AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236795111X
Éditeur : Chèvre-feuille étoilée (08/11/2016)

Note moyenne : 4.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
1986, “accident nucléaire” à Tchernobyl.
2016, 30 ans après deux témoins se souviennent :
L’une, Dacha, oubliée de la nuit, qui comme chaque soir scrute les étoiles dans le ciel de Tchernobyl. Avec Mitia, son époux, Fédia et Verotchka leurs amis, ils avaient refusé de partir comme les autorités l’exigeaient. Ils sont restés seuls pour toujours.
L’autre, Macha, sa fille, infirmière, qui a très vite compris ce qui se passait et a dérobé un flacon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
nadiouchka
31 janvier 2017
Souvenez-vous du 26 avril 1986, à 1H24 : le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire, voit sa puissance devenir incontrôlable. Et cela a donné le premier accident classé au niveau 7, le plus grave, du XXème siècle.
Tchernobyl se trouve en Ukraine et à 110 kilomètres de Kiev, près de la frontière biélorusse.
Cette catastrophe a été la suite de plusieurs erreurs des opérateurs et c'est ainsi que s'est échappé un énorme nuage hautement radioactif.
Les habitants de la ville de Pripiat (trois kilomètres de la centrale) ne commencent à être évacués que le lendemain. Mais certains (une poignée) refusent de partir et restent seuls.
C'est de cet événement que s'est inspirée Viviane Campomar pour un petit conte-fiction : LES ÉTOILES DE TCHERNOBYL.
On y trouve Dacha, qui chaque soir, guette les étoiles. Elle est restée avec son mari et quelques amis.
Quant à Macha, la fille, elle est partie avec son mari et ses enfants, et comme elle est infirmière, elle a réussi à dérober un flacon d'iodure de potassium.
Dans ce tout petit livre, on suit leur histoire à toutes deux et quand il s'agit de Macha, c'est elle-même la narratrice.
Dacha est pleine d'espoir et de fatalisme mais ne réalise pas vraiment la gravité de la situation. Au contraire de Macha qui comprend très bien ce qui les attend.
On trouve dans ce récit, de nombreux petits poèmes traduits en russe ce qui n'est pas étonnant car l'auteure est également poète.
Que dire de plus ? Sinon que Dacha et Macha racontent l'incompréhension, le silence des autorités qui minimisent la situation ? Que les rescapés se sentent isolés du reste de la population ? Que Viviane Campomar a une écriture très fluide ? Que ce conte-fiction-témoignage nous remet en mémoire ce cataclysme ? Mais cette histoire, même si elle toute petite, n'en reste pas moins touchante car on assiste au quotidien des survivants, à leurs tentatives de survie et à leur espoir dans un avenir meilleur.
On sait que des équipes de Greenpeace se sont rendues sur place en mars 2011 et qu'elles ont relevé des niveaux de césium largement au-dessus de la normalité. Ce qui, pour moi, m'a refaite penser aux affirmations du gouvernement russe, voulant nous faire croire que ce nuage monstrueux n'est pas allé bien loin, et que la France ou d'autres pays limitrophes, n'auraient pas été touchés ! Autant imaginer qu'une barrière dans les airs avait arrêté les éléments radioactifs à nos frontières.
Bon, voilà que je dérive moi aussi et que je vais sortir de ma critique. Mais il faut dire que Tchernobyl est loin d'être oublié (après tant d'années) et continue à faire parler de lui car on y travaille toujours, en 2017, à l'intérieur du réacteur protégé récemment par un énorme sarcophage.
Et quand on pense que cela s'est reproduit avec Fukushima, le 11 mars 2011. Encore un réacteur touché à la suite d'un tsunami, accident classé lui aussi au niveau 7.
Mais il faut conclure.
Je dirais que LES ÉTOILES DE TCHERNOBYL, avec son thème émouvant, m'ont menée vers d'autres pensées, nombreuses, et tout cela avec ces quelques 80 pages !
Je n'aurais jamais imaginé cela et j'en ai été étonnée.
Je remercie donc Babelio de m'avoir sélectionnée pour la dernière Masse Critique et je remercie également les Éditions Chèvre-Feuille qui m'ont fait parvenir ce petit livre, qui, sitôt reçu a été lu en 30 minutes….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
SZRAMOWO
05 février 2017
Divine surprise ! Lors de la dernière masse critique de Babelio, j'ai reçu le livre de Viviane Campomar, les Etoiles de Tchernobyl, éditions le chèvre-feuille étoilé.
Viviane Campopmar est scientifique, poète et littérateur, ce qui ne semble pas évident au premier coup-d'oeil, mais elle parvient à concilier l'ensemble avec bonheur pour notre plus grande joie.
Les étoiles de Tchernobyl, un opus de 76 pages qui donne la parole à des témoins de la catastrophe de 1986, trente années plus tard, propose deux lectures différentes de cet événement qui a marqué la planète.
Des anciens, starojily, refusent de quitter le village de Pripiat, tandis que leurs enfants sont évacués sur Kiev, en principe pour trois jours disent les autorités, puis au bout d'une semaine, « (...) un responsable du parti vint nous prévenir que nous ne pourrions pas retourner chez nous, que la zone autour de la Centrale restait contaminée durant plusieurs semaines encore et que ces mesures n'étaient que prophylactiques (...)»
L'écriture de Viviane Campomar est simple et fluide, sans fioritures, elle parvient à matérialiser par ses mots, la différence entre deux Russies (deux URSS devrais-je dire) . Celle des anciens qui ont connus la guerre - le village de Pripiat a été exterminé par les Nazis - et qui, en dépit de toutes les critiques, sont reconnaissant envers l'Etat et le Parti de la renaissance de la Russie.
La Centrale en est le symbole, elle qui a apporté la lumière et le progrès dans la région et jusqu'à Kiev.
«La Centrale faisait partie de ces réussites, n'avait-on cesser de leur seriner : elle offrait de l'électricité en autonomie absolue à toute cette région qui avait tant souffert de la seconde guerre mondiale. Un bien précieux, cette électricité. Toutes ces villes, et peut-être même Kiev , éclairées le soir par la seule magie d'une usine unique.»
En face, les enfants n'ont pas ces références, ils comprennent leurs parents, mais subissent plutôt les contraintes de ce régime qui leur ment et les réduit à une migration sociale, géographique et professionnelle, sans explications, sans compensations.
«(...) j'avais conscience de mentir, ne croyant pas moi-même à ces paroles lénifiantes et officielles qu'en bonne soviétique, je faisais miennes.» dit Macha l'infirmière, la fille de Mitia et Dacha lorsqu'elle présente le drame à ses enfants.
Vivivane Campomar propose une vision sans fard du mensonge d'état, qui rappelle la notre, quand les autorités françaises professaient, sans crainte du ridicule, et avec toute l'onction de certains membres de la communauté scientifique, que le nuage de Tchernobyl n'avait pas traversé notre territoire.
Séparés de leurs enfants Dacha et Mitia vivent à Pripiat, avec leurs rêves et leur ignorance, insouciants du danger et sûrs de leur bon droit : « Mitia et Gricha venaient d'entamer une bouteille de Vodka de qualité trouvée dans les réserves abandonnées du village, qu'ils ne se seraient jamais payée et pensaient garder pour les grandes occasions, mais plus rien à perdre désormais, quelles occasions pourrait-il y avoir désormais.»
A Kiev, leurs enfants et Alexeï, continuent à vivre, incapables de faire le deuil de parents promis à la mort mais encore vivants, peut-être, bien que disparus à tout jamais à leurs yeux : «Alors même qu'on nous évacuait, la mort nous suivait, ombre fidèle et malveillante, qui se riait de notre terre nourricière qu'elle avait entièrement pourrie.»
Les deux lectures des événements alternent :
…tantôt Mitia et Dacha dont un narrateur rapporte l'histoire.
« Il ne lui avait pas parlé (…) il l'avait enveloppé de ses bars (…) Ils avaient regardés (…) Chaque soir Dacha sort (…) Ils n'étaient que deux couples de starojily (…) Là, le caractère utilisé est une police Garamond, large et espacée, à l'image des deux starojily, perdus dans leur inconscience du danger et se raccrochant à des rêves du passé.
…tantôt Macha, leur fille déplacée à Kiev, qui s'exprime en bookman old style une police droite, verticale, ramassée, austère. Macha est un « je » et un « nous » … « J'ai tout de suite compris (…) Mon impuissance incommensurable (…) J'avais trente ans et j'étais infirmière à l'hôpital de Pripiat. (…) Je compris alors que nous étions des pestiférés (…) Je ne leur avais laissé qu'un message insignifiant (…) »
Cette façon de rapporter les témoignages renforce l'opposition entre les deux visions de l'URSS, celle du passé, glorieux mais disparu, celle d'un avenir réel mais incertain.
Le récit, court, lu avec avidité, intérêt et étonnement agit comme un puissant déclencheur de questions et nous rappelle à notre conscience de citoyens pour ne pas oublier.
Qu'est devenu Pripiat aujourd'hui ? Il y-a-t-il toujours des habitants ? Les liquidateurs, ces soldats du Césium, ont-ils tous disparus ? Pourquoi ne parle-t-on jamais de Tchernobyl ? le danger du nucléaire est-il maitrisé ?
Outre l'intérêt de son contenu, ce livre est également un bel objet. Un petit livre faussement carré de 12 cm par 13, agréable à regarder et à toucher, conçu et mis en page par Marie-Noël Arras avec une illustration de Danièle Maffray.
Merci aux éditions du Chèvrefeuille étoilé pour la qualité de la fabrication de ses livres !
Si vous le pouvez, lisez le livre de Viviane Campomar.


Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
nathavh
19 février 2017
Un tout grand merci aux Editions Chèvre-feuille étoilée et Babelio pour ce petit livre que j'avais très envie de découvrir. Un récit qui nous parle des conséquences de l'accident nucléaire de Tchernobyl.
J'avais été fort émue à la lecture de "86, année blanche" de Lucile Bordes (mon avis est ici) et j'avais envie d'avoir une autre vision.
Nous sommes dans la région des marais de Pripiat, à environ 20 kilomètres de la centrale. Cette région a déjà payé un lourd tribut lors de la seconde guerre mondiale. L'incendie éclate dans la nuit du 26 avril 1986. Dacha, Mitia et leurs amis Fédia et Verotchka, enfants durant la guerre, feront de la résistance et refuseront de quitter le village lors de l'évacuation. le village sera détruit mais ils resteront, à quoi bon partir, ils sont à plus de vingt kilomètres de la centrale, c'est loin, pourquoi
partir ? Les radiations, c'est quoi ? Elles sont invisibles, inodores. Pourquoi partir ? la terre est si généreuse.

Trente ans plus tard, ils témoignent. Toujours en vie comme par miracle. Ils nous parlent de leur solitude.
Macha, leur fille est infirmière. Au moment du drame, elle a dérobé un flacon d'iodure de potassium pour sauver son mari, ses enfants. Elle est tenue au silence.
"Je cousais ma bouche au fil chirurgical"
Les habitants sont relogés, considérés comme des pestiférés, c'est difficile. Les enfants de Macha voient autour d'eux les dégâts causés par les radiations. Ils s'interrogent, pourquoi pas eux ?
Un petit récit émouvant à lire absolument.
Pour rester dans le même thème je vous conseille la magnifique Bd d'Emmanuel Lepage : "Un printemps à Tchernobyl"
Ma note : ♥♥♥♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO19 janvier 2017
Trente ans. Trente ans que de sa fenêtre elle attend les étoiles de Tchernobyl. Par temps clair les étoiles sont un miracle chaque nuit. Une agonie qu’un peintre dessine, malice encore vivante de papillons minuscules aux couleurs déclinées du blanc. De toutes nuances chagrines de ce qu’on appelle blanc. Jamais pourtant comme cette nuit-là, cette nuit-là où les scintillements pleuraient, retombant dans une mémoire de feu d’artifice. Imprimant leurs larmes de gel partout dans le ciel. Magnifique pluie de théâtre, pluie des comptines de son enfance. Les berceuses pulvérisées dans ce prodige dansant au ciel.
Mitia et elle, épaule contre épaule, fascinés dans le grésillement chaloupant de toute part. Mitia avait entendu l’explosion d’une météorite. Suivie immédiatement d’une autre. Tremblant, il avait guetté peut-être une heure sous les couvertures les signes de la fin du monde, pourtant rien de tel ne s’était produit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nadiouchkanadiouchka05 février 2017
Vovotchka et Mitia dans la même berceuse désormais, la kolybelnaia de son enfance.
Doucement Dacha fredonne :
Do l’enfant do
Ne te couche pas au bord du berceau
Sinon le petit loup gris viendra
Et à la hanche te mordra.
Furtivement Dacha fredonne chaque matin, chaque soir, et seule la terre l’écoute.
Baïou-baïouchki-baïou. Do l’enfant do.
P.34
Commenter  J’apprécie          190
nadiouchkanadiouchka01 février 2017
La Centrale faisait partie de ces réussites, n’avait-on cessé de leur seriner : elle offrait de l’électricité en autonomie absolue à toute cette région qui avait tant souffert de la seconde guerre mondiale. Un bien précieux, cette électricité. Toutes ces villes, et peut-être même Kiev, éclairées le soir par la seule magie d’une usine unique.
Ils s’en passeraient bien désormais.
P.44
Commenter  J’apprécie          60
nadiouchkanadiouchka31 janvier 2017
Trente ans. Trente ans que de sa fenêtre elle attend les étoiles de Tchernobyl. Par temps clair les étoiles sont un miracle chaque nuit.
P.7
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchkanadiouchka03 février 2017
Ils avaient regardé, blottis, serrés comme les jeunes hiboux des marais de Pripiat, émerveillés et terrifiés par cette nuit qui entrouvrait si belle son obscurité. Ma tendre. Milaïa.
N’aie pas peur du vent qui gronde
Ni des chiens errants dans l’ombre
Mille étoiles vont briller
Mille étoiles pour te bercer.
P.11
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : tchernobylVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La chambre des officiers, de Marc Dugain

Quel est le nom du personnage principal de l'histoire ?

Alain Fournier
Julien Fournier
Adrien Fournier

10 questions
473 lecteurs ont répondu
Thème : La chambre des officiers de Marc DugainCréer un quiz sur ce livre