Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2351780566
Éditeur : Gallmeister


Note moyenne : 3.81/5 (sur 47 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Au cœur de l'Idaho et des montagne Rocheuses, trois hommes se trouvent réunis pour réaliser une étrange construction au-dessus d'un canyon. Chacun est muré dans son propre isolement et tente de fuir son passé Il y a d'abord Arthur Key, colosse taciturne qui a subitement... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (21)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Renod, le 29 juin 2015

    Renod
    Un propriétaire de ranch se lance dans un projet de construction un peu fou dont la nature sera progressivement révélée au lecteur. Nous sommes au cœur de l'Idaho dans une zone sauvage, quasi désertique. Le village le plus proche est à plus d'une heure de route. Le chantier se situe sur un plateau, au-dessus d'un canyon, en pleine nature. La vue dégagée donne sur un paysage magnifique. Le ciel enveloppe le site et offre à ses visiteurs les nombreuses teintes des journées d'été.
    Darwin, le contremaître du ranch en charge du projet, va embaucher deux hommes très différents. Art Key impressionne au premier abord par sa taille et par sa force. L'homme parle peu mais très vite, Darwin prend conscience de sa grande expérience des travaux publics. Ronnie Panelli est un jeune homme en marge, ayant dans ses bagages un passé de délinquant, qui va briller par sa maladresse. L'équipe va camper sur le chantier. L'isolement de leur campement, la succession de longues journées de travail, la communion face à cette nature magnifique vont rapprocher ces hommes que tout oppose. Ils vont progressivement se découvrir, se respecter et se livrer les uns aux autres. Tous trois se trouvent reclus sur ce chantier pour des raisons douloureuses qu'ils vont pouvoir révéler. Ils vont chacun à leur tour travailler à leur rédemption et pouvoir se reconstruire. Mais l'épanouissement est souvent éphémère...
    Ce roman a de nombreuses qualités : un style irréprochable, un récit qui dévoile au fur et à mesure des histoires d'hommes brisés et des personnages attachants aux psychologies décrites avec une grande justesse. Bâtir un roman sur l'isolement en pleine nature de ces trois hommes au prétexte d'un chantier est une idée pertinente et originale. Ron Carlson a réussi à composer une ode à la nature et à l'amitié. Une belle lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Cath36, le 17 décembre 2012

    Cath36
    Il manque dans ce roman ce petit quelque chose, ce je-ne-sais-quoi qui fait d'un livre un grand livre. Peut-être parce qu'il est essentiellement constitué de descriptions, qu'il y a peu d'analyses des situations et encore moins de ces petites remarques qui par-ci par-là touchent à la fois l'âme et l'intelligence. Et c'est vraiment dommage car l'histoire de cette amitié entre trois hommes en quête de rédemption est vraiment belle et on se laisse toucher aussi bien par les personnages que par le côté humain de cette relation qui dépasse la simple relation de travail. Après avoir adoré "le signal" j'ai été assez déçue et j'attends le prochain livre de Ron Carlson avec beaucoup d'espoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Corboland78, le 16 janvier 2013

    Corboland78
    Ron Carlson est né en 1947, en Utah. Il est l'auteur de plusieurs recueils de nouvelles et de quatre romans qui ont reçu de nombreuses distinctions aux États-Unis. Il enseigne la littérature à l'Université de Californie, à Irvine, et vit à Huntington Beach.
    Son premier roman paru chez nous, le signal, m'avait déçu car il ne reflétait pas du tout les critiques que j'en avais lues avant de le lire. J'hésitais donc à m'engager dans son nouvel opus et c'est grâce au commentaire encourageant d'un lecteur de ma chronique que j'ai finalement ouvert son nouveau bouquin.
    Nous sommes dans l'Idaho au coeur des Montagnes Rocheuses, au bord d'un profond canyon. Trois hommes qui ne se connaissent pas travaillent sur un chantier de construction. L'objet du projet en devenir n'est pas immédiatement révélé et ne le sera que plus tard, par touches successives. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il agace les gens du coin, comme tout ce qu'entreprend le propriétaire du terrain, Curtis Diff, un homme âgé de soixante-dix ans mais encore plein d'énergie.
    Darwin Gallegos est le chef du chantier, il a engagé les deux autres rapidement. Il n'y a pas bien longtemps, il travaillait encore pour le compte de Diff mais ça c'était avant le décès de sa femme. Arthur Kay est un colosse, spécialiste dans son métier, il calcule et prévoit tout. Taiseux, il représente la force tranquille mais sous son aspect serein et calme, il cache une blessure profonde, un décès dont il s'estime en partie responsable. Enfin, le troisième homme, Ronnie Panelli, un jeune gars qui se cherche, marchant sur le fil du rasoir avec la loi à laquelle il a déjà eu à faire.
    Le roman va nous montrer comment ces hommes venus d'horizons différents et sans lien commun, vont apprendre à se connaître et à se respecter. Petit à petit, les uns et les autres vont se découvrir, révéler leurs souffrances intérieures et faire de ce ciment partagé, le socle sur lequel se construira leur amitié. Trois hommes qui se reconstruisent, parallèlement à leur chantier qui s'élève. Seuls au milieu de ces grands espaces américains, des hommes rongés intérieurement, trouvent le salut dans l'effort physique qui lave et purifie.
    Ron Carlson réussit là, un superbe roman sur l'amitié virile. A la force physique nécessaire pour entreprendre leur oeuvre, s'oppose ou s'allie la délicatesse des sentiments, particulièrement chez Kay, ou bien la pudeur entre Ronnie et Traci, une jeune fille dont il fait la connaissance dans le bled voisin.
    Le bouquin est écrit dans un style ramassé, fait de phrases courtes mais fortes. Tout comme ces hommes qui parlent peu, se contentant de l'essentiel, Ron Carlson n'écrit que ce qui est nécessaire, ne lâchant des informations qu'au compte-goutte ; que ce soit sur la nature du chantier en cours, que ce soit les démons intérieurs de ces hommes ou des bribes de leur passé, l'écrivain n'étale rien de manière ostentatoire, il dessine sous nos yeux des destins, à petites touches, mais parfaitement bien construites.
    Un roman poignant et très fort, fait de portraits psychologiques superbes et d'évènements dramatiques sans pathos, donc plus émouvants encore. Un excellent roman qui me réconcilie définitivement avec l'auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

  • Par keisha, le 02 octobre 2012

    keisha
    Faisant confiance à Aifelle, Ron Carlson et Gallmeister (un trio de valeurs sûres), j'ai plongé dans les 258 pages d'une histoire d'amitié virile, au plein coeur de l'Idaho. Au bord d'un canyon vertigineux, trois hommes doivent venir à bout d'un chantier, au cours de l'été. Darwin Gallegos vient de perdre sa femme, Arthur Key a quitté la Californie après le décès de son frère, et Ronnie Panelli fuit un destin trop bien tracé de petit voleur. Trois générations, qui vont être soudées dans un boulot commun, physique, unis par un même amour du travail bien fait et fignolé.
    Il ne semble pas se passer grand chose, là, au milieu de la sauge et des lapins, à engloutir de pantagruéliques petits déjeuners et sandwiches, mais l'amitié se crée puis grandit entre ces trois types, le taciturne Arthur se raconte un peu, Ronnie acquiert de la confiance en soi et de la fierté. Quelques sorties "en ville" (enfin, si on peut appeler ça une ville...) seront l'occasion de quitter un chantier dont l'avancée est décrite minutieusement, comme une image du côté perfectionniste du trio. Même si tout visualiser m'a paru difficile.
    Ron Carlson impose son rythme, insidieusement ces trois là deviennent fort attachants, et on espère qu'à la fin du chantier chacun sera "prêt pour l'étape suivante".
    Un beau roman que je recommande chaudement!

    Lien : http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2012/10/cinq-ciels.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sando, le 16 octobre 2012

    Sando
    Dans un texte pudique mais poignant, Ron Carlson réunit trois hommes marqués par la vie et habités par leur drame personnel. Trois hommes venus trouver du travail au coeur de l'Idaho et engagés pour construire une rampe de lancement au-dessus d'un canyon afin d'animer un show télévisé pour amateurs de sensations fortes. Un projet d'envergure, particulièrement coûteux, qui n'est pas pour plaire à tout le monde…
    Darwin Gallegos, un habitant du coin connu pour être un homme droit et honnête, soucieux et à l'écoute de son prochain, est chargé de mener à bien ce projet colossal. C‘est pour oublier la mort de son épouse dans un accident tragique que ce sexagénaire respecté par tous s'engage à corps perdu dans ce boulot harassant. Pour l'accompagner, il embauche avec lui deux inconnus rencontrés par hasard, deux hommes à qui il va devoir faire confiance. Arthur Key, un colosse qui cache derrière sa stature imposante un calme et un sang-froid à toute épreuve, et Ronnie Panelli, un jeune garçon poursuivit par sa réputation de voleur de bas étages. Aucun d'eux ne se doute alors de l'importance que va prendre ce travail dans leur vie et ce qu'il risque de changer à tout jamais…
    Comme toujours avec Gallmeister, je n'ai pas été déçue par ma lecture, loin de là ! Cet éditeur spécialisé dans le Nature Writing nous offre un petit bijou du genre. Ron Carlson dépeint avec une infinie beauté l'atmosphère qui se dégage de l'immensité de ce paysage entre ciel et terre, propice à la solitude et à la réflexion. A travers ces trois taiseux obligés de cohabiter plusieurs mois en plein coeur d'une nature sauvage et désertique, l'auteur montre comment, petit à petit, les barrières tombent, les langues se délient et les coeurs s'ouvrent… L'écriture est extrêmement pudique, lente et plutôt masculine et réussit parfaitement à nous transporter dans le quotidien de ces trois amoureux du travail au grand air. La complicité et l'affection qui finit par unir ces trois hommes émeuvent par la délicatesse qui s'en dégage. Les confidences qui se font à demi-mots et Les destins qui se révèlent par petits bouts ajoutent à ce texte la beauté et la force tranquille suggérée par le paysage.
    Un gros merci à Libfly et à Gallmeister pour cette opération Libr'Aire qui m'a permis de faire cette très belle découverte !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lexpress , le 18 octobre 2012
    Comparé à Hemingway par le Washington Post, Carlson tient la note d'un bout à l'autre de ce superbe Cinq Ciels que l'on garde longtemps en mémoire après l'avoir refermé.
    Lire la critique sur le site : Lexpress

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cerisemarmotte, le 10 août 2015

    Ronnie appuya ses deux coudes sur la vieille table en bois.
    - Mais sérieusement, c'est une drôle de petite ville, tu trouves pas ?
    Il se tourna et fit un mouvement de la tête vers les cinq têtes d'antilopes montées sur le vieux mur lambrissé du restaurant :
    - J'avais jamais vu ça de ma vie auparavant. Il y a un truc qui me paraît bizarre, là-dedans.
    - On est dans l'Ouest, Ronnie. Certaines choses sont différentes.
    - Tu sais à quoi elles ressemblent ? Je les ai vues dans le miroir le jour où je suis entré ici, et elles m'ont flanqué une de ces trouilles. J'ai pensé qu'elles observaient tout, comme des juges. J'en ai rêvé, de ces cinq bestioles. Quand j'étais blessé, je les ai vues me regarder.
    Key examina son ami quelques instants par-dessus le rebord de son verre tout en savourant la sensation de la bière amère dans sa bouche. C'était un privilège d'être ainsi assis dans une alcôve en sachant que le repas serait bientôt servi. C'était agréable d'avoir un siège avec un dossier. Il s'y appuya.
    - C'est une gentille fille, dit Key, et tu te comportes bien. Continue comme ça et tu verras. Ça pourrait bien être un bon endroit pour toi. On va manger ici et ensuite on ira la trouver pour que tu puisses lui donner ton mot, puis on rentrera au campement travailler encore une semaine.
    La phrase résonnait comme un travail bien fait : raisonnable et pleine de promesses.
    Darwin revint avec son copain Hector. Celui-ci avait une trentaine d'années, il portait une petite toque blanche de cuisinier et un tablier. Key et Ronnie se levèrent pour lui serrer la main. Après les présentations, Hector dit :
    - Sa femme m'a enseigné les secrets du métier chez Diff. Vous avez déjà vu la cuisine, là-bas ?
    - Non.
    - Le père de Diff savait y faire, poursuivit Hector. C'est la plus grande pièce de tout le ranch, mis à part la grange. On faisait de la vraie cuisine.
    - Hector est associé ici, dit Darwin. Sa femme enseigne à l'école.
    - Alors, on parle ou on mange ? demanda Marion, venue les rejoindre.
    Elle tenait les trois grandes assiettes blanches ovales en équilibre, ainsi qu'un panier de petits pains chauds dans un torchon à carreaux.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Aifelle, le 30 août 2012

    "Il faisait frais en ce début d'après-midi, et bientôt arriverait la fin de la journée, puis le soir tomberait sur le plateau. Il contempla l'horizon vers l'ouest, comme il le ferait vingt fois par jour pendant les deux mois qu'il passerait ici, et il vit les grands replis des montagnes lointaines et au beau milieu, les cônes préhistoriques, dans un ciel d'un bleu laiteux. Le ciel ici était partout, mais ce n'était jamais le même ciel, et il s'y tenait debout. Ronnie avait maintenant la scie circulaire dans la main et l'air résonnait de la vibration aigüe de la lame métallique qui traversait le bois en trillant".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Melopee, le 09 novembre 2012

    Darwin toucha la tasse de Key avec la sienne et but une gorgée. Les deux hommes restèrent dans les ténèbres muettes. La rivière n'était plus qu'un murmure et le ciel continuait à se peupler d'étoiles. Silencieux sur la mesa embaumant la sauge, ils sentaient la chaleur du whisky dans leur gorge, et pour Key, le silence paraissait une sorte d'équilibre entre une chose et la suivante, un pivot en quelque sorte, aussi solide et important que le poids qui l'accablait. Dans tous les coins du ciel nocturne rempli d'illusions, des satellites fusaient et d'autres lumières se déplaçaient par intermittence. (p. 176)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Corboland78, le 16 janvier 2013

    Darwin toucha la tasse de Key avec la sienne et but une gorgée. Les deux hommes restèrent dans les ténèbres muettes. La rivière n’était plus qu’un murmure et le ciel continuait à se peupler d’étoiles. Silencieux sur la mesa embaumant la sauge, ils sentaient la chaleur du whisky dans leur gorge, et pour Key, le silence paraissait une sorte d’équilibre entre une chose et la suivante, un pivot en quelque sorte, aussi solide et important que le poids qui l’accablait.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par fannyvincent, le 07 mai 2014

    Il restait en vie pour deux choses : le réveil et le premier café ; puis, bien sûr, la journée le rattrapait et il baissait la tête et s’enfonçait dans le travail, quel qu’il fût.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Ron Carlson

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Ron Carlson

Le signal de Ron Carlson 26-01-2011








Sur Amazon
à partir de :
21,71 € (neuf)
8,95 € (occasion)

   

Faire découvrir Cinq ciels par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Ron
Carlson(1) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (78)

> voir plus

Quiz