Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique



ISBN : 2754803564
Éditeur : Futuropolis (2011)


Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Car l’Enfer est ici se déroule six mois après la fin du Pouvoir des innocents et se termine au 11 septembre 2001. Joshua Logan, accusé à tort d’avoir assassiné 508 personnes dont le charismatique boxeur Steven Providence, s’apprête à se rendre à la police pour essayer d... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

  • Par Yaneck, le 04 octobre 2011

    Yaneck
    Voici la suite directe du pouvoir des innocents, après la suite indirecte que représentent Les enfants de Jessica, déjà chroniqué ici. Et soyons honnêtes, alors que la série s'est arrêtée depuis fort longtemps, on retrouve les personnages avec une déconcertante facilité, comme s'ils ne s'étaient jamais absentés. On reste dans le fil de l'histoire, rien ne semble obscur, tout est parfaitement clair. Et ce, alors même que Laurent Hirn ne dessine plus. David Nouhaud se glisse dans ses pas avec talents, et même graphiquement, on a l'impression de rester dans la continuité du premier cycle. C'est impressionnant.
    Luc Brunschwig a tracé un parcours du combattant pour son héros. Il est très difficile avec ce seul album, de savoir si Logan s'en sortira ou pas, sachant qu'aucune piste n'est interdite avec le scénariste. Pour ma part, ce qui m'a le plus intéressé, c'est l'affrontement à distance qui se fait avec Jessica Ruppert. La mairesse est rapidement mise au courant des allégations de l'accusé, et lorsqu'elle regarde son témoignage, on sent la lutte qui née entre ces deux personnages, à distance. Car Logan tient un discours de vérité. Surprenant, totalement insupportable à entendre pour elle, mais aussi déstabilisant, j'ai hâte de voir comment ces deux figures, désignées comme le bien et le mal, vont évoluer par la suite, au contact direct ou non l'un de l'autre. du mois, si Brunschwig et Hirn en laissent la possibilité. Il faut encore que Logan aille au procès, et cela prend du temps. Il n'y a aucun contact direct, aucun combat, et pourtant, je sens que ce sont ces deux personnages qui sont au cœur de cette nouvelle série. Ils ne sont pas seuls, mais c'est sans doute entre eux deux, que tout va se jouer par la suite. Et puis il y a le débat politique, les débats, qui se font jour. Parce que Jessica Ruppert est le symbole d'une nouvelle pratique politique, et que Logan est le symbole de son opposition. Là aussi, c'est un propos qui monte peu à peu à travers tout l'album, et qui le conclu, même. Qui sont les véritables alliés de Joshua Logan, et quel sera le prix de leur soutien? Cette autre ligne scénaristique me plaît beaucoup aussi, et c'est tout cela, qui fait que j'aurai encore grand plaisir à retrouver cette équipe d'auteurs et leur univers.
    Des réflexions politiques, des portraits humains forts, ce sont les deux grandes forces de cette nouvelle série. Et c'est à nouveau une très belle réussite pour Laurent Brunschwig et Laurent Hirn. Un duo, vous le savez sans doute, que je trouve idéal, mais qui est très bien accompagné sur cette aventure par le dessinateur David Nouhaud. Bref, une fois de plus, pourquoi bouder son plaisir? de la BD intelligente et passionnante, il ne faudrait surtout pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par alouett, le 16 septembre 2011

    alouett
    Mai 1998. New-York.
    Jessica Ruppert est Maire de la ville depuis 6 mois. Peu avant l'élection, le 4 novembre 1997, les habitants de New-York avaient appris avec émotion la mort de Steven Providence, le champion du monde de boxe, symbole du rêve américain, devenu une figure emblématique de la ville pour avoir fédéré et redonné espoir au peuple noir dans sa lutte contre les discriminations raciales. Providence est mort des suite de l'explosion de sa résidence alors qu'il fêtait l'élection de Jessica en compagnie de 508 autres anciens pensionnaires d'un orphelinat géré par Ruppert dans les années 1970.
    Six mois après la fin du Pouvoir des Innocents, Joshua Logan, revient à New-York après une cavale dans tout le pays. Lui, qui est accusé injustement d'avoir perpétré cet attentat, le pire qui ait frappé la ville, a décidé de se rendre à la police pour faire reconnaitre son innocence. Mais qui voudra défendre l'homme le plus haï de la ville ? Qui sera prêt à l'écouter ?
    -
    En mai dernier, je vous parlais du Pouvoir des Innocents - superbe série en 5 tomes de Luc Brunschwig et Laurent Hirn – et du tome de lancement des Enfants de Jessica, premier spin-off du Pouvoir qui, je vous le rappelle, a eu tôt fait de balayer mon scepticisme quant à l'intérêt de prolonger cet univers. D'autant que le pari était osé puisque les auteurs avaient annoncé la publication de deux spin-off en parallèle : Les Enfants de Jessica et Car l'enfer est ici, le premier se déroulant en 2007 tandis que le second s'intéresse au lendemain du drame de 1998 et aux premiers mois de Jessica Ruppert dans son mandat de Maire de la Ville.
    Nous avions donc quitté Joshua estomaqué après l'explosion de la résidence de Providence, laissant des centaines de mort derrière lui et l'obligeant à fuir. Nous le retrouvons métamorphosé alors qu'il revient à New York après une longue cavale que l'on imagine éprouvante. L'impression est d'autant renforcée que cette fois, les illustrations ne sont pas réalisées par Laurent Hirn (il a supervisé le story-board) mais par David Nouhaud. le trait est plus rond, ses choix de colorisations plus proches des Enfants de Jessica, plus lumineux que le Pouvoir des Innocents. S'il m'a été difficile de reconnaître Joshua dans cet album, ce n'est pas le cas des autres personnages une fois quelques pages tournées.
    Brunschwig prend de nouveau le temps de placer ses pièces sur l'échiquier, de rappeler les faits et de construire des passerelles avec la série-mère. Nous retrouvons donc un univers qui nous est plus proche du Pouvoir des Innocents puisque Ruppert n'a pas eu le temps de réformer en profondeur les instances politiques, administratives et judiciaires de la Ville. Ici cependant, à l'inverse des Enfants de Jessica, il faut avoir une bonne connaissance de l'univers originel savourer la lecture de cet album. L'enquête se construit autour de Joshua, son épouse Xuan-Meï, Jessica et Angelo Frazzy le mafieux. de nouveaux personnages secondaires entrent en scène et viennent compléter un tableau déjà bien installé.
    La richesse d'un scénario que l'on sent fouillé et maîtrisé jusqu'au moindre détail est l'atout majeur de la série. Les conséquences du drame du 4 novembre sont bien exploitées puisqu'on chasse plusieurs lièvres à la fois. En toile de fond, des enjeux politiques et magouilles mafieuses pour déstabiliser Jessica, le nettoyage des dernières traces crapuleuses des uns et des autres…
    Les 50 pages de ce nouvel opus suffisent à présenter la nouvelle donne. Un bon album. Une série à suivre.

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2011/09/09/car-lenfer-est-ici-tome-1-bru..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (5)


  • BulledEncre , le 27 octobre 2011
    Complots politiques, faux semblants, récupération et manipulation sont à l’œuvre. Un scénario extrêmement bien ficelé donc, où les auteurs se plaisent à semer le trouble chez le lecteur.
    Lire la critique sur le site : BulledEncre
  • ActuaBD , le 11 octobre 2011
    Mis en scène (attribution rare en BD) par Laurent Hirn, précédemment dessinateur du Pouvoir des innocents, l’album bénéficie du trait convaincant de David Nouhaud, entre école franco-belge et modèle comics. Pas mal pour une relance.
    Lire la critique sur le site : ActuaBD
  • BDSelection , le 23 septembre 2011
    Luc Brunshwig a réussi à rendre sa narration tout à fait claire, lisible et efficace, sans que le néophyte ait besoin, sans arrêt, de se référer à des sources dont il n’a pas encore les clefs ; mais qu’il va certainement se procurer très vite, une fois qu’il sera pris dans cet engrenage parfaitement bien huilé…
    Lire la critique sur le site : BDSelection
  • BDGest , le 02 septembre 2011
    Car l’enfer est ici est un titre qui claque, le contenu est à la hauteur et pose de solides bases pour la suite. À confirmer.
    Lire la critique sur le site : BDGest
  • Sceneario , le 07 juillet 2011
    Ce premier tome de Car l'enfer est ici est une excellente surprise que je vous conseille chaudement !
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Yaneck, le 23 juillet 2013

    Je veux me rendre à la police, monsieur Blackwell... Et j'aimerai que vous soyez présent avec vos caméras. Je vais être honnête! J'ai peur de ce qui peut m'arriver... Je n'ai pas envie qu'un flic énervé m'abatte pour venger tous ces morts qu'on me reproche. Avec vous comme témoin, ils n'oseront rien me faire! Enfin... J'espère.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

Lire un extrait







Sur Amazon
à partir de :
9,50 € (neuf)
7,88 € (occasion)

   

Faire découvrir Car l'Enfer est ici, Tome 1 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (20)

> voir plus

Quiz