Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070128245
Éditeur : Verticales-Phase deux (2010)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 32 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pour évoquer la mémoire de l’écrivain Benjamin Lorca, deux amis, un frère et une ex-compagne prennent successivement la parole. Quatre voix qui se complètent ou se diffractent, à rebours des quinze années qui nous séparent de sa mort tragique. La découverte d’un journal... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 07 avril 2012

    carre
    Le nouveau Arnaud Cathrine affirme un peu plus l'auteur dans les plus doués de sa génération. Benjamin Lorca s'est suicidé, conséquence d'un mal être persistant. Tour à tour, des proches racontent ce que fut la vie de l'être aimé ou apprécié et les signes avant coureurs de son geste radical .
    Cathrine reprend des thèmes qui lui sont chers, le mal être, la mélancolie, la difficulté de trouver sa place, toujours traité avec beaucoup de pudeur de justesse et de sensibilité. Au fil des pages, l'on découvre un homme qui à préféré s'éloigné du cocon familial, pour se perdre dans le jeu et l'alcool.
    Cathrine traque l'intime et nous livre un roman tout simplement bouleversant.
    N'hésiter pas à découvrir son univers notamment "Les Vies de Luka", "La Route de Midland"ou "Sweet home".
    Et pour les fans dont je fais partie, vous l'aurez compris, Cathrine avec son pote Florent Marchet à écrit un spectacle musical excellent : " Frère animal".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ingannmic, le 28 juillet 2014

    Ingannmic
    Arnaud Cathrine serait-il obsédé par l'absence, par les fantasmes qu'elle suscite en nous, par ces moments où nos désirs et nos attentes nous font subjectivement imaginer les pensées, les sentiments de celui qui nous manque ?
    "Le journal intime de Benjamin Lorca" est le troisième roman que je lis de cet auteur (après "La Route de Midland" et "L'invention du père"), et le troisième dont l'histoire tourne autour d'un disparu. Et c'est non pas la personnalité du défunt qui fournit à l'intrigue sa consistance, mais la perception que d'autres en ont gardé.
    L'absent est Benjamin Lorca, écrivain trentenaire qui s'est donné la mort. C'était un homme solitaire et énigmatique, originaire de Normandie où il avait laissé ses parents et son frère pour vivre à Paris une existence dont il ne leur livrait rien.
    Souvent, il a exprimé ses regrets, déploré son manque de courage face à son incapacité à écrire sur lui-même. Certaines scènes de ses romans s'inspiraient bien d'événements qu'il avait vécus, mais jamais il n'a ouvertement couché sur le papier ses angoisses, le mal-être dont ses proches captaient, par intermittences, quelques indices, mais dont ils n'ont pas véritablement décelé l'ampleur.
    Or, Benjamin aurait laissé, enregistré sur son ordinateur personnel, un journal intime...
    Arnaud Cathrine construit son roman comme un compte à rebours, qui débute quinze ans après la mort du héros, pour se rapprocher, par étapes, des moments qui ont suivi son suicide. le lecteur y est amené par différents narrateurs, dont le degré d'intimité avec le défunt s'accroit avec la progression du récit.
    Plus que la personnalité de ce dernier, c'est le regard que ses proches portaient sur lui qui est ici important, les questions -et les remises en question-, les émotions provoquées par les circonstances de sa mort. Chacun des individus qui s'exprime nous livre une approche différente de cette mort, qui en révèle bien plus sur sa propre personnalité que sur celle de Benjamin.
    Comme pour démontrer que finalement, c'est nous-même, et non pas l'autre, que nous définissons par la manière dont nous percevons cet autre.
    Hormis la première partie, dont j'ai détesté le narrateur, qui se montre d'un égocentrisme et d'une prétention agaçants, j'ai une fois encore grandement apprécié l'écriture élégante d'Arnaud Cathrine, et la sensibilité qui en émane. Sa façon de traiter les émotions de ses personnages, avec pudeur et clairvoyance à la fois, les rend très attachants.

    Lien : http://bookin-ingannmic.blogspot.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par InColdBlog, le 06 octobre 2010

    InColdBlog
    Dans chacun de ses romans, Benjamin Lorca disait son mal-être, son penchant pour l'alcool et le jeu, ses errances dépressives, la difficulté de sa relation aux autres. L'écrivain trentenaire s'y dévoilait à qui savait déceler la réalité de sa vie dissimulée sous le voile de la fiction, artifice dont il usait pour ménager ses proches.
    En plein désert créatif, Lorca décide d'abandonner définitivement la fiction pour ne plus se consacrer qu'à son journal intime, « livre impossible » qui l'occupe chaque jour et que personne n'a jamais vu. Encore moins lu.
    Quand Lorca met un point final à sa vie, l'ordinateur portable où il consignait son journal va susciter questionnements et convoitise dans son entourage : qu'est-ce que l'écrivain y a révélé de chacun d'eux ? Que pensait-il d'eux réellement ? Les a-t-il même mentionnés ? Y explique-t-il les raisons de son suicide ? Doit-on, malgré sa demande exprès de ne rien publier après sa mort, publier ce qui peut être considéré comme un œuvre posthume ?

    "Le journal intime de Benjamin Lorca", d'Arnaud Cathrine, est un roman empreint d'une douce mélancolie qui dit la difficulté du deuil et où l'absent reste douloureusement présent.
    Au rythme d'une chronologie à rebours, de la messe anniversaire des quinze ans de la disparition de Lorca aux préparatifs de son enterrement, quatre narrateurs, du moins proche au plus intime, vont évoquer le souvenir de l'écrivain.
    Il y a Edouard, son éditeur, amoureux transi qui veut publier à tout prix le journal intime ; Martin, son frère cadet qui lui voue une admiration fervente ; Ronan, son ami metteur en scène, son partenaire dans la création ; et Ninon, son ex compagne. Des quatre, Martin, le frère resté en province, toujours dans l'ombre de son aîné monté à Paris qu'il vénère, est sans aucun doute celui qui m'a le plus touché, parce que le décalage entre les deux frères et l'incompréhension qui en découle ont trouvé écho dans ma propre histoire.
    Tous célèbrent un homme solitaire et réservé qu'ils fréquentaient sans vraiment le connaître, tant il était soucieux de dissocier les différents aspects de sa vie et de cloisonner ses amitiés. Il ne se livrait que partiellement à ses proches, comme pour mieux leur échapper. Ainsi, les souvenirs des uns et des autres vont se compléter pour esquisser un portrait imparfait et fragmenté de Benjamin.
    Pour le lecteur, il en sera de l'auteur comme de son journal intime : il n'en connaîtra jamais l'exacte teneur.
    A travers leurs évocations, les narrateurs successifs donnent également à voir une part intime d'eux-mêmes, leur relation à Benjamin, leur difficulté à cerner cet homme énigmatique, mal dans sa peau, leurs regrets, leur désir de le voir accéder à la postérité et leurs scrupules à devoir pour cela trahir ses dernières volontés… Sans compter toutes leurs interrogations qui resteront à jamais sans réponses.

    Même si "Le journal intime de Benjamin Lorca" est ma première incursion dans l'œuvre d'Arnaud Cathrine, (exception faite de la nouvelle écrite pour "La cinquième saison"), j'avais déjà lu articles et interviews qui m'avaient éclairé sur son parcours d'homme et d'écrivain, et sur son expérience commune avec Florent Marchet.
    Je n'ai donc pu m'empêcher tout au long de ma lecture de trouver troublantes certaines similitudes entre Lorca et Cathrine, devinant en filigrane du récit une dimension autobiographique, l'un et l'autre trouvant dans la fiction une façon pudique de se mettre à nu tout en gardant son mystère. Comme une vertigineuse mise en abyme.

    Lien : http://www.incoldblog.fr/?post/2010/10/06/Le-livre-impossible
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par pilyen, le 14 novembre 2011

    pilyen
    J'aime bien le chanteur Florent Marchet, son air décalé de danseur solitaire de boîte ringarde du fin fond du Poitou. En surfant sur le net, j'ai appris qu'il avait concocté quelques vidéos et spectacles avec l'écrivain Arnaud Cathrine. N'ayant jamais lu cet auteur, bien qu'il ait officié quelques temps sur France Culture, je me suis donc plongé dans son dernier livre paru en poche: Le journal intime de Benjamin Lorca.
    C'est un récit à quatre voix autour d'un romancier mort une dizaine d'années plus tôt et qui a laissé dans un ordinateur un ultime texte : son journal intime.
    Ces quatre voix, sont quatre personnes qui ont aimé, chacune à leur manière ce Benjamin : un éditeur, amoureux transi, son jeune frère, une ancienne maîtresse et son meilleur ami. Chacun apporte son éclairage particulier sur ce Benjamin, personnage fuyant, dont personne n'a compris le suicide.
    Ca se laisse lire, car écrit dans un style plaisant mais j'ai senti que l'enjeu de ce livre était ailleurs que dans le réel portrait de ce Benjamin Lorca et de son mystérieux journal intime.
    J'ai eu l'impression d'avoir, en creux, le portrait de l'auteur et de son entourage. Ne connaissant pas les autres écrits d'Arnaud Cathrine et encore moins ses amis, j'en reste au stade des questions. Si quelqu'un a les véritables clefs de ce roman, je souhaiterai qu'il m'en fasse part (à moins que je ne fabule un peu, voulant donner à ce plaisant roman un intérêt qu'il n'a peut être pas).
    A ce stade de l'enquête, je n'en suis qu'à la phase du questionnement :
    Benjamin, est-il le portrait de l'auteur ou est-ce une évocation de Vincent de Swarte, autre écrivain décédé en 2006, à qui est dédié ce roman?
    Est-ce le même Benjamin qui est évoqué dans la chanson figurant sur le dernier album de Florent Marchet?
    Ronan, l'ami qui pousse sur scène le Benjamin du roman, est-ce Florent Marchet?
    Ce livre est-il lu et apprécié par quelqu'un qui ne fait pas partie de la bande d'Arnaud Cathrine?
    Arnaud Cathrine, est-il vraiment traversé par une envie de suicide et nous envoie-t-il avec ce roman un appel au secours?
    Dans ce cas que font ces amis?
    Bon, j'arrête là, car je vais finir par écrire la suite ce livre, mais sans le talent narratif de l'auteur, qui réussit à nous offrir un roman finalement très stimulant.

    Lien : http://sansconnivence.blogspot.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par monito, le 26 avril 2010

    monito
    Benjamin Lorca, 34 ans, écrivain, s'est suicidé. Juste après, cinq ans, dix ans, quinze ans plus tard, son seul amour, son frère, son ami, un éditeur-ami évoquent cet homme qu'ils ont tous aimé, évoquent son souvenir mais aussi un journal intime, son journal intime, élément inconnu. Devra t-il être lu, devra t-il être publié ?
    Dans cette forme si particulière qu'affectionne Arnaud Cathrine d'être lui-même plusieurs narrateurs et ainsi de donner à lire sous des angles différents de mêmes sujets, nous découvrons, au-delà d'un personnage complexe et torturé, un peu « évident » même pour illustrer un écrivain, les thématiques des facettes multiples d'un individu, des parts de soi différentes offertes à son entourage et, de fait, les perceptions différentes qui font qu'un Homme, outre ce qu'il est intrinsèquement, est aussi ce que chacun voit en lui, comme autant de reflets de ces miroirs assemblés démultipliant à l'infini notre visage.
    Chacun des quatre narrateurs aura aimé Benjamin, à sa façon, à sa place et finalement aura offert, à chaque fois une vie différente, mais toujours et communément cette impression de l'inachevé que la mort brutale rend plus pénible encore.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par carre, le 01 novembre 2012

    Depuis qu'il publie, Benjamin a fait rentrer chez nous nombre d'auteurs... Emballements, agacements : Benjamin écoute les avis sans sourciller; la littérature doit finir au milieu de l'arène, c'est sa vocation.

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par lilyetseslivres, le 16 avril 2010

    Benjamin cultivait les dernières paroles. C’était là un vice un peu morbide qu’il cultivait en forme de conjuration. Solennel et ironique, il me les citait avant d’entrer en scène. Il affectionnait tout particulièrement les derniers mots d’Henri Calet dans Peau d’Ours :
    C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides.
    Je suis déjà un peu parti, absent.
    Faites comme si je n’étais pas là.
    Ma voix ne porte plus très loin.
    Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie.
    Il faut se quitter déjà ?
    Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par carre, le 03 novembre 2012

    Je crains de ne pas devenir celui que vous voulez.
    Je crains de ne pas avoir été celui que vous vouliez.
    Je crains d'être méconnu (peut-être est- ce pour cela que je ne veux pas rester inconnu).

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par liratouva2, le 26 juin 2010

    Comme un certain nombre de maladies mortelles qui ne manifestent leurs symptômes que lorsqu'il est trop tard, Benjamin connaissait sans doute l'évidence et pas si rare difficulté à vivre qui forge les êtres les plus résistants et coriaces, de ceux qui bataillent comme personne, font le plus proprement illusion et qu'on décrète par suite invincibles. A tort, bien sûr.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par carre, le 04 novembre 2012

    Arrêter ce journal. Je crains d’y consigner tout ce qui pourrait forger la matière de mes prochains livres. Ne vaut-il pas mieux vivre dans la rétention ? Ainsi naissent les romans. Quand on ne peut plus se taire.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

> voir toutes (17)

Videos de Arnaud Cathrine

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Arnaud Cathrine

Je ne retrouve personne de Arnaud Cathrine .
Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/je-ne-retrouve-personne-de-arnaud-cathrine-566.html le nouveau roman d'Arnaud Cathrine « Je ne retrouve personne ». C'est l'automne. Aurélien a une trentaine d'années. Il est chargé par ses parents de vendre la maison de famille, blottie dans un village normand, face à la mer. Dans ces grandes pièces humides et froides, les souvenirs affluent. Après « Sweet home » et « La disparition de Richard Taylor », le nouveau roman d'Arnaud Cathrine « Je ne retrouve personne ». aux éditions Verticales Arnaud Cathrine est sur WTC.








Sur Amazon
à partir de :
6,70 € (neuf)
3,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Le journal intime de Benjamin Lorca par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (57)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.