AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221053613
Éditeur : Robert Laffont (1987)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
[Introduction au livre dans l’anthologie des éditions Omnibus, “L’Âme de l’épervier”]

1986 et 1987 sont des années fastes pour Jean Carrière qui “sable son retour à la vie”, en faisant paraître deux titres chez Robert Laffont, son nouvel éditeur : Les Années sauvages, un roman qu’il qualifie d’oeuvre de “transition”, puis Le Prix d’un Goncourt, un récit dans lequel il relate quinze ans d’épreuves pour cause de triomphe littéraire. (...)

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
igaluck
igaluck16 mai 2014
  • Livres 4.00/5
Récit autobiographique, comme “Le nez dans l’herbe”, qui l’a précédé, “Le prix d’un Goncourt” est beaucoup plus douloureux. Le ton est plus réaliste, plus proche du récit. Plus intimiste aussi.
Jean Carrière reprend beaucoup d’éléments déjà abordés mais en les approfondissant. Sur son enfance, notamment. Il raconte en détail le passage, à l’âge de 8 ans, de l’état de “larve musicienne” à celui de papillon ivre de vent, de terre et d’herbe. Puis le basculement, 10 ans plus tard, la perte du lien vivant avec la réalité, la plongée dans l’angoisse, la décomposition des sens qui rend le présent inhabitable.
C’est cette faille entre un “présent désert” et un “passé luxuriant” qui l’amènera à l’écriture.
La réception du Prix Goncourt ne fera qu’aggraver cet état. Le petit monde parisien de “ceux qui s’imaginent avoir sucé la Tour Eiffel pour la rendre pointue” [Jean Giono] et les attentes des lecteurs mèneront Jean Carrière vers la panne, l’état de légume, “l’infirmité mentale qui me fourrait sous les couvertures”.
“Il n’y avait plus ni haut ni bas, ni envers ni endroit, ni dedans ni dehors.” (987)
Il connaîtra une résurrection en 1984, grâce à l’arrivée sur le marché d’une nouvelle molécule qui jugule ses états maniaco-dépressifs. L’Aigoual lui tend alors les bras.
“En somme j’étais devenu un homme à peu près normal, c’est-à-dire capable de s’utiliser sans brûler vif.” (999)
Un témoignage déchirant où l’auteur se met à nu.
Lien : http://versautrechose.fr/blog2/?p=4049
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
lecassinlecassin06 janvier 2014
Après tout, qu'est-ce qu'un roman, sinon l'exploitation sous quelque forme que ce soit des figures obsédantes qui hantent et qui gouvernent notre destin.
Commenter    J’apprécie          160
igaluckigaluck21 avril 2014
Le symbole peut sembler assez simpliste, mais il me permet de schématiser la situation d'équilibriste qui a toujours été la mienne. L'écriture s'alimente dans ce grenier empli de fantasmes; à chaque fantasme auquel la mémoire est soumise correspond un démon qui ne dort que d'un œil et que réveille la moindre manipulation des souvenirs. L'écriture n'a jamais guéri personne ni soulagé l'écrivain que tourmentent sans trêve les questions insolubles. (931)
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
igaluckigaluck21 avril 2014
Je finis par douter du principe selon lequel être c'est savoir qu'on est : je n'ai jamais connu de vie si profonde qu'à cette époque où je n'existais qu'à travers la présence légère des choses - des parfums et des sons qui tournent dans l'air du soir. (899)
Commenter    J’apprécie          00
Video de Jean Carrière (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Carrière
Jean Giono, du côté de Manosque. entretiens avec Jean Carrière
autres livres classés : Écrivains et lecteursVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
202 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre