Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Pierre Loti (Antécédent bibliographique)

ISBN : 2754800786
Éditeur : Futuropolis (2007)


Note moyenne : 3.54/5 (sur 13 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
De passage en Grèce, à Salonique (alors sous domination turque), Loti, jeune et sémillant lieutenant de la marine anglaise aperçoit, derrière les barreaux d'une fenêtre de harem, le visage d'Aziyadé, belle et jeune odalisque aux yeux verts. Dès lors, il ne vit plus que ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 21 août 2015

    marina53
    Salonique, mai 1876. Sur la rade de Salonique, d'imposants cuirassés venus de France, d'Allemagne ou d'Angleterre. Loti, officier dans l'armée britannique, débarque donc dans cette ville à domination turque. Alors qu'il déambule dans les rues afin de s'imprégner de ces nouvelles odeurs orientales, il découvre une ville calme, presque morte. Assis sur un banc, il sent une présence derrière lui. Et pour cause, une femme, prénommée aziyadé, derrière les barreaux de son harem, le regarde. de suite, il se passe quelque chose entre eux. Lui est si captivé par ses yeux verts qu'il en oublie l'heure et rate le dernier canot qui le ramènerait au bateau. C'est alors qu'il fait la connaissance de Samuel, un être intelligent et déterminé, qui se propose de le ramener. Loti ne sait pas encore que ces deux rencontres lui seront déterminantes. Samuel deviendra vite un fidèle ami, aziyadé, l'objet de ses fantasmes et une compagne de ses nuits. Ils tombent amoureux l'un de l'autre malgré les interdits. Un amour bientôt mis à rude épreuve par le départ de Loti pour Constantinople...
    Franck Bourgeron adapte ici le roman autobiographique de Pierre Loti, officier de marine et écrivain français, dont la rencontre avec la belle aziyadé lui inspira les romans "aziyadé" et "Fantôme d'Orient". de cette rencontre naîtra une folle mais brève passion amoureuse qui se termina tragiquement, la jeune femme étant morte de chagrin. Alors jeune officier dans la marine anglaise, Pierre Loti est un garçon qui a du mal à trouver sa place et du sens à sa vie. Indécis, perplexe, seul l'amour qu'il portera à aziyadé semble lui redonner espoir en la vie et en sa place qui ne pourra être qu'aux côtés de la jeune femme. Malgré de nombreuses barrières telles que la langue, la religion ou le mode de vie, leur amour n'en paraît que plus renforcé. de Salonique à Constantinople, le voyage fut bien agréable: dépaysant, tout en finesse et poésie. le dessin, quant à lui, nous offre de très belles planches orientales: un trait élégant, un cadrage dynamique et surtout de magnifiques couleurs.
    aziyadé, une femme étonnante...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par missmolko1, le 19 juillet 2015

    missmolko1
    Je suis passée complètement a coté de cette BD.
    Je n'ai pas réussi a aimé le texte, les personnages et les dessins ne m'ont pas touché.
    Bref, c'est une déception, en parti du au fait que je m'attendais vraiment a autre chose.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sejy, le 28 mai 2010

    Sejy
    Quand l'écriture délicate de Pierre Loti rencontre la beauté du trait de Franck Bourgeron, c'est une oeuvre d'une force émotionnelle rare qui naît. Une bande dessinée puissante et bouleversante. C'est Aziyadé.
    Cette adaptation du roman autobiographique éponyme est une remarquable réussite. Avec un talent empreint de retenue, l'auteur livre une composition émouvante et d'une grande justesse. Et il n'est pas nécessaire d'avoir lu l'original pour ressentir la fidélité et la maestria avec lesquelles il transcrit la fièvre de l'écrivain. Ce sont peu de pages qu'il faut au récit pour vous empoigner. Happé par cette histoire d'amour enflammé et interdit, entre un Loti en marin anglais et Aziyadé la magnifique musulmane, on se laisse d'abord envahir par une profonde mélancolie douce amère. Puis l'on cède encore, un peu plus investi, compagnon des attentes angoissées du héros, ami dans ses escapades nocturnes, spectateur indiscret de ses étreintes langoureuses, puis, avec lui, se réveiller alangui et heureux aux matins apaisés. Et maintenant au-delà, quand l'empathie se fait entière, on écoute, on plaint ou l'on pleure avec cet homme qui se cherche, qui crie intérieurement son mal, désespéré et dévoré par cette passion qu'il découvre de plus en plus extrême et qu'il sent, qu'il sait inéluctablement vouée à se perdre.
    La plume poétique et sensible de Loti nous accompagne tout au long du récit par un fil conducteur, écho narrateur de ses pensées et par les correspondances qu'il entretenait avec sa famille et ses amis. Elle est le catalyseur de cet agréable déferlement de sentiments et si elle s'avère être le coeur de cette oeuvre, le graphisme de Bourgeron lui offre une âme. Une autre profondeur qui dévoile ce que les quelques mots encore impuissants n'ont pas réussi à dire.
    Son style si particulier, saisissable entre mille, est ici somptueux et tellement évocateur. Un crayonné simple et dynamique qui donne vie à des personnages aux courbes généreuses. de fines griffures, ombrages maîtrisés qui renforcent les émotions. Des cadrages verticaux qui ouvrent l'espace ou des plans rapprochés soudain complices. Des ambiances subtiles et enchanteresses. Et des couleurs. Ah, ces couleurs ! Sobres, mais si belles. Une trichromie déclinée en nuances pastel. le jaune d'un soleil éclatant, qui fait ressentir la chaleur et respirer les parfums d'une « Stamboul » envoûtante. le bleu de nuits interminables chargées de désirs sensuels ou esquisses d'un chagrin lancinant. le rouge des plaisirs défendus, le rouge de la passion, le rouge du sang.
    Cet album au romantisme dramatique est un véritable crève-coeur, et j'ai pris tant de plaisir à me sentir si triste…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Stemilou, le 21 août 2015

    Stemilou
    Que dire de cette BD qui sent bon le voyage? Déjà la couverture que je trouve magnifique le paysage en arrière-plan (mosquée) dans cette couleur vert d'eau puis le personnage de Loti tout en nuance de brun. J'avoue que c'est elle qui m'a attiré en premier puis le nom a consonance orientale qui promet de jolies saveurs mais surtout le nom de Pierre Loti écrivain et officier de marine qui s'est largement inspiré de sa vie et de ses voyages pour nous faire voyager à notre tour.
    Revenons-en à notre BD!
    Cet album est l'adaptation du premier roman de Pierre Loti. aziyadé est une histoire d'amour entre un officier de la marine britannique et une jeune femme issue du harem d'un homme riche et vieux, la rencontre se fera à Salonique, ils vont s'aimer et se retrouver à Constantinople. Malheureusement Loti devra rentrer au pays et à son retour en Orient il apprendra la mort de sa belle, dès lors il cherchera lui aussi à rencontrer la mort.
    Cette BD retrace donc l'histoire d'amour interdite et tragique de deux amants que tout sépare, l'album reprend bien le style du roman d'origine avec le mélange de conversations, de journal intime et de correspondance entre le héros et sa famille et amis et transforme en images les rencontres secrètes, les attentes des personnages et l'orient tel qu'il était à cette époque (1879). On ressent le malaise de cet homme obligé d'aimer à distance et se contentant de rendez-vous fugaces.
    Le dessin est vivant tout en ombre et couleurs subtiles qui apportent à l'histoire un vrai parfum d'orient et de mystère, et c'est justement ce qui m'a fait apprécier cet album. Un choix de représentation qui colle parfaitement à une histoire si belle et poignante.


    Lien : http://stemilou.over-blog.com/2015/08/aziyade-bd.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Colibrille, le 19 janvier 2015

    Colibrille
    Ne connaissant pas Pierre Loti, cette adaptation d'un de ces romans était pour moi l'occasion de le découvrir, à travers le regard de Franck Bourgeron.
    Pour être honnête, je n'ai pas aimé cet album. Cela n'en est rien la faute au travail de Bourgeron. le fait est que je n'ai tout simplement pas accroché à l'histoire. Contrairement à d'autres périodes historiques, celle de la crise des Balkans ainsi que de la guerre turco-russe ne m'a pas intéressée. En conséquence, j'ai eu quelques difficultés à me plonger dans l'intrigue.
    L'histoire d'amour tragique qui nous est contée ne m'a pas émue. Cela en partie à cause du texte que j'ai trouvé plutôt fade, sans relief, excepté à quelques occasions. de même, j'ai trouvé le style parfois un peu pompeux ou bien suranné. Mais il faut rappeler que le roman de Pierre Loti a été publié en 1879, ceci explique sûrement ce style littéraire particulier.
    Si j'ai poursuivi la lecture de cet album jusqu'à la fin, c'est grâce aux dessins de Franck Bourgeron, transmettant plus d'émotions et construisant mieux l'atmosphère mélancolique de l'histoire que le texte lui-même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par marina53, le 21 août 2015

    Qui sait, quand la belle saison finira, lequel de nous sera encore en vie?
    Soyez gais, soyez pleins de joie,
    Car la saison du printemps passe vite, elle ne durera pas.
    Ecoutez la chanson du rossignol: la saison vernale approche.
    Le printemps a déployé un berceau de joie dans chaque bosquet
    Où l'amandier répand ses fleurs argentées.
    Soyez gais, soyez pleins de joie,
    Car la saison du printemps passe vite, elle ne durera pas.

    (extrait d'une vieille poésie orientale)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par marina53, le 21 août 2015

    Quand l'air humide me saisit comme une douche glacée, et quand la nature prend ses airs ternes et piteux.. Je retombe sur moi-même... Je ne retrouve plus au dedans de moi que le vide écoeurant et l'immense ennui de vivre.

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par Colibrille, le 19 janvier 2015

    C'en est finit de l'Orient, le rêve est achevé. La Patrie est devant nous, dans ce paisible petit Brightbury là-bas, on m'attend avec bonheur.
    Moi aussi, je les aime tous, mais qu'il est triste ce foyer qui m'attend.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Colibrille, le 19 janvier 2015

    Qui sait, quand la belle saison finira, lequel de nous sera encore en vie ?
    Soyez gais, soyez pleins de joie, car la saison du printemps passe vite, elle ne durera pas. Écoutez la chanson du rossignol : la saison vernale s'approche.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Colibrille, le 19 janvier 2015

    J'aimais presque cette jeune femme si singulièrement délicieuse.
    J'oublierai bientôt ces nuits tièdes où la première lueur de l'aube nous trouvait étendus dans une barque, enivrés 'amour, tout trempés de la rosée du matin.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Franck Bourgeron

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Franck Bourgeron

Franck Bourgeron, rédacteur en chef de La Revue Dessinée présente la sélection de Bandes Dessinées du débat Les Bédévores








Sur Amazon
à partir de :
11,00 € (neuf)
11,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Aziyadé par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz