Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2811207570
Éditeur : Milady (2012)


Note moyenne : 4.12/5 (sur 172 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Mercy et Adam passent leur lune de miel au bord de la Columbia. Tout devrait être parfait, mais une présence maléfique hante les eaux, emportant des vies innocentes.Mercy est une marcheuse : elle peut voir les fantômes. Et voilà que l... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (42)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Soleney, le 08 mai 2014

    Soleney
    Grosse désillusion que ces tomes cinq et six ! Après avoir développé ses personnages pendant quatre volumes, Patricia Briggs me déçoit énormément en tombant dans le cliché. Les dialogues, qui étaient drôles et surprenants dans les premiers volumes, deviennent plats. Les personnages sont fades, sans profondeur, les questionnements de Mercy sur sa condition dans la meute ne m'ont pas du tout touchée tant cela me semblait répétitif… Les situations avec Sam m'ont semblées tellement attendues que c'en étant agaçant – je pense notamment au moment où Mercy et lui se retrouvent face aux petites sœurs de Gabriel et où la cadette ne trouve rien de mieux à faire que de lui grimper sur le dos en hurlant « Poney, poney ! ». La plupart des petites filles que je connais ne s'amusent pas à grimper sur le dos des énormes chiens et à les frapper – mêmes si elles sont déjà montées sur des poneys. Elles préfèrent fondre en larmes ou hurler… La réaction de la mère de Gabriel m'a aussi semblée exagérée et ne m'a pas du tout plu. J'ai l'impression que cela entre en contradiction avec son caractère, et que ça n'a été ajouté que pour dramatiser la situation, pour faire un coup de théâtre – malhabile, je dois dire.
    Dans ces deux tomes, l'action met longtemps à s'installer. Par ailleurs, j'ai eu l'impression de suivre des schémas préétablis, et ces deux raisons ont fait que je lisais assez mécaniquement, en attendant qu'il se passe quelque chose de nouveau ou qu'un peu de suspense viendrait pimenter cette lecture plutôt fade.
    J'ai aussi remarqué une large baisse de qualité dans le style d'écriture. Des mauvaises tournures de phrases m'ont énervée à plusieurs reprises. C'est très frustrant de lire un livre dont on a envie de changer au moins une phrase par paragraphe. Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi ce déclin ?
    Le seul point positif (valable pour les deux livres), c'est qu'une fois que l'action est plantée, on ne s'ennuie pas. Mais ils étaient nettement moins passionnants que les volumes précédents, où on découvrait les personnages et leurs relations, et où les pouvoirs de Mercy commençaient tout juste à se dessiner ! Pourquoi n'avoir pas approfondi ce côté du personnage dans le Grimoire d'argent ? Pendant trois tomes, Mercy n'est vue que comme une créature surnaturelle mineure, Briggs commence tout juste à développer ses capacités et à la rendre plus importante avec La croix d'ossements ; mais cette question n'est même pas abordée dans le tome cinq. Certes, dans le volume six on en apprend plus sur les origines de Mercy, mais la coupure du Grimoire d'argent brise l'élan. Toutefois, je dois dire que j'ai eu l'impression que l'auteure s'était ressaisie à la fin du sixième livre. le combat final était intéressant à suivre – mais très long à se mettre en place !
    Malgré la platitude des personnages, je dois concéder que les quelques nouveaux qui apparaissent dans La Marque du Fleuve sont très intéressants. Coyote a notamment une personnalité que j'ai beaucoup appréciée et que j'ai trouvé travaillée. Ses réactions sont inattendues, et son caractère détonne parmi ceux des autres protagonistes. C'est agréable, rafraichissant.
    En revanche, je me dois de souligner une chose qui m'énerve particulièrement dans cette série : les répétitions. Mercy ne cesse de redire combien les loups-garous sont forts, qu'il est douloureux pour eux de changer, qu'ils ne vieillissent pas, combien elle-même est faible par rapport à eux, mais qu'elle n'a aucun mal à se transformer… À CHAQUE TOME ! Merci bien, mais ce ne sont pas des informations que je risque d'oublier ! À côté de ça, elle fait référence à des détails qui se sont produits dans les volumes précédents et dont je ne me rappelle même pas ! C'est ça, à mon sens, que Briggs aurait dû répéter (vaguement). Même après avoir repris ma lecture après QUATRE ANS de coupure, je n'avais pas oublié que les loups-garous étaient forts comme Superman, que Mercy devenait un coyote en un claquement de doigt, qu'elle a été élevée par la meute de Bran, etc., etc. Au début, ça passe, mais six tomes plus loin, comprenez que c'est lourd.
    J'espère sincèrement que la série reprendra du poil de la bête. Et ayant l'intention de lire Alpha et Oméga, j'espère aussi que cette saga-là ne connaitra pas de creux de ce genre !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ChrisTais, le 02 juillet 2013

    ChrisTais
    Voilà un tome qui marque un nouveau tournant dans la vie de Mercy puisque cette dernière épouse Adam ! J'ai trouvé ce passage un peu expédié mais néanmoins très touchant et amusant.
    Ici il n'est pas question de meute, ce tome tourne majoritairement autour du couple de jeunes mariés partis en lune de miel. Mais évidemment les choses ne sont pas aussi simple que cela. le schéma des tomes précédents ne change guère : il y a un mystère à résoudre sur lequel Mercy et Adam sont plus ou moins amenés sans qu'on leur demande leur avis.
    Pourrait-on dire que l'histoire est presque classique ?... Presque parce qu'encore une fois c'est la nature un peu exceptionnelle de Mercy qui fera la différence face à la nouvelle entité surpuissante qu'il faut éliminer. Adam étant presque un figurant ici.
    Nous évoluons cette fois au plein milieu des légendes indiennes. Patricia Brigg du coup se transforme en guide touristique et ça alourdit un peu son récit. En revanche, cela nous permet de découvrir les origines de Mercy.
    Malgré tout ça reste un tome très sympathique à suivre : Patricia Brigg sait ménager son suspense et créer une certaine ambiance de terreur si ce n'est de tension. L'action est largement présente dans ce tome, comme toujours.
    De plus c'est assez mignon de voir Mercy et Adam plus détendus, profitant de leur relations, découvrant les avantages et les inconvénients de ce qu'implique leur mariage.
    Ce n'est personnellement pas mon tome préféré mais il reste très agréable lire. Et comme toujours j'attends la suite avec impatience !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par matane85, le 25 avril 2014

    matane85
    Que dire ? Ce tome m'a réellement prise par surprise. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Je trouve qu'il diffère des autres tomes. C'est sans doute mon préféré à ce jour ! Gros plus aussi pour la couverture que je trouve la plus belle de tous les tomes.
    Alors, l'histoire commence tout en douceur avec d'abord par un rapide aperçu de ce qu'est devenu Stefan. C'est bien d'avoir des nouvelles de ce qui été arrivé. Il s'est laissé mourir de faim après ce que lui a fait Marsilia. Mercy ensuite est confronté à sa folle de mère qui veut lui organisé un mariage en grand ! Je n'aurai jamais pensé voir Mercy se marier en blanc dans une église avec tout le tralala. Je suis un peu frustré que la cérémonie soit si vite expédiée mais je suis contente que ce soit Bran qui ait mené Mercy à Adam. Notre couple préféré part ensuite en lune de miel. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'Adam et Mercy trouve un homme ayant été blessé par une créature vivant dans le fleuve. Ça fait vraiment plaisir de les voir heureux et batifoler sans menace sur eux.
    Cet homme blessé est un indien du coin ce qui nous permet de découvrir un nouvel univers mis en place par l'auteur : la mythologie amérindienne et les esprits totems. Découvrir les origines de Mercy était vraiment géniale, j'avoue que j'avais toujours été curieuse de les connaître.
    Elles permettent également l'introduction de nouveaux personnages que j'ai adorés de suite ! J’espère vraiment qu'ils vont continuer à apparaître dans la suite de la série. Il est vrai que la meute et les autres personnages secondaires comme Zee, Oncle Mike... n'interviennent vraiment pas beaucoup. C'est un peu dommage, ils m'ont un peu manquée mais en contrepartie, on a pu se concentrer sur le couple Adam/Mercy. Si Adam reste un peu en retrait par rapport à Mercy (comme d'habitude quand on y réfléchit bien) il reste utile et un soutien de poids. Mercy gère vraiment dans ce tome et est mise au centre.
    Je suis un peu déçue de ne pas avoir eu de passage avec Samuel même aussi court que celui de Stefan.
    Les nouveaux personnages secondaires, les indiens humains sont assez peu brossés. Ce qu'il faut pour les comprendre un minimum et repérer qui est qui mais pas assez pour s’attacher.
    On se rend vite compte que ce sont les faes qui ont demandé à Adam de venir dans ce camping et de suivre une prophétie concernant le fleuve. L'intrigue bien qu' assez plate au début (on suit le quotidien qui est aussi appréciable différemment), les différentes découvertes ont maintenu mon intérêt éveillé. Le monstre de ce tome est certainement plus impressionnant que celui du tome 5 et est assez terrifiant. Un peu à la façon des dents de la mer : le prédateur avec des grandes dents cachées dans les profondeurs noires de l'eau... J'ai trouvé que le combat final était un peu flou, l'action pas trop bien décrite.
    Gros plus pour le lettre de Mercy qui m'a touchée : c'est exactement je que j'aurai voulu écrire, des sentiments bruts, sincère, sans fioritures mais si beau.
    En bref :Un tome touchant qui nous fait découvrir les origines de Mercy et de nouveaux personnages vraiment intéressant tout en développant le couple Adam/Mercy. J'ai dévoré le livre !

    Lien : http://under-books-spell.e-monsite.com/pages/s-f-fantasy/mercy-thomp..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par laViolette, le 26 octobre 2013

    laViolette
    Au-delà d'une histoire de loups-garous, de faes ou de vampires, ce tome 6 est l'histoire des origines de Mercy Thompson. Le résumé nous promet un livre qui apportera des réponses à des questions que l'on se pose depuis la lecture de l'Appel de la Lune. J'attendais avec une impatience certaine le moment où je pourrai enfin me glisser entre ses pages.

    Un mariage et pas mal d'enterrements
    Dans ce tome, Adam et Mercedes ont sauté le pas et se sont dit oui. Leur lune de miel, ils la passent dans un camping au bord d'un lac, loin de toute histoire de vampires, de meute et de faes.
    Mais tout comme l'indique le résumé, leur lune de miel ne va pas se passer comme prévue. Des meurtres en nombre surviennent aux abords du lac, sans que personne ne puisse en expliquer la cause. C'est dans une atmosphère tendue que vont évoluer les différents personnages. Un être maléfique s'en prend aux humains. Mercy va devoir tout faire pour arrêter ce massacre, quitte à mettre sa vie en danger. Mais cela en devient presque une habitude pour elle. D'un point de vue action, nous serons servis !
    Du côté romance, la relation de Mercy et Adam n'est pas tant mise en avant que cela. Effectivement, le couple a passé un cap puisqu'il s'est marié au début du tome, mais les sentiments qu'ils vouent l'un à l'autre ne sont plus un secret pour personne.
    Ce livre possède une intrigue très intéressante, qui va permettre d'introduire un personnage qui va changer en grande partie la vision de notre héroïne sur elle-même. Sans trop vous en dire, l'histoire du monstre qui hante le lac est un prétexte à la mise en avant des origines de Mercy. Cela se sent à la lecture, mais c'est si bien mené qu'on ne peut accuser l'auteure d'avoir mis en place une intrigue fragile au profit d'autres éléments de l'histoire !

    Des légendes indiennes, enfin !!
    C'est un livre qui se consacre en tout point à Mercy. Nous l'a découvrons plus amoureuse encore et plus déterminée à aller de l'avant. Paradoxalement, c'est autour de ses origines et du passé de ses parents que l'histoire tournera. Comme à de maintes reprises, Patricia Briggs fait preuve d'une habileté certaine à manier et à adapter les contes et les légendes. De plus, elle ravit le lecteur de nombreuses références, agrémentées de détails pointilleux, qui atteste quantité de recherches qu'a dû entreprendre l'auteure. C'est un élément qui me plait particulièrement dans les livres de Briggs. Mercy a réalisé des études d'histoire, et elle nous en fait profiter constamment, sans pour autant rendre la lecture morne et bourrée de références inintéressantes.
    Les légendes amérindiennes ont trouvé leur place dans ce tome 6. Nous les retrouvons dans l'intrigue principale, mais elles sont également très présentes dans les explications autour des origines de Mercy. Elles ont permis de redonner un souffle à l'univers de Patricia Briggs. Les cinq premiers tomes étaient exclusivement tournés sur les mythes féériques, ainsi que les vampires et les loups-garous. La donne change du tout au tout dans La Marque du fleuve. Mais encore une fois, l'auteure nous prouve qu'elle sait de quoi elle parle. Le style est fluide comme à l'accoutumé, les péripéties sont crédibles et s'enchainent avec une cohérence certaine.
    Ce tome nous offre beaucoup de réponses. Le personnage de Mercy est dévoilé sous un nouvel angle, on en sait bien plus maintenant sur elle et sur ses capacités. Je ne pensais pas que l'histoire prendrait un tournant tel que celui-ci. Pour le coup, je n'ai rien vu venir. Et j'apprécie d'autant plus le talent de Patricia Briggs pour ça. Les actions téléphonées ne sont pas très nombreuses. Et c'est tant mieux !


    Lien : http://violetblade.blogspot.fr/2013/05/mercy-thompson-t6-la-marque-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par SexyLo, le 13 avril 2013

    SexyLo
    Que dire de ce tome 6, elle est à la hauteur de mon attente, le mariage de Mercy et d'Adam, je dois dire je suis un peu déçu qu'on n'est pas eu leur vœux, certes Mercy a fait avancer leur mariage pour ne pas subir les papillons et ballon de sa mère et pourtant tout le monde le savait d'où leur pari à son encontre, mais j'ai bien aimé, tout le monde était présent, surtout Bran qu'à jouer le rôle de père.
    Dans ce tome, le retour de Stefan est un point, le vampire se laisse mourir depuis ce que Marisila a fait à ses moutons...
    Revenons au couple vedette, Mercy et Adam, part pour leur lune de miel, qu'ils sont mignon ce couple, je suis toujours folle d'eux... Ce tome va de remboursement à remboursement, ils vont passer leur lune de miel près du fleuve de la Colombia, leur moment ensemble est très bien, ils s'aiment on le voit très bien maintenant... Mais voilà que la vie de Mercy va encore une fois basculé, elle voit le « fantôme » de son père, mais resté bien assis je vais vous raconter son histoire...
    Coyote, aurait créé son père « le père de Mercy », mais en réalité, si on regarde de près, Coyote est le père de Mercy, même-ci il fait en sorte de dire que ce n'est pas vraiment le cas, mais qu'elle importance ? On sait d'où vient son origine...
    Mais parlons de l'intrigue de ce tome, le monstre de Loch Ness aurait quitté son sommeil et ce met à manger tout le monde qui fait le malheur de mettre un pied dans le fleuve, mais tout ça part d'une prophétie de la fille yoyo, encore les faës ne veulent pas laisser Mercy vivre en paix... On les a envoyé près du fleuve pour avoir des nouvelles de leurs loutres et ses vilaines on réveillé la Diablesse du Fleuve, elle a mangé plein de personne, mais Mercy à sauver un Indien ce qui va enchaîner pas mal d'action...
    On connait tous Mercy, elle est toujours en avant pour sauver la vie des autres au dépend de la sienne. On est bien centré sur Adam et Mercy, leur romance pourrait combler tous les fleurs bleues, mais d'un côté j'en ai un peu crisé que même quand ils pensent être loin de soucis, c'est là qu'ils tombent en masse...
    Comme toujours le méchant fini par mourir, mais Mercy ne s'en sort jamais idem, une jambe cassé, les paumes des mains brûlés plus de cent point de suture, quatre agrafes et j'en passe, donc la pauvre ce retrouve dépendante des autres et on sait tous qu'elle n'aime pas cela... On ne sait pas ce que la suite nous réserves alors il nous reste plus qu'à patienté et de voir, en tout cas Mercy et Adam s'aiment de plus en plus.

    Lien : http://read-a-passion.blogspot.fr/2013/04/mercy-thompson.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Koneko-Chan, le 11 janvier 2013

    - Ça t’apprendra à faire le moindre pari avec ma mère, commentai-je alors que les dernières mesures de la musique retentissaient et que Bran me conduisait vers Adam.

    Il s’arrêta soudain, me serra contre lui et regarda Adam en fronçant les sourcils, laissant le poids de son autorité impressionner l’audience. Bran était tout à fait capable de dissimuler sa véritable nature, ce qu’il faisait la plupart du temps, n’apparaissant que comme un jeune homme aux muscles noueux sans intérêt particulier. Mais parfois, il laissait sa véritable personnalité s’exprimer. Bran était un très, très vieux loup, et il était extrêmement puissant. Il gouvernait la totalité des loups de cette partie du monde et nul dans cette pièce, y compris les humains, n’aurait pu se demander comment il parvenait à se faire obéir de tous. L’organiste lui-même sembla ressentir cette autorité et s’interrompit brutalement.

    - Jeune loup, articula-t-il dans le silence soudain, aujourd’hui, je te confie l’un de mes trésors les plus précieux. Je compte sur toi pour prendre soin d’elle.

    Adam, qui ne semblait pas plus impressionné que ça, acquiesça.

    - Je le promets.

    Puis la menace sous-jacente disparut soudain, et Bran redevint un jeune homme banal vêtu d’un smoking gris particulièrement bien taillé.

    - Elle va bouleverser ta vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Soleney, le 05 mai 2014

    — Avant, j'avais une vie normale, murmurai-je, le nez fourré contre son épaule. Je me levais le matin, j'allais travailler. Je réparais quelques voitures, je payais mes factures, et personne ne voulait me tuer. Mon père était mort, ma mère vivait à six heures en voiture ; en me débrouillant bien, je pouvais même faire durer le voyage jusqu'à huit ou neuf heures.
    — Et tu te chamaillais avec ton voisin de derrière, commenta Adam d'une voix douce.
    — Je le matais aussi à son insu, approuvais-je. Parce que de temps en temps, en particulier après une nuit de pleine lune passée à chasser, il oubliait que je pouvais voir dans le noir et courait autour de sa maison, entièrement nu.
    Je sentis son épaule tressauter d'un rire silencieux.
    — Je n'ai JAMAIS oublié que tu pouvais voir dans le noir, avoua-t-il.
    — Oh. [...] Merci de m'avoir offert un tel spectacle pendant toutes ces années.
    — C'était un plaisir, répliqua-t-il d'un ton sérieux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par tatooa2001, le 31 mai 2013

    Stefan était volontaire, intelligent et... eh bien ! C'était Stefan, le mec capable de parler des Pokémon en langage des signes avec un petit garçon sourd, de triompher de ses ennemis alors qu'il est retenu dans une cage, avant de repartir dans son minibus Volkswagen, prêt à affronter d'autres méchants. C'était un genre de Superman, mais avec des crocs et une morale élastique.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Sio, le 10 août 2012

    - Edythe a parfois des intuitions. Elle en a eu une lorsqu'un ancien esclave romain nommé Patrick est revenu en Irlande. Nous regrettons tous encore aujourd'hui de ne pas l'avoir tué, comme elle nous le conseillait, sauf que ça aurait probablement signifié que l'Eglise aurait envoyé quelqu'un d'autre, et qu'aujourd'hui, ce serait un saint Aiden, un saint Conner ou un truc du genre au lieu de saint Patrick. C'est le problème, avec les prophètes, ils ressemblent à ces dragons à sept têtes sur lesquelles en poussaient trois nouvelles quand on en coupait une.
    - Les hydres, précisa Adam.
    - Voilà, c'est ça. Bref, elle n'a pas très souvent ce genre de prémonition, rarement plus d'une fois par siècle. La dernière fois, c'était juste avant l'explosion du mont Sainte-Helen. Depuis cette histoire de Patrick, nous l'écoutons tous avec grande attention.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par sandraboop, le 05 février 2013

    Personne ne fit de commentaire, mais des que le soleil effleura la ligne d'horizon, leurs vêtements disparurent pour laisser place à des tenues plus adaptées au combat. Comme dans les anciens clans écossais, pour la plupart des tribus amérindiennes, la guerre se faisait quasiment nu, à peu de choses près. Leur apparence devint plus juvénile et les esprits totems qui m accompagnèrent près du fleuve avaient le corps aussi lisse et musclé que n'importe quel loup-garou. Leur peau était en outre revêtue de fourrure ou de plumage, en accord avec leur vraie nature et ils avaient des têtes de bêtes : c'était leur forme réelle, une vision aussi étrange que magnifique, qui me rappelait l aspect des dieux égyptiens.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (9)

Videos de Patricia Briggs

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Patricia Briggs

mercy thompson series cast here is the cast in my head. comment rate,, and be nice.. if there are typos i am not prefect..








Sur Amazon
à partir de :
6,74 € (neuf)
18,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Mercy Thompson, Tome 6 : La marque du fleuve par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (408)

> voir plus

Quiz