans en mai 1968. Et 84 printemps en l'an 2000 ! Cette femme avait tout vu, les calèches, les chapeaux cloches, les premiers congés payés, l'informatique, le TGV, le téléphone portable, les premiers pas sur la lune, Internet, la gauche, la droite, tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Souri7Souri711 décembre 2016
Le retour au pays fut émouvant et éprouvant.
D'abord parce qu'une grève de contrôleurs aériens parisiens éclata le matin où Ajatasharu devait s'envoler, retardant ainsi de six heures et dix-huit jours le départ. Ensuite parce qu'un dangereux terroriste détourna dès le décollage l'appareil qu'il voulut écraser contre la tour Eiffel. Le pilote réussit à rejoindre la côte Ouest des États-Unis sans que l'homme ne se rende compte de rien, et écrasa son avion contre la réplique miniature du monument français de l'hôtel Paris Las Vegas. Bien qu'aucun blessé grave ne fût à déplorer (il n'y eut que des morts ! Et quelques vivants), le timing du vol en prit un sacré coup.

Extrait de la nouvelle de Romain Puértolas : Les 40 ans d'un fakir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
YdamelcYdamelc14 novembre 2016
Nous avons continué à nous voir, bien sûr. C'était comme une drogue, et il me fallait des doses de plus en plus fortes. Vous ne pouvez comprendre cela tant que vous ne l'avez pas vécu.
Cette...communion. Cet...échange. J'étais pourtant décidé à ne plus jamais la revoir, après ça. Mais à ce moment-là, j'étais déjà comme un ivrogne qui décide d'arrêter de boire à chaque gueule de bois. Ce genre de résolution ne dure pas plus longtemps que la nausée elle-même.
"L'échange ou les horreurs de la guerre" - Bernard Minier
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
DomichelDomichel22 décembre 2016
Nous avons mis le cap à l’est, mes compagnons et moi, nous dirigeant vers une barrière de nuages dressés comme de hautes falaises au bord du ciel, gorgés de pluie et de foudre. L’électricité dans l’air ne faisait qu’aiguiser mes nerfs et fouetter mon sang en ébullition. Le combat me manquait. Comme la plupart des pilotes, j’étais devenu accro aux passes d’armes et aux acrobaties aériennes. Tandis que le sol s’éloignait rapidement, les champs se sont mis à ressembler, dans la lumière qui fusait sous les nuages, à des empiècements de tissus teintés dans toutes sortes de verts et de bruns cousus à même la chair des collines, avec les rivières argentées et les routes blanches pour coutures.
« L’Échange ou les horreurs de la guerre » Bernard Minier
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Françoise Bourdin (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Bourdin
Face à la mer de Françoise Bourdin .Françoise Bourdin est ce qu?on appelle un «phénomène littéraire » ! Depuis plus de 25 ans, sans tambour ni trompette, sans médiatisation outrancière, sans soutien de l?élite culturelle parisienne, Françoise Bourdin reste un auteur incontournable cher au c?ur des lecteurs. Avec plus de 9 millions de livres vendus, traduits en une quinzaine de langues, elle est ce que l?on appelle un auteur populaire, au sens noble du terme. Chaque année, on la retrouve dans le classement des dix meilleures ventes de livres en France. La recette de ce succès ? Une écriture riche, limpide et rythmée, un style efficace et accessible sans pour autant verser dans la facilité et surtout des histoires qui nous parlent et nous ressemblent. Des secrets de famille, des confrontations, des amours déçus, des rires et des larmes dans des décors qui ressemblent à ceux de notre quotidien. Voilà ce qui fait le succès de Françoise Bourdin. Ajoutez à cela une femme sincère, agréable, généreuse avec son public et vous comprendrez pourquoi ses livres sont attendus avec impatience. « Face à la mer », c?est l?histoire de Mathieu. Sans pourtant être encouragé par sa famille, il a réussi sa vie professionnelle. Mathieu tient une belle librairie au Hevre. Mais après des années de courage et de pugnacité, c?est la fameux burn-out. Mathieu a envie de tout envoyer valser et ne trouve plus aucun ressort, ni auprès de sa compagne, ni auprès de sa fille, ni auprès de ses amis, encore moins auprès de sa mère et ses frères avec qui les relations sont plutôt tendues. Comment pourra t?il reprendre goût à la vie, quels secrets enfouis sont responsables de cette dépression qui le ronge ? Et finalement, qu?est-ce que réussir sa vie ? On se laisse aisément embarquer dans cette histoire de notre temps, avec ces personnages qui nous semblent tellement proches. Et nous, lecteur, où en sommes-nous dans notre vie professionnelle, affective, amoureuse, familiale ? Et si demain, l?histoire de Mathieu, quelle serait notre réaction. « Face à la mer » le nouveau best-seller de Françoise Bourdin est publié chez Belfond.
+ Lire la suite
autres livres classés : AnniversairesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La promesse de l'ocean

Comment se nomme le père de Mahé?

Yann
Yvon
Erwan
Kevin

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : La Promesse de l'océan de Françoise BourdinCréer un quiz sur ce livre
. .