AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755629134
Éditeur : Hugo et Compagnie (02/02/2017)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d’un célèbre peintre français.

L’amour sur toile, tel est le titre de l’œuvre du bel artiste avec lequel, elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu’ Alec est surprenant dans son travail et qu’il a cette manie si sexy d’utiliser des expressions françaises lorsqu'il s’adresse à Mia.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
17 février 2017
★★★★★
★★★★★
Deuxième tome des aventures de la belle Mia Saunders, qui cette fois-ci se rend à Seattle pour rencontrer son nouveau client, Alec, un peintre Français.

J'avais un peu peur avant de lire ce deuxième tome, car je craignais que le concept de départ soit vite oublié, et que chaque mois ne serve qu'à faire une relation torride, avant de passer au suivant et ainsi de suite. Mais heureusement ce n'est pas le cas, l'auteure ne tombe pas dans la facilité et je suis vraiment ravi de cette lecture.

Tout d'abord, Alec n'a rien avoir avec Wes (le client du mois de janvier) il en est même l'opposé, à tel point que je l'ai trouvé sans intérêt. D'ailleurs, malgré ce qu'en dis l'héroïne par moments, on voit bien qu'elle s'en fiche un peu de lui aussi. Wes est toujours présent dans sa tête, elle communique avec lui par SMS et tous deux s'appellent régulièrement.

De plus, Alec n'a pas cette classe qu'avait Wes. Il a les cheveux longs, une barbe mal entretenue et est toujours mal habillé. Tout le contraire de Wes qui était toujours vêtu d'un costume chic, rasé de près et cheveux coupés courts. Alors on aurait pu croire que Alec possède ce charme à la française, où ce charme d'artiste torturé, mais personnellement je l'ai trouvé fade. Après cela vient peut-être du fait que en tant que français, je n'apprécie que moyennement les clichés sur mon pays. Non, c'est vrai, si on résume, les français mangent du fromage, boivent du vin, ne se rasent pas, ne se coiffent pas, et comble du comble, ne porte pas de sous-vêtements... Et le pire dans tout ça c'est que Mia le trouve trop sexy !

Bref, vous l'aurez compris, Alec est une caricature, et au final ce n'est pas ça l'important, car malgré tout, il va avoir un rôle à jouer dans l'histoire de Mia puisqu'il va lui redonner confiance en elle. Au travers des diverses oeuvres qu'il va peindre, il va la faire évoluer et lui faire prendre conscience de qui elle est vraiment. Elle en ressortira grandie, et chose marrante, encore plus amoureuse de...Wes ! Car j'ai bien l'impression que le grand amour de Mia sera effectivement le beau Wes, en tout cas, pour l'instant, c'est ainsi que se présente la romance.

Ce tome était tout de même assez différent du premier. Déjà, Mia est restée cloitrée dans le loft d'Alec pendant les trois semaines (hormis une journée), ce qui favorisait les rapprochements, qui curieusement étaient moins fréquents que dans le premier tome. Il y a eu moins de scènes de sexes, je crois en compter trois, mais celles-ci étaient plus détaillées, ce qui n'est pas une mauvaise chose. On sent bien qu'il fallait meubler les journées de Mia, puisque son client ne la sortait jamais, contrairement à Wes.

Une autre chose que j'ai bien aimé, c'est que vu qu'elle était souvent seule, Mia a pu prendre des nouvelles de sa tante, de son père, de sa soeur ainsi que de sa meilleure amie. On a appris pas mal de choses sur sa soeur, et j'espère que dans les tomes suivants on poursuivra sur cette voie car j'ai trouvé que cela manquait un peu pendant le premier tome.

Pour résumé, « Calendar Girl, février » est dans la parfaite continuité du premier tome, donc si vous avez aimé le mois de janvier, vous aimerez celui de février. L'histoire se développe bien plus, le personnage de Mia commence à s'assumer, à s'affirmer, à avoir confiance en elle. Par contre, Alec n'arrive pas à la cheville de Wes, on voit bien qu'il sera vite oublié, que lui n'était vraiment qu'un client parmi tant d'autres.

Ah, un seul petit bémol qui concerne les tableaux qu'il peints. Il n'y avait pas assez de descriptions pour qu'on puisse se les représenter, la plupart sont décrits en 3-4 lignes, ce qui, à mon gout est beaucoup trop peu. C'est vraiment dommage car je suis sur que cela aurait donné plus de corps aux oeuvres d'Alec.

Vivement le mois de Mars pour découvrir un certain Tony...

Lien : http://xander22.skyrock.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Gaoulette
03 février 2017
★★★★★
★★★★★
Janvier étant à peine fini j'ai foncé sur la suite des péripéties de Mia à Seattle. Faut dire qu'elle se retrouvait dans une situation particulière être la muse d'un grand peintre français Alec et rester à poil pendant un mois. Et en plus le peintre en question est une bombe atomique.
Je suis contente et mécontente. Ok je ne voulais pas que l'auteure nous offre une histoire cousue d'avance avec Janvier tip top et Mia se retrouve à ressasser son passé. Elle avance pour notre plus grand bonheur et essaye de se trouver (surtout que jusqu'à présent l'amour et elle cela faisait deux). Elle se retrouve encore face à un homme agréable, sexy et gentil qui va lui apporter un grand bien psychologique.
Mais là où je suis assez perplexe on va dire c'est que l'auteure prend le partie de faire de Mia un personnage qu'on pourrait détester. Je m'explique. SPOLER. Mia repense à Javier et elle fonce de suite sur Février et bien dis donc elle n'est pas farouche alors qu'elle n'a connu que 4 relations amoureuses et qu'elle fait la morale à son entourage. Alors je me dis faite qu'Audrey Carlan nous offre pas 12 beaux gosses fortunés pour 12 plans cul car elle ne va pas me garder longtemps.
Février la relation est différente, on le constate facilement sachant qu'Alec vit dans son monde ce qui m'empêche de descendre ce tome. On sent une Mia qui réalise ses choix et surtout quand on lit le dernier chapitre une Mia qui essaye de trouver son chemin. Mais bon c'est un risque d'avoir pris encore le chemin de la baise facile et de l'homme riche super gentil. J'espère vraiment qu'Audrey Carlan va nous offrir des surprises de tailles sachant que déjà dans le début de Mars on se dit que les choses vont bouger un peu.
Donc même si ce tome est moins bon, juste parce que j'ai eu l'impression que l'histoire ressemblait à Janvier à part juste Mia qui grandit un peu. Il me tarde de connaitre Mars et le mystère autour de ce riche italien qui s'avère être beau gosse lui aussi. Franchement j'aimerais bien un Homosexuel, un tyran (pas que je veuille du mal à notre héroïne), un vieux bidoneux aussi pour montrer que le monde des Escort Girl est loin d'être aussi glamour.
Donc j'en reviens au discours d'Audrey Carlan pour que les femmes se voient en Mia. Ok je veux bien qu'on soit romantique à la recherche du prince charmant. de là à être Escort non. Mais aussi je repense à Wes si vraiment il comptait vraiment pour Mia je ne pense pas que les femmes se seraient jetée jambe écarté au prochain bel âtre. Ah moins que je sois trop fleur bleue…. Pourtant il en faut beaucoup pour me choquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
TheLovelyTeacherAddictions
06 février 2017
★★★★★
★★★★★
Si vous vous souvenez de ma chronique que j'ai faite sur le premier tome ( Vous pouvez la retrouver ICI) , vous savez que j'avais vraiment peur de ne pas aimer la suite car j'avais été conquise par le personnage de Wes dès les premières pages et je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle aurait pu faire ses missions de la même manière avec de nouveaux clients. Dès les premières pages, le ton est donc donné et j'ai eu un petit de mal à comprendre les motivations de Mia dans un premier temps. Pourtant au fil des pages , j'ai réussi à me laisser porter par l'histoire et j'ai mis un peu de côtés mes récriminations.
Nous voilà donc en présence d'un nouveau client dans une nouvelle ville. Si à Los Angeles, nous avions fait un peu de tourisme aux côtés de Mia et Wes, nous verrons peu de Seattle dans ce nouveau tome. Nous nous focalisons sur Alec Dubois , un artiste et photographe de génie qui a choisi Mia pour être sa nouvelle muse. En un mois, ils devront donc réaliser de nombreux nus pour son exposition "Love on Canvas" (soit "L'amour sur la Toile). J'ai eu un peu de mal à entrer dans le personnage d'Alec car je trouve que les expressions françaises choisies et employées par Audrey Carlan sont un peu stéréotypées. Il s'exprime avec des "Ma jolie" ou encore des "Oui?" là où j'aurais attendu d'un vrai français pur souche des "Ma belle" ou des "Ok" ou "D'accord?" . J'ai donc été dans un premier temps gênée par les "maladresses" linguistiques qui ont à mes yeux enlevé de l'authenticité au personnage. Mais revenons au personnage d'Alec Dubois. C'est un homme très unique auquel on s'attache et qu'on apprécie au fil des pages. J'ai adoré par contre les créations artistiques qui sont magnifiques et qui témoignent du talent et de la créativité du personnage. Audrey Carlan a fait un sublime travail de description car il est aisé pour le lecteur d'imaginer le tableau au fur et à mesure de sa création et de son évolution. Alec mélange deux techniques , celle de la peinture et de la photographie , pour obtenir des toiles uniques aux titres évocateurs. J'ai donc été bluffée sur ce point et j'ai adoré suivre les différentes étapes qui nous amènent jusqu'à l'exposition finale.
Ce mois de février est plus sensuel, érotique et sexuel que le mois précédent. Je n'ai pas été gênée par l'abondance de ces scènes car elles sont très bien écrites et font monter la température comme il se doit. le lecteur devient voyeur et est le témoin des étreintes charnelles entre nos deux protagonistes. Ce que j'ai appris à aimer chez Alec est le fait qu'il considère Mia comme un être humain à part et non comme un objet au service de l'art. Il utilise son corps pour son plaisir et pour nourrir ses idées originales et artistiques. J'ai également succombé au charme d'Alec car il a à coeur de donner confiance à Mia et chacun de ses tableaux est une vraie leçon de vie visant à démontrer à cette dernière qu'elle n'a pas à douter d'elle. Ce qui a aussi "sauvé" cette nouvelle intrigue est le fait que les sentiments éprouvés sont réels et sincères. Nous ne tombons pas dans le sexe pour le sexe et j'avoue que c'était ce que je craignais en avançant dans cette saga. En tout cas, Alec est un sacré bonhomme à l'endurance incroyable. Il a dû mettre des piles alcaline car il est toujours performant et prêt à satisfaire à plusieurs reprises sa compagne.
Revenons à présent sur le personnage de Mia. J'ai eu un peu plus de mal avec elle dans cette nouvelle aventure car même si je conçois qu'elle doive faire ces missions pour sauver son père , j'ai eu parfois un peu de mal avec ses réactions. Tout au long de ce roman , elle ne cesse d'évoquer Wes. Il est évident qu'elle a des sentiments profonds pour lui mais dans ces cas là comment expliquer son attitude dès le premier ou le deuxième chapitre. La situation dans laquelle elle va arriver n'est pas des plus banales mais elle ne résiste pas très longtemps à la tentation. Ce qui m'a parfois agacée est le fait qu'elle se lamente sur son bonheur avec Wes alors que c'est elle qui a choisi de poursuivre ses missions. Comme je l'ai déjà dit, je comprends sa démarche car Mia est une femme qui veut rester indépendante mais pourquoi réagir de cette façon et éprouver une telle culpabilité dans ce cas. Elle a fait des choix et elle devra les assumer au fil des ses missions. C'est donc un point qui m'a titillé tout au long de cette nouvelle aventure.
Comme je l'ai dit précédemment , nous avons de nombreuses scènes de sexe dans ce tome et je pense qu'il y en a même plus qu'en janvier. Il faut dire qu'elle verra très peu Seattle si ce n'est les bras et le lit d'Alec. On ressent encore son caractère mais on sent surtout une jeune femme qui ne veut plus tomber amoureuse car elle a déjà eu le coeur brisé bien trop souvent. Par contre , c'est une jeune femme qui veut explorer sa sexualité et laisser libre cours à ses désirs. Elle ne veut pas tomber dans le jeu des sentiments mais lorsqu'elle succombe au charme d'Alec , n'y a t-il pas un peu de sentiments? J'ai toutefois trouvé sa réaction vers la fin du tome un peu étonnante et elle soulève bien des choses quant à la "moralité" de l'entreprise de sa tante Millie. En effet que ce soit Wes ou Alec , tous deux procéderont au versement des 20 000 dollars supplémentaires pour payer les services en nature. Cela pose la question de la limite entre la prostitution et des actes sexuels entre personnes consentantes. Je dirai donc que si ce sujet épineux n'était pas évoqué , on aurait tendance à oublier que les missions de Mia ne sont pas si anodines qu'elles en ont l'air. Personnellement , je ne suis pas "choquée" car les sentiments entrent dans l'équation et que chaque personnage est consentant et non obligé d'avoir recours à ce genre de service d'escort girl.
Bref, j'ai réussi à me laisser embarquer par cette nouvelle aventure concoctée par Audrey Carlan . Sa plume parvient à proposer aux lecteurs des scènes érotiques non graveleuses où le désir , le plaisir et les sentiments ( peu importe leur nature profonde) s'unissent . le mois de mars nous amènera vers une nouvelle destination et un nouveau beau gosse. A nous Chicago et Anthony Fasano.
Lien : http://thelovelyteacheraddic..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Yuixem
21 février 2017
★★★★★
★★★★★
Plutôt enchantée par ma lecture du premier tome de Calendar Girl, je me suis empressée d'acheter le deuxième volume ! Lire aussi rapidement l'épisode de février me permet également d'être à jour et sur les rails pour le restant de la série. Cependant, je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, j'ai été plutôt déçue de ce volet.
A la fin du mois de janvier, Mia quitte Wes et son début de romance avec lui pour se rendre à Seattle chez Alec, un artiste-peintre français. Tout comme notre héroïne, nous sommes partagés entre la tristesse et l'intérêt. Une fois chez son nouveau client, le cadre est sensiblement différent : assistants, peintures, photographies, modèles… Parmi tout ce monde, notre escort girl se fait rapidement remarquer, mais pas de la meilleure manière qu'il soit. En effet, surprise par Alec, elle engendre un léger accident qui causera un retard dans l'avancement du projet de l'artiste et lui coûtera une belle entorse. Heureusement, le Français est sous le charme de la jeune femme et s'empresse de prendre soin de sa muse. le mois de février sera principalement consacré à la création d'une oeuvre d'art au sujet de l'Amour et pour laquelle Mia incarnera le rôle principal. Entre les prises de photos et la pose de peinture, il restera évidemment tout le temps du monde pour passer de bons moments intimes !
Dès le départ, j'ai vite compris que je n'accrocherais pas à ce tome-ci. L'entrée en scène de notre héroïne plutôt ratée a lâché un premier froid. le second est arrivé rapidement lorsqu'elle fait des avances à Alec alors qu'ils viennent à peine de se rencontrer. Tout au long du roman, j'ai trouvé que Mia avait juste l'air de ces beautés sans cerveau que l'on rencontre un peu trop souvent dans les romances érotiques. A plusieurs reprises, elle m'a semblé une parfaite idiote. A cela, je n'ai pas non plus aimé sa façon dévergondée de se jeter sur son nouveau client, simplement parce qu'il est sexy et que madame a décidé de s'amuser durant cette année particulière.
Je n'ai pas non plus accroché à Alec. J'ai particulièrement été agacée par ses « oui » et ses « ma jolie » présents dans la majorité de ses phrases, comme si tous les Français s'exprimaient ainsi. Il incarnait sans aucun doute tous les stéréotypes du sexy Français et de l'artiste passionné. Si ce côté artistique m'a davantage plu car il était capable de voir au travers de Mia et de la repousser dans ses retranchements, il a été plutôt gâché par tout l'aspect sexuel du roman. J'imaginais bien que les peintures chaufferaient l'ambiance, mais je ne pensais pas qu'ils passeraient à l'acte aussi rapidement et aussi souvent. Les scènes étaient également beaucoup plus détaillées et longues que dans le premier volet. Et si les sentiments sont présents, ils ne le sont que partiellement donnant cette image du sexe pour le sexe.
Pour terminer, le troisième client ne me dit rien qui vaille… J'ai l'impression que Calendar Girl va également nous offrir un panel des différents stéréotypes des mecs sexy et riches. Je pense que si le troisième tome ne me convainc pas, j'arrêterai sans doute la série.
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ninie067
14 février 2017
★★★★★
★★★★★
Tout d'abord je tiens à remercier Olivia, Stéphanie et Hugo & Cie pour m'avoir offert l'opportunité de lire ce livre en m'accordant leur confiance.

J'attendais avec une très grande impatience de pouvoir découvrir ce second mois afin de découvrir le fameux peintre que rencontrerait Mia. J'ai dévoré le livre super rapidement, la plume de l'auteur Audrey Carlan est très addictive.
Alors que vous dire sur ce second tome, pour moi ce n'est pas un coup de coeur comme lors de ma lecture du premier opus. Alec Dubois, le peintre d'origine française est un personnage assez spécial, je pense que c'est le commun de tous les artistes, il doit avoir quelque chose qui rend ses oeuvres originales mais l'artiste en lui-même n'a rien d'extraordinaire. Je dirais même qu'il m'a énervé plus d'une fois avec ses oui à chaque fin de phrase. Je suis française et je n'ai pas l'impression que nous disons oui ou non pour un rien. Alors même s'il est beau et bien foutu, il y a eu quelque chose qui m'a légèrement refroidi avec lui.
Mia est censée être sa muse pour sa prochaine exposition sur l'amour, et au final il en profite pour lui faire faire tout et n'importe quoi. Sérieux à la place de Mia, je pense que j'aurais posé certaines limites à ne pas franchir. Bon après je n'ai rien d'une artiste et je ne m'intéresse absolument pas à l'art en général, c'est peut-être pour ça que ce roman m'a moins séduite.
Mia est quand à elle assez contradictoire dans ses réactions, elle pense à Wes qui semble lui convenir plus que parfaitement, mais par contre elle ne se remet pas en question quand elle se lâche sexuellement parlant avec le français mais n'apprécie pas qu'il lui vire l'argent en plus parce qu'elle s'est déshabillée pour lui. Faudrait savoir ce qu'elle veut. On ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et la crémière 😉
Cette fois-ci je n'ai pas pu apprécier le voyage puisqu'on a pas découvert grand chose de Seattle, puisque Mia n'a pratiquement pas mis le pied dehors, du coup j'ai eu une impression de rapidité et je ne me suis pas rendue compte que 3 semaines se sont écoulées entre le début et la fin du livre, j'aurais dit qu'il s'était écoulé à peine une huitaine de jour, je regrette un peu cela.
Et même si j'ai légèrement été déçue par Alec, n'empêche que j'ai très envie de découvrir le prochain homme que rencontrera Mia, c'est bizarre comme Audrey Carlan arrive à vous rendre accro à la fin d'un épisode, on a envie que d'une chose à la fin de notre lecture. DÉVORER le suivant 😉
Lien : http://thereadinglistofninie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Ninie067Ninie06714 février 2017
La grille rouillée de l’ascenseur résonne d’un bruit métallique lorsque le chauffeur la ferme. Il ne m’a pas adressé la parole depuis qu’il m’a demandé si j’étais Mia, lorsque je suis arrivée à l’aéroport de Seattle. Il tenait une pancarte avec mon nom dessus. Tante Millie m’avait dit de m’attendre à ce qu’un bûcheron me conduise à mon prochain client, et elle ne s’est pas trompée, car ce type est énorme. Il ne mesure que quelques centimètres de plus que moi, mais il compense sa petite taille par sa largeur. Il me fait penser à un de ces bodybuilders qu’on voit tirer des camions à la télé.

L’ascenseur monte au dixième étage et s’arrête dans un crissement de métal rouillé, me projetant contre le torse de l’ogre qui m’accompagne. Il ne semble pourtant pas le remarquer. Il se contente de grogner, puis il me guide dans un loft au sol en béton et dont le plafond, dix mètres plus haut, est recouvert de tuyaux. Il y a des gens partout, la moitié sont nus.

Mon Dieu, dans quoi me suis-je embarquée ?

Des cliquetis d’appareils photo retentissent partout tandis que des chariots pleins de projecteurs sont poussés d’un côté à l’autre de la pièce par des hommes en noir. Le bûcheron pose mon bagage au pied d’un mur et pointe du doigt un homme accroupi, visage collé à un appareil photo.

– Monsieur Dubois, grommelle-t-il avant de tourner les talons et de remonter dans l’ascenseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mymy37mymy3714 février 2017
Il vient vers moi passe ses mains dans mes cheveux et m'embrasse tendrement. C'est un baiser dont je me souviendrai longtemps lent doux et si chaud qu'une vague de chaleur embrase mes veines.
- tu es trop précieuse. Trop belle dit-il en appuyant son front sur le mien. Trop pour qu'un homme te garde pour lui seul. Celui qui obtiendra ton amour .... pour toujours ....sera un homme très chanceux dit-il en plongeant son regard dans le mien.
- Alec .... je suis chaude en appuyant ma tête sur son torse.
- ma jolie ma vie va être vite sans toi dit-il qu'on me sert aussi fort que j'ai du mal à respirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marlene2303Marlene230310 février 2017
Nous avons créé de l’art ensemble et nous avons fait l’amour, à notre façon. C’est ce qui comptera lorsque je regarderai en arrière et que je repenserai aux décisions que j’ai prises. Mon séjour avec Alec a été spécial et je comprends peu à peu que chacun de mes clients m’apprendra quelque chose sur moi et sur la vie.
Commenter  J’apprécie          10
ValerieLacailleValerieLacaille10 février 2017
Je vais te montrer, à travers l'art, combien tu es parfaite.
Commenter  J’apprécie          20
GaouletteGaoulette03 février 2017
Il promène sa main sur ma joue et plonge son regard dans le mien.
- Je sera ta muse pour cette photo.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Audrey Carlan (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Audrey Carlan
Audrey Carlan: "Mia is an escort. She is not a call girl"
autres livres classés : escort-girlsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
245 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .