Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 9782818014059
Éditeur : P.O.L. (2011)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 574 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
PRIX RENAUDOT 2011

Limonov n’est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l’underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d’un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (147)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Malaura, le 22 novembre 2011

    Malaura
    S'il est un personnage de papier qu'un écrivain aspirerait à créer, un personnage à la psychologie complexe et trouble, suscitant des sentiments contrastés, à la fois repoussant et fascinant, entier et nébuleux, un personnage à la Raskolnikov ou à la Rastignac, un personnage ayant vécu mille vies, au destin riche, romanesque et aventureux...oui, s'il est un personnage de fiction qu'un écrivain rêverait de coucher sur le papier dans toutes ses contradictions et ses ambigüités, dans tous ses vices et ses débordements, dans toute sa discordante splendeur, alors sans doute que Limonov serait celui-là.
    Mais Edouard Limonov n'est pas un personnage de papier, il n'est pas un héros de fiction, il est un homme bien vivant de chair et de sang auquel les méandres d'une vie romanesque, dangereuse, trépidante, « une vie qui a pris le risque de se mêler à l'Histoire », ont inspiré à Emmanuel Carrère ce superbe récit portant son nom de plume « Limonov ».
    De prime abord, rien ne prédestinait ce jeune garçon nait en 1943 dans une lointaine banlieue ukrainienne à mener une vie d'aventures et de péripéties. Rien, si ce n'est une volonté farouche d'être quelqu'un, de marquer les esprits, de devenir un héros et de tout faire pour y parvenir.
    Ecrivain-voyou, mercenaire, homme politique, vedette de magazines, Limonov a tout fait, tout vu, tout vécu, la misère à New-York, la gloire littéraire à Paris, la guerre dans les Balkans, la prison et l'action politique en Russie où il est devenu l'un des principaux contestataires anti-Poutine à la tête du parti politique National-Bolchevique.
    Oui, Limonov est Un Personnage. Emmanuel Carrère ne s'y est pas trompé en décidant d'écrire la biographie de cet homme haut en couleurs, intransigeant, dur à cuire, bagarreur, baroudeur, sulfureux, anticonformiste et provocateur.
    Car dans Limonov, il y a tout et son contraire, l'adjectif et son antonyme, le blanc et le noir dans un seul corps, le Ying et le yang dans une seule âme.
    Allumé et illuminé, dingue et tordu, et dans le même temps homme éclairé, érudit, d'une intelligence remarquable, d'une mémoire prodigieuse, capable de s'astreindre à une discipline de vie et de travail rigoureuse et ascétique et, comme un sage bouddhiste, d'accéder au nirvana.
    La déchéance ? Il s'y plonge jusqu'à toucher le fond et se vautrer dans la fange la plus pestilentielle pour, toute honte bue, se relever et repartir à l'assaut de la vie.
    Le sexe ? Avec les femmes, cet homme au profil de chef de gang, au visage de mafieux, aux airs de petite frappe est sincère et vrai, fidèle jusqu'à l'abnégation. Avec les hommes, « Molodiets », « bon p'tit gars », l'on n'est pas un homme si l'on n'a pas vécu au moins une fois l'expérience de l'homosexualité !
    La prison ? Qu'à cela ne tienne, il fera des exercices respiratoires dans la solitude de sa cellule, il interrogera ses codétenus et leur dédiera un livre !
    Avec Limonov c'est tous les jours la roulette russe. Ca passe ou ça casse ! Et c'est sans doute cela qui fascine autant chez lui, cette prise de risques perpétuelle, ce caractère jusqu'au-boutiste, cette façon d'aller toujours au fond des choses quoi qu'il en coûte, cette manière de marcher dans la vie comme un équilibriste sur un fil, en surplombant l'abîme et tant pis si l'on tombe, on aura au moins vécu !
    Il est le héros russe par excellence, l'ardente âme russe dans toute son exaltation, sa dureté, sa violence, sa fougue, sa générosité et son courage, sa rage et sa rusticité, il est l'âme des « possédés » de Dostoïevski, libertaire, révolté, assoiffé, un loup sempiternellement aux abois.
    Puisant sa force dans chaque instant, chaque moment bon ou mauvais que la vie donne, trouvant matière à réflexion, à expérience, à enrichissement dans tous les bonheurs que la vie offre et dans tous les coups durs qu'elle assène.
    Jamais chez un homme lumière et ombre n'auront été aussi marquées, aussi violemment contrastées, aussi intrinsèquement liées et indissociables.
    Si ses choix de parcours ont souvent été contradictoires, si ses manières l'ont fait souvent passer pour un salaud, Emmanuel Carrère soutient que les choses sont « plus compliquées que ça », et s'applique à le démontrer au fil d'une enquête captivante en brossant le portrait d'un individu hors norme mais aussi en saisissant toute l'histoire politique de la Russie depuis l'après-guerre jusqu'à nos jours.
    Un ouvrage d'une ampleur et d'une densité phénoménales qui touche autant à l'individu qu'au collectif, qui creuse l'intime et dévoile l'universel, qui aborde une partie pour englober le tout.
    Avec ce ton juste, intime, amical, qui sonde aussi bien le cœur des êtres que des choses, l'auteur d'« Un roman russe » peint une formidable fresque de la Russie contemporaine, foisonnant d'anecdotes véridiques, personnelles et historiques. de l'ère communiste et son régime dictatorial à l'éclatement du bloc soviétique, de l'entrée dans un capitalisme effréné et mortifère à la démocratie pervertie des oligarques, c'est le grand ballet russe de la politique poststalinienne qu'Emmanuel Carrère, sans jamais sombrer dans le didactisme soporifique, fait virevolter et s'agiter comme dans un grand spectacle du Bolchoï.
    Les grands noms de la politique s'y croisent avec ceux de la dissidence, de la littérature et des arts en un concert détonant comme une symphonie de Rachmaninov.
    L'auteur, sincère, pudique et vrai, n'omet pas de s'y livrer comme dans « D'autres vies que la mienne », analysant son parcours de parisien bien né à l'aulne des tumultes et des désordres de la vie de Limonov, et dans un style tour à tour journalistique, humoristique, mesuré, quelquefois cru, toujours pertinent, fait de ce docu-fiction un cocktail éclatant de force et d'intensité.
    Avec ce « coktail Limonov » aussi rafraîchissant qu'explosif, Emmanuel Carrère, au faîte de son talent, confirme qu'il est l'une des plus belles voix des Lettres françaises contemporaines.
    Avec cela il nous donne le goût de redécouvrir les œuvres de Soljenitsyne ou Lermontov, de découvrir les nouvelles plumes de l'Est tel Zakhar Prilepine, et bien-sûr celle subversive et effrontée du Johnny Rotten des Lettres russes, Edouard Savenko dit « Limonov ».
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 49         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Eric75, le 05 janvier 2013

    Eric75
    On ne présente plus Emmanuel Carrère, écrivain « fils de » (Hélène Carrère d'Encausse), forcément russophile et amateur de personnages ambigus, sulfureux ou psychopathes, bref, hauts en couleur. Emmanuel Carrère n'invente pas ses personnages pour écrire ses romans, surtout pas, car il va par principe directement les chercher dans le monde réel, c'est beaucoup mieux. On peut citer à titre d'exemples : l'écrivain paranoïaque Philip K. Dick (Je suis vivant et vous êtes morts) ; l'ignoble assassin Jean-Claude Romand (L'Adversaire) ; lui-même, atteint de machisme délirant (Un roman russe) et aujourd'hui le russe démesurément russe Limonov (Limonov).
    Les « romans » de Carrère sont donc des biographies, des récits ou des témoignages, qui parviennent cependant à conserver une saveur on ne peut plus romanesque grâce aux improbables aventures qui s'y déroulent, prouvant que la réalité s'ingénie toujours à vouloir dépasser la fiction.
    Limonov n'échappe pas à cette règle.
    Ce héros au parcours si dostoïevskien et nabokovien (j'aurais pu encore ajouter fitzgéraldien et soljenitsynien pour faire bonne mesure, car il a connu à la fois le ghetto doré des milliardaires new-yorkais et les geôles russes d'où-l'on-ne-revient-jamais-mais-parfois-si-quand-même) a bien évidemment le destin hors norme qui a été annoncé partout… et sur lequel je ne reviendrai pas. Car Edouard Limonov est à présent définitivement sorti de l'obscurité, sans doute grâce au livre d'Emmanuel Carrère. Au même moment, comme par un heureux hasard, sont ressortis en librairie les propres ouvrages autobiographiques de l'écrivain Limonov : Journal d'un raté, Autoportrait d'un bandit dans son adolescence, etc. tout un programme.
    Après avoir lu le livre de Carrère, on n'ignore presque plus rien de la vie (familiale, sexuelle, politique…) de cet étrange héros-antihéros non conformiste et controversé, tant le biographe en titre entre dans les détails et accumule les anecdotes, recueillies grâce aux interviews menées, puisées dans les livres publiés de Limonov, retrouvées dans les souvenirs de l'auteur. Parce que Carrère, qui a beaucoup d'amis et de relations, « connaissait » Limonov
    Mais ce n'est pas tout, n'oublions pas cette caractéristique que l'on retrouve également dans les autres livres de l'auteur : Carrère parle aussi et surtout… de lui. le récit sur Limonov est sans cesse entrecoupé de considérations sur les événements de la vie de Carrère, les anecdotes de la vie de Carrère, les opinions personnelles de Carrère, qui apparaissent certes comme des éclairages en contrepoint de l'intrigue principale, mais qui à mon avis cassent le rythme et présentent un intérêt parfois relatif (par exemple à propos de lunettes : « J'ai dû en porter dès l'âge de huit ans. Edouard aussi, mais il en a souffert plus que moi. »). Emmanuel Carrère ne cesse de se comparer à Limonov, à la fois comme écrivain et comme aventurier (c'est très clairement annoncé page 221), de rechercher des symétries entre leurs vies : une anecdote lui rappelle la fugue de ses deux fils, une autre un déjeuner avec sa mère…
    Malgré les petits excès de cabotinage de l'auteur, la lecture de Limonov, par la somme de détails très fouillés et grâce au parcours absolument sidérant du héros éponyme (qui n'est pas terminé, on peut ajouter aujourd'hui un nouvel épisode avec Depardieu, aurons-nous droit bientôt à Limonov 2, le retour ?), reste véritablement passionnante de bout en bout, même si le roman s'achève malheureusement un peu en eau de krovianka (boudin russe), et laisse le lecteur sur sa faim, car la vie de Limonov, écrivain et dissident politique charismatique dans la Russie de Poutine, est semble-t-il loin d'être achevée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 15 février 2012

    cicou45
    Edouard Venianinovitch Savenko, dit Limonov, est une figure qui m'était jusqu'alors inconnue et qui pourtant a marqué l'histoire de l'Empire soviétique et du XXe siècle. Au travers du portrait qu'en fait Emmanuel Carrère, celui-ci m'a à la fois inspiré dégoût et fascination. Personnage très controversé, je ne peux pas dire que j'ai appris à l'aimer mais je ne peux pas non plus affirmer que je l'ai détesté. Il est certain que je suis contre ses idées politiques mais là où réside le génie de l'écrivain est qu'il le décrit avant tout comme un homme. Un homme à femmes, un homme aux belles femmes mais lorsqu'il les aime et qu'il voit celles-ci plonger dans la dépravation, il ne s'en écarte pas pour autant et est là pour les soutenir autant qu'il le peut. Acceptant leurs infidélités, il les aime pour ce qu'elles sont et ce sont la plupart du temps elles qu'ils l'ont laissé tomber que l'inverse.
    Homme également envoûtant de par sa capacité à entraîner les foules, à les soulever et à les captiver, Limonov qui était issu d'un milieu ouvrier et a vécu dans la pauvreté est devenu un écrivain à succès et surtout un homme politique influent en son temps.
    L'écriture d'Emmanuel Carrère est absolument prodigieuse car j'avoue que, tout au long du récit, je suis souvent passée du dégoût à la curiosité ; dégoût en raison des scènes très crues qui reviennent régulièrement mais curiosité en raison de l'histoire de l'ex URSS que, j'avoue, je connais assez mal mais qui m'a donné envie d'en savoir plus. Limonov, même si c'est un homme que je ne pourrais, je pense, jamais admirer, ni en temps que politique ni en temps qu'écrivain, m'a cependant captivé au point d'en savoir plus sur lui, sur son histoire et sur celle de son pays.
    Livre très déconcertant car jusqu'au bout, je ne pouvais absolument pas affirmer si j'allais l'aimer ou pas (et en fin de compte, je l'ai beaucoup aimé) et je n'hésite pas à le recommander. Cependant, et c'est ce qui justifie le fait que je ne lui ai pas attribué la note maximum, j'ai été parfois "choquée" (le mot est peut-être un peut trop fort mais je ne trouve pas le mot équivalent avec juste un ton au-dessous) par les fameuses scènes que j'ai qualifiée de crues (j'avoue être particulièrement sensible à ce genre d'écriture, peut-être le suis-je un peu trop d'ailleurs).
    Un livre prodigieux à découvrir sans faute !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jennygeorges7, le 15 janvier 2012

    jennygeorges7
    Pour pouvoir lire ce livre, il faut aimer deux choses : les essais et la Russie.
    Ce n'est pas normal de voir que ce livre est classé dans les « romans ». Mais la commercialisation d'un livre est bien difficile et tous les moyens sont bons pour vendre !
    Donc, c'est un essai, biographie de Limonov.
    Le livre raconte l'histoire de Limonov, qui est un russe comme tous les russes. Il a juste envie de devenir quelqu'un, alors il partira en Amérique en sachant pertinemment que le retour aux sources lui sera interdit pendant longtemps. Là-bas, il n'a pas le succès du poète qu'il était. Alors, tous les jours de sa vie, il se bat pour survivre et il rêve de son futur succès qui viendra plus tard à Paris. Toute la biographie d'un homme russe qui ne voulait pas être anonyme mais qui voulait malgré tout rester prolétaire.
    Son combat d'aujourd'hui le prouve...
    J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre car on est vraiment plongé dans la culture russe.
    Par exemple : cette fameuse flamme bleue que la mère de Limonov laisse brûler parce que cela fait une présence. A l'époque, les russes ne payaient pas le gaz… La flamme bleue pouvait toujours lui tenir compagnie...
    Autre exemple : si les russes partent de leur pays pour l'ouest, ils ne sont plus censés revenir… Autant de petites choses qu'un occidental ne comprend pas.
    En bref, le livre est bien écrit…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Tempuslegendae, le 13 janvier 2013

    Tempuslegendae
    Ne cherchez plus, il n'y a pas de vie comme celle d'Edouard Limonov vécue par un écrivain capable de l'écrire.
    Limonov est un homme russe qui a eu et continue d'avoir une vie trépidante, qualifiée par lui-même de «vie de merde». Il est a la fois fils de tchékiste et petit voyou en Ukraine, mais ça ne l'empêche pas de remporter un prix de poésie et de monter à la capitale pour s'inscrire en tant que marginal dissident, ceci avant d'être expulsé d'URSS et de devenir clochard à New York. Mais l'amour en fait un domestique de luxe, la chance le sauve en dernière minute du meurtre, le talent du vice de la drogue, et l'édition de la déchéance sociale. Voilà qu'à la chute de l'empire soviétique, Limonov retourne sur sa terre russe dans l'intention d'y prendre le pouvoir. En vain, pour l'instant.
    Raconter une vie pareille peut se comprendre, mais se sentir capable de l'écrire est de l'ordre de l'exploit. On ne peut être et avoir été: Limonov n'a jamais été un bon écrivain. Egalement, Trotski, auquel il ressemble physiquement, ne l'était pas non plus, tout comme Lénine.
    Emmanuel CARRERE, comme tous ces enfants versés dans la cause révolutionnaire, aurait certainement voulu diriger la plus grande armée du monde, d'ailleurs pourquoi pas se retrouver à la tête de cinq mille militants du Parti national bolchévique comme Limonov. Apprenons à tout imaginer. Mais non, il écrit! Et avec sa jolie vie rangée d'écrivain aux multiples talents, il est bien meilleur dans son rôle, pour raconter la vie de ce Limonov, que ce marginal n'aurait pu le faire lui-même. Enfin, pour écrire un tel livre, encore faut-il pouvoir puiser dans cette vie complexe et ardente la force permettant de saisir la rareté du zek déjanté; ça va de soi…
    Elle est magnifique la débine de Limonov, et sa morgue, et «son courage», il prend soin de s'en vanter; on a beau savoir que tout est vrai dans cette histoire, on ne peut y croire.
    Parfois, face au monstrueux désir de puissance de Limonov, CARRERE se sent contraint d'emprunter l'idée d'un célèbre boudhiste: «L'homme qui se veut supérieur, inférieur ou même égal à un autre homme ne comprend pas la réalité». Nous serions en droit de nous demander: mais «l'homme qui comprend la réalité» est l'oracle de quel programme? Enfin, il est impossible d'imaginer CARRERE détestant son héros pour des raisons d'ordre politiques, sociales ou encore morales, et l'aveu vient vite que ce n'est pas par envie.
    Notre romancier est entré dans la vérité de son «Limonov»; il nous le fait saisir par ce qu'il écrit: «Moi, je n'appartenais pas à cette tribu que je feignais de dédaigner et qui en fait m'intimidait. C'est triste à dire, mais je ne suis jamais allé au palace.».
    Après un tel tour de force réussie, contournant le récit d'une vie de merde par le talent du savoir écrire, Emmanuel CARRERE a signé ici l'un des plus beau roman de notre décennie; ceci ne fait plus l'ombre d'un doute.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de Thomas Stélandre pour le Magazine Littéraire

    En janvier 2008 Emmanuel Carrère publiait dans la revue XXI un reportage sur Édouard Limonov. Aujourd'hui, il fait de ce personnage hors du commun le roman d’une existence qui rivalise avec ... > lire la suite

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)

Critiques presse (10)


  • Lexpress , le 30 novembre 2011
    Limonov ne se résume pas à la seule biographie de cet énergumène n'ayant pas toujours été du bon côté. C'est toute l'histoire du monde que Carrère tente de saisir à travers lui - avec pléthore de personnages bien réels et pourtant hautement romanesques -, dressant aussi un autoportrait en creux: celui d'un homme comme les autres qui transcende son existence banale en racontant celle, trépidante, d'un autre...
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • NonFiction , le 21 octobre 2011
    Carrère assume le style didactique de son livre, notamment dans la chronique historique des événements qui suivent la Perestroïka. Il assume également un ton parfois journalistique et une langue volontairement triviale. Mais c’est surtout à une logique narrative tout à fait spécifique, faite d’une multiplicité d’événements, de retournements, de voyages, de rencontres imprévues, qu’on reconnaît ici l’esthétique romanesque propre à l’existence bigarrée d’Édouard Limonov.
    Lire la critique sur le site : NonFiction
  • LePoint , le 19 septembre 2011
    Emmanuel Carrère, pour une fois, s'efface presque devant cette autre vie que la sienne : c'est encore plus fort. Déroulant le tapis déchiré de la vie d'Edouard le dingue, il en fait un pur roman d'aventures autant qu'une traversée de l'histoire russe. On ne lâche pas, tant c'est écrit sec et cru, avec des phrases d'une densité rapide, gorgées de détails explosifs.
    Lire la critique sur le site : LePoint
  • LaPresse , le 19 septembre 2011
    En 2000, le fils de la célèbre soviétologue Hélène Carrère d'Encausse est tombé sous le charme de la Russie, terre natale de ses grands-parents, et lui a consacré un documentaire et un long récit. Cette année, il revient à la charge avec un livre imposant de près de 500 pages intitulé Limonov, du nom d'un des personnages les plus sulfureux et controversés de la scène russe contemporaine.
    Lire la critique sur le site : LaPresse
  • LaLibreBelgique , le 02 septembre 2011
    Les histoires heureuses et les bons sentiments ne font jamais de bons romans. La vie de Limonov, si. Un formidable roman.
    Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
  • Bibliobs , le 02 septembre 2011
    Emmanuel Carrère signe un époustouflant portrait de l'écrivain mercenaire Edouard Limonov, fanatique national-bolchevik et bête noire de la nouvelle Russie.
    Lire la critique sur le site : Bibliobs
  • Lexpress , le 01 septembre 2011
    Autour du poète russe, dandy et dissident, provocateur et extrémiste politique, Emmanuel Carrère a construit un livre magistral. Entre récit d'aventures et histoire de l'ex-URSS.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • Lexpress , le 30 août 2011
    Tout à tour petite frappe, auteur branché et leader du Parti national-bolchevique, Edward Limonov a inspiré à Emmanuel Carrère un formidable récit, aux airs de fresque russe et de docu-fiction.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • LesEchos , le 30 août 2011
    Retour sur une vie de « héros » ou de « salaud ». La bio réussie du poète-aventurier russe.
    Lire la critique sur le site : LesEchos
  • LeFigaro , le 26 août 2011
    Un grand récit qui prouve que le risque paie, même en littérature.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro

> voir toutes (124)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Sepo, le 21 avril 2014

    POUTINE/LIMONOV
    "Pour la campagne électorale de 2000, on a publié un livre d'entretiens avec Poutine intitulé A la première personne. Titre probablement trouvé par un quelconque communicant, mais bien trouvé. Il pourrait s'appliquer à toute l’œuvre de Limonov et à une partie de la mienne. A propos de Poutine, il n'est pas usurpé. On dit qu'il parle en langue de bois: ce n'est pas vrai. Il fait ce qu'il dit, il dit ce qu'il fait, quand il ment c'est avec une telle effronterie que personne n'est dupe. Si on examine sa vie, on a la troublante impression d'être devant un double d'Edouard. Il est né, dix ans plus tard que lui, dans le même genre de famille: père sous-officier, mère femme de ménage, tout ce monde s’entassant dans une chambre de kommunalka. Petit garçon chétif et farouche, il a grandi dans le culte de la patrie, de la Grande Guerre patriotique, du KGB et de la frousse qu'il inspire aux couilles molles d'Occident. Adolescent, il a été , selon ses propres mots, une petite frappe. Ce qui l'a empêché de tourner voyou, c'est le judo, à quoi il s'est adonné avec une telle intensité que ses camarades se rappellent ses hurlements féroces sortent du gymnase où il s'entraînait, seul, le dimanche. Il a intégré les organes par romantisme, parce que les hommes d'élite, par qui il est fier d'être adoubé, y défendaient leur patrie. Il s'est méfié de la perestroika, il a détesté que des masochistes ou des agents de la CIA fassent tout un fromage du Goulag et des crimes de Staline, et non seulement il a vécu la fin de l'Empire comme la plus grande catastrophe du XXe siècle, mais il l'affirme sans ambages aujourd'hui.Dans le chaos des années quatre-vingt dix, il s'est retrouvé parmi les perdants, les floués, réduit conduire un taxi. Arrivé au pouvoir, il aime, comme Edouard, se faire photographier torse nu, musclé, en pantalon de treillis, avec un poignard de commando à la ceinture. Comme Edouard,, il est froid et rusé, il sait que l'homme est un loup pour l'homme, il ne croit qu'au droit du plus fort, au relativisme absolu des valeurs, et il ne préfère faire peur qu'avoir peur. Comme Edouard, il méprise les pleurards qui jugent sacrée la vie humaine. L'équipage du Koursk peut mettre huit jours à crever d'asphyxie au fond de la mer de Barants, les forces spéciales russes peuvent gazer 150 otages au théâtre de la Doubrovka et 350 enfants être massacrés à l'école de Breslan, Vladimir Vladimirovitch donne au peuple des nouvelles de sa chienne qui a mis bas. La portée va bien, tète bien: il faut voir le bon côté des choses."

    p.477/478,
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Sepo, le 21 avril 2014

    Le totalitarisme, que sur ce point décisif l'Union soviétique a poussé beaucoup plus loin que l'Allemagne national-socialiste, consiste, là où les gens voient noir, à leur dire que c'est blanc et à les obliger, non seulement à le répéter mais, à la longue, à le croire bel et bien. C'est de cet aspect-là que l'expérience soviétique tire cette qualité fantastique, à la fois monstrueuse et monstrueusement comique, que met en lumière toute la littérature souterraine, du Nous autres de Zamiatine aux Hauteurs béantes de Zinoviev en passant par Tchevengour de Platonov. C'est cet aspect-là qui fascine tous les écrivains capables, comme Philip K.Dick, comme Martin Amis ou comme moi, d'absorber des bibliothèques entières sur ce qui est arrivé à l'humanité en Russie au siècle dernier, et que résume ainsi un de mes préférés parmi les historiens, Martin Alia: "Le socialisme intégral n'est pas une attaque contre les abus spécifiques du capitalisme mais contre la réalité. C'est une tentative pour abroger le monde réel, tentative condamnée à long terme mais qui sur une certaine période réussit à créer un monde surréel défini par ce paradoxe: l'inefficacité, la pénurie, et la violence y sont présentées comme le souverain bien."

    L'abrogation du réel passe par celle de la mémoire. La collectivisation des terres et les millions de koulaks tués ou déportés, la famine organisées par Staline en Ukraine, les purges des années trente et les millions encore de tués ou de déportés de façon purement arbitraire: tout cela ne s'était jamais passé."p.243,
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par zef67350, le 19 avril 2014

    ...boire ne s'apprend pas : il faut être né avec un foie d'acier, et c'est la cas d'
    Edouard.

    C'est une règle, selon Brodsky : il n'y a qu'un provincial pour devenir un vrai dandy.

    Il sait parfaitement ce qui se passe dans la tête d'un loser, qui poussé à bout, prend une arme et tire dans le tas mais, parce qu'il est capable de l'écrire, il n'est pas ce loser et il n'est pas question que son double de papier le soit.

    ...adopter cette position de repli ironique et blasé, de considérer toute espèce d'enthousiasme ou d'engagement avec le ricanement du type pas dupe, revenu de tout sans être jamais allé nulle part.

    "L'homme qui se juge supérieur, inférieur ou égal à un autre ne comprend pas la réalité"

    Les Russes, pense Edouard, savent mourir, mais pour ce qui est de l'art de vivre ils sont toujours aussi nuls.

    Ni l'un ni l'autre n'aimerait tenir dans ces pages le rôle du héros positif ... ils préfèrent la vérité à ce qu'ils aimeraient qu'elle soit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Eric75, le 05 janvier 2013

    Cette énergie, hélas, au lieu de me stimuler, m'enfonçait un peu plus, page après page, dans la dépression et la haine de moi-même. Plus je le lisais, plus je me sentais taillé dans une étoffe terne et médiocre, voué à tenir dans le monde un rôle de figurant, et de figurant amer, envieux, de figurant qui rêve des premiers rôles en sachant bien qu'il ne les aura jamais parce qu'il manque de charisme, de générosité, de courage, de tout sauf de l'affreuse lucidité des ratés. J'aurais pu me rassurer en me disant que ce que je ressentais là, Limonov l'avait ressenti lui aussi, qu'il divisait comme je le faisais alors l'humanité en forts et en faibles, gagnants et perdants, VIP et piétaille, qu'il vivait tenaillé par l'angoisse de faire partie de la seconde catégorie et que c'est précisément cette angoisse, si crûment exprimée, qui donnait sa force à son livre. Mais je ne voyais pas cela. Tout ce que je voyais, c'est que lui était à la fois un aventurier et un écrivain publié, alors que je n'étais et ne serais jamais ni l'un ni l'autre, la seule et dérisoire aventure de ma vie s'étant soldée par un manuscrit qui n'intéressait personne et deux cantines remplies de maillots de bain ridicules.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par joedi, le 01 octobre 2013

    En 1962, il a personnellement autorisé la publication du livre d'un ancien zek appelé Soljenitsyne : Une journée d'Ivan Denissovitch, et cette publication a été un électrochoc. La Russie entière s'est arraché le numéro 11 de la revue Novy Mir, où est paru ce récit prosaïque, minutieux, d'une journée ordinaire d'un détenu ordinaire dans un camp même pas spécialement dur. Bouleversés, n'osant y croire, les gens se mettaient à dire des choses comme : c'est le dégel, la vie renaît, Lazare sort de son tombeau ; dès l'instant où un homme a le courage de la dire, personne ne peut plus rien contre la vérité. Peu de livres ont eu un tel retentissment, dans leur pays et dans le monde entier. Aucun, hormis dix ans plus tard L'Archipel du Goulag, n'a à ce point, et réellement, changé le cours de l'histoire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

> voir toutes (44)

Videos de Emmanuel Carrère

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Carrère


Myriam Leroy présente Emmanuel Carrère, " Un roman russe", Gallimard
La folie et l'horreur ont obsédé ma vie. Les livres que j'ai écrits ne parlent de rien d'autre. Après L'Adversaire, je n'en pouvais plus. J'ai voulu y échap...








Sur Amazon
à partir de :
7,68 € (neuf)
7,61 € (occasion)

   

Faire découvrir Limonov par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1025)

> voir plus

Quiz