AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vanessa Rubio (Traducteur)
ISBN : 2070611450
Éditeur : Gallimard Jeunesse (2007)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 506 notes)
Résumé :
Après leur première année loin de chez elles, à l'université, Carmen, Tibby, Bridget et Lena ont chacune des projets différents pour l'été : Carmen participe à un festival de théâtre. Persuadée de n'être bonne qu'à s'occuper des décors, elle est la première surprise lorsqu'elle se fait repérer pour ses talents d'actrice. Mais Julia, sa nouvelle amie, semble tout à coup bien distante.... Tibby reste au campus à New York pour suivre un séminaire d'écriture de scénario... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
Melisende12 novembre 2012
  • Livres 4.00/5
J'ai profité de quelques jours de vacances chez mes parents pour piocher dans la bibliothèque de ma soeur et sortir ce quatrième tome que je lui ai offert il y a quelques semaines à peine. C'était l'occasion de traîner moins de livres dans ma valise et surtout, d'avancer dans une série commencée depuis des années.
Quatre filles et un jean, c'est donc une saga que j'ai découvert voilà au moins… 5 ans ! Et déjà à cette époque, alors que j'étais encore jeune et naïve (du moins, plus proche du mental des héroïnes que maintenant), j'aimais bien, mais sans plus. Vraiment sans plus. Ce tome confirme la règle : c'est divertissant, parfois émouvant mais ça n'est définitivement pas une série que je conseillerais chaudement. Peut-être suis-je trop vieille pour suivre les aventures des demoiselles ou peut-être ne suis-je pas du tout en phase avec ce qui leur arrive car ne me retrouve pas du tout dans leurs doutes, leurs peines ou leurs joies ? Je ne sais pas et c'est dommage. Mais tant pis, il y a plein d'autres séries qui me font davantage rêver.
Quatrième tome, quatrième été en compagnie des quatre héroïnes. Carmen, Tibby, Bridget et Lena viennent de terminer leur premier année à la fac, leur première année loin les unes des autres, et peinent à trouver un moment pour se réunir à nouveau toutes ensembles. le jean semble être le dernier lien pour les unir, il les accompagnera chacune leur tour pendant ces deux mois de vacances.
Je ne vous résume pas ce que chacune vit de son côté, la quatrième de couverture le fait bien mieux que moi. Par contre, je ne vais pas me gêner pour vous dire ce que je pense sincèrement des aventures des quatre filles. Commençons par celle qui m'a carrément énervée, alors qu'elle était une de mes préférées dans les tomes précédents, Tibby. Toujours passionnée par le cinéma, c'est sa relation avec Brian qui prend le dessus sur tout le reste. A 19 ans, elle se pose beaucoup de questions et alors que tout est parfait, elle trouve le moyen de tout faire foirer. Tout ça parce qu'elle a accepté de faire l'amour pour la première fois avec son petit ami et se convainc qu'elle ne le voulait pas, que c'est lui qui a insisté et nianiania. Mais oui bien sûr. Elle met des plombes à reprendre la voie de la raison (alors qu'elle est parfaitement consciente de sa stupidité) ; elle m'a exaspérée. Bridget fait preuve d'une très grande maturité sur son chantier de fouilles archéologiques en Turquie et elle m'a agréablement surprise. Je pensais que la jolie blonde un peu superficielle ne serait jamais celle qui me surprendrait, mais il ne faut jamais dire jamais. Lena, ma préférée depuis le début de cette histoire, se remet très difficilement de sa grande histoire d'amour avec son grec Kostos. Artiste incomprise par ses parents, elle s'émancipe et fait le grand saut. J'ai apprécié son évolution pendant cet été, elle grandit énormément, mais c'est peut-être un peu trop brutal… 19 ans dans la peau d'une jeune fille très prude, pudique et réservée et il suffit de quelques cours de dessin particuliers pour qu'elle soit complètement en harmonie avec son corps. Enfin, et alors là, c'est la plus grosse et la plus jolie surprise de ce tome : Carmen. Carmen c'est la demoiselle expansive au caractère et au physique latins, demoiselle pour qui je n'avais pas plus d'affinités que ça précédemment. Et bien là, tenez-vous bien, elle m'a touchée, elle m'a beaucoup émue. Elle est un peu naïve et j'avais envie de la secouer de temps en temps, mais dans l'ensemble, je crois bien que je l'ai adorée. S'il neige dans les prochains jours, vous saurez pourquoi.
Quatre héroïnes qui expérimentent quatre aventures différentes, qui se posent chacune des questions que se posent - apparemment - les jeunes filles de 19 ans. Je ne doute pas que chaque lectrice se retrouve dans l'une d'elles, ou un peu dans chacune d'entre elles. Pour ma part, j'ai passé l'âge des questions concernant la première fois, le premier amour, tout ça tout ça… et je ne suis pas sûre que ce tome m'aurait davantage touchée au moment où j'étais en pleine réflexion mais je conçois parfaitement qu'il puisse parler à beaucoup de demoiselles. En revanche, ce qu'il faut surtout retenir de cette série, c'est, à mon sens, le beau message d'amitié qu'il transmet. de ce point de vue là, c'est tendre, émouvant… assez beau, je le reconnais bien volontiers.
Ann Brashares a choisi, une nouvelle fois, de découper son histoire en petits chapitres (qui s'ouvrent à chaque fois sur une citation plus ou moins célèbre). Chacun d'entre eux offre quelques paragraphes à Carmen, Bridget, Tibby et Lena. Mais globalement, j'ai eu l'impression que Bridget et Tibby étaient moins mises en avant que les deux autres. Ou alors, notamment pour la seconde, leur histoire m'ayant moins passionnée que les deux autres, j'ai inconsciemment eu l'impression que l'auteure leur avait consacrée moins de lignes…
Quoi qu'il en soit, chaque aventure est contée d'un point de vue externe, permettant au lecteur de faire un tour dans la vie de chacune sans vraiment prendre partie plus pour l'une que pour l'autre (même si des préférences se révèlent, c'est inévitable). C'est agréable à lire et les pages se tournent vite. Ce n'est pas de la grande littérature mais l'auteure arrive à quelques réflexions - sur l'amitié notamment - assez justes et bien trouvées.
Ce quatrième tome était le dernier jusqu'à il y a peu mais un cinquième opus a vu le jour (en 2011). Je pense sincèrement qu'on peut s'arrêter ici, sans aucune frustration. Malgré tout, comme j'ai envie de boucler la boucle (et que je n'aime pas ne pas aller au bout des choses), j'essayerai de trouver et lire ce dernier né. Et je l'offrirai évidemment à ma petite soeur, comme les quatre précédents.

Les questions soulevées par les héroïnes dans ce quatrième opus, n'ont pas tellement su m'accrocher. Sans doute suis-je trop vieille. Cependant, je retiens une belle surprise : l'aventure de Carmen, sans doute l'héroïne que j'aimais le moins jusque là. Elle a su m'émouvoir et j'ai été très heureuse de découvrir le dénouement de son été au théâtre. Ce n'est pas une série inoubliable et indispensable à mon goût, mais un joli moment de divertissement et un beau message d'amitié.
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
harmo20
harmo2009 juillet 2013
  • Livres 4.00/5
C'est avec un grand plaisir que je suis retournée auprès de Bridget, Lena, Carmen et Tibby pour leur dernier été ! le temps a passé et dans ce tome elles ont d'autres soucis, plus de responsabilités…
Je vais commencer par Bee, car c'est le personnage que j'ai le plus apprécié. Au début, elle m'agaçait fortement dans sa façon de penser, d'agir. J'avais envi de la secouer pour la réveiller. Mais grâce à son été loin de tout, ses amis, famille, Éric… Elle a su se secouer toute seule et agir en conséquence.
J'ai été étonné par Carmen, cette fille qui avait la joie de vivre, qui remballée tout le monde… Là, elle était l'ombre de la fac, invisible. En même temps, je l'a comprends, rentrer en fac, plus avoir sa famille, le déménagement et tout ça chamboule. Heureusement que son été passé à faire du théâtre la tonifié.
Lena suit les cours d'été d'art. Elle pense encore et toujours à Kostos. Maos cet été, elle va faire la rencontre de Léo un jeune homme très talentueux. Mais comme on dit, le passé surgit toujours quand on ne l'attend pas. J'ai beaucoup aimé Lena, elle a beaucoup muri ! Sa façon de réagie je l'ai trouvé normale et fidèle à elle-même. On peut dire qu'elle a changé cet été et j'aime beaucoup la nouvelle Lena.
Tibby vit le parfait amour avec Brian, elle est à la fac de New-York et celui-ci lui fais beaucoup de surprise en venant la voir. Mais il va se passer quelque chose de compliqué qui va compliquer leur relation… La réaction de Tibby a été trop je trouve. Ok ça fais peur et tout mais affronter ça toute seule et se mettre sous une carapace je n'ai pas trouvé ça top. Elle a des amies qui l'a soutiennent et une petit ami très amoureux. Heureusement, qu'elle se rend compte de ses erreurs.
Le style de l'auteur est toujours aussi prenant, une fois commencé on ne peut plus arrêter de lire. D'ailleurs, j'espère que le tome cinq aura le même style car l'auteur a écrit le dernier tome quelques années plus tard… Les chapitres sont courts, l'écriture agréable, la lecture rapide, une saga parfaite pour l'été. Je me langui vraiment de lire le cinquième tome et de connaitre leur avenir.
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cdi-lhd
cdi-lhd19 janvier 2016
  • Livres 5.00/5
Ce livre m'a plu car c'est une histoire qui est très réaliste, qui montre les liens forts de l'amitié de ces quatre filles. Il m'a également plu car j'avais lu les trois premiers tomes de cette histoire donc pour moi lire le quatrième était le désir total et j'aimerai bien lire le dernier aussi pour voir ce qu'elles sont devenues et si leurs liens sont toujours aussi forts. C'est un très bon livre car il est drôle à lire enfin pour ma part, je trouve qu'il est très performant c'est pour cela que je lui donne la note de 5/5. C'est un livre qu'il ne faut pas rater surtout si on lit cette histoire depuis le premier tome. C'est une histoire très réaliste qui porte une très forte amitié que l'on ne peut pas oublier, et qui est plutôt importante. Il peut nous aider à réfléchir sur le fait de réfléchir avant d'agir comme quand Tibby fait sa première fois mais qu'elle regrette après. Il peut également procurer des émotions comme le fait que Bridget vit avec la douleur depuis la mort de sa mère et qui fait avec, elle reste tout de même le personnage qui me touche , qui me plaît le plus car en elle on peut voir un personnage forte mais détruite à l'intérieur, qui veut aider les gens et en principe son jumeau. C'est un très bon livre surtout pour les filles. Je recommande ce livre pour ceux qui aiment les vraies histoires, qui aiment lire ce genre de roman qui nous fait réfléchir sur certains actes que l'on peut commettre. Pour ceux qui aiment les histoires qui portent sur la jeunesse, sur les adolescents, on peut parfois se projeter dans l'histoire.

Manon.L 2nde7
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Luria
Luria22 juillet 2016
  • Livres 3.00/5
Chère Bee,
serait-il possible que je vieillisse? que les émois adolescents me laissent de marbre voire m'insugnafougne? A la lecture de tes péripéties flirtatoires j'avoue, j'en ai eu marre. Quoi encore? Bee n'est-elle que ça? Un Pépé le Putois? L'auteur enferme-t-il les héroïnes dans des stéréotypes?
Bee butine, Lena soupire et Tibby aime les mauvais choix.
Quant à toi Carmen, oh, Carmen, Carmen. Tu es sans doute mon personnage préféré et le plus malchanceux du lot. A croire que ta créatrice ne t'aime pas plus que cela. Pas de réelles descriptions de toi avant le troisième tome. Une quatrième tome aux consonances Bééesques. Et puis heureusement, pour une fois, ce tome a été le tien. Enfin à toi les quinze minutes de gloire, la sortie du long hiver pour citer l'auteur.
Chère Ann, dis moi, l'ultime épisode sera une belle apothéose mmmh? Il faut dire que je ne sais pas encore trop bien que penser de toi.
A vous toutes: à vite ! Je râle, je râle, mais n'attendrai pas avant d'ouvrir vos dernières aventures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Eniaa
Eniaa27 avril 2015
  • Livres 3.00/5
Cette critique concerne la série de livres et pas seulement le quatrième tome.
Cette petite saga m'a accompagnée pendant l'adolescence, et m'a en quelque sorte marquée, j'ai toujours un petit souvenir de Tibby, Carmen, Bridget et Lena.
Ces quatre filles, qui étaient prédestinées à être amies (leurs mères fréquentaient le même club de sport pour femmes enceintes) sont obligées de se séparer, l'été venu. Elles trouvent donc un jean "magique" qui leur va à toutes et décident de se l'envoyer durant l'été, chacune le gardant pendant quelques jours.
Elles vont considérablement évoluer durant les étés racontés dans la série, mûrir, avancer et parfois s'éloigner. Chaque fille a sa propre personnalité et s'impose doucement, prend du caractère, ne se laisse pas faire. Il est facile de s'identifier à au moins une des filles, mais en ce qui me concerne, j'ai été très touchée par Bridget et Tibby.
J'ai commencé cette série quand j'avais aux alentours de 15 ans, ma soeur en avait déjà 20 et lisait en même temps que moi : nous avons toutes les deux autant apprécié ces romans malgré la différence d'âge.
C'est une série que je recommanderai à toutes les adolescentes et les jeunes adultes car elle traite intelligemment de la plupart des problèmes rencontrés à cette période et encourage les jeunes à avancer et à ne pas avoir peur d'être comme ils sont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
LuriaLuria22 juillet 2016
Devant six cent vingt personnes, dont trois représentaient tout pour elle, l'hiver de Carmen prit fin et elle sut qu'elle avait retrouvé toute son exubérance.
Commenter  J’apprécie          00
severinecartonseverinecarton22 juillet 2016
Était-ce parce qu'il était tellement sûr de ses sentiments qu'il la quittait si facilement ou était-ce au contraire une marque d'indifférence ? A méditer !
Commenter  J’apprécie          00
SlaySlay25 août 2012
- Il me semble que j’ai compris… On n’habite plus à Bethesda, on n’est plus au lycée. On ne vit plus chez nos parents et on n’a pas encore de chez-nous. C’est là que nous avons grandi, que nous avons passé du temps ensemble, mais ce ne sont que des lieux, des époques, ce n’est pas nous. Si on s’imagine que nous quatre, c’est lié à un endroit ou à un moment précis, c’est fichu, car le temps passe et les lieux changent. Nous quatre, ce n’est ni un moment ni un lieu.
[...]
- Nous quatre, c’est partout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GwinfaelGwinfael02 mars 2013
J'ai observé mes amies, bronzées, pieds nus, pleines de taches de rousseur, pas du tout assorties, heureuses, dans les fringues les unes des autres. Tibby portait le pantalon blanc de Lena, qu'elle avait roulé sur ses chevilles; Carmen avait le T-shirt à motif cachemire de Tibby; Lena mon chapeau de cow-boy en paille; quand à moi, je m'étais attaché les cheveux avec le foulard rose de Carmen.
Le ciel et la mer étaient si calmes, si figés que nous avions du mal, même en plissant les yeux, à distinguer la ligne d'horizon, cet endroit qui sépare le ciel de la mer, le temps de l'espace, l'eau de l'air. Impossible.
Je repensais à ce que Carmen avait dit. Nous quatre, ce n'est ni un lieu, ni un moment précis. Nous quatre, c'est partout, ici et là, passé et futur, ensemble ou séparées.
Nous sommes restées longtemps à fixer cette limite invisible, cette couleur éternelle.
Et justement, cette couleur, c'était le bleu. Le bleu doux et changeant, le bleu intemporel d'un vieux jean délavé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
StellabloggeuseStellabloggeuse09 juillet 2013
Brian ne craignait pas d’envisager l’avenir, sûr qu’elle en ferait partie. Il parlait de quand ils auraient trente ans aussi facilement de quand ils en auraient vingt. Il parlait bébé et se demandait si leur enfant hériterait du long doigt de pied du milieu de Tibby. Il rêvait de tout ça. Et il n’avait pas peur de le dire. Il aimait lui parler de ses rêves et il rêvait toujours en « nous ». […] Ça ne pouvait pas continuer à être aussi bien, de mieux en mieux, même, se disait Tibby. Impossible. C’était contre les lois de la physique. Sans rire, ces choses-là étaient régies par une sorte de loi. L’arithmétique du bonheur. La quantité de bonheur existant dans l’univers était constante et, pour en avoir davantage, il fallait bien le prendre quelque part. Et ils en consommaient plus que leur dû.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ann Brashares (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Brashares
Books Alive! Ann Brashares
autres livres classés : amitiéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quatre filles et un jean

A qui appartient le jean à l'origine?

Carmen
Tibby
Bridget
Lena

6 questions
232 lecteurs ont répondu
Thème : Quatre filles et un jean, Tome 1 : Le premier été de Ann BrasharesCréer un quiz sur ce livre