Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 220338865X
Éditeur : Casterman (1985)


Note moyenne : 4.27/5 (sur 185 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L'éblouissante série de François Bourgeon, un classique de l'histoire de la bande dessinée. Au XVIIIe siècle, les aventures sur mer et sur terre d'Isa, une jeune femme rebelle.
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwen21, le 15 avril 2014

    Gwen21
    Avis à ceux qui souffrent du mal de mer, restez à terre !
    Isabelle et ses compagnons ont embarqué à bord de la Marie-Caroline, négrier en partance pour Saint-Domingue, avec à son bord, l'équipage, nos protagonistes et quelques centaines d'esclaves, le tristement nommé "bois d'ébène".
    Sans concession, François Bourgeon éduque son lecteur aux réalités inhumaines de la traite et le réalisme de son trait ne nous épargne aucun détail morbide de ce commerce honteux qui a contribué à asseoir la fortune des sociétés occidentales. La Marie-Caroline va bientôt être soumise aux affres d'une violente tempête. Ce chaos météorologique sera l'élément déterminant qui plongera son petit monde dans le désordre d'un soulèvement mutin. Les rapports de force vont soudainement s'inverser...
    Beaucoup de violence et de tensions donc dans cet opus exaltant et oppressant qui marque aussi la fin de la première série de l'épopée. Une fin pleine de promesses et d'ouvertures car avec l'éclatement du groupe constitué d'Isa, de Mary et d'Hoel, le lecteur ne peut qu'espérer voir en cet adieu un simple au revoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Relax67, le 16 mai 2015

    Relax67
    Le dernier tome de la saga se déroule presque entièrement sur mer, à bord de la Marie-Caroline, le navire négrier à présent en route pour les îles transportant sa cargaison de bois d'ébène (traduisez : d'esclaves). Isa, Mary l'anglaise et Hoel sont à bord.
    Le voyage ne sera de tout repos. Une tempête phénoménale les secoue comme du petit bois. A la vue du navire « engagé » - le grand marin qui a à peine touché un Optimist que je suis vous dira que le navire est presque à l'horizontale et bien malin qui saura le rétablir – j'ai ressenti une profonde admiration pour ces marins courageux ou inconscients qui osait traverser l'océan sur ces coques de noix. Et histoire de ne pas s'ennuyer les esclaves vont faire des leurs : mieux vaut la mort que l'esclavage. Enfin l'équipage, d'une grande courtoisie, tranche et viole dès qu'il en a l'occasion.
    Non, décidément, il y a de quoi porter réclamation auprès de la compagnie, heureusement que Mary a de l'humour à revendre. Sans elle, la série aurait manqué de piquant.
    Nos amis s'en tirent-ils ? Hmf ! S'il y a une chose que j'ai apprise de Bourgeon, c'est qu'il n'est pas un grand fan des happy ends. Une deuxième chose que j'ai apprise, c'est que la fin comme le reste est superbe. Je ne vois rien à jeter. La cerise, c'est un personnage secondaire truculent, latiniste, mystérieux et visiblement dangereux : le cuisto. de très, très loin, il m'a fait penser à Steven Seagal dans « Piège en haute mer », le côté latiniste en moins, mais aussi doué au couteau.
    J'ai dit qu'il s'agissait de la fin, mais en fait il y a une suite en deux tomes qui se déroule plusieurs dizaines d'années plus tard. Jusqu'ici il s'agissait d'une relecture, je me lance là dans l'inconnu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par michfred, le 09 mai 2015

    michfred
    Tous à bord de la Marie-Caroline! Ho Hisse, les drisses!
    L'aventure redevient marine, mais dans le ventre du bateau, le "bois d'ébène" se rebiffe, tandis qu'autour les éléments se déchaînent: une mutinerie d'esclaves éclate- le péril le plus redouté, en mer, après les pirates!
    Cruauté, violence, vengeance: ce qui restait de complicité et d'entente entre Mary, Hoël et Isa vole en éclats...
    La fin de la saga -le 5ème épisode clôt vraiment l'aventure, le 6ème tome est un peu décevant et "réchauffe" mal le sujet- laisse sur le rivage une Isa toute seule, sans Mary, son amie trop légère, et sans Hoël, son amant trop rustre..
    Mais, même si ses illusions sont parties en fumée, elle a 20 ans, la mer est belle, et tout est encore ouvert devant elle...
    Une fin amère mais dynamique, vraiment à la hauteur de cette palpitante et sombre histoire!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par MissG, le 27 août 2012

    MissG
    Avec ce cinquième tome se clôt la série des "Passagers du vent".
    Cet album aborde des thèmes plus graves, particulièrement celui de l'esclavagisme et est celui de la maturité, à la fois pour François Bourgeon et également pour le personnage d'Isabeau.
    Isabeau se retrouve avec une esclave, offerte par le roi Kpëngla et, pétrie de bons sentiments, pense bien agir avec elle en lui laissant une certaine liberté.
    Mal lui en prend lorsque son esclave se fera corriger et que celle-ci se mettra à la haïr et prendra la tête de la révolte des esclaves sur le bateau : "Vous avez cru bien agir, mais sans le vouloir vous l'avez enfermée dans vos rêves. Son réveil fut brutal ! … Vous tentez de lutter contre un monde qui vous révolte, comme je lutte contre la maladie, la souffrance et la mort. Ces sortes de combats se perdent beaucoup plus souvent qu'ils ne se gagnent.".
    Ce tome se passe entièrement à bord d'un navire et se caractérise par une situation de crise non rencontrée jusqu'à présent.
    Les esclaves, le "bois d'ébène", transportés à bord de la Marie-Caroline vont se révolter et prendre possession du navire, poussant les quelques Blancs dont Isabeau restant à bord à se retrancher dans un coin du navire.
    C'est l'un des temps forts de ce tome et c'est très bien fait.
    Il transparaît une situation tendue et angoissante, cela se ressent dans les dialogues et dans les dessins.
    Toute cette scène est une réussite et est vraiment plaisante à lire.
    L'histoire développée est intéressante, plus riche et plus complexe que dans les précédents tomes.
    Ce tome est un véritable aboutissement tout en mettant un point final, ou presque, à l'épopée d'Isabeau.
    Mais c'est aussi celui des adieux, du lecteur avec les personnages, mais également d'Isabeau avec Mary et sa petite fille Enora, puis avec Hoel, c'est ainsi qu'elle se retrouve à la fin : "Seule … Vraiment seule … Sans personne à aimer … Sans personne à haïr … Ou bien haïr la mer ? … qui sait si bien donner pour toujours tout reprendre … Qui sait si bien reprendre …".
    Il y a un petit goût d'amer à la fin de ce tome et j'ai même été déçue par cette fin qui pour moi n'en est pas une.
    François Bourgeon laisse son héroïne seule face à la mer et à son destin : "Ce jour-là, j'ai failli oublier que je n'avais, somme toute, que dix-huit ans … et encore toute la vie devant moi.", et le lecteur désireux de savoir ce qu'il advient d'elle par la suite.
    Graphiquement, ce cinquième tome est, comme tous les autres, très réussi et laisse une belle place à des palettes de couleurs très variées, rendant la lecture des plus agréables et traduisant à la perfection l'histoire développée et toute sa complexité.
    "Le bois d'ébène", cinquième tome de la série "Les passagers du vent" et censé la clore, est un album très réussi sur l'aspect de l'histoire, de l'évolution des personnages et graphique.
    Toutefois, il laisse un goût d'inachevé car tout reste ouvert à la fin et rien ne se conclut vraiment.
    Au contraire, l'impression laissée par François Bourgeon est celle d'ouvrir vers une suite, ou tout du moins une conclusion digne de ce nom.

    Lien : http://lemondedemissg.blogspot.fr/2012/08/les-passagers-du-vent-tome..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lyoko, le 29 décembre 2014

    lyoko
    Voilà denouveau Isa en mer sur le Marie Caroline, 430 nègres en soute et peu d'hommes d'équipage. Ceux-ci voulant tous plus au moins prendre la place du capitaine disparu en mer.
    Entre mutinerie et tempête Isa va affronter de nombreux démons.
    Bourgeon reste fidèle à lui même par des dessins plus que parlant et une histoire incroyablement noire.
    Il a le don de nous faite voyager dans le temps et de nous démontrer la valeur d el'humanité. La cruauté humaine est réellement mise en avant.
    Une BD culte !!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 12         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Relax67, le 15 mai 2015

    MARY: S'il est si bon que ça ton tambouille, pourquoi c'est rien que les esclaves ils mangent?
    GRIGNOUX: Parce que si je leur donnais de la viande bouillie à la menthe, ils se mettraient à jacasser, telles de vieilles dames anglaises, et deviendraient ipso facto invendables!

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Relax67, le 16 mai 2015

    La tête d'un homme, c'est toute petite! Va pas la combler avec des regrets inutiles qui pourriturent la cervelle...

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Relax67, le 14 mai 2015

    Apprenez à perdre, Isa! Apprenez à vivre entre le désenchantement et la désillusion... C'est le prix qu'il faut payer le petit peu d'efficacité qui nous fait parfois croire utiles.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Bubu-le-bourguignon, le 29 juillet 2012

    Vendredi 29 mars 1782... Ce jour là, j'ai failli oublier que je n'avais, somme toute, que dix-huit ans... et encore toute la vie devant moi.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par goodgarn, le 16 novembre 2012

    - Oublier ?... La mort offre l'oubli !...La vie na pas cette indulgence.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de François Bourgeon

>Ajouter une vidéo
Vidéo de François Bourgeon

François Bourgeon en interview pour planetebd.com .
François Bourgeon fait désormais partie du panthéon de la bande dessinée. Ce grand dessinateur et brillant scénariste a créé de grandes séries qui ont marqué le neuvième art. Esthète minutieux, Bourgeon est aussi un grand aventurier qui amène son lecteur dans des contrées magnifiques? Evasion dans le temps ou voyage dans le monde, les séries au long cours de François Bourgeon sont dépaysantes et sont autant d?invitation à la rêverie : la France médiévale avec "Les compagnons du crépuscule", l?Afrique avec "Les passagers du vent" ou le futur dans "Le cycle de Cyann". L?artiste est présent au festival de Saint-Malo à l?occasion de la sortie du dernier tome du "Cycle de Cyann". C?est un homme tout simple et modeste qui nous raconte sa passion avec une voix qui nous emporte?








Sur Amazon
à partir de :
22,21 € (neuf)
3,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Passagers du vent , Tome 5 : Le bois d'ébène par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz