Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Vanessa Rubio (Traducteur)

ISBN : 2070611450
Éditeur : Gallimard Jeunesse (2007)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 359 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Après leur première année loin de chez elles, à l'université, Carmen, Tibby, Bridget et Lena ont chacune des projets différents pour l'été : Carmen participe à un festival de théâtre. Persuadée de n'être bonne qu'à s'occuper des décors, elle est la première surprise lor... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (36)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Melisende, le 12 novembre 2012

    Melisende
    J'ai profité de quelques jours de vacances chez mes parents pour piocher dans la bibliothèque de ma sœur et sortir ce quatrième tome que je lui ai offert il y a quelques semaines à peine. C'était l'occasion de traîner moins de livres dans ma valise et surtout, d'avancer dans une série commencée depuis des années.
    Quatre filles et un jean, c'est donc une saga que j'ai découvert voilà au moins… 5 ans ! Et déjà à cette époque, alors que j'étais encore jeune et naïve (du moins, plus proche du mental des héroïnes que maintenant), j'aimais bien, mais sans plus. Vraiment sans plus. Ce tome confirme la règle : c'est divertissant, parfois émouvant mais ça n'est définitivement pas une série que je conseillerais chaudement. Peut-être suis-je trop vieille pour suivre les aventures des demoiselles ou peut-être ne suis-je pas du tout en phase avec ce qui leur arrive car ne me retrouve pas du tout dans leurs doutes, leurs peines ou leurs joies ? Je ne sais pas et c'est dommage. Mais tant pis, il y a plein d'autres séries qui me font davantage rêver.
    Quatrième tome, quatrième été en compagnie des quatre héroïnes. Carmen, Tibby, Bridget et Lena viennent de terminer leur premier année à la fac, leur première année loin les unes des autres, et peinent à trouver un moment pour se réunir à nouveau toutes ensembles. le jean semble être le dernier lien pour les unir, il les accompagnera chacune leur tour pendant ces deux mois de vacances.
    Je ne vous résume pas ce que chacune vit de son côté, la quatrième de couverture le fait bien mieux que moi. Par contre, je ne vais pas me gêner pour vous dire ce que je pense sincèrement des aventures des quatre filles. Commençons par celle qui m'a carrément énervée, alors qu'elle était une de mes préférées dans les tomes précédents, Tibby. Toujours passionnée par le cinéma, c'est sa relation avec Brian qui prend le dessus sur tout le reste. A 19 ans, elle se pose beaucoup de questions et alors que tout est parfait, elle trouve le moyen de tout faire foirer. Tout ça parce qu'elle a accepté de faire l'amour pour la première fois avec son petit ami et se convainc qu'elle ne le voulait pas, que c'est lui qui a insisté et nianiania. Mais oui bien sûr. Elle met des plombes à reprendre la voie de la raison (alors qu'elle est parfaitement consciente de sa stupidité) ; elle m'a exaspérée. Bridget fait preuve d'une très grande maturité sur son chantier de fouilles archéologiques en Turquie et elle m'a agréablement surprise. Je pensais que la jolie blonde un peu superficielle ne serait jamais celle qui me surprendrait, mais il ne faut jamais dire jamais. Lena, ma préférée depuis le début de cette histoire, se remet très difficilement de sa grande histoire d'amour avec son grec Kostos. Artiste incomprise par ses parents, elle s'émancipe et fait le grand saut. J'ai apprécié son évolution pendant cet été, elle grandit énormément, mais c'est peut-être un peu trop brutal… 19 ans dans la peau d'une jeune fille très prude, pudique et réservée et il suffit de quelques cours de dessin particuliers pour qu'elle soit complètement en harmonie avec son corps. Enfin, et alors là, c'est la plus grosse et la plus jolie surprise de ce tome : Carmen. Carmen c'est la demoiselle expansive au caractère et au physique latins, demoiselle pour qui je n'avais pas plus d'affinités que ça précédemment. Et bien là, tenez-vous bien, elle m'a touchée, elle m'a beaucoup émue. Elle est un peu naïve et j'avais envie de la secouer de temps en temps, mais dans l'ensemble, je crois bien que je l'ai adorée. S'il neige dans les prochains jours, vous saurez pourquoi.
    Quatre héroïnes qui expérimentent quatre aventures différentes, qui se posent chacune des questions que se posent - apparemment - les jeunes filles de 19 ans. Je ne doute pas que chaque lectrice se retrouve dans l'une d'elles, ou un peu dans chacune d'entre elles. Pour ma part, j'ai passé l'âge des questions concernant la première fois, le premier amour, tout ça tout ça… et je ne suis pas sûre que ce tome m'aurait davantage touchée au moment où j'étais en pleine réflexion mais je conçois parfaitement qu'il puisse parler à beaucoup de demoiselles. En revanche, ce qu'il faut surtout retenir de cette série, c'est, à mon sens, le beau message d'amitié qu'il transmet. de ce point de vue là, c'est tendre, émouvant… assez beau, je le reconnais bien volontiers.
    Ann Brashares a choisi, une nouvelle fois, de découper son histoire en petits chapitres (qui s'ouvrent à chaque fois sur une citation plus ou moins célèbre). Chacun d'entre eux offre quelques paragraphes à Carmen, Bridget, Tibby et Lena. Mais globalement, j'ai eu l'impression que Bridget et Tibby étaient moins mises en avant que les deux autres. Ou alors, notamment pour la seconde, leur histoire m'ayant moins passionnée que les deux autres, j'ai inconsciemment eu l'impression que l'auteure leur avait consacrée moins de lignes…
    Quoi qu'il en soit, chaque aventure est contée d'un point de vue externe, permettant au lecteur de faire un tour dans la vie de chacune sans vraiment prendre partie plus pour l'une que pour l'autre (même si des préférences se révèlent, c'est inévitable). C'est agréable à lire et les pages se tournent vite. Ce n'est pas de la grande littérature mais l'auteure arrive à quelques réflexions - sur l'amitié notamment - assez justes et bien trouvées.
    Ce quatrième tome était le dernier jusqu'à il y a peu mais un cinquième opus a vu le jour (en 2011). Je pense sincèrement qu'on peut s'arrêter ici, sans aucune frustration. Malgré tout, comme j'ai envie de boucler la boucle (et que je n'aime pas ne pas aller au bout des choses), j'essayerai de trouver et lire ce dernier né. Et je l'offrirai évidemment à ma petite sœur, comme les quatre précédents.

    Les questions soulevées par les héroïnes dans ce quatrième opus, n'ont pas tellement su m'accrocher. Sans doute suis-je trop vieille. Cependant, je retiens une belle surprise : l'aventure de Carmen, sans doute l'héroïne que j'aimais le moins jusque là. Elle a su m'émouvoir et j'ai été très heureuse de découvrir le dénouement de son été au théâtre. Ce n'est pas une série inoubliable et indispensable à mon goût, mais un joli moment de divertissement et un beau message d'amitié.

    Lien : http://bazar-de-la-litterature.cowblog.fr/quatre-filles-et-un-jean-t..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Aline1102, le 01 juillet 2012

    Aline1102
    Bridget, Carmen, Lena et Tibby terminent leur première année à l'université. C'est la première fois qu'elles sont scolarisées dans des établissements séparés et le changement ne s'est pas fait sans mal. Surtout que l'été ne s'annonce pas mieux: Carmen se rend à un stage de théâtre, Lena et Tibby restent dans leurs établissements respectifs, où elles effectuent des stages dans leurs matières (le dessin pour Lena et le cinéma pour Tibby) et Bridget part en Turquie afin de participer à un chantier archéologique.

    En plus de devoir supporter leur séparation, les quatre filles doivent également gérer des relations parfois tendues avec leur entourage ou avec leurs condisciples. Chacune devra, à sa façon, trouver les moyens d'avancer sans les trois autres. Heureusement, le jean est encore là; fidèle à lui-même, il donne à chacune des filles l'impression d'être exceptionnelle.


    Ce n'est pas le dernier volume des aventures de ces quatre ados super sympas, mais malgré cela, on ressent une petite pointe de nostalgie lorsque ce quatrième tome se referme. Que de chemin parcouru depuis les premières années et la découverte du jean magique. Depuis cet événement majeur, la vie des quatre amies s'est modifiée de façon radicale!

    Toutes quatre sont entrées à l'université. Évènement banal chez nous, mais pas aux États-Unis, où l'inscription en fac revêt une importance particulière. En bonnes américaines, les amies ont vu leur vies chamboulées: elles vivent loin de chez elles, doivent s'adapter aux nouvelles matières qu'elles étudient et à leurs nouveaux condisciples.

    C'est Carmen qui a le plus de mal à s'adapter: petite princesse de sa maman, elle se retrouve perdue dans la foule de son établissement, se sent invisible et finit par se comporter comme telle. Résultat: Carmen est méconnaissable et perd petit à petit la belle énergie qui la caractérise. Comme si cela ne suffisait pas, elle passe son temps avec une fille qu'elle croit être son amie mais qui se revèle être une épouvantable peste!

    Tibby est celle qui m'a le plus agacée. Elle semble ne pas savoir ce qu'elle veut, avoir peur d'elle-même, de ses propres sentiments et de la vie qu'elle voudrait mener. Hésitante, elle ne parvient même pas à se concentrer sur son stage de cinéma, tant ses problèmes personnels la minent de l'intérieur.

    Des quatre, finalement, ce sont Lena et Bridget qui semblent avoir le plus mûri. Au contact d'un autre garçon, rencontré durant son stage d'été, Lena apprend à réfléchir (plus ou moins) sereinement à sa relation manquée avec Kostos et prend du recul par rapport aux moments qu'ils ont passés ensemble. Bridget commence son stage en Turquie de la même façon que son stage de foot quatre années plus tôt: elle repère le plus beau mec du chantier et fait tout pour qu'il la remarque. Elle arrive à ses fins, bien entendu, mais il est marié et père de famille... Loin de mener à la catastrophe, cela amène Bee à remettre son comportement en question: de jolie fille sportive et écervelée, Bridget se transforme petit à petit en jeune femme responsable. Elle prend sa vie et, surtout, son avenir en main.

    La fin est totalement inattendue et, pour tout dire, catastrophique! Au vu du dénouement, on s'attend à ce que les quatre amies piquent une énorme crise de nerfs, mais non. Elles abordent les événements sereinement, avec détachement. C'est là que l'on prend réellement conscience de leur nouvelle maturité et de la force de leur amitié.

    Vivement le cinquième volume!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par harmo20, le 09 juillet 2013

    harmo20
    C'est avec un grand plaisir que je suis retournée auprès de Bridget, Lena, Carmen et Tibby pour leur dernier été ! le temps a passé et dans ce tome elles ont d'autres soucis, plus de responsabilités…
    Je vais commencer par Bee, car c'est le personnage que j'ai le plus apprécié. Au début, elle m'agaçait fortement dans sa façon de penser, d'agir. J'avais envi de la secouer pour la réveiller. Mais grâce à son été loin de tout, ses amis, famille, Éric… Elle a su se secouer toute seule et agir en conséquence.
    J'ai été étonné par Carmen, cette fille qui avait la joie de vivre, qui remballée tout le monde… Là, elle était l'ombre de la fac, invisible. En même temps, je l'a comprends, rentrer en fac, plus avoir sa famille, le déménagement et tout ça chamboule. Heureusement que son été passé à faire du théâtre la tonifié.
    Lena suit les cours d'été d'art. Elle pense encore et toujours à Kostos. Maos cet été, elle va faire la rencontre de Léo un jeune homme très talentueux. Mais comme on dit, le passé surgit toujours quand on ne l'attend pas. J'ai beaucoup aimé Lena, elle a beaucoup muri ! Sa façon de réagie je l'ai trouvé normale et fidèle à elle-même. On peut dire qu'elle a changé cet été et j'aime beaucoup la nouvelle Lena.
    Tibby vit le parfait amour avec Brian, elle est à la fac de New-York et celui-ci lui fais beaucoup de surprise en venant la voir. Mais il va se passer quelque chose de compliqué qui va compliquer leur relation… La réaction de Tibby a été trop je trouve. Ok ça fais peur et tout mais affronter ça toute seule et se mettre sous une carapace je n'ai pas trouvé ça top. Elle a des amies qui l'a soutiennent et une petit ami très amoureux. Heureusement, qu'elle se rend compte de ses erreurs.
    Le style de l'auteur est toujours aussi prenant, une fois commencé on ne peut plus arrêter de lire. D'ailleurs, j'espère que le tome cinq aura le même style car l'auteur a écrit le dernier tome quelques années plus tard… Les chapitres sont courts, l'écriture agréable, la lecture rapide, une saga parfaite pour l'été. Je me langui vraiment de lire le cinquième tome et de connaitre leur avenir.

    Lien : http://livres-films-series.blogspot.fr/2013/07/quatre-filles-et-un-j..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LunaZione, le 18 novembre 2012

    LunaZione
    Et voilà, je suis fin prête pour découvrir le tout dernier tome de la saga en septembre prochain ! J'ai relu les quatre tomes de la série et je suis tout autant sous le charme qu'à mes quatorze ans.
    Mon regard à changé sur les quatre filles avec le temps et je les apprécie de plus en plus sur des points différents qu'il y a sept ans mais je suis tout aussi accro à leur aventure surtout que j'avais un peu oublié ce qu'il se passait lors de ce dernier été...

    C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Bridget, Carmen, Lena et Tibby une semaine après les avoir laissé affronté leur rentrée à la fac. du coup, pour le coup, maintenant, elles et moi, sommes plus sur la même longueur d'onde qu'il y a quelques années. Mais bon, je dois dire que, personnellement, comparé à mes amies, je les trouve assez gamines... Ce qui ne m'empêche absolument pas de les apprécier !
    Cependant, comme je le disais déjà pour le tome précédent, je me retrouve plus dans leurs questionnements actuels. du coup, je suis franchement curieuse de découvrir leur été d'esprit dans le cinquième tome.

    J'aime beaucoup ce qui arrive à Carmen dans le dernier été. Quand on la retrouve au début de ce tome, on ne l'a reconnait pas vraiment et puis, au fil des pages qui se tourne, on retrouve de plus en plus la Carma que l'on adore. C'est étonnant de la retrouver si différente mais c'est totalement crédible : la fac', ça change tout de même pas mal de monde...
    Pour une fois, je ne suis pas franchement fière de Bridget même si à la fin du tome elle se rattrape et est toute pardonnée à mes yeux. Je crois que j'estime peut-être un peu trop Eric !
    Il en va de même pour Tibby : même si je l'apprécie de plus en plus et que sa réaction est totalement normale, j'aurais aimé qu'elle agisse différemment, même si ce n'est pas dans sa nature...
    Pour finir, je dirais que Lena est assez étonnante dans ce quatrième tome : j'apprécie celle qu'elle devient mais ça me fait un peu tout drôle de la voir changer à ce point en quelques centaines de pages.

    Ann Brashares à vraiment une écriture très agréable et entraînante : j'aurais eu du mal à lâcher ce livre tant qu'il n'était pas fini. D'autant plus que la fin est vraiment très jolie.
    A découvrir !

    Lien : http://lunazione.over-blog.com/article-quatre-filles-et-un-jean-tome..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Effy, le 29 décembre 2012

    Effy
    Un très bon livre, comme tous les autres évidemment. Malgré un début, qui pour moi, n'était pas très interresant je n'arrivais pas a me mettre dedans.. Mais au fil à mesure que les pages tournaient je suis arrivé a prendre un réel plaisir.
    Le personnage de Bee m'a un peu déçu, mais elle reste l'une de mes préférés tout de même, je ne comprenais pas pourquoi elle faisait ça, pourquoi s'infligé cela ? Et j'ai aussi beaucoup aimée tous ce qu'elle a fait pour son père et surtout pour son frère Perry.
    Du coté de Carmen, j'ai trouvé son histoire un peu prévisible. Je m'attendais a presque tout ce qui allait se déroulé, mais elle n'en reste pas moins intéressante.
    Ma chère Lena m'a beaucoup surprise et j'ai éprouvé beaucoup de joie en lisant certain passage avec Léo. Et mon dieu, comment j'étais en colère quand Kostos et revenue, je ressentais toute la haine du monde. Mais la promesse de la fin est très belle est très touchante.
    Et enfin, notre Tibby, elle a fait les choses a ça manière.. Une manière pas super, mais c'est notre Tibby, a quoi pouvons nous s'attendre ?. Elle est toujours dans le déni le plus profond, c'est comme ça qu'elle se protège. Mais je suis vraiment heureuse qu'a la fin tout se passe bien pour elle.
    Leur voyage en Grece a était un plaisir pour moi, j'étais ravi. Je ressentais leur amitié, je l'a vivé. Une belle fin, pleine de promesse pour un jour meilleure. Mais je suis contente que ce ne soit pas la " vrai " fin, qu'il y en ai une autre, un nouveau tome ( pleins d'émotions...)
    En tous cas, je conseil absolument de le lire, ainsi que tous les autres tomes. Je vous garantie un réel attachement a ces filles, ainsi que pleins de larmes a la fin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (14)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lea90, le 02 mars 2013

    J'ai observé mes amies, bronzées, pieds nus, pleines de taches de rousseur, pas du tout assorties, heureuses, dans les fringues les unes des autres. Tibby portait le pantalon blanc de Lena, qu'elle avait roulé sur ses chevilles; Carmen avait le T-shirt à motif cachemire de Tibby; Lena mon chapeau de cow-boy en paille; quand à moi, je m'étais attaché les cheveux avec le foulard rose de Carmen.
    Le ciel et la mer étaient si calmes, si figés que nous avions du mal, même en plissant les yeux, à distinguer la ligne d'horizon, cet endroit qui sépare le ciel de la mer, le temps de l'espace, l'eau de l'air. Impossible.
    Je repensais à ce que Carmen avait dit. Nous quatre, ce n'est ni un lieu, ni un moment précis. Nous quatre, c'est partout, ici et là, passé et futur, ensemble ou séparées.
    Nous sommes restées longtemps à fixer cette limite invisible, cette couleur éternelle.
    Et justement, cette couleur, c'était le bleu. Le bleu doux et changeant, le bleu intemporel d'un vieux jean délavé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Slay, le 25 août 2012

    - Il me semble que j’ai compris… On n’habite plus à Bethesda, on n’est plus au lycée. On ne vit plus chez nos parents et on n’a pas encore de chez-nous. C’est là que nous avons grandi, que nous avons passé du temps ensemble, mais ce ne sont que des lieux, des époques, ce n’est pas nous. Si on s’imagine que nous quatre, c’est lié à un endroit ou à un moment précis, c’est fichu, car le temps passe et les lieux changent. Nous quatre, ce n’est ni un moment ni un lieu.
    [...]
    - Nous quatre, c’est partout.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Stellabloggeuse, le 09 juillet 2013

    Brian ne craignait pas d’envisager l’avenir, sûr qu’elle en ferait partie. Il parlait de quand ils auraient trente ans aussi facilement de quand ils en auraient vingt. Il parlait bébé et se demandait si leur enfant hériterait du long doigt de pied du milieu de Tibby. Il rêvait de tout ça. Et il n’avait pas peur de le dire. Il aimait lui parler de ses rêves et il rêvait toujours en « nous ». […] Ça ne pouvait pas continuer à être aussi bien, de mieux en mieux, même, se disait Tibby. Impossible. C’était contre les lois de la physique. Sans rire, ces choses-là étaient régies par une sorte de loi. L’arithmétique du bonheur. La quantité de bonheur existant dans l’univers était constante et, pour en avoir davantage, il fallait bien le prendre quelque part. Et ils en consommaient plus que leur dû.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par LeaaaCobain, le 08 novembre 2012

    Il y a des gens qui n'arrêtent pas de tomber amoureux. Et d'autres ont l'air de ne pouvoir le faire qu'une seule fois.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Stellabloggeuse, le 09 juillet 2013

    Comme la mère de Carmen aimait à le rappeler, les adolescents et les bébés qui commencent à marcher ont beaucoup de points communs. Ils aiment quitter leur mère à la seule condition qu’elle ne bouge pas. Mais la mère de Carmen bougeait. Elle avait la bougeotte. Pour Carmen, « la maison » c’était une époque, plus un endroit. Elle ne pouvait plus y retourner. Du coup, pour elle, il devenait beaucoup plus difficile de partir et de se situer dans le monde. Durant les sept premiers mois de l’année universitaire, rien ne lui avait semblé familier, rien ne lui avait semblé réel. A part peut-être la nourriture. Elle avait l’impression d’être tombée dans une faille spatio-temporelle. Elle regardait la vie se dérouler, sans y prendre part. Elle se contentait d’attendre, en se demandant quand son existence à elle reprendrait.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
10,00 € (neuf)
2,46 € (occasion)

   

Faire découvrir Quatre filles et un jean, Tome 4 : Le dernier été par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (853)

> voir plus

Quiz