Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070210901
Éditeur : Gallimard


Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Erewhon" - anagramme de Nowhere : nulle part - est essentiellement un recueil d'essais humoristiques et satiriques reliés par une fiction romanesque. «C'est donc une Utopie, affirme Larbaud, plus exactement : un voyage dans un pays imaginaire ; et par là - par sa forme... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par stcyr04, le 27 novembre 2014

    stcyr04
    Erewhon, anagramme de nowhere, dit assez devant quel type d'ouvrage nous sommes : il s'agit d'un roman utopique et satirique - donc à portée philosophique, et aux moyens humoristiques, dans la digne lignée des VOYAGES DE GULLIVER de Jonathan Swift.
    Le narrateur est un colon assez fat, partit chercher fortune dans un pays reculé en y élevant du bétail. On nous préviens dès le début que cette recherche se solda par un échec, mais qu'il y fit de grandes et inestimables découvertes pouvant lui être bien plus profitables. Pour cela, il lui faut se procurer une conséquente somme d'argent, que la publication du témoignage de son voyage pourrait être à même de lui fournir, à condition qu'il reste suffisamment évasif sur les détails géographiques pour éviter qu'un mal attentionné lui coupe l'herbe sous le pied. En rapprochant les éléments biographiques de la vie de Samuel Butler, on peut estimer que le lieu imaginaire ressemble furieusement à la topographie si particulière de la Nouvelle-Zélande. le narrateur n'est pas à proprement parlé sympathique : c'est un être très satisfait de lui-même, ridicule dans ses prétentions de colon à se faire missionnaire auprès de cette peuplade d'un pays inconnu, qu'il prend pour les tribus perdues d'Israël, tout en étant très cynique dans l'espoir avoué d'en tirer profit et lucre. Il est en somme l'incarnation du regard condescendant et pudibond de l'homme dit civilisé, conformiste, digne échantillon britannique du Colonial Empire, sûr de sa force, de son droit, de la supériorité de sa morale et de ses principes sur ces hommes dans leur primitif état de nature. Il est vrai qu'il se trouve en face de curieux us et coutumes dans cette contrée, étrange univers à la morale inversée où être porteur d'une montre est hautement blâmable, le fait d'être malade durement condamné de prison, tout comme la pauvreté, où l'aveu d'une mauvaise humeur vous attire d'aimables condoléances, où les actes que l'on qualifierait de délits sont considérés comme un accès de maladie morale qu'on soigne avec humanité, où être victime est répréhensible comme constituant un trouble à l'ordre publique, et le fait d'être blond aux yeux bleus vous offre un brevet d'authentique aristocrate!
    Ce roman contient donc une critique sous-jacente de la société britannique de son époque, de son hypocrisie, de son matérialisme âpre et de son utilitarisme peu scrupuleux, grâce à l'exposition d'un univers onirique et absurde. C'est aussi une mise en garde contre les prophètes de toutes espèces et les philosophies insidieuses, de l'absurdité, de la stérilité et de la destruction qui menacent dans l'aveugle obéissance aux raisonnements abstraits.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (24)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par stcyr04, le 26 novembre 2014

    Voici donc ce que j'appris. Dans ce pays, si un homme tombe malade ou contracte une maladie quelconque, ou s'affaiblit physiquement d'une manière quelconque avant soixante-dix ans, il comparaît devant un jury composé de ses concitoyens, et s'il est reconnu coupable il est noté d'infamie et condamné plus ou moins sévèrement selon les cas. Les maladies sont classées en crimes et délits comme les violations de la loi chez nous : on est puni très sévèrement pour une maladie grave, tandis que l'affaiblissement de la vue ou de l'ouïe quand on a plus de soixante-cinq ans et qu'on s'est toujours bien porté jusque-là, n'est sujet qu'à une amende ou, à défaut de paiement, à la prison.

    Mais si un homme contrefait un chèque ou met volontairement le feu à sa maison, ou s'il vole avec effraction, ou s'il commet toute autre action qui est considérée comme un crime chez nous, dans tous ces cas, ou bien il est mis à l'hôpital et très bien soigné aux frais du public, ou bien, s'il en a les moyens, il fait savoir à ses amis qu'il vient d'être pris d'un violent accès d'immoralité, exactement comme nous faisons quand nous sommes malades, et alors ses amis viennent le voir, pleins de sollicitude, et lui demandent avec intérêt comment cela l'a pris, quels ont été les premiers symptômes, et ainsi de suite, questions auxquelles il répond avec une entière franchise ; car une mauvaise conduite, bien que regardée comme quelque chose d'aussi digne de pitié que la maladie l'est pour nous, et comme l'indication certaine d un dérangement grave chez la personne qui se conduit mal, est pourtant considérée uniquement comme le résultat d une malchance antérieure ou postérieure à la naissance.

    Mais le plus étrange de cette affaire c'est que, tout en attribuant les fautes morales à de la malchance soit dans le tempérament qu'on a, soit dans le milieu où on a été élevé, ils refusent d'admettre la malchance comme circonstance atténuante dans certains cas qui en Angleterre n'éveilleraient que de la sympathie ou de la pitié. Tout espèce de guignon, ou même le fait d'avoir été victime d'autrui, est considéré comme une faute contre la société, attendu que ces choses mettent mal à leur aise les personnes qui en entendent parler. Ainsi donc, le fait de perdre sa fortune, ou de perdre un ami très cher qui vous rendait de grands services, est puni presque aussi sévèrement qu'un délit physique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par stcyr04, le 26 novembre 2014

    Il est curieux de lire les avertissements que les plus sages d'entre eux donnent à ceux qui songent à changer d'existence. Ils leur parlent comme nous parlerions à un prodigue, et avec à peu près autant de succès.

    « Naître », leur disent -ils, « est une trahison, un crime capital, dont le châtiment peut fondre sur vous à n'importe quel moment après que la faute a été commise. Il se peut que vous viviez soixante-dix ou quatre-vingts ans ; mais qu'est-ce cela, comparé à l'éternité dont vous jouissez ici? Et même si la peine était commuée, et qu'on vous permît de vivre toujours, vous finiriez par être si horriblement las de la vie que la plus grande marque de clémence qu'on pourrait vous donner serait de vous exécuter.

    « Considérez les innombrables risques que vous courez ! naître de parents mauvais, et être instruit dans le vice ! ou naître de parents sots et être nourri de billevesées et d'idées fausses ! ou de parents qui vous considéreront comme une espèce de bien meuble, de propriété, dépendant bien plus d'eux que de vous-même ! Et puis, vous pouvez tomber sur des parents tout à fait antipathiques, qui ne pourront jamais vous comprendre, et qui feront tout leur possible pour vous contrecarrer (comme la poule qui a fait éclore un caneton) et qui ensuite vous traiteront de fils ingrat parce que vous ne les aimerez pas. Ou bien encore vous pouvez tomber sur des parents qui ne verront en vous qu'un être à hébéter pendant qu'il est encore jeune, de crainte qu'il ne leur donne des ennuis plus tard en se permettant d'avoir des désirs et des sentiments personnels.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par stcyr04, le 26 novembre 2014

    J'avoue qu'une fois elle eut presque raison de moi. Elle me demanda ce que je penserais si elle me disait que mon Dieu, dont je venais de lui expliquer la nature et les attributs, n'était que l'expression de la plus haute idée que l'homme puisse se faire de la bonté, de la sagesse, et de la puissance ; qu'afin de donner une idée plus vive d'une notion si grande et si glorieuse l'homme l'avait personnifiée et lui avait donné un nom ; que c'était une conception indigne de la Divinité que de la regarder comme une personne, car ainsi elle ne pouvait plus échapper aux nécessités de l'humanité ; que la seule réalité que les hommes devraient adorer c'était le Divin, partout où ils pourraient le découvrir ; que « Dieu » n'était que la façon dont l'homme exprimait son sentiment du Divin ; que de même que la justice, l'espérance, la sagesse, etc., étaient toutes contenues dans la bonté, de même Dieu était l'expression qui englobait toute bonté et toute puissance bonne ; que les gens ne cesseraient pas davantage d'aimer Dieu s'ils cessaient de croire à Sa personnalité objective qu ils n'auraient cessé d'aimer la justice lorsqu'ils auraient découvert qu'elle n'était pas véritablement une personne ; et même qu ils ne L'aimeraient véritablement jamais jusqu'au jour où ils Le verraient de cette façon.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par stcyr04, le 26 novembre 2014

    « Inculpé qui comparaissez ici, vous avez été accusé d*un grand crime : celui d'être atteint de phtisie pulmonaire ; et, après un procès impartial fait en présence d'un jury composé de vos concitoyens, vous avez été jugé coupable. Je n'ai rien à dire contre la justice du verdict ; les preuves contre vous sont accablantes, et il ne me reste qu'à prononcer un jugement qui remplisse les intentions de la loi. Ce jugement sera sévère. Ce n'est pas sans douleur que je vois un homme si jeune encore, et dont l'avenir s'annonçait si brillant, conduit à cette situation déplorable par une constitution physique que je ne puis que considérer comme radicalement viciée. Mais votre cas à vous n'est pas digne de compassion : ce n'est pas là votre première faute : vous avez vécu une vie de crimes, et n'avez mis à profit l'indulgence avec laquelle on vous a traité plusieurs fois déjà, que pour enfreindre encore plus gravement les lois et les institutions de votre pays. L'année dernière vous avez été reconnu coupable de bronchite aiguë ; et je constate que, malgré que vous n'ayez que vingt-trois ans, vous avez été condamné jusqu'à quatorze fois pour des maladies d'un genre plus ou moins odieux ; enfin, il n'y a pas d'exagération à dire que vous avez passé la plus grande partie de votre existence dans les prisons.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par stcyr04, le 26 novembre 2014

    La vie, à ce qu'ils affirment, deviendrait intolérable si les hommes n'étaient guidés dans toutes leurs actions que par la raison seule. La raison entraîne les hommes à tracer des limites hâtives et trop précises, et à définir les choses au moyen du langage ; du langage qui, de même que le soleil, fait d'abord croître et dessèche ensuite. Il n'y a de logique que dans les opinions extrêmes, mais elles sont toujours absurdes. Le juste milieu est illogique, mais un juste milieu illogique est préférable à l'absurdité patente des idées extrêmes. Il n'est pas de sottises ni de déraison plus grande que celles qui, en apparence, peuvent se défendre irréfutablement par la raison même, et il n'y a guère d'erreurs auxquelles les hommes ne peuvent être aisément amenés, lorsqu'ils fondent leur conduite sur la seule raison.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

6,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Erewhon par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (17)

> voir plus

Quiz