Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070422771
Éditeur : Gallimard (2002)


Note moyenne : 3.49/5 (sur 37 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Encerclée par les icebergs du pôle Nord, l'île de Gottherdäl est une Venise éternellement enneigée, "un morceau de XIXe siècle conservé dans les glaces", tant les mœurs locales paraissent archaïques aux yeux du voyageur de passage. On s'y bat en effet encore en duels ar... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par kedrik, le 07 septembre 2011

    kedrik
    C'est l'histoire d'une romancière qui se fait refuser son dernier roman mais dont l'éditeur a un prix de consolation : écrire un guide touristique sur la ville de Gotterdhäl, l'équivalent polaire de Venise. Sauf que cette ville est tout sauf une destination de villégiature. Coincée dans la glace, cette grosse bourgade remplie de pêcheurs devenus notables sans se départir de leur tenace odeur de poisson pourri est un lieu éminemment perturbant. Habitants inquiétants, coutumes étranges, passé sulfureux, la jeune romancière va tomber dans un vrai panier de crabes. D'autant qu'elle trimbale avec elle quelques démons personnels qui vont trouver un écho dans la folie ambiante.
    Brussolo, comme très souvent, décrit un superbe cauchemar. C'est une espèce d'Innsmouth nordique, avec une ambiance délétère. Boulevard des banquises offre un voyage à Gotterdhäl avec une belle économie de mots : 250 pages. Pendant la lecture, le froid nous fait frissonner tandis que l'ambiance lourde de cette cité fictive s'impose comme une chape de plomb. À l'heure où un imprononçable volcan islandais nous rappelle notre petitesse à l'échelle des phénomènes naturels, ce roman trouve en plus un écho particulier dans la crise financière qui a mené l'Islande au bord du gouffre dans les mois précédents. Gotterdhäl est étrangement possible à bien des égards.
    Je suis loin d'être un inconditionnel de Brussolo, qui écrit parfois trop vite, mais mazette qu'il est impressionnant. J'avais adoré ses romans médiévaux (Hurlemort, Le château des poisons, L'armure de vengeance...), mais il faudrait à l'avenir que je pioche plus souvent dans sa foisonnante bibliographie. Et surtout, pourquoi le cinéma n'utilise pas l'imaginaire bien barré de cet homme ? Il y aurait de quoi faire des films hallucinants avec ces histoires délicieusement dingues.

    Lien : http://hu-mu.blogspot.com/2010/05/boulevard-des-banquises.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par mazuay, le 08 juin 2011

    mazuay
    Bon, ça devait arriver un jour, voici le premier roman auquel je n'attribue que 2 étoiles. Déduction logique : je n'ai pas vraiment accroché. Je vous le présente quand même car je refuse de faire de la censure. Et puis on ne sait jamais, ce sera peut-être une occasion d'attirer un commentaire de votre part (vous êtes bien silencieux en ce moment ;-P).
    Il y a tout de même un commentaire élogieux à faire sur ce roman, Brussolo a choisi un thème original et ambitieux : le sado-masochisme élevé au rang d'art sociétal. Pas facile à visualiser hein !! Ca méritait bien une petite composition. Bon mais à part ça, ..., .euh, .., pas grand chose. L'intrigue part à vaut l'eau, se répète, ne présente ni originalité ni surprise finale. L'écriture est morne, pfff, on s'ennuie. L'atmosphère est foide (côté banquise oblige) et lourde. Heureusement que ce n'est pas un pavé, il aurait été difficile de me motiver pour le terminer dans le cas contraire.
    Alors peut-être que je n'ai tout simplement pas choisi le bon roman pour attaquer du Brussolo. Il a reçu plusieurs prix pour d'autres oeuvres. Il faudra que j'en essaie un autre.
    Bonne lecture donc (si vous avez le courage de vous y essayer) (possible depuis 1990)

    Lien : http://question-sf.over-blog.com/article-23065389.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sentinelle, le 14 mars 2011

    sentinelle
    J'ai bien aimé ce roman, représentatif des obsessions (la folie des hommes, le sentiment de culpabilité, la quête identitaire) et fantasmes de l'auteur (masochisme et fascination morbide).
    L'intrigue est comme souvent bien mince mais il excelle comme toujours dans la mise en scène des événements : une atmosphère délétère et étouffante, une ambiance oppressante et pestilentielle, des personnages torturés, des mises en scènes très visuelles (les cérémonies expiatoires, les mortifications et cilices en tous genres, les enfants hurleurs, les masques). ..
    Les répétitions ne manquent malheureusement pas, mais cela reste tout à fait supportable (j'ai lu précédemment Le murmure des loups qui contenait tellement de répétitions que ce fut un calvaire de poursuivre jusqu'au mot fin).
    Un bon roman donc, au climat malsain et nuisible au possible, mais qui reste avant tout un roman d'ambiance où l'atmosphère rendue prime sur l'intrigue. Ceci dit, je ne comprends pas trop pourquoi ce roman est paru dans la collection SF tant il ne contient aucun élément SF, ce roman lorgnant surtout vers le genre fantastique.

    Lien : http://livresque-sentinelle.over-blog.com/article-boulevard-des-banq..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lalivrophile, le 19 août 2010

    Lalivrophile
    Ce livre est très particulier. On y voit bien la patte de Brussolo, mais «Boulevard des banquises» se démarque. On y retrouve certaines façons de faire de l'auteur, mais le style est parfois plus poétique, notamment lorsque Brussolo décrit l'ambiance de Gotherdale, et l'omniprésence du froid. Tout comme dans «La captive de l'hiver», l'auteur sait plonger son lecteur au coeur d'un univers glacé, et le décrit si bien qu'on a l'impression d'y être.
    L'intrigue est peut-être un peu lente à démarrer, mais c'est compensé par la façon dont le décor est planté: Brussolo entoure sa ville et ses habitants de mystère. Il mêle habilement beauté, laideur, souffrance, culpabilité... Il entrelace également l'histoire de Sarah à celle de Gotherdale. Et puis, par petites touches, il nous dévoile les raisons de l'étrangeté de certains actes des habitants.
    [...]
    Lire la suite sur:

    Lien : http://www.lalivrophile.net/boulevard-des-banquises-de-serge-brussolo
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par kikou114, le 14 août 2012

    kikou114
    Roman à l'atmosphère angoissante, étouffante et glaciale... Excellent !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

> voir toutes (2)

Videos de Serge Brussolo

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo

Le syndrome du scaphandrier. film d'animation réalisé par LEAPHAR.








Sur Amazon
à partir de :
5,57 € (neuf)
2,41 € (occasion)

   

Faire découvrir Boulevard des banquises par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.